La face cachée du forum

bacchus
Membre
Membre
Messages : 2087
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

La face cachée du forum

Message par bacchus » ven. 3 nov. 2017 19:43

Non c'est un peu toujours la même chose...
Comme d'hab, j'ai eu une idée à la con un matin...
Comme d'hab, je l'ai enrichie au grès de mes folles pensées...
Et comme d'hab, je voulais faire court mais à force d'enrichir, je me suis trouvé dépassé par la longueur de mon texte.
Donc pour moi il vaudrait mieux tout lire d'une traite, mais impossible sauf à vous assommer.
Donc tant pis, je vais découper le récit en 2/3 parutions, mais n'oubliez pas que c'est un tout que j'ai pensé...

Je vous souhaite donc le traditionnel Bonne lecture !

Bacchus

PS : si certains ou certaines se sentent intégrés au récit, et bien c'est fait exprès :D . Je m'excuse par avance si je peux à l'encontre de mon plein gré vexer :bisous: mais bon comme d'hab j'assume :mrgreen:

------------

Je me gare sur le parking du supermarché après 5 heures de route. Il est 19 heures 5 ce samedi et le magasin vient juste de fermer. Les derniers clients embarquent leurs courses dans le coffre de leur voiture. Je pourrais être dans n’importe quel bourg anonyme de France et le fait que je connaisse le nom de celui-ci et qu’il ne me dise absolument rien, ne m’est d’aucun secours. Je dois être fou de m’être rendu là mais pas plus que ce j’ai suivi ces derniers mois…

Je m’appelle Thomas et j’aurais 26 ans le mois prochain. Je travaille dans ma boîte d’assurance depuis 16 mois en CDI après des études réussies. J’aurais tout pour être heureux si ce n’est mes amours. Là c’est un peu le fiasco. Pourtant au dire de mes sœurs, je serais plutôt un beau mec mais ma timidité naturelle me coince souvent dès que… J’ai quand même réussi à me faire dépuceler la seconde année de fac par Véronique, même à vivre en couple avec elle presque une année, mais tout cela me laisse un goût amer d’inachevé, tant je sais au fond de moi-même que c’est elle qui m’a pêché, en me faisant du rentre dedans terrible et non moi…

Que dire de Véro ? Que les grâces de la Nature ne se sont pas penchées sur son berceau ? C’est un peu cela… Véronique était unanimement qualifiée par les mecs de la fac comme une mocheté, ces mêmes mecs qui n’ont aucun mal à « emballer » toutes les filles qu’ils désirent, ce que je saurais jamais faire en handicapé total de la séduction. De guerre lasse, j’ai fini par céder aux rentre-dedans de Véro, allant au-delà de la honte absolue de sortir avec un « tas » pour un plaisir immédiat et désespéré de queue.

Cela s’est passé aux débuts des vacances d’hiver alors que je la ramenais chez ses parents au 3/4 de chemin du trajet retour vers ma famille. D’habitude Véro appelait 100 kilomètres avant pour que ses parents la récupèrent au péage d’autoroute, mais là elle ne l’a pas fait volontairement et m’a demandé à la place de sortir à la prochaine aire d’autoroute. « Marre d’attendre ! ». Je me rappelle qu’il faisait nuit sans lune. Et là - oh mon Dieu ! – j’ai été dépucelé par ses divines lèvres, directes et sans baiser préalable sous la lumière d’un lampadaire de parking vide. Je me souviens du choc et de ma réaction plus que mollassonne quand Véro m’a ouvert le braguette…J’ai eu honte de déjà bander.

Et en plus, elle m’a avalé sans fioriture comme si toutes les femmes faisaient cela. J’étais aux anges mais complètement perdu au sens propre comme au figuré. Je l’ai entendu appeler ses parents, mon sperme frais en bouche (!) pour annoncer qu’elle avait oublié de leur dire qu’elle ne rentrerait que le lendemain à midi pour aller à une soirée. Et sa soirée c’était moi : « il y a un hôtel sur la prochaine aire ».

J’ai découvert là-bas que Véro compensait par son cul tout ce que la Nature n’avait pas voulu lui donner et de multiples manières et depuis longtemps. J’ai tout eu cette première nuit, sa bouche encore, sa chatte et son cul. Je l’ai goulûment embrassé aussi… Et le lendemain matin, après le copieux petit-déjeuner pour rattraper le diner sauté, nous avons remis cela… à mon grand plaisir avide et renouvelé.

Certaines disent quand on tient la queue d’un homme, on tient son cœur. C’était totalement vrai avec Véro. Dès notre retour à la fac, elle s’est installée d’office dans ma chambre. Mes copains d’abord un peu étonnés et rieurs que je sois en couple avec Véro, ont fini par l’accepter comme une bonne copine sympa qu’il découvrait. Et au lit, mon Dieu, quel tempérament de feu ! Et le lit avec Véro, c’était à toute heure du jour et de la nuit, sans gêne et bruyamment, au point que bientôt tout le bâtiment savait tout de sa salacité. J’en avais honte quand je devais ressortir de la chambre après face à leurs regards complices…

Véro portait la culotte au lit et pas qu’au lit d’ailleurs. Mais au lit, j’ai rapidement appris à enfoncer ma langue entre ses cuisses qu’elle refermait à me broyer quand son orgasme se pointait. Elle nous abreuvait de vidéos pornos sur le web, de plus en plus hard, comme « inspirations » qui devenaient souvent réalités. Plus d’une fois, je me suis retrouvé sur ses genoux à me prendre « ma » fessée. Et elle le revendiquait haut et fort devant mes copains, devenus nos copains maintenant. Avant de finalement à ma grande honte connaître dès notre 3ème mois, la tête du gode ceinture qu’elle m’avait humilié d’aller acheter ensemble dans un sex-shop, où la vendeuse ne m’a épargné aucun avantage ou inconvénient des modèles. A notre retour dans notre chambre, j’ai perdu ainsi mon dernier pucelage dans la douleur, malgré le lubrifiant.

Je crois que ce qui n’est pas allé finalement avec Véro, c’était que c’était une amante exigeante et passionnée, qui certes m’apportait un plaisir de plus en plus trouble au fil des mois au lit, mais que je n’arrivais pas à la voir comme la mère de mes enfants. J’ai gardé un petit côté fleur bleue. Elle l’a compris et finalement m’a largué un soir de disputes pour un beau gars musclé du bureau des sports. Ou en avait-elle fini avec mon exotisme ? Je n’ai jamais su si elle lui avait imposé le même « traitement » mais ils sont mariés aujourd’hui et Véro apparait maintenant comme une épouse si convenable, du moins en public.

Comme prévu, un taxi finit par me prendre sur le parking du supermarché à 19h30. C’est une femme bavarde mais je réponds peu pour décourager la conversation. Elle nous conduit sur les routes dans la nuit, sachant elle où elle m’emmène alors que je continue à l’ignorer… Je me sens empêtré dans mon costume et la cage se rappelle à moi sur le siège arrière et me tiraille au niveau des couilles ce soir.

3 mois que j’ai le sexe enfermé dedans sans en sortir ! Une éternité qui me semble encore irréelle, tellement je pensais que c’était inconcevable. Oui sur le forum cage-et-chasteté, il y a bien des encagés qui disent y rester à l’année, mais pour moi c’était du « fake », du fantasme, pas de la réalité. Il suffit finalement d’y passer son sexe et clic-clac plus de liberté ! Et le plus fou, dans tout cela, c’est que je ne connais pas celle qui m’a emprisonné…

On dit que la première relation amoureuse donne le ton aux suivantes. Et les suivantes, je n’en ai pas réellement eues. Plus rien à la fac comme si ma valeur avait totalement baissé de sortir d’une histoire avec Véro, 2-3 rendez-vous « cul » gagnés de haute lutte sur Neetic mais qui se sont arrêtés au plus à la fin du week-end. Je suis devenu à la place ces dernières années un branleur irraisonné, plusieurs fois par jour jusqu’à en avoir la pine douloureuse, devant les vidéos X du web. Un pov’ type en mal de vraies relations sexuelles dans la vraie vie…

Oui la première relation amoureuse donne le ton aux suivantes. Et j’ai finalement compris au fur et à mesure de mes découvertes sur le net, que ce que j’avais vécu avec Véro, ses fessées sur les genoux, son gode qui me travaillait honteusement était quelque part une relation D/S. Cela me fait peur de se découvrir attiré par cette sorte d’amour douce-amère. Mais mes grandes sœurs me dirigeaient pas déjà à la maison ? Fais-ceci Tothom ; n’oublie pas de faire cela Tothom. Et rien que ce surnom si humiliant de Tothom…

Le taxi me laisse finalement au bout de nulle part, devant une grande bâtisse, marquée Gite de Groupe de la Vallée et qui accueille avec sa « cuisine équipée tout événement de famille ». A l’intérieur, il n’y a pas d’âme qui vive, rien qu’une lampe éclairée sur le comptoir avec une série d’enveloppe. L’une est à mon nom avec mon âge indiqué « Thomas – 26 ans ». Je ne résiste pas à regarder les autres, 26 ans, 25 ans, 27 ans. Toutes dans la même classe d’âge. Trois de plus au total.

J’ouvre mon enveloppe et y trouve la clé d’une chambre, la 8 avec une indication que le dîner sera servi à 21H et une consigne de rester « absolument » enfermé dans ma chambre d’ici là. La pièce austère au milieu d’un long couloir à l’étage contient un lit et une simple étagère, sans rien d’autre à faire qu’attendre face au mur verdâtre… J’ai été fébrile toute la journée, mais là je chancèle. J’y suis et cela m’effraie ! Et si tout cela avait été une mauvaise idée depuis le début ?

Je me souviens plus quand j’ai découvert la première fois l’existence des cages de chasteté pour hommes. Mais cela m’a tout de suite intrigué : ne plus avoir accès à son sexe, dépendre de sa KH pour son plaisir. J’ai fait sans doute comme beaucoup sur le forum. L’idée de la cage a peu à peu ensemencé dans mon cerveau. Mes branlettes récurrentes ne m’apportaient plus autant de plaisir et par contre, je me suis peu à peu excité à l’idée de ne plus pouvoir me branler, de ne plus avoir accès à mon sexe… Jusqu’à un dimanche soir sur une excitation plus vive que les autres, après lecture des témoignages enthousiastes sur cage-et-chasteté, j’ai décidé de franchir le pas et de commander moi aussi une de ces « cages chinoises ».

Elle est finalement arrivée quasiment 3 semaines après. C’est une sacrée émotion de tenir cet objet de contrainte entre ses mains. Je me suis mis nu et ai passée « ma » cage avec quelques difficultés. Tout de suite, cette sensation de chaleur dans les couilles pressées entre les anneaux et ce sentiment de limite au sexe qui butte contre les barreaux. Mais le plus excitant c’est de se voir avec cette contrainte de sexe entre ses jambes, qui génère l’érection qu’elle va combattre.

Comme beaucoup ici, j’ai apprivoisé ma cage peu à peu, la gardant quelques heures, puis une première nuit vivant ma première épreuve d’érection nocturne incontrôlée qui me l’a fait enlever en urgence. Effectivement, je me branlais moins mais toujours avec un immense plaisir quand je finissais par me « libérer » …

De quelques heures, j’ai appris à la mettre dès mon retour du travail, à essayer de la garder toute la nuit, à passer une partie du week-end dedans, retardant ma « libération » autant que je pouvais. En clair, je suis devenu accro à la cage, au point d’en arriver à faire face au manque principal : ce n’était que moi qui m’imposait volontairement cette contrainte, libre d’en sortir quand j’en voulais, malgré les subterfuges. J’ai bien essayé de congeler la clé dans une bouteille, mais quand je l’ai voulu au milieu de la nuit, le bloc de glace n’a pas résisté longtemps sous l’eau chaude…

Face au miroir du lavabo, je me rase une nouvelle fois. Je veux-être parfait ce soir, même si la « boule » au ventre monte de plus en plus. J’espère enfin rencontrer celle…

Je me suis finalement inscrit sur le forum cage-et-chasteté il y a 12 mois sous un pseudo. J’ai mis mon âge réel et ma vraie ville, sans trop d’espoir car à part quelques femmes KH de membres qui viennent témoigner et partager, le site reste essentiellement masculin. Le partage autour de la cage serait-il une affaire majoritairement d’hommes comme pour les voitures ? D’hommes matures en plus, vu que les jeunes passionnés de la cage, ne semblent pas rester sur le forum, s’ils viennent, même les plus volubiles et actifs.

L’ « admin » Jeepy m’a bien accueilli comme les autres encagés actifs, tous vraiment sympa et désireux de partager sur le sujet commun. Et traditionnellement sur ce forum, j’ai dû publier ma photo de « présentation ». Drôle de présentation d’ailleurs que d’envoyer la photo de sa trompe d’éléphant sagement emprisonnée. Un vrai frisson même pour moi qui n’a jamais été exhibitionniste que de devoir montrer son « membre » en gros plan aux yeux du monde pour devenir membre à part entière. Quoi qu’en disent certains plus désinhibés que les autres sur le forum, cela peut-être une démarche très intimidante et personnelle, proche chez moi d’une sensation de « coming-out ». Oui je suis adepte de ce genre de relation amoureuse déséquilibrée ou plutôt je suis convaincu que j’en ai la nécessité !

Une enveloppe vient d’apparaître sous le seuil de la porte de la chambre. Mon cœur bat la chamade quand je m’en saisis. Un carton d’invitation écrit par une main féminine. Je peux en sentir le parfum. Il donne la règle du jeu de la soirée, une sorte de speed-dating comme j’ai pu tester chez Neetic sans succès. Les femmes qui vont d’homme en homme. Une cloche qui sonnera 4 fois et j’appartiendrai pour les 20 minutes suivantes à la Dame qui me choisira. Je n’ai droit à aucune initiative, ne dois jamais leur adresser la parole et les laisser faire quoi qu’elle fasse. A la 4ème cloche, je devrai passer la nuit en la compagnie de la dernière qui m’aura choisi. Tous les « abus » lui seront alors permis… et sans aucune garantie que ce soit…

Bigre ! Mais je ne peux constater que ce programme m’excite déjà entre les barreaux. N’ai-je pas cela que je voulais, être fragile entre les mains d’une Femme ?

Je ne me faisais d’ailleurs aucune illusion en m’inscrivant au forum. Ce n’était en aucune façon un terrain de rencontre vu le manque de participation féminine. Oh il y avait bien un ou deux hommes, Maîtres réels ou autoproclamés, qui m’ont fait des propositions indécentes en MP, mais ce n’est pas ce que je recherche. Peut-être plus tard, quand j’aurai vécu, mais pas à 26 ans et sans enclin homo. Je me contentais de parler autour d’une passion commune avec les membres actifs du forum, avec une réelle satisfaction de partager envies et ressentis, dans une sorte d’hobby journalier, où je racontais finalement tant de ma vie, de mes aventures passées avec Véro, de mon célibat actuel et de ma recherche finalement de dépendance…

Très rapidement, je suis devenu ami épistolaire avec Petit Zest, Arthur de son vrai nom. S’il était un peu plus jeune que moi, nous avions cependant eu le même profil de vie amoureuse, ayant vécu une courte aventure avec une fille qui savait ce qu’elle voulait des hommes. Nous avons beaucoup sympathisé, conversant en MP et même nous avons fini par échanger nos mails privés. Nous nous soutenions l’un l’autre dans l’apprivoisement de la cage nous mettant mutuellement au défi d’aller plus loin. Et puis un jour, Arthur a disparu du forum. Je guettais ses venues dans son profil, mais sa dernière visite datait invariablement du 4 mai. J’ai essayé de le contacter sous son mail privé, en vain. Encore un jeune qui disparaissait tout comme les autres, que j’ai repéré de-ci et de-là sur les posts. Présents et actifs, très sympas et partageurs, jusqu’à un jour où ils disparaissaient complètement du forum…

Incompréhensible jusqu’à ce que la nature réelle du forum se soit révélée à mes yeux. C’était un dimanche en fin de matinée et j’ai eu la stupéfaction au moment que je lisais les dernières nouvelles sur le forum de voir s’afficher une fenêtre au-dessus de l’interface habituelle. Elle disait que j’avais été choisi, que mon profil avait été repéré par les administratrices (je notais le féminin) et m’invitait à passer dans la partie cachée du forum pour la « complétude de mon plaisir par mon encagement réel par une Dame ». En bas, juste 2 boutons : J’OSE ! et JE NE SUIS PAS INTERESSE. Il était ajouté que je n’aurai qu’une seule chance d’accéder au niveau « supérieur ».

Une violente tempête m’a alors pris en tête. Hypnotisé par l’écran, il m’a fallu plus d’un quart-heure pour me décider. J’ai cliqué J’OSE en tremblant. Aussitôt un avertissement d’installation d’application est apparu que l’on m’invitait à accepter. J’ai cliqué de nouveau Ok pour l’installation au bout de laquelle une simple fenêtre de tchat s’affiche.

ELLE : Bienvenue à toi Thomas. Tu as fait le bon choix !

Le message est synthétisé auditivement par mon portable d’une voix féminine légèrement métallique. De quoi impressionner un petit mâle peu sûr de lui-même…

TOTHOM : qui êtes-vous ?

ELLE : Les vrais Maîtresses de ce forum. Je t’y suis avec intérêt.

Jeepy et consorts ne serait qu’une façade ? Je suis sur la défensive. Cela pourrait être un homme derrière, peut-être même que le forum a été hacké !?

TOTHOM : je ne suis pas sûr…

ELLE : cela t’aiderait si je te prouvais que je suis réellement une Dame ?

TOTHOM : non. Enfin oui un peu…

ELLE : que veux-tu voir de moi pour te convaincre ? Ma main, mon pied ? Mais tu n’as pas encore le droit à quelque chose de plus érotiquement explicite… Réfléchis bien.

J’opte pour la main, me disant que je saurai détecter si elle a des grâces féminines. Une vidéo s’affiche dans un coin de l’écran, celle d’une main élégante d’une femme d’âge indéterminé avec ses bagues, sur laquelle un stylo vient écrire mon prénom, l’heure et la date d’aujourd’hui. Aucun trucage possible.

ELLE : convaincu, mon petit Thomas ?

TOTHOM : oui. que me voulez-vous ?

ELLE : que du bien, rassure-toi… tu portes ta cage aujourd’hui ?

Je suis déstabilisé par le direct de la question, accentuée par la voix métallique. Après tout, je me suis inscrit au forum d’encagés. Je suis dans un nouvelle semaine test pour voir si je peux la supporter 7 jours d’affilée, le précédent ayant été un échec. C’est un défi que nous avions évoqué avec Petit Zest. Je réponds simplement que « oui ».

ELLE : je peux la voir ? tu veux bien me la montrer, s’il te plait ?

Cela me semble plus qu’un ordre qu’une demande polie. L’écran de ma webcam automatiquement allumée s’affiche sur l’ordinateur et je commence à paniquer quand je commence à comprendre qu’ « elle » veut vraiment la voir en vrai. Heureusement que la position est telle que la caméra filme au niveau de ma poitrine ou sinon « elle » aurait vu mon visage cramoisir. Je ne sais pas que faire… L’écran s’impatiente en écho de la voix métallique.

ELLE : 10
ELLE : 9
ELLE : c’est une étape nécessaire pour la suite…
ELLE : 8
ELLE : fais attention tu n’auras qu’une seule chance…
ELLE : 7
ELLE : schnell !
ELLE : 6

Je me sens complètement dépassé par la nature de cet échange. Je me retrouve en automate à ouvrir la ceinture de mon pantalon, à sortir mon sexe encagé et à me montrer. Je ne peux pas rater mon intimité qui s’affiche en gros plan sur l’écran de l’ordinateur, ni que je bande à moitié entre mes barreaux face à l’humiliation vécue. Drôle d’état : j’ai honte et suis excité à la fois.

ELLE : c’est bien tu es docile dès que l’on te bouscule un peu… très joli petit zizi sous clé comme je les aime. A bientôt mon petit Thomas. Et garde un œil sur ta messagerie. Nous t’attendons…

Avant que je puisse répondre quoi que ce soit, la fenêtre de tchat se referme. Je me retrouve sur l’interface classique mais un message m’annonce que je ne suis plus autorisé à participer au forum dorénavant. Je peux lire mais pas répondre. Simultanément un mail arrive sur ma messagerie, depuis le forum avec la photo de mon sexe encagé accompagné d’un simple : « postulant n°27 ». Où a-t-elle eu mon adresse mail ? Que je suis bête, sur mon inscription au forum, ce qui finit de persuader qu’elle en a le contrôle. Est-ce Dame Zétiane ? Ou encore Dame Lucrétia ? Ou une énigmatique Maîtresse de Papillon ? D’ailleurs ce Papillon, c’est une peu l’Arlésienne du forum. Il est présent partout mais n’apparait jamais. Et son adresse de domiciliation dans une obscure banlieue néo-zélandaise ? Trop louche cela… Et le n°37 cela veut dire quoi ? Qu’il en a eu 36 avant moi ? Le « nous t’attendons » me fait un peu froid dans le dos… l’idée de chair fraiche pour sévères Dominas me traverse l’esprit…

Le mardi suivant, je reçois un nouveau mail de l’admin du forum sans rien de plus qu’un lien URL à suivre qui commence par http://www.cage-et-chastete.com... Je me méfie et googlise le lien. Aucun résultat ! Rien d’autre que les adresses de pages déjà connues du forum… Finalement je me décide à cliquer sur le lien et il s’ouvre quelque chose que je n’intègre d’abord pas. On est loin de l’interface bleu et rouge habituelle, plus proche d’un site épuré et adapté pour smartphone. Et pourtant c’est toujours http://www.cage-et-chastete.com... Bizarre… Je regarde en détail le contenu. En plein milieu de la page « Es-tu prêt à une vraie vie D/S et amoureuse ? ». Tout cela pour rameuter vers un site de rencontre payant, fut-il spécialisé et de niche ? Jeepy aurait finalement cédé aux sirènes de la financiarisation ?

J’ai un début de sentiment de colère qui monte face à cette découverte pleine de déception. On est loin de l’excitation que j’avais pu avoir à montrer ma bite encagée à une inconnue. Je clique cependant sur TEMOIGNAGES, la seule autre chose qui apparait sur cette page. Une liste s’affiche avec chaque item sobrement intitulé « Histoire de X avec sa Maîtresse Y ». J’en ouvre une au hasard et suis surpris par la longueur du texte. Je commence à le lire pour voir jusqu’où va la manipulation commerciale mais me retrouve rapidement happé par l’histoire de la rencontre de Julien avec sa dorénavant femme et Maîtresse adoré Audrey. C’est extrêmement bien écrit, prenant et excitant. Je me découvre plein de points communs avec lui, depuis ma vie amoureuse et sexuelle peu reluisante, ma découverte troublée de mon enclin à la D/S, jusqu’à l’achat de la première cage et l’inscription sur le forum. Un pseudonyme est indiqué. J’ai un doute, ouvre un autre onglet et recherche sur le forum : je le retrouve évoquant les mêmes passages et surtout je découvre que lui aussi a disparu sans crier gare un jour il y a 2 ans !

Je dois m’éloigner de l’écran un instant pour réfléchir, terriblement déstabilisé par cette découverte. Cela ne peut pas être un hasard ! Je continue ma lecture de son histoire. On zappe directement à sa vie actuelle en couple D/S établi. C’est totalement le genre de vie que j’aimerais vivre intensément. Mon sexe ne se trompe pas en se retrouvant très à l’étroit dans ses barreaux à la fin de la lecture et mouillant de son pré-jus déjà tellement.

J’essaye une autre histoire. Encore la même chose. Un petit mari soumis en devenir dont je retrouve la présence sur le forum et la même subite disparition, et dont je me délecte d’excitation de lire sa vie D/S d’après en couple. C’est tout ce que je rêve ! La 3ème histoire suit le même schéma et me laisse avide de vivre aussi la même vie. C’est bien simple, toutes les 8 histoires mises en exergue sont celles de jeunes hommes comme moi qui sont passés par le forum et ont trouvé leur femme exigeante pour la vie. Je me sens envieux.

Je passe une grosse partie de la nuit à communier avec ce monde D/S rêvé, lit plusieurs fois leurs histoires fascinantes, jusqu’à en enlever la cage que je devais pourtant garder jusqu’au vendredi suivant et me branler jusqu’à délicieuse éjaculation plusieurs fois à la suite. A 4h du mat, j’ai la bite définitivement repue de tant d’excitation et recherche en vain comment moi je peux aussi participer à ce programme… Aucun lien d’inscription, aucun lien de contact : rien !

Il va être 21H dans le gite. C’est l’heure de descendre ! Je prends une grande inspiration, vérifie une dernière fois mon costume et referme la porte de ma chambre en tremblant déjà. La descente de l’escalier est un petit calvaire angoissé d’encagé prêt à être croqué tout cru. J’atteins finalement la salle à manger où 5 autres jeunes hommes aussi endimanchés et gênés que moi attendent fébrilement… Je suis chaleureusement accueilli par l’unique femme présente et masquée à qui je donne une cinquantaine d’années. Qui est-ce finalement ? Dame Zétiane ? L’administratrice bienfaitrice du forum cachée derrière notre cher admin Jeepy ? Tout cela est si troublant…

Avatar du membre
jeepy
Administrateur
Administrateur
Messages : 4302
Enregistré le : jeu. 3 mai 2012 23:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Tarentule RedChili
LOCALISATION : champagne

Re: La face cachée du forum

Message par jeepy » ven. 3 nov. 2017 21:07

Quelle super idée de te référer au forum pour conter tes aventures, petit thomas ! J'aime beaucoup ... Ce que tu dis du forum au début est assez juste.
Alors comme ça, le forum cacherait une application qui "kidnapperait" les jeunes soumis encagés, les ferait disparaître de la partie visible du forum ? Il va falloir que je demande à mes deux admin techniques (atarikiki et carlo44) d'installer cette appli d'urgence ! Cela me fait penser à une légende des années 70 qui voulait que des jeunes-filles disparaissent dans des back-room de certains magasins ... Là, ce sont des jeunes hommes encagés. Ce serait vraiment un bon plan ! Hélas nous n'avons que peu de Dominas ici ... sauf si Dame Zetiane, Dame Lucretia ou une autre jouaient un jeu que nous ne pouvons maîtriser. Va savoir ! ...
Après, je ne sais pas ce qu'il va se passer pour tothom, mais il y a déjà des aventures palpitantes ici, dont certaines semblent bien réelles.

PS : allez, je me lâche. Je trouve que notre site concurrent (chasteté masculine) est beaucoup plus compassé et culturellement correct. Alors qu'ici, ça vit, ça bouge, et sans tabous. Merci bacchus.

Avatar du membre
Chaste59
Supporteur
Supporteur
Messages : 4391
Enregistré le : mar. 24 janv. 2012 17:17
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Prison de Morgane
LOCALISATION : Lille

Re: La face cachée du forum

Message par Chaste59 » sam. 4 nov. 2017 01:07

un récit étrange et original
il y aurait des fonctionnalités non connues sur le forum ?

Avatar du membre
S665
Membre
Membre
Messages : 629
Enregistré le : dim. 16 juil. 2017 07:50
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Très minie chine
LOCALISATION : Proche de Lille (59)
Contact :

Re: La face cachée du forum

Message par S665 » sam. 4 nov. 2017 02:14

C'est une excellente idée cette face cachée.
Et comme habituellement tellement bien écrit.
Bon, le décor est planté, les personnages vont commencer à évoluer ...
Mais diantre ! Que va t-il advenir de Thomas ?
Bravo Bacchus
:exib: S665 Encagé à vie :exib:

bacchus
Membre
Membre
Messages : 2087
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

Re: La face cachée du forum

Message par bacchus » sam. 4 nov. 2017 13:43

En fait, je ne suis pas arrivé à dormir le reste de cette (courte) nuit-là, la tête pleine de fantasmes D/S comme ceux que ces bienheureux vivent maintenant en vrai. Je suis ailleurs le jour suivant au travail à relire en cachette ces mêmes 8 histoires fascinantes dès que je peux. Je voudrais tellement en faire partie à mon tour…

J’ai dû attendre jusqu’au jeudi que le site évolue un peu. A ma grande joie, un PARTICIPATION est apparu à côté de TEMOIGNAGES ! Je m’empresse d’ouvrir le nouveau lien et tombe sur les « prérequis avant toute chose ». Les exigences me font un peu pâlir tant elles me semblent bousculer et brûler les étapes. Fini avec l’anonymat du web : je dois apparaître à visage découvert, donner mon adresse réelle et mes numéros de téléphones qui seront « certifiés » par la réception d’un code à renvoyer. Il me faut en plus fournir le scan de ma carte d’identité et le mot de passe d’accès à ma messagerie. Je regrette là immédiatement de ne pas avoir créer un compte spécial et isolé pour m’inscrire au forum… Je dois aussi remplir un questionnaire comme pour Neetic sauf que là, il ne fait pas dans la dentelle : tout y passe de mes mensurations y compris sexuelles à mes « qualités » déjà acquises « d’homme de maison », en passant la description détaillée et circonstanciée de ma vie sexuelle passée et actuelle. La fin du questionnaire détaille mes motivations et aspirations de jeune homme.

Et ce n’est que la première étape de l’inscription. La deuxième est de me faire un « book de postulant » et pour cela, de déjà me procurer une « télécommande à selfie » pour que je sois capable de faire seul la série de photos exigées. Leurs thèmes me font de nouveau pâlir. Si cela commence soft et habillé, les suivantes doivent se faire totalement nu, avec ou sans cage dans des poses de plus en plus indécentes. Cela me rappelle quelques parts les consignes précises du site « montrées » pour forcer à l’exhibitionnisme. Sauf que là il me faut faire du fétichisme excitant en noir et blanc sur des positions imposées et illustrées dans l’explication détaillée de l’attendu qui est donnée pour chaque cliché à fournir.

Enfin, le tout sera soumis à « validation » à l’envoi sur le site, avant d’accéder à l’étape suivante qui sera celle de l’attribution d’une « superviseuse attitrée ». Je prends le temps de réfléchir si je veux aller aussi loin, mais la relecture des TEMOIGNAGES a vite fait de brise les dernières réticences que je pourrais avoir pour la protection de ma vie privée. Je m’empresse de commander la « télécommande à selfie » non sur le site le moins cher, mais sur celui qui a la capacité de me la livrer au plus vite, dès le lendemain. Et je m’attaque au long questionnaire…

J’annule un repas que je devais passer avec des amis, prétextant avoir pris en coup de froid, pour me concentrer tout le week-end à réaliser la cinquantaine de photo du « book » exigées. Je m’aperçois vite après les retours sur les premiers clichés renvoyés que j’ai sous-estimé la tâche. Tous REFUSES ! Il ne s’agit simplement pas de se prendre en photo, mais de se mettre littéralement en scène en pensant décor et éclairage. Le samedi matin, je suis à l’ouverture du magasin de déco de mon quartier, pour compléter mon équipement d’un tapis en bon état et d’une série de spots, et je m’y mets cette fois sérieusement.

A la fin du week-end, j’ai réussi à faire une trentaine de clichés qui me conviennent. J’ai encore à les améliorer par traitement du contraste, mais ils sont assez proches de la qualité des exemples mis en avant. Je ne peux m’empêcher de rougir quand je les parcoure un à un. J’ai dit que je n’étais pas exhibitionniste et pouvoir les faire chez soi en privé est un vrai avantage, ou plutôt pour mon cas psychologique de timidité, la seule voie possible. Je ressens encore le sentiment de honte à en réaliser certains, comme ce gros plan à prendre juste après que ma bite ait juté ou ces fesses à exhiber en chien face à la caméra de mon téléphone. C’est simple j’ai beau être tout seul dans mon appartement, je ne me suis jamais senti si vulnérable, avec la conscience d’une Maîtresse impersonnelle très présente qui me superviserait derrière mon dos…

J’ai moins de temps dans la semaine avec le travail pour avancer, mais j’arrive à obtenir mon vendredi pour terminer. A 22h, je suis fier et soulagé d’avoir enfin envoyer mon dossier complet sur le site. J’attends vivement la suite…

Les femmes font leur entrée dans la salle en file indienne. Les Maîtresses plutôt, tant leur présence me semble solennelle, toutes habillées de la même robe de soirée bleue avec capuche et toutes avec le même masque de chouette, dans une sorte de procession de prêtresses d’un culte de dévotion féminine auquel je veux bien m’adonner ici et maintenant. J’essaye de repérer/deviner qui est ma « ELLE » mais tout semble être fait pour décourager ma curiosité. Les Maîtresses ont à peu-près la même taille, arborent toutes une chevelure blonde réelle ou issue d’une coloration récente, et sans aucun signe distinctif évident. De toute manière, je ne vois pas à quel détail, je découvrirais celle que j’attends… Je ne connais après tout que sa voix et son goût, et là elles restent sagement silencieuses et habillées.

Elles se séparent pour pendre chacune un cavalier, attitré je ne sais comment, par le bras. Ma cavalière donc une femme, encore jeune, peut-être un peu plus âgée que moi, avec des cheveux fins et blonds, des lèvres parfaitement dessinées, des yeux verts et un beau. Elle m’emmène à la place qui nous a été attribuée autour de la grande table pendant que la maîtresse de soirée s’installe à présider en extrémité.

- Mesdames, à vos jeunes hommes.

Je suis pris au dépourvu quand ma cavalière s’attaque à ma braguette pour exposer à l’air libre mon sexe encagé ! Je ne suis pas le seul à subir ce traitement, les autres garçons sont « exposés » à l’identique et baissent comme moi le regard sur leur assiette terriblement gênés. Surtout que la main qui s’est emparée de mon intimité, exige que je me mette en quelque sorte au « garde à vous » devant sa fémininité. Mon sexe qui n’a plus connu de caresses depuis 3 mois ne se préoccupe nullement de mon accord pour rentrer dans le jeu des Dames.

Et comme si ma gêne n’était pas déjà suffisante, je suis saisi de l’arrivée, d’une serveuse inattendue en ce gite, qui amène des coupes de champagnes. Elle ne peut pas manquer nos sexes exposés et les mains des Dames qui les tourmentent délicieusement. Cette soirée commence très fort ! La serveuse reste le temps de disposer une coupe, d’abord devant les 6 Dames, puis après retour de ravitaillement en cuisine, devant nous. Elle disparait discrètement dès son service terminé.

- Je souhaite à tout le monde, la bienvenue à cette soirée. Mesdames, je crois qu’il est temps de faire monter l’attention chez nos jeunes hommes.

Avant que je puisse comprendre quoi que ce soit, ma partenaire de table commence à caresser délicieusement ma hampe dans sa prison, ses fins doigts entre les barreaux. Je me laisse aller à la caresse langoureuse, inattendue qui déclenche cette mécanique d’homme intemporelle. Je me retrouve vite à couler sous l’action de ces doigts dans la cage et je vois les yeux dans le vague, le même dénouement pour les couples en face de moi, les doigts qui recueillent le plaisir du mâle, que l’on donne à humblement nettoyer dans la bouche. J’y passe à mon tour et goûte avec contrition mon jus intime et amer que j’évite habituellement…

La suite est arrivée de façon inattendue par le courrier le mardi suivant. Une grande enveloppe écrite à la main, d’une belle écriture féminine. Une lettre « suivie par la Poste » sans aucune indication d’origine. Je n’ai rarement été dans un tel état émotif quand je l’ouvre précautionneusement. Il y a dedans une lettre manuscrite et un petit sachet scellé. Je commence par la lettre, une simple page qui me confirme que je suis « officiellement admis comme postulant ».

La Dame qui écrit se présente dans le courrier comme ma « superviseuse ». Pas de prénom, elle se nommera juste Elle comme pour toutes les femmes auxquelles j’aurais affaire pendant le « processus ». Sa tâche est de « m’entraîner » suffisamment pour que j’acquiers une « bonne valeur » sur le « marché » du mariage. Elle ne me cache pas que cela va passer par un « renforcement » de ma chasteté en cage, condition « indispensable » à la réussite d’un mariage D/S heureux. Quand je serais suffisamment « cadencé », ma Superviseuse décidera du moment où elle me « mettra sur le marché ». « Nous avons un tas de jeunes femmes en recherche du petit mari soumis comme elle aspire. Ce que notre organisation bénévole leur assure, c’est de disposer d’un cheptel de mâles répondant à ce profil précis, déjà débourrés par nos soins ». Là il me faut aller chercher sur internet le sens précis de ce mot : DEBOURRER, (Équitation) Commencer à assouplir un jeune cheval, à le rendre apte aux usages auxquels on le destine.

Cela fait un peu foire à bestiaux, mais finalement ce n’est pas plus délirant que ces « rallyes » où les jeunes hommes et femmes bien comme il faut apprennent à se connaître tour le long de l’année pour être assuré que les futurs mariages restent entre « soi ». Là je découvre que la face cachée du forum est une entreprise de mariage spécialisée pour futurs couples enclins à une vision D/S de la vie. Le forum attire les postulants et permet leur sélection. Mais qui a pu avoir une telle idée ? Et pour le recrutement des femmes, ils font comment, vu leur naturelle rareté sur le forum ?

La lettre me prévient qu’un entraînement est aussi prodigué aux futures épouses. « Nous ne le faisions pas au début et cela a été la cause de pas mal d’instabilité dans les couples formés. Nous avons décidé de créer un cursus particulier pour les futures Maîtresses de maison, pour leur apprendre à gérer avec efficacité le besoin de fantaisies de leur petit mari soumis, savoir devenir une chipie pour eux et les punir efficacement quand nécessaire ».

Le courrier se termine en me donnant le numéro perso de ma Superviseuse, même si elle me prévient à l’avance que tout sera rejeté sauf mes SMS respectueux. Pour l’instant, on me demande de confirmer la réception de la lettre. J’envoie aussitôt un SMS et une minute plus tard une réponse arrive :

« Bienvenue donc n°37 dans le programme. La première chose que je vais te demander c’est une première petite reddition. Ouvre le sachet scellé qui tu as reçu, je suis sûr que tu comprendras tout seul. Quand ce sera fait, tu me renvoies une photo preuve… »

De quoi parle-t-elle ? Je déchire le plastique et trouve un cadenas ouvert et sans clé, de plus gravé d’un numéro de série. Ce n’est pas un moment facile quand j’intègre finalement que la « petite reddition » demandée est celle de mon pénis, que ma Superviseuse va mettre pour la première fois hors de mon atteinte. Elle est conforme ainsi à la volonté affichée dans la lettre, de « renforcement » de ma chasteté en cage, mais cela me fait une sacrée dose d’adrénaline de passer cette fois mon sexe dans la cage, avant de l’enfermer pour je ne sais combien de temps du cadenas d’une Femme dont j’ignore tout !

A table, c’est l’heure du champagne sauf que je repère immédiatement que nos coupes sont plus sombres que celles des Dames et surtout il n’y aucune bulle qui apparaissent… Je me décide d’éviter d’y porter mes lèvres mais suis dépassé par le « toast » qui s’annonce. Chacune de nos partenaires nous tend notre coupe et prends la sienne. Je suis débordé n’ayant pas d’autre choix que de prendre celle qui m’est tendue. Ma cavalière nous met dans une position étrange avec nos bras qui s’entrecroisent. Je suis coincé quand elle commence à boire sa coupe … Face à mon hésitation, sa main libre vient gentiment me rabrouer dans les cheveux et je découvre que je ne suis pas le seul jeune homme à être ainsi secoué.

Le goût de ma coupe me tire une grimace, je crains du nectar de Maîtresse mais ce n’est que du jus de pompe servi bizarrement tiède… Je vois à sa lueur d’œil rieuse que ma cavalière sait très bien ce qui m’est passé par la tête. Je me détends pour finir tranquillement ma coupe.

L’entrée nous est servie de façon discriminée. Pour les femmes, du foie gras avec ses toasts grillés et pour nous une « salade » très diététique constituée d’une fine et longue tranche de concombre, accompagnée de 2 rondelles de tomates, qui dessinent un sexe masculin stylisé avec son filet de vinaigrette en forme de cage. Très symbolique !

Je n’ai pas passé une bonne nuit, réveillé et tiraillé par mes 4 érections nocturnes. Le lendemain, je suis réveillé en fanfare à 7H par mon téléphone portable que j’avais oublié d’éteindre. Je maugrée de savoir le con qui ose m’appeler si tôt un samedi matin ?! Je m’apprête à répondre vertement quand je constate que ce n’est qu’un sms… et je rougis de ma réaction quand l’expéditeur apparait comme « ma Superviseuse ».

Il dit : « Debout Thomas ! Aujourd’hui tu vas quitter ton appartement à 7h30 précises en laissant les clés dans la boite aux lettres. Tu ne gardes que ta clé de boite aux lettres ».

C’est un peu la panique organisationnelle pour moi qui aime prendre mon temps, surtout le matin. Je prends une douche rapide, zappe mon café du matin, m’habille et me précipite dehors à 7h30 pile. Je n’aime pas l’idée de laisser mes clés dans la boite aux lettres mais me décide finalement.

Mon patron est étonné de me voir arriver si tôt… Pas de nouvelles de ma Superviseuse pendant la journée, qui pourtant ne quitte pas une seconde mon esprit, ni « sa » cage dans laquelle elle m’a emprisonné le sexe. Se sentir « possédé » quelque part par Autrui, une Maîtresse femme de surcroit, a quelque chose d’hypnotisant. Dès que je peux, je vais « toucher » comme si je n’arrivais pas à croire à la réalité de ce qu’il m’arrive…

Quand je rentre le soir et retrouve mes clés avec le courrier du jour, je découvre qu’en mon absence mon appartement a été transformé en une espèce de studio de télé-réalité avec des caméras partout y compris dans les toilettes et sous la douche. Impossible d’échapper à l’œil de Moscou ! Je n’aime vraiment pas cette idée d’être tout le temps surveiller et une idée de destruction immédiate des foutues caméras passe dans mon esprit. Cela va trop loin ! Un coup fourré de ces foutus techniciens admins du forum qui ne s’occuperaient pas que de sa maintenance, mais aussi de mettre en place tous les moyens d’espionner les pauvres encagés pris dans sa toile ?

Jusqu’à ce que je découvre sur mon lit, une note laissée à côté d’une petite boite. La note me conseille de me calmer, que c’est un sentiment humain normal de sentir mon intimité violée, mais après tout n’est-ce pas le fondement de la D/S que de voir sa liberté d’homme restreinte ? Cela me fait réfléchir surtout qu’il y a une menace dans la note de diffuser mon « book » d’une façon que je n’aimerais sans doute pas…

La note me demande aussi de fixer immédiatement à la cheville, le contenu de la boîte que j’ouvre un peu inquiet. Je trouve dedans une sorte de bracelet électronique avec sa notice qui ne masque en rien que c’est un dispositif de tracking GPS conçu pour suivre les déplacements des personnes âgées atteinte d’Alzheimer, non enlevable par le porteur et waterproof, avec une durée de vie des batteries étendues à 90 jours.

Il n’y aucune autre explication sur le pourquoi je devrais m’équiper volontairement de cela moi qui suis en bonne santé, ni dans la notice, ni dans la note de ma Superviseuse. Pourtant le dessein est clair, savoir en permanence où je suis, voire même dans la notice reconstituer mes déplacements, comme un nouveau contrôle de ma liberté. J’hésites à le boucler autour de ma cheville…

Et là je suis pris au total dépourvu par La Voix, cette voix qui résonne de toute part dans l’appartement, cette voix métallique de ma Superviseuse !

- Tu ne vas pas y passer 10 ans, Thomas. Oui je reconnais que c’est humiliant mais cela ne fait pas mal… Comment veux-tu avoir la chance de devenir un petit mari heureux et soumis, si tu hésites à chaque perte de liberté ?

Je suis observé ! Je me retrouve à tourner la tête de tous les côtés, avant de comprendre : les foutues caméras ! Mais alors que je devrais sentir ma colère monter, c’est tout l’inverse qui se passe. Je m’assois en chancelant sur le lit et à ma grande honte me met doucement à pleurer de trop d’émotions.

- Calme, calme. Allez sois un peu courageux…

Je prends le bracelet en automate et sur les directives de la voix de ma Superviseuse, je boucle autour de ma cheville droite le bracelet de tracking, ne sachant même plus si c’est une bonne chose ou pas, et commençant doucement à apprendre à m’abandonner à la volonté d’une Dame.

Elle ne me « lâche » pas cette première soirée, m’amenant à ramasser mon linge sale autour de mon lit, à faire la lessive que j’évite soigneusement d’habitude, à nettoyer mon coin cuisine nickel, laver son sol avant de m’envoyer au lit à 22h30. Je suis crevé de ma soirée, et ne tarde pas à m’endormir…

J’ai fini mon entrée « diététique » et j’attends, pas si tranquillement que cela, que les Dames finissent de déguster leur foie gras. Une fois terminé, la serveuse est train de débarrasser les assiettes, quand la Maîtresse de table fait tinter une première fois la cloche. Chaque cavalière se lève, prend son cavalier attitré par l’oreille (aie !) et se remet en procession accompagné par « son » jeune homme. Nous montons à l’étage des chambres. Je vais très attention de bien suivre ma cavalière pour ne pas voir mon oreille arrachée. Dans un ballet très ordonnée qui me fait presque penser à une présentation à l’élection de Miss France, chaque duo disparait dans une chambre alors que la colonne continue d’avancer.

Notre tour arrive et ma cavalière me fait rentrer dans une chambre, une pièce pour couple avec son grand lit, mieux équipée que l‘austère cabinet qui m’a été attribué à mon arrivée. Elle me lâche enfin l’oreille maintenant douloureuse pour s’assoir dans un fauteuil, presque y trôner en magnificence.

- Je suis ELLE, mais par celle qui t’a posé sa bague. Je suis ELLE comme mes 5 sœurs avec qui j’ai passé tant de week-end à apprendre à gérer nos futurs maris. Je suis ELLE indissociable et tu me dois obéissance.

Le discours a beau avoir été appris, il me fait un effet terrible. D’abord à part ma ELLE c’est la première Dominante que j’entends sans filtre métallique et tout ce à quoi j’ai aspiré ces dernières années est là !

- Déshabilles-toi et langoureusement. Je n’aime pas le vulgaire ! J’ai mission de te contrôler…

C’est simple de fantasmer sur une vie au service des Dames, mais la réalité me rattrape. La voix est sèche et impérieuse. Je ne sais pas si elle était ainsi à l’origine, ou si elle l’a appris lors de ses « stages » de Domination conjugale. Mais l’idée de ne pas obéir m’est maintenant taboue. Je commencer à enlever mes vêtements avec la plus grande distinction que je peux…

A partir de cette première soirée, je commence à vivre une vie « intime » avec ma Superviseuse, pas chaque soir ou week-end, mais quand mon défaut de comportement le nécessite, sa voix résonne dans mon appartement et me corrige. Je me sais surveillé en permanence. Elle m’a révélé assez-tôt qu’elle n’était pas la seule à avoir accès aux images de chez moi, ni au compte rendu de tracking de mes déplacements, voire même qu’elle utilisait un réseau d’informateurs volontaires pour lui signaler les problèmes.

Au bout d’un mois de sa « supervision », je suis toujours enfermé à mon incrédulité complète dans ma cage. Jusqu’à présent, je n’avais fait que 7 jours d’affilée et en grimaçant. Je lui ai signalé des problèmes d’hygiène et elle l’a résolu en me faisant changer ma cage fermée pour une cage plus aérée, un soir sous l’œil des caméras. Impossible d’en profiter entre les 2 cages ! Elle me demande aussi beaucoup d’explication sur mes déplacements et au moins 2 fois par jour, à lui envoyer la preuve par photo SMS que j’ai toujours la cage bien arrimée. Je crois que cela m’aide à m’habituer à être dépendant peu à peu. Un sentiment de fierté de porter la cage pour ma Superviseuse est né.

Le reste est une sorte d’entraînement à domicile. Je n’ai jamais eu mon appartement aussi propre et rangé. Et si j’oublie quelque chose, il ne faut que peu de temps pour qu’un informateur dénonce mon manquement et que j’ai le droit au courroux de la Voix.

Et finalement au bout de quasi 5 semaines, un SMS me prévient au travail que c’est l’heure de ma première libération ce soir. A partir de sa réception, il est impossible de me concentrer sur mon travail, la bite en permanence gonflée entre mes barreaux. Je ne traîne pas pour rentrer et suis déçu de pas trouver la clé de ma cage. J’essaye d’interroger les caméras mais aucune réponse. Je sors pour acheter au fast food d’à côté un « big » burger (avec frites grasses) pour me changer les idées. Je suis prêt à l’avaler devant la télévision quand la Voix de ma Superviseuse m’interpelle enfin.

- Tu n’as vraiment aucune patience ! Tu me jettes tout de suite cette merde à la poubelle !

J’obéis immédiatement en balançant le tout dans le vide ordure et me reprochant mon comportement. Le training que je subis depuis un mois est finalement diaboliquement efficace. Je change par petites touches sans en avoir l’impression. L’aventure de 5 semaines de chasteté sans répit a quelque chose de prenant. Entre le 10ème jour et la fin du mois, j’aurais été prêt à concéder n’importe quoi pour pouvoir jouir. Ma Superviseuse n’a cessé de m’encourager et de me féliciter, et m’a aidé à tenir ce que j’aurais cru comme intenable. Je suis si fier d’être arrivé au bout de 5 semaines totalement incroyables. Et j’allais tout gâcher d’une boudinerie de petit mâle, mal placée ?

Je retourne dans le salon et ne m’étonne même plus de devoir mettre la chaîne 99 sur la télévision, pendant que je mange la salade que m’a fait préparer ma Superviseuse à la place. La TV diffuse un programme spécial couple D/S qui ne doit pas normalement exister avec mon abonnement duo (télé+internet) auprès de mon fournisseur d’accès. Mais l’inventivité, ni de ma Superviseuse, ni des fameux admins techniques de Jeepy ne m’étonne plus vraiment…

Ma chaîne perso D/S diffuse d’abord une vidéo d’un mari soumis qui se fait punir à la cravache par Madame avant de la remercier « désolé » de sa langue contrite entre les cuisses, puis un long film qui détaille la vie d’un couple adepte du cuckolding, d’abord un cadrage dans la discussion (et en français !) avant le mari finisse nu dans une cage de chien dans la chambre. Comme attendu, l’amant noir est très bien membré et défonce la chatte puis le cul de l’épouse infidèle…

Je me demande à quel point ces vidéos ne font pas partie de ma terraformation… Je suis déjà bien gonflé en cage quand arrive la suivante : celle d’un pov’ soumis qui va se faire traire par 2 Maîtresses ! J’en mouille d’avance…

- Il est 21H et tu as une audience féminine importante venue te mâter ce soir. Cela sent bon pour toi, Thomas. Elles ne m’entendent pas et nous allons leur servir une belle histoire… Sous le coussin du canapé à ta gauche, tu as la clé du cadenas avec un magic wand. Ce que j’attends de toi, c’est de l’expressivité dans la jouissance que tu feras sans te toucher le sexe. Humm… il vaudrait mieux que tu restes habillé pour la première éjac… le dévoilement à moitié excite habituellement les Dames... Après ? Humm… disons une douche, tout nu où tu te branleras de nouveau après avoir enfilé le plug que tu caches dans ta table de chevet… à sec, cela sera plus marquant et atypique… pour leur donner le frisson...et puis cette nuit, tu dors nu sans couverture… pour exciter les épouses potentielles… crois-moi, si tu fais cela, tu es sur la bonne voie… si tu savais comme tu es déjà très populaire chaque soir…

Avatar du membre
jlencage
Membre
Membre
Messages : 580
Enregistré le : jeu. 31 mai 2012 12:10
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Holy Trainer V2
LOCALISATION : bruxelles

Re: La face cachée du forum

Message par jlencage » sam. 4 nov. 2017 17:56

Tu as vraiment un don du récit et aussi celui de nous tenir en haleine, je ne sais où tu trouves toutes ces idées mais bravo et un grand merci pour ces récits palpitants. ;)

Avatar du membre
jeepy
Administrateur
Administrateur
Messages : 4302
Enregistré le : jeu. 3 mai 2012 23:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Tarentule RedChili
LOCALISATION : champagne

Re: La face cachée du forum

Message par jeepy » sam. 4 nov. 2017 18:29

Le fond du récit est excellent et tient en haleine. Mais je note surtout un style littéraire étourdissant, avec ces allées et venues entre deux temps du récit. Bravo !

Avatar du membre
Paudouce
Membre
Membre
Messages : 252
Enregistré le : mar. 25 oct. 2016 08:10
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Cb6000s metal
LOCALISATION : Pau

Re: La face cachée du forum

Message par Paudouce » sam. 4 nov. 2017 23:43

Bravo.
Je suis sous le charme.
Pas se couche culotte et une super idée. ..
Merci.

Avatar du membre
complycite68
Membre
Membre
Messages : 4671
Enregistré le : mar. 27 août 2013 11:21
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Un KeyHolder
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Looker 2
LOCALISATION : MULHOUSE

Re: La face cachée du forum

Message par complycite68 » dim. 5 nov. 2017 10:22

jeepy a écrit :
ven. 3 nov. 2017 21:07
Alors comme ça, le forum cacherait une application qui "kidnapperait" les jeunes soumis encagés, les ferait disparaître de la partie visible du forum ? Il va falloir que je demande à mes deux admin techniques (atarikiki et carlo44) d'installer cette appli d'urgence !
La face cachée existe réellement il suffit de demander à Ata, il est capable, sur le chat de changer de pseudo pour prendre un autre (et même le notre, j'en ai été une victime :mrgreen: et oui ata est devenu pour quelques instants L32 !!! :parderriere: :parderriere: ) ...

Autre petite particularité , certains n'affichent pas la date de leur dernière visite... Si on clique sur un pseudo, apparait, enregistré depuis.... et dernière visite.... et là c'est vide ....

bacchus
Membre
Membre
Messages : 2087
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

Re: La face cachée du forum

Message par bacchus » dim. 5 nov. 2017 21:06

Heureux que vous aimiez le principe... ;)

Et oui, cher jl en cage, il n'y a pas que les couches culottes dans la vie. ;) Sauf que dans ce récit que je veux garder assez light (par rapport à mon habitude), j'ai un peu de mal à restreindre mes folles pensées sadiques. J'efface souvent tout ce que je trouve trop dur...

Jeepy, bien vu. Il s'agit de 2 temps de récit différents entremêlées, et j'ai des interrogations un peu prises de tête sur ce passage dans la période passé, de justement à l'imparfait/plus que parfait/passé conjugué à un présent plus prenant mais qui se passe dans le passé. Est-ce finalement un français correct tout cela ? Ou une liberté d'auteur ?

Répondre