Pose de cage pour me punir !

Avatar du membre
PeckerCage
Membre
Membre
Messages : 1494
Enregistré le : sam. 9 janv. 2016 11:18
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Un encagé
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Snake Fetish Kink Si
LOCALISATION : maine et loire

Pose de cage pour me punir !

Message par PeckerCage » jeu. 30 nov. 2017 13:35

Expérience de cage pour me punir !
Petite précision, ceci est une histoire, une fixions !

Ce matin-là, au réveil, je me retrouve seul dans le lit. Thelma c'est levé.
Lorsque je m'étire bruyamment, je la vois entrer dans la chambre avec juste une de mes chemise sur le corps. J'aime la voir dans cette liquette, nue comme un ver en dedans, apercevant ses cuisses dans les échancrures car généralement, la suite est au rendez-vous. Elle ressort en me disant "surtout ne bouge pas" ce que je fais volontiers connaissant la suite.

Lorsqu'Elle dépose le plateau sur mes genoux, le petit déjeuné est accompagné de ces bracelets que je lui mets lors de nos jeux torrides.

- Les enfants ne sont pas là alors je me suis dit … Je lui coupe la parole en acquiesçant cette idée.
Elle se glisse près de moi sous la couette et, pendant que je grignote cette encas, sa main vient sur mon sexe qui continu de grossir.
Une fois que j'ai hâtivement terminé, Elle ôte le plateau, l'apporte en cuisine. J'observe ses jambes nues qui dépassent de la chemisette lors de son retour. Les bracelets en mains me les présentant d'un air amusée et marmonnant " The best day of your life is the one in which you decide your life is your own.
No apologies or excuse.
No one to learn on, rely one or blame.
The gift is yours, it is an amazing journey and you alone are responsible for the quality of it.
This is the day your life really begins."
- Ce qui veut dire ?
- Ce qui veut dire "Le meilleur jour de votre vie est celui où vous décidez que votre vie est la vôtre.
Aucune apologie ou excuse.
Personne à apprendre, à se fier à quelqu'un ou à blâmer.
Le cadeau est à vous, c'est un voyage incroyable et vous seul êtes responsable de la qualité de celui-ci.
C'est le jour où votre vie commence vraiment."

Image
Alors que je tends le bras pour les attraper, Elle esquisse un sourire et m'empêche de les prendre. Les jette plus loin et, comme une lionne allant vers sa proie, me chevauchant les jambes s'approche de moi. Se glissant sous la couette de nouveau, me caresse le torse, me pince les tétons. Elle frotte son visage sur mon torse et finit par me mordiller les mamelons en chantant "Tes mamelons vont me donner à boire". Forcément, je ris. Nous avons toujours pratiqué l'humour pendant nos ébats, il n'y a pas de raison que ça change.
Elle me tête aspirant goulûment, me mordille les pastilles de ses dents comme j'aime à lui faire, Elle apprend vite à ce que je vois et ressent.
Alors que je lui parle des bracelets, Elle me précise :
- T'as toujours voulu switcher ! Et bien, ça tombe bien, c'est un jour de chance pour toi. C'est TOI (en insistant bien de l'index sur mon buste) qui va se retrouver attaché. Alors, à partir de maintenant, tu m'appel Madame et tu me vouvoies.
- En fin, Thelma, t'es … Clac, une petite baf me tombe sur ma gueule.
- Je t'ai dit "MADAME" et "VOUS" ! Toujours en ponctuant de son index sur mon humble poitrine.
- Bien Mâdâme, à vos ordres, Mâdâme. Vos désirs sont des ordres. Lui dis-je en tendant mes poignets.

Une fois les poignets et chevilles pourvus de leurs entraves, je m'allonge sur le ventre et dit "Vas y, fesse moi, fouette moi comme je le mérite" S'il est vrai qu'un énorme soufflet s'abattit sur mes fesses, un rageur "Je t'ai dit VOUS et Madame !"

Me chevauchant le dos, je sentis un collier type collier de chien (ou chienne) enserrer mon coup.
- Tu vas te placer sur le dos et je vais t'attacher sur le lit comme tu sais si bien me le faire.
- Bien Madame.
Le collier bouclé, je me positionne comme demandé. Je suis obéissant, hein ! Et Elle m'attache les poignets un à un sur les anneaux du lit prévu à cet effet.
Elle fait de même pour mes chevilles et me voilà maitrisé en "X" et à sa merci. Pas besoins de préciser ma bite qui tressaute, dur comme du bois et mes couilles pleine de désir.
Son regard narquois m'étonne, qu'a-t-Elle imaginé ?
Deux sangles viennent aux niveaux des genoux écartant mes cuisses terminant l'emprise. Décidément, Elle a bien observé mes procédés.

Mâdâme me matte sourire en coin. Elle vient avec la petite cravache rouge, la plus douce à ses dires, heureusement pour moi et me claque l'intérieur des cuisses me tirant des cris de tourments. "Alors, tu aimes ? Ça fait mal, hein !". Elle en profite forcement pour me tapoter ma verge tendue insistant sur le gland.

La balançant sur le matelas, vient me chevaucher, frottant son entre cuisse chaud et humide, se retourne pour me sucer. Son sexe sur ma bouche, Ma langue sur ses quatre lèvres, ses lèvres sur mon gland fait monter en moi le plaisir. Raclant de ses dents la peau fragile du nœud, le bonheur est intense. Au moment où je risque de venir, elle s'arrête me laissant dans une jouissance inachevée, un orgasme-ruiné.
Ha, la vache, j'étais prêt à jouir, moi ! Mais son regard m'exprime bien qu'Elle est fière d'Elle.
- Salope !
- QUOI !
-Euh ! Rien, …. T'as entendu quelque chose, Jeanne d'Arc.
Il va de soit que ce fut accueilli par une bonne paire de claques à l'interieur de mes cuisse qui résonat fortement dans la pièce. Soufflet que, dans ma position, je ne pus esquiver et accompagné de sa ritournelle "MÂDAME et VOUS, Comprendo !"

Après m'avoir laissé plus ou moins débander, je la vit revenir pour me mettre son sexe chaud et humide sur le visage, me débarbouillant de son bouillonnant sexe puis, m'abreuver de son fruit de la passion.
- Alors que tu me dis toujours "Your my favorite flavor !", et bien régale toi !
Image

Pendant que je lui dévorais la chatte, m'abreuvant de son miel tiède et abondant, Elle me pétrissait les couilles sans aucun ménagement. Comment voulez-vous que je débande, moi ? Malgré un début de nouille au repos, cette dernière se ragaillardissait. Le fait de ne plus pouvoir refermer les cuisses était un mélange de honte, d'humiliation, de douce douleur et de plaisir mais je ne maitrisais rien ce qui n'était pas dans mes habitudes de macho mais .

Au bout d'un certain temps, tous deux en sueur, Elle s'allonge près de moi. Sa main cherche quelque chose près du lit. La fameuse chantilly dont je suis friand sur ses seins et son mont de Venus quand il est bien lisse.
La bombe chuchote sur mes tétons qu'Elle s'empresse de sucer, de mordiller ce qui a pour effet de me faire bander de nouveau. En suit, c'est le tour du gland qu'Elle chantillise en suce par intermittence. Après quelque attaques par intermittences de sa bouche, je sais plus où j'habite et ma bite ne sais plus où donner de la tête … De nœud.
Putain, Elle sait y faire, la garce. Elle sait me garder en orgasme-ruiné.

Sa main vient enfin m'astiquer le manche à son rythme… Selon son bon vouloir… Sans opposition ni mouvement perturbateur … Elle branle et donne le départ à un feu d'artifice de sperme qui jaillit m'atteignant au visage. J'en ai dans l'œil.
Bad boy needs punishment…
Image

Une fois ce broute minous, fait, Elle me nettoie l'abdomen de la semence. En fin, Elle nettoie, si on peut dire, en fait Elle récupère le foutre qu'Elle me fourre le foutre dans la bouche avec un "Avale moi ça, je le fais bien, moi, quand tu me l'impose". J'ingurgite sans conviction et je dois même lui lécher les doigts.

Boudit ! Quelle aventure ! Mais, comme tout bon mec qui se respecte, qu'est-ce que je fais ? Je m'endor, extenué de ces minutes de sports. Malgré mes liens, j'ai somnolé comme un gros nul que je suis.

Ce n'est que lorsqu'elle s'est mis à califourchon sur mon bide que je sors de cette torpeur latente. Démoniaque, dos vers mon visage m'empêchant de regarder, Elle joue avec mon zizi, je ne rêve pas ! ELLE JOUE AVEC MON ZIZI !
Je sens un anneau se refermer sur mes couilles. Me met-Elle un Cockring, un anneau vibrant pour plus de plaisir comme Elle aime ? Ben, la suite m'a permis d'en douter. Je la sens sur ma verge essayant de placer quelque chose qui, à première vue, englobe mon gland, un casque pour la tête à Popaule? Etant entre moi et mes valseuses, je ne vois rien. J'essaye de regarder sans succès
- Mais qu'est-ce que tu fais ? Demandais-je
- Tu verras, c'est une surprise. Répond-elle en m'aspergeant le sexe de lubrifiant froid.
- Allez mon pépère, il faut qu'il rentre là-dedans ton bout de viande !
- Aille, tu me pince !
- Mais non, mais non, Madame ne te pince pas rétorque-t-elle en me plaçant une gifle sur l'intérieur de la cuisse. Ma - da - me ! ajoute-t-Elle en martelant chaque syllabe de la main.
Après un clic sonore, je sens mes couilles compressé et ma queue inconfortablement installé dans je ne sais pas quoi.
- Tadam ! Eructe-t-elle triomphante en écartant les bras en un V victorieux!
Je gigote pour voir quel est cet instrument de torture pour quéquette, ce qui la fait rigoler soit dit en passant.
Une fois qu'Elle se retire de mon corps, Elle me montre d'une main satisfaite ce "jouet" qu'Elle m'a trouvé pour la circonstance arborant une petite clef de cadenas comme un pendule.
- C'est quoi, ce truc ?
- Une cage de chasteté, très cher !
- Une …
- Oui, mon ami, vous allez être chaste pendant une semaine.

A peine ais-je commencé à la questionner de nouveau qu'elle continue :
- Ca vous apprendra à sauter ma meilleure amie, Bad boy!
- Mais on avait convenu que…
Oui, certes, mais pas Louise ! Ma camarade de maternelle. Ma meilleure amie. T'avais pas le droit.
- Elle te l'a dit !
- Ben oui, c'est ma confidente et je suis sa confidente. Malheureusement pour toi, on se dit tout !
- Mais … Mais …
- Il n'y a pas de mais qui tienne. De toute façon, elle va venir sous peu recevoir sa punition, elle aussi.
-Elle va venir ?
- Oui, se prendre une correction bien méritée.
Un silence, je regarde cet équipement de torture qui commence déjà à me faire mal. Normal, je commence à bander et ça me tire sur les couilles sans délicatesse.
- Ça fait mal ce truc, retire moi ça.
Saisissant la cravache et rythmant ses paroles de quelques tapes, narquoisement déclare
- Tu vas être obligé d'apprendre à ne pas bander comme un âne pendant une semaine car il est hors de question que je te la retire avant. Et méfie-toi, si je ne la vois plus, je contrôlerais tous les jours, matin et soir.
- Et comment tu veux que je pisse avec ce truc ?
- Ben comme d'habitude… Euh !... Non, c'est vrai que d'après ce que j'ai lu, ta virilité va en prendre un coup, Macho comme t'es, tu vas être obligé de pisser comme les filles, assis.
Après un petit temps d'arrêt, elle ajoute.
- Au fait, fait attention, des fois ça part dans tous les sens mais l'expérience te le dira !
Et là, elle part dans un grand rire moqueur quand le carillon retentit.
- Tien voilà Louise !
- Détache-moi !
- Ho non ! Je veux qu'elle te voie comme ça et toi qui aime les fessées, tu vas en voir une en directe et pour une fois, ce n'est pas toi qui la donnera.
- Détache-moi !
- En plus, ajoute-t-elle, je sais l'effet que ça te fait de voir des jeunes filles se faire châtier. Je sais dans quel état t'es quand tu regardes ces vidéos et je dois avouer que j'aime bien aussi et la, cadeau ! Tu va l'avoir en "trois D" !
- Détache-moi !
- Ca va te servir de test car d'après ce que je sais, c'est spécial. Comment on entre une grande tringle dans un petit orifice ? Ça va être dur (Elle pouf la main devant sa bouche) C'est le cas de le dire !
Ses paroles se faisaient de moins en moins audibles allant dans le couloir ouvrir à la prévenue.

Le carillon sonne de nouveau de manière intempestive.
- Voilà, voilà !
Les verrous retentissent, la porte s'ouvre. Des murmures de bienvenue et autres banalités' élèvent du couloir. Une courte engueulade me parvint aux oreilles, la porte s'ouvre et je vois l'effroi de Louise lorsqu'elle me découvre ainsi lié au lit mais surtout en apercevant cet accessoire métallique sur ma queue. Sa main sur sa bouche d’où un rire nerveux s'échappe.
Modifié en dernier par PeckerCage le ven. 1 déc. 2017 15:52, modifié 1 fois.
Image Le poids des maux, le choc des photos.

Avatar du membre
PeckerCage
Membre
Membre
Messages : 1494
Enregistré le : sam. 9 janv. 2016 11:18
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Un encagé
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Snake Fetish Kink Si
LOCALISATION : maine et loire

Re: Pose de cage pour me punir !

Message par PeckerCage » jeu. 30 nov. 2017 13:37

- Mais laisse-la raconter ce qu'elle a ressenti ! m'interrompt Telma !
Louise reprend donc l'histoire.

Sur le palier, le cœur battant sachant que Thérèse allait me punir ... Oui, Thérèse par ce que c'est son prénom mais lui, il l'appel Thelma par ce qu'il n'aime pas ce prénom et moi, sa meilleur amie, me nommant Louise, en relation avec le film, il l'a baptisée Thelma.
Donc, sur le palier, je sonne à la porte. Pas de réponse et impatiente, je tambourine, toujours rien. Je finis par sonner nerveusement, insistant rageusement sur la porte du pied avant d'entendre un "ouai ! J'arrive !" agressif qui me fit frémir.

Image

Il faut tout de même préciser que Thé (c'est comme ça que moi, je la surnomme) et moi sommes amies depuis le primaire. C'est là qu'elle a commencé à me dominer mais il est vrai que je ne demandais que ça.
Au collège, elle a commencé à me punir sur mes notes et désobéissances divers et variées. Me faisait faire des gages. En dernières années du collège, la fessée a commencé à envahir nos jeux et cela n'a pas cessé depuis. Ce qui m'amuse, c'est qu'elle, elle se prend des corrections par son mec et que elle aussi, elle aime ça.
Bref ! Je suis donc venu sachant pertinemment que j'allais surement m'en prendre une bonne vu le ton de la conversation au téléphone la veille au soir.

Une fois entrée, dans le couloir, elle me toise de la tête aux pieds, contrat remplis, j'ai, comme au collège, un jolie petit chemisier blanc, une jupe assez courte, plissée et bleu foncé, des chaussettes montant jusqu' en dessous des genoux et des chaussures plates vernies noires comme demandé et comme souvent dans nos jeux avant d'être corrigée. Sans oublier la culotte de coton blanc si non !

Etant dans le couloir, elle commence à me faire la morale comme elle a l'habitude de faire. "T'as pas honte,", c'est mon mec" tout ça ! Sa grande silhouette dressée devant moi m'impressionne toujours autant. J'ai les jambes qui commencent à flageoler, les mains à trembler et le regard sur la pointe de mes souliers.
- Tu sais qu'entre amies on ne couche pas avec l'homme de l'autre ! Vocifère-t-elle ce qui a pour effet que des larmes commencent à couler des yeux. D'autant plus que j'avais la crainte de perdre cette amitié hors du commun.
Ben oui, je lui avais avoué avoir couché avec son Julot, je n'avais pas résisté à ses avances et nous avions passé une nuit torride que je m'empressais de lui confesser quelques jours plus trad.
Dans confesser, avec elle, il y a fessée donc, je m'y attends depuis l'avoir reconnu.

Elle m'attrape par le poignet et je me sens entraînée vers sa chambre. Lors de notre entrée dans la pièce, La vue de son mec m'effraies lorsque je le découvre ainsi lié au lit, les bras en vé, les jambes écartées, les cuisses ouvertes et offerte à Thé. Mais surtout en apercevant sa bite dans ce Heaume métallique. Ma main sur ma bouche d’où un rire nerveux s'échappe. Sous un fou rire, je ne peux m'empêcher d'ironiser "On dirait un phallus en armure, ce n'est pas un "barbute*" mais une barbite" et de continuer "il est armet* d'un heaume et pour un homme, la bite ne fait pas le moine …"
Bien entendue, ça n'a fait rire Thé que quelques secondes. Mes plaisanteries fut arrêté pas une violente claque sur ma jupe dans un bruit sec estompé par les tissus du vêtement.
J'admirais tout de même ce corps hâlé, bien fait, sans tablettes de chocolat mais bien sculpté. Ces cuisses forte et musclé juste comme il fait. Je regrette juste qu'il ne soit pas sur le ventre pour voir ses fesses bien rondes que j'avais eu plaisir à pétrir de mes petites mains.

- Parlons bien, parlons peu ! Toi, dit-elle en le pointant d'un doigt accusateur, t'est presque à point vu que tu ne vas pas pouvoir courir les jupons cette semaine. Finissant sa phrase par une grande gifle sur l'intérieur de sa cuisse. Lui extirpant un rugissement de douleur.
- Une semaine ! Me permis-je de persiffler.
- Oui, une semaine sans mais toi, gaussa-t-elle en me toisant de haut appuyant le 'toi" de son index entre mes deux petits seins, je vais te corriger comme tu le mérite.
Là, franchement, je n'ai plus du tout envie de rire. Mes jambes me lâchent. Elle m'attrape par le poignet. Je n'ai pas le temps de comprendre ce qui se passe qu'elle est assise sur une chaise et me retrouve allongé sur ces genoux.

Les soufflets commencent à me tomber sur le postérieur; la jupe atténue peut-être mais je sens que je vais déguster; lui, est au spectacle vu qu'elle s'est arrangé à ce qu'il voit mon arrière train se faire fustiger. Tout en me réprimandant, elle frappe mon fondement dans une bonne cadence.
Je sens le tissu de la jupe se relever avant de recevoir une autre série de gifles sur la culotte de coton blanc. De temps en temps elle me caresse les fesses, palpant la chaire de mon derrière, testant l'élasticité de cette dernière. J'aperçois, dans le miroir de l'armoire, son homme essayer de me regarder me prendre ma volée lutant sûrement pour ne pas bander car je suppose que cette chose doit l'embarrasser à l'érection. Il se débat essayant de se libérer de ses entraves mais sans suxces.

Moi, franchement, je n'en mène pas large, c'est la première fois que je me fais châtier avec quelqu'un d'autre que nous deux. En plus, il est vrai qu'elle n'y va pas de main morte.
Forcément, à un moment, la culotte va descendre mais entre temps, elle m'incère le tissus de cette dernière dans la raie des fesses. C'est la première fois qu'elle se comporte ainsi. En plus de la douleur fessière, j'ai le tissu qui me fait mal tellement elle tire dessus car en plus, ça pénètre ma foufoune. Pour finir, la culotte glisse et j'ai beau essayer de la retenir accompagnée de pleurnicheries, elle arrive à me l'abaisser sur les mollets. Je lute mais me prends une bonne série sur les cuisses avant de reprendre la flagellation. Je pleure comme une enfant, à gros sanglots. Mais la main vengeresse s'abat sur mon cul rebondissant et en feu. J'ai beau demander pardon, conjurer, implorer, supplier, le tourment continue sur mes fesses nues. J'ai beau solliciter sa bien vaillance, en réponse, la tournée n'est que plus cuisante.

Après un certain temps, elle me balance sur le sol m'indiquant que ce n'est pas finit pour moi en ajoutant que je sais ce que j'ai à faire.
Honteuse, je me mets dans un coin, à genoux en me frottant énergiquement mes fesses douloureuses. En passant, je ne peux m'empêcher de zieuter discrètement ce sexe grossissant dans sa cage métallique. Ses roubignolles prêtes à se faire arracher par la tentions ! Thé sort de la pièce
- Qu'est-ce qu'elle ta mit me dit son Jule
- J'ai l'habitude avec elle,
- Ha ! C'est toi !
- Moi qui ?
- Toi qu'elle dresse, elle m'en a parlé.
- Et toi, ça va ?
- Ben non, ça ne va pas, je ne savais même pas que ça existait ce machin.
- Ça fait mal ?
- Non, pas quand je ne bande pas, c'est désagréable mais en érection, j'ai l'impression qu'on m'arrache les couilles. En plus, j'irais bien pisser, moi ! Détache moi.
- Ca va pas ta tête ? T'as envie qu'elle me tue ?
- Mais si je …
- Chut, je l'entends qui revient

Elle nous rejoint après quelques instants avec un pot, je ne peux m'empêcher de tourner la tête même si je sais que j'en ai pas le droit et regarde la scène. Elle prend dans le récipient des glaçons qu'elle dispose sur le membre raide et entravé histoire de le faire dégonfler. On dirait que cette tringle que j'ai eu plaisir à m'enfourner une semaine plus tôt était complètement déformé et que, pour lui, c'était douloureux.
- Bon, tu me détache maintenant !
J'entends une grande claque s'abattre sur la chaire de son jules
- Vouvoiement et Madame s'il vous plait ! Et c'est moi qui décide quand !

Une fois lui calmé et moi repenti dans mon coin, elle m'agrippe par le bras, me met entièrement nue et m'ordonne de m'allonger sur lui ce que je fais sans pleurnicher. A cheval sur son ventre, elle m'aide à m'allonger sur lui, me place de manière à ce que les lèvres de ma vulve chevauchent le bout de sa cage comme si elle voulait me pénétrer. Les bras le long de son torse que nos peaux se sente bien. Dans des râles de douleurs, je le sens luter pour ne pas raidir de nouveau. Une fois en place, elle prend le martinet en commence à me fouetter le dos, les fesses, les cuisses par intermittence avec des remontrances qui s'adressaient aussi bien à moi qu'à lui.

Les lanières de cuir claquent avec force ma chair déjà meurtrie, je pleure et les spasmes de mes sanglots excitent le vit de ce mâle que je caracole. Je vois sur son visage l'esquisse de la joute qu'il mène accompagnant sa douleur. Je sens ce mouvement à l'entrée de mon sexe qui dégouline de cyprine. Je lui inonde l'aine et Thé doit bien s'en douter vu qu'à chaque fessée, je lui mouille son pantalon ou sa jupe. A tel point que dans certains cas, soit elle se fout à poil, soit elle met une serviette sur ses genoux. Une fois, j'avais tellement mouillé ma culotte qu'elle me l'avait mise dans la bouche et fait garder le temps que j'observais le papier peint du coin.

Image

Les lanières me percute les fesses mais je vois bien que lui aussi en profite. Cette sadique a le don pour ça, elle s'arrange pour que le cuir du martinet attaque aussi la peau de son mec. Je le sens et ses mimiques ne me trompent pas.
Entre les claquements et leurs échos; les mouvements de mon aman d'un jour; les réprimandes de Thé; mes larmes et mes sanglots, pépère prend le temps de me glisser à l'oreil "Je te prendrais bien dans mes bras, là, moi !" qui me fait encore plus frémir de peur. Si elle entendait ça, le supplice serait encore plus dure pour nous deux. Mais, comme toute chose a une fin, elle finit par arrêter la correction en me signifiant que je ne devais pas bouger. Je pleure donc sur le torse de "Pervers pépère".

C'est le cul en feu, après un passage obligé au coin que je les quitte en snifant mes larmes. "Le salaud, il serait prêt à recommencer. Quel fumier", pensais-je.
Image Le poids des maux, le choc des photos.

Avatar du membre
PeckerCage
Membre
Membre
Messages : 1494
Enregistré le : sam. 9 janv. 2016 11:18
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Un encagé
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Snake Fetish Kink Si
LOCALISATION : maine et loire

Re: Pose de cage pour me punir !

Message par PeckerCage » jeu. 30 nov. 2017 13:38

* Armet vient du vieux Français hiaumet. C'est un petit heaume qui fut utilisé à partir du XVe siècle à la place du bassinet.
** Barbute : Heaume Italien du XVe siècle rappelant par sa forme certains casques de la Grèce antique. De forme arrondie, il laissait souvent le visage découvert. Il ne semble guère avoir été utilisé en dehors de la péninsule italienne.

Ceci dit, je peux vous dire que j'ai bien mouillé mon slip et que ma cage criait "présente" en écrivant ce texte.
La cage a bien résisté mais c'est comprimé là-dedans !
Image Le poids des maux, le choc des photos.

Avatar du membre
PeckerCage
Membre
Membre
Messages : 1494
Enregistré le : sam. 9 janv. 2016 11:18
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Un encagé
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Snake Fetish Kink Si
LOCALISATION : maine et loire

Re: Pose de cage pour me punir !

Message par PeckerCage » jeu. 30 nov. 2017 13:40

BREF ! dit Thelma, je suis assez fière de moi, j'ai foutu une bonne raclée à cette chère Louise qui m'a déçu par son comportement vis-à-vis de mon mec. Je lui fais la gueule quelques jours histoire d'en rajouter une couche.
Et j'ai punis ce même mec en l'empêchant de niquer tout ce qui est fendu à l'entre jambe pendant une semaine.
- Oui, et ce n'est pas facile de travailler avec ce truc sur la verge, soit dit en passant.
- Tu vas t'y faire, bad boy, tu vas t'y faire. Et ce dont il ne se vente pas, c'est que pendant la semaine, c'est mon esclave. Il a fait la cuisine, le ménage, la lessive et le repassage sans broncher et il a intérêt.
Imaginez-le, à la maison, vêtu d'un tee-shirt blanc et d'un petit tablier de soubrette également. Pour me servir, il doit se placer à ma droite et j'en profite pour lui caresser les fesses et ses noix enserrée entre l'anneau et le fourreau.
Image

Comme je sais qu'il attendait cela depuis longtemps, chaque fois que quelque chose n'est pas fait correctement, il se prend une bonne correction. Je subodore que, certaines fois, il le fait exprès.

Image

Il faut reconnaitre que je m'attends au pire en représailles.
Image Le poids des maux, le choc des photos.

Avatar du membre
PeckerCage
Membre
Membre
Messages : 1494
Enregistré le : sam. 9 janv. 2016 11:18
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Un encagé
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Snake Fetish Kink Si
LOCALISATION : maine et loire

Re: Pose de cage pour me punir !

Message par PeckerCage » jeu. 30 nov. 2017 13:42

Humiliations :

Lubrifie garçon, … je vais vous prendre
Image

Devenir la domestique de la maison, la servante soumise de sa maîtresse :

Image

Image
Son nom est Thess, ce qui signifie Transformation d'un Homme en Servante Soumise. Marié depuis plus de 30 ans à une femme merveilleuse, sa Déesse, celle à qui il appartient, sa Propriétaire, Déesse K. (jeu de mot ?)
My name is Thess, witch mean



Et, surprise !
Image
- C'est maman. Elle est arrivée.
- Je l'ai invité à voir la douce petite employée de maison que vous êtes devenus.

Si la besogne n'est pas bien fait, la sanction tombe.
Image

Derrière chaque homme, soyez la femme qui le dresse (qui le fesse) !
Et si elle fait ça, c'est parce qu'Elle t'aime !
Et c'est parce que tu le vaux bien!

Image Le poids des maux, le choc des photos.

Avatar du membre
jeepy
Administrateur
Administrateur
Messages : 4455
Enregistré le : jeu. 3 mai 2012 23:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Tarentule RedChili
LOCALISATION : champagne

Re: Pose de cage pour me punir !

Message par jeepy » jeu. 30 nov. 2017 18:17

Pas mal cette petite nouvelle, j'ai passé un bon moment. Un peu trop illustrée à mon goût, mais ça c'est la marque de fabrique de notre imagier en chef ...

Avatar du membre
Chaste59
Supporteur
Supporteur
Messages : 4544
Enregistré le : mar. 24 janv. 2012 17:17
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Prison de Morgane
LOCALISATION : Lille

Re: Pose de cage pour me punir !

Message par Chaste59 » jeu. 30 nov. 2017 22:05

Sympa à lire :P
On sent de la lassitude dans le 3eme, que des illustrations à voir ( ou à revoir )

Avatar du membre
PeckerCage
Membre
Membre
Messages : 1494
Enregistré le : sam. 9 janv. 2016 11:18
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Un encagé
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Snake Fetish Kink Si
LOCALISATION : maine et loire

Re: Pose de cage pour me punir !

Message par PeckerCage » ven. 1 déc. 2017 16:01

Chaste59 a écrit :
jeu. 30 nov. 2017 22:05
Sympa à lire :P
On sent de la lassitude dans le 3eme, que des illustrations à voir ( ou à revoir )
Non, ce n'est pas de la lassitude, l'histoire étant terminé, j'ai juste lis les images qui m'ont plus ou moins inspiré ce petit recit.

Autres illustrations :

Image

A vous d'imaginer la suite.

Image


Image
Image Le poids des maux, le choc des photos.

Avatar du membre
complycite68
Membre
Membre
Messages : 4920
Enregistré le : mar. 27 août 2013 11:21
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Un KeyHolder
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : un kdo de mme
LOCALISATION : MULHOUSE

Re: Pose de cage pour me punir !

Message par complycite68 » ven. 1 déc. 2017 18:35

C'est une fiction fort intéressante à lire et regarder !... cool !

Avatar du membre
KaonTer
Membre
Membre
Messages : 2316
Enregistré le : mar. 24 mai 2016 19:48
Je suis : un Homme
Je suis : Un KeyHolder
Je cherche : Un encagé
Qui porte la cage : Mon Soumis
LOCALISATION : 91240

Re: Pose de cage pour me punir !

Message par KaonTer » lun. 4 déc. 2017 18:22

Joli récit, amusant ...
Et qui ne se prend pas au sérieux !
Bravo Peckercage !
Les illustration, comme d'habitude ... juste un peu disparates ...

Continues !
Bises.
Kaon.
J'aime les signatures, moi !

Répondre