Julie(n), Ingrid et Johanna

Avatar du membre
Chaste59
Supporteur
Supporteur
Messages : 4556
Enregistré le : mar. 24 janv. 2012 17:17
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Prison de Morgane
LOCALISATION : Lille

Re: Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par Chaste59 » mer. 18 oct. 2017 22:58

bien à l'étroit :cage: pour la lecture de ce nouveau chapitre
quel chance il a ce julien :P

SissyGirl
Membre
Membre
Messages : 28
Enregistré le : mer. 4 oct. 2017 14:40
Je suis : un Travestie
Je suis : Une Encagée
Je cherche : Une KeyHolder
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Cage acier - 6cm
LOCALISATION : Guyane

Re: Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par SissyGirl » mer. 18 oct. 2017 23:23

Il faisait près de 32°c et 100% d’humidité, une petite pluie fine commençait juste à tomber, ce qui rendait son pantalon en lin blanc encore plus transparent, il devait parcourir 400 mètres à pieds qui le séparait de la plus proche boulangerie.
Il devrait passer à proximité du marché qui grouillait de monde à cette heure ci ce samedi matin.

Il regarda furtivement son derrière dans le reflet d’une vitre de voiture stationnée, son string rose lui semblait ostensiblement visible mais il espérait que personne ne s’en rende tout de même compte, il hâta le pas …

Pour l’instant il n’avait encore croisé qu’une grand-mère créole qu’il salua respectueusement comme il en avait l’habitude avec les anciens « Bonjour Madame » , la vieille dame s’arrêta le scrutant de bas en haut sous ses lunettes et répondit finalement « Bonjour Mademoiselle ».

Ce n’était pas la première fois qu’on se méprenait sur son genre sexuel mais la coiffure en queue de cheval et le mascara ne faisaient qu’accentuer l’aspect féminin de son visage et de sa silhouette svelte, taille fine, hanches larges et fesses rondes n’arrangeaient rien bien qu’il était grand (1m87).

Il espéra un instant que la confusion ne tenait qu’à sa coiffure et à la mauvaise vue de la vieille dame, quand arrivant à la hauteur d’une épicerie chinoise il dépassa un groupe d’adolescentes noires et créoles qui discutaient bruyamment en sirotant un soda devant le magasin.

Alors qu’il contourna le groupe, il entendit soudain les adolescentes éclater de rire et d’autres qui tchippaient (son produit avec la bouche pour exprimer son mépris ou son dégout) et un début de discussion à hautes voix « pourquoi tu la tchippes , elle est mignonne avec son string rose » « bof c’est vrai qu’elle a un beau cul mais ses bras sont un peu trop musclés et elle est plate, on dirait presque un mec ! » elles rirent encore plus fort, il fit semblant de ne pas entendre leurs remarques et s’éloigna hâtant encore plus le pas.

Il était mort de honte, il lui restait encore 200 mètres à parcourir et malgré la pluie il transpirait avec ses bas, il arriva aux abords du marché fourmillant de monde.

Un groupe de jeunes hommes composé de dealers surinamais et Guyaniens au look de bad boys ou rastas qui avaient tous un joint dans une main et pour certains une bière dans l’autre, lui firent signe tout en le dévisageant : « hey pretty girl, wanna smoke some weed ? » un autre fit un jeu de mot en anglais qui déclencha l’hilarité du groupe « Come smoke weed and breed ! » (Viens fumer de l’herbe et baiser).

Il baissa les yeux et dépassa le groupe, faisant semblant de ne pas comprendre sous les sifflets et rire de certains qui mataient son string rose collé au pantalon blanc devenu totalement transparent avec la transpiration mêlée à la pluie fine qui tombait toujours.

Il arriva enfin à la boulangerie, il y avait une foule et dû faire patiemment la queue; derrière lui un grand homme noir musclé d’une quarantaine d’année se tenait très proche, il pouvait entendre sa respiration et sentir son odeur musquée de mâle alpha.

Malgré le nombre de clients, la boulangère papotait nonchalamment avec une cliente des derniers cancans et l’attente se faisait longue.

Soudain il sentit quelque chose effleurer ses fesses et tenta d’avancer mais il y avait devant lui trop de gens pour pouvoir se soustraire à cette promiscuité gênante, puis il sentit clairement une main qui palpait fermement ses fesses. Son cœur s’emballa, il n’osa pas protester et attirer encore plus l’attention sur lui.

L’absence de réaction encouragea l’homme noir à poursuivre ses caresses plus pressantes, il tenait maintenant discrètement sa taille et pressait son sexe en érection contre ses fesses, Julien frissonna en sentant les mains de l’homme qui tenait sa taille sous son tshirt et son sexe dur qu’il frottait doucement contre son cul. Malgré la honte et la peur qui faisait battre son cœur comme une tachycardie, ces caresses ne le laissait pas insensible et ne put refréner son sexe qui recommençait à gonfler dans son string quand son tour arriva enfin.

C’était très troublant, il n’avait jamais été attiré physiquement par les hommes et le voilà qui bandait en sentant un homme qui le touchait comme une femme.

La boulangère l’interpella soudain :
« Qu’est ce que je vous sert Mademoiselle ? » il n’osa pas relever l’erreur et se contenta de répondre d’une voix douce « une baguette bien cuite et deux croissant s’il vous plait» il paya « merci au revoir Mademoiselle » insista la boulangère souriante.

Se retournant vers la sortie, il croisa le regard de l’homme noir qui lui souriait aussi et l’interpella « Mademoiselle vous avez fait tomber un papier », il lui tendit une carte de visite tout en lui faisant un clin d’œil, celle ci contenait en fait le prénom et n° de téléphone de l’homme.
Il était confus et pris la carte en se contentant de dire « Ah Merci » en baissant le regard tout en se dirigeant vers la sortie, l’homme ajouta cette fois avec plus de familiarité « appelle-moi » comme si il s’adressait à une vieille connaissance.

Il fallait encore rentrer chez lui et il reçu un appel d’Ingrid qui s’impatientait déjà «Qu’est ce que tu fais petite traînée ? T’es où ? » « Il y avait une queue énorme à la boulangerie, j’en sors juste à l’instant »

Le lapsus était révélateur et Ingrid ne manqua pas de saisir la perche tendue « Ah bon ? Une énorme queue ? Pas une minuscule comme la tienne alors ! Dépêches toi » Elle ne croyait pas si bien dire …

Il rentra d’un pas pressé et bien qu’ayant pris soin de prendre le trottoir opposé au groupe de dealeurs qui l’avait harcelé à l’allée, ceux-ci l’invectivèrent à nouveau de manière encore plus grossière et agressive « Hey sexy girl, come here », un autre « Yo sexy bitch come suck my dick », ils riaient tout en mimant divers acte sexuels.

Il les ignora comme à l’allée, baissant le regard et hâtant encore plus son allure ce qui donnait au mouvement rapide de ses fesses une vision encore plus sensuelle et déclencha encore des sifflets et onomatopées imitant le bruit d’un baiser bruyant ou autres roucoulements de pigeons ponctués par des rires gras.

Cette sortie avait été un vrai calvaire et il ressentit de l’empathie pour les belles jeunes femmes en Guyane qui subissaient ce genre de drague lourdingue au quotidien.

Il arriva enfin à la petite maison créole qu’il louait depuis le début du mois d’Août.

Le plan machiavélique d’Ingrid avait fonctionné à la perfection, beaucoup de gens avaient remarqué le string rose à travers son pantalon qui trempé par la pluie était devenu totalement transparent.

Elle s’amusa que le string était beaucoup plus visible qu’en partant quand le pantalon était encore sec.
« T’as dû avoir du succès, non ? T’as pas eu des remarques ?!»

Il était gêné mais rentra dans le jeu d’Ingrid « Si sur le trajet un groupe d’adolescentes se sont moquées de moi et des dealeurs m’ont dragué de manière lourdingue » dit il sur un ton un peu fâché et à la fois honteux.
Ingrid riait « Ah bon ? Raconte ! Qu’est ce qu’elles t’ont dit les filles ? »
- « Quand j’ai dépassé un groupe de cinq filles devant le magasin chinois avant le marché, certaines ont éclaté de rire, d’autres ont tchippé et comme elles parlaient très fort pour que j’entende, une a dit que j’étais mignonne avec mon string rose et une autre a dit que j’avais un beau cul mais que mes bras étaient trop musclés et que je n’avais pas de seins . »

Ingrid se délectait et riait beaucoup « elles ont raison, tu devrais arrêter de faire des pompes tous les jours pour ressembler à un mec ! Tu ferais mieux de faire des squats, tes cuisses sont un peu trop fines et ça te fera des fesses encore plus rondes ! » Pour les seins j’ai ma petite idée mais je n’ai pas envie de t’en parler maintenant …

Ah oui et le groupe de dealeurs au fait, ils t’ont dit quoi eux ? »
« Des trucs grossiers en anglais »
« ah ouai comme quoi par exemple ? » elle insistait pour tout savoir dans les moindres détails
« Je crois avoir entendu des trucs du genre : hey sexy bitch come suck my dick, et d’autres trucs du même style ! »

Ingrid s’amusait follement, sa vie de couple si monotone était d’un seul coup devenue très amusante et excitante.

Elle s’approcha de lui et l’enlaça tendrement en lui murmurant à l’oreille qu’elle l’aimait encore plus en fille qu’en garçon, elle remarqua quelque chose qui dépassait de sa poche avant. Tirant dessus elle sortit une carte de visite au nom d’un certain Winston Rodney accompagné d’un numéro de téléphone.

Pourquoi n’avait il tout simplement pas jeter cette carte à la sortie de la boulangerie, il avait dû la ranger dans sa poche sans même y prêter attention quand Ingrid l’avait appelé sur son mobile ou bien était-ce un acte manqué ? …

Elle l’interrogea d’un air sévère « J’ai l’impression que tu ne m’as pas tout raconté, qui est ce Winston ? Pourquoi t’a-t-il donné son numéro ? »

Elle s’énerva et le gifla à nouveau « tu me mens encore ? Je t’envoie à la boulangerie et toi, sale petite pute tu reviens avec le 06 d’un mec et tu me le caches ?

Je devrais te fouetter les fesses encore, tu as de la chance que je sois pressée mais ne t’inquiètes pas, je vais en discuter avec Johanna et tu seras punie encore plus sévèrement qu’hier »
« Maintenant tu m’expliques : Qui, Quand, Comment et Où, t’as compris ou tu veux que j’envoie des photos de toi habillée en petite pute à ta mère ! »

Il se mit à pleurnicher tout en culpabilisant Ingrid « c’est ta faute, avec la pluie mon pantalon est devenu transparent et tout le monde pouvait voir que je portais un string rose et avec la coiffure et le mascara tout le monde me prenait pour une femme ! »

Ingrid l’invita à continuer son récit par un sobre « et ? »
- « Et quand je suis allé à la boulangerie comme je te l’ai dit il y avait beaucoup de monde et nous étions compressés et j’ai senti que le mec derrière moi me pelotait les fesses »

Elle éclata de rire « Sérieux ? Et qu’est ce que tu lui as dit ? »
« Euh je n’ai rien dit, j’avais honte et y avait trop de monde, je ne voulais pas attirer l’attention, tu comprends »
« Mwai je comprends surtout que ça dû te plaire et que tu t’es laissée faire petite salope ! Et la carte de visite il te l’a donné quand alors ?»
«Quand je me suis retourné vers la sortie après avoir payé »

« Et qu’est ce que tu lui as dit toi ? »
« J’étais surpris et confus, je crois que j’ai juste dit merci et je suis parti en vitesse »
« Ah ouai ?! Donc un mec te pelote les fesses et te donne son numéro et toi tout ce que tu trouves à dire c’est merci ! Tu n’es vraiment qu’une sale petite trainée.

Je la garde, peut être que je l’appellerai pour toi un jour »
- « Non jette là, je ne veux pas le voir ce type je te jure, ce n’est pas de ma faute ! »
- « Bon assez parlé, enlève ce pantalon et ton t-shirt mouillé et enfile cette jupe et ce petit haut » Elle lui tendait la mini jupe blanche et un petit débardeur rouge avec des lettres en strass qui signifiaient ‘’ sexy girl’’ ainsi que le soutien gorge rose.

Il ne chercha même plus à protester et s’exécuta sous l’œil amusé et ravie d’Ingrid.
Elle prit à nouveau quelques clichés avec son Smartphone et Julien esquissa même un sourire timide sur une des photos.
Elle maquilla ses yeux et lui mis du fond de teint et un rouge à lèvres de couleur rose.
Elle recula d’un mètre comme un peintre qui vérifie la justesse de ses derniers coups de pinceau et sembla satisfaite de son œuvre.

Elle lui tendit le miroir en lui disant « Tiens Julie regarde comme tu es mignonne »
Le résultat était bluffant, Julien voyait dans le miroir une très jolie jeune femme sexy, il tourna même le miroir pour voir comment la jupe moulait parfaitement ses petites fesses rondes.

Il avait encore une érection et pour la première fois Ingrid l’avait appelé Julie, ce ne lui avait pas échappé et au fond de lui ça lui plaisait bien même si il était un peu angoissé par cette nouvelle vie de soumise que lui imposait Ingrid depuis qu’elle l’avait surpris en fâcheuse posture.

Elle lui demanda de préparer son café au lait, de mettre de la confiture de fraise dans son croissant et de lui apporter alors qu’elle s’assit à la table du salon.
Il obéit sans broncher et fila dans la cuisine préparer ce que sa femme devenue maitresse lui avait ordonné.

De son coté Ingrid savourait le succès de sa stratégie pour soumettre Julien et en faire son larbin ou plutôt sa bonniche soumise et coquine. Elle sortit une lime à ongle de son sac et commença à limer consciencieusement les longs ongles de ses doigts.

Il lui apporta son bol de café au lait et son croissant à la confiture de fraise sur un plateau qu’il déposa délicatement devant elle.
Elle lui dit qu’elle aimait bien être servie comme une princesse et complimenta à nouveau Julien en lui disant que la mini jupe et le petit haut rouge lui allait très bien même si le haut était en fait trop petit et laissait lui aussi apparaitre son nombril ce qui lui donnait un peu une allure de prostituée.

Il venait juste de s’assoir et commençait à boire son café quand elle décréta qu’elle devait se préparer pour rejoindre Johanna dans le centre de Cayenne.
Elles avaient prévu de faire un peu de shopping puis d’aller manger dans une pizzeria et ensuite d’aller passer l’après midi chez Johanna et bien sûr papoter de leur nouveau sujet favori…

Elle lui demanda de l’aider à se préparer, demandant son avis sur le choix des tenues à celui qu’elle appelait désormais Julie.
Ingrid était resplendissante, elle portait un tailleur noir et un petit chemisier blanc légèrement ajouré, un soutiens gorge nacré blanc avec un décolleté abyssal qui mettait en valeur sa poitrine généreuse (95C).

Elle choisit une paire d’escarpins sandales blanches avec des talons d’une hauteur de 12 cm mesurant déjà 1m78, elle dépassait ainsi la taille de son mari.
Elle s’assit sur le lit et demanda à Julien de lui vernir les ongles, il n’avait pas d’autres choix que de se mettre à genoux pour exécuter cette tache.

Pendant qu’il s’affairait à vernir les ongles d’Ingrid, elle saisit son smart phone et composa le numéro de Johanna :
-« Allo Johanna ? Comment ça va ma chérie ? » Dit-elle d’une voix joyeuse
-« Très bien et toi, comment ça s’est passé avec Julien hier soir ?
« ah Julie tu veux dire ! » plaisanta-elle tout en regardant Julien avec un sourire narquois.
« Je te raconterai tout à l’heure, tu n’as pas consulté ton mail ? Je t’ai envoyé des photos de ma bonniche sexy ! »
« Non, attends je regarde sur ma tablette » dit-elle en riant
« waouh les marques de fouets sur les fesses, tu ne l’as pas loupée ! »
« Regarde les autres » ajouta Ingrid »

Julien pouvait entendre Johanna pliée de rire à l’autre bout du fil qui matait les photos compromettantes de Julien dans des postures scabreuses.
Ingrid s’adressa à Julien sur un ton autoritaire et fâché « Mais regarde ce que tu fais petite trainée, tu mets du vernis partout sur mes orteils ! »

Johanna demanda incrédule « il est à coté de toi ? »
« Oui elle est à mes pieds là, elle vernit mes ongles, je l’ai habillée totalement en fille et maquillée, attends je t’envoie une photo.

Johanna commentait la dernière photo envoyée « hum elle est vraiment mignonne, sexy le petit haut rouge et la mini jupe moulante ! Et il ne proteste pas ? »
- « Non il a essayé un peu mais en fait je crois que ça plait beaucoup à cette petite salope »

Johanna abonda dans son sens « Ouai c’est clair qu’un vrai mec aurait jamais accepté tout ce que tu lui as imposé depuis hier soir, certaines femmes qui veulent féminiser leur mari mettent des mois à arriver au même résultat que toi en à peine 24 heures. »
Ingrid répliqua « Faut dire qu’il a certaines prédispositions, maintenant ça me paraît évident qu’il est plus féminin que masculin »

Ingrid se sentait fière de l’autorité sans faille qu’elle exerçait impitoyablement sur Julien, qui de son coté prenait goût aux humiliations répétées de sa femme.

Avatar du membre
jeepy
Administrateur
Administrateur
Messages : 4482
Enregistré le : jeu. 3 mai 2012 23:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Tarentule RedChili
LOCALISATION : champagne

Re: Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par jeepy » jeu. 19 oct. 2017 17:43

Ce passage reste assez soft mais bien écrit et avec une grande place accordée aux dialogues. J'aime.

Avatar du membre
Chaste59
Supporteur
Supporteur
Messages : 4556
Enregistré le : mar. 24 janv. 2012 17:17
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Prison de Morgane
LOCALISATION : Lille

Re: Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par Chaste59 » ven. 20 oct. 2017 00:00

:coeur:

Avatar du membre
KaonTer
Membre
Membre
Messages : 2336
Enregistré le : mar. 24 mai 2016 19:48
Je suis : un Homme
Je suis : Un KeyHolder
Je cherche : Un encagé
Qui porte la cage : Mon Soumis
LOCALISATION : 91240

Re: Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par KaonTer » ven. 20 oct. 2017 00:07

Bonjour SissyGirl ...
Je découvre, n'ayant pas pu davantage ces derniers temps ...

C'est bien écrit, et les remarques précédentes me semblent judicieuses.
Mais même faire passer une Autobiographie pour un Roman, c'est moins grave que vouloir faire passer du "tout fantasme" pour du vécu !
Par contre, le passage :
<<« Ah ah ! il va finir par vouloir que tu le prennes par derrière avec un gode ceinture comme sur la photo (désignant un dessin sur le site gynarchique où un homme travestit se faisait prendre par une maitresse affublée d’un gode ceinture et d’un long fouet »
« Hmmm bonne idée, ça m’excite j’ai envie de l’humilier ! Je lui ferais d’abord lécher un gros gode en lui disant qu’il s’entraine parce que bientôt je le lui ferais faire la pute ! »
Johanna était morte de rire et elle sorti justement d’un placard un petit sac à main contenant un énorme gode de 23 cm noir très réaliste, une paire de menotte et un fouet en cuir « Tiens t’as qu’a essayer ce soir en rentrant, tu me raconteras demain ! »>>
me semble faire irruption prématurément !
Ces Dames au Restaurant, et même après dans la même soirée, je ne les voit pas consulter d'emblée un "Site Gynarchique" ... même si elles peuvent déjà en connaître !
Bref, ce ne serait pas du "délayage", mais des "transitions" !
A + !
J'aime les signatures, moi !

bacchus
Membre
Membre
Messages : 2127
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

Re: Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par bacchus » ven. 20 oct. 2017 00:22

J'aime bien le dernier chapitre mais les dealers sont en trop pour moi n. Et l"homme dans la boumangerie devrait commencer avec plus d'ambiguïté à mon gout. La cela me semble trop direct.
Mais globalement beaucoup de plaisirs à te lire. !

Avatar du membre
KaonTer
Membre
Membre
Messages : 2336
Enregistré le : mar. 24 mai 2016 19:48
Je suis : un Homme
Je suis : Un KeyHolder
Je cherche : Un encagé
Qui porte la cage : Mon Soumis
LOCALISATION : 91240

Re: Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par KaonTer » ven. 20 oct. 2017 00:24

Réflexion faite, et après avoir lu la deuxième partie,
si c 'est du vécu, Madame Ingrid a pris les "choses en main" (c'est le cas de le dire !), drôlement vite !
Mais on peut se dire que, si Elle, de son côté, avait des penchants Lesbiens ...
Bref, ce serait chouette que Madame vienne nous donner sa version de KH !
Même si c'est éventuellement "Romancé", quoique l'authentique soit souhaité !
Bien à vous !
Kaon.
J'aime les signatures, moi !

Avatar du membre
KaonTer
Membre
Membre
Messages : 2336
Enregistré le : mar. 24 mai 2016 19:48
Je suis : un Homme
Je suis : Un KeyHolder
Je cherche : Un encagé
Qui porte la cage : Mon Soumis
LOCALISATION : 91240

Re: Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par KaonTer » ven. 20 oct. 2017 00:25

bacchus a écrit :
ven. 20 oct. 2017 00:22
J'aime bien le dernier chapitre mais les dealers sont en trop pour moi n. Et l"homme dans la boumangerie devrait commencer avec plus d'ambiguïté à mon gout. La cela me semble trop direct.
Mais globalement beaucoup de plaisirs à te lire. !
Bacchus, ça vaut bien les Polonais, en effet ! ;) :-) :D :o 8-) :lol: :P
J'aime les signatures, moi !

SissyGirl
Membre
Membre
Messages : 28
Enregistré le : mer. 4 oct. 2017 14:40
Je suis : un Travestie
Je suis : Une Encagée
Je cherche : Une KeyHolder
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Cage acier - 6cm
LOCALISATION : Guyane

Re: Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par SissyGirl » ven. 20 oct. 2017 15:14

Vous apprendrez dans la suite du récit qu'Ingrid se montre particulièrement implacable avec Julie(n) parce qu'il a lourdement fauté par le passé et que cette découverte par sa femme de son penchant pour le travestissement lui a donné la parfaite occasion pour mettre sa vengeance en oeuvre.
Ingrid brûle certes les étapes mais elle cherche plus à se venger qu'à mettre en place une domination juste , Johanna lui reproche d'ailleurs par la suite d'être trop brutale.

Je rappelle qu'il s'agit d'une fiction totale même si bien entendu il y a quelques éléments auto biographiques, je ne cherche pas à ce que le récit soit totalement crédible.

Désolé que le passage avec les dealeurs n'ait pas plu à Bacchus, moi je trouve au contraire que ça donne une touche de réalisme au récit car c'est quelque chose que l'on voit malheureusement très souvent ici et je trouve que ce passage est drôle.
J'admets que le mec de la boulangerie est très direct et qu'en réalité ça ne se passerait surement pas comme ça mais c'est un roman fantasmagorique ...

SissyGirl
Membre
Membre
Messages : 28
Enregistré le : mer. 4 oct. 2017 14:40
Je suis : un Travestie
Je suis : Une Encagée
Je cherche : Une KeyHolder
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Cage acier - 6cm
LOCALISATION : Guyane

Re: Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par SissyGirl » ven. 20 oct. 2017 16:15

SUITE ...


Elles convinrent de se retrouver dans un bar près de la place de Palmistes dans quinze minutes.
Julien devrait rester à la maison habillée en femme et Ingrid lui avait préparé une liste de tâches ménagères à effectuer en son absence.

Elle le mit en garde de manière autoritaire :
« Ne crois pas que tu vas rester là à te tourner les pouces ou jouer avec ton petit zizi dans ma lingerie, je t’ai écrit une liste de tâches ménagères à faire avant mon retour ce soir »

Les sentiments de Julien étaient encore mitigés entre honte et excitation d’être traité comme une bonniche soumise.
Il lut la fiche que lui avait préparée Ingrid pendant son trajet à la boulangerie :

1 – Passer l’aspirateur dans toutes les pièces
2- Faire le lit et ranger la chambre
3- Passer la serpillère dans toutes les pièces
4- Nettoyer mes petites culottes et string à la main (lessive dans la buanderie)
5- Faire deux machines, une à 60 et l’autre à 40°C (ne mélange pas couleur et blanc)
6- Ratisser la cour
7- Nettoyer les toilettes et la salle de bain avec les produits adéquats
8- Nettoyer la cuisine, faire briller la gazinière
9- Etendre le linge lavé à la main et à la machine
10- Préparez un dîner pour 3 personnes

La liste était conséquente et il avait peine à croire qu’Ingrid l’ai définitivement rétrogradé au rôle de bonniche soumise »

Alors qu’il se demandait s’il aurait le temps d’accomplir toutes ses tâches et qui serait la tierce personne qui viendrait dîner ce soir, Ingrid l’interrompit dans ses pensées.
- « Tu n’auras pas le temps de t’ennuyer et tu as intérêt à ce que tout sois nickel quand je rentre sinon ta punition corporelle sera terrible, ah et n’oublie pas te laver le string que tu portes depuis hier soir, petite malpropre » ajouta-elle sur un ton sarcastique.
« Bon 12H20 j’y vais, Johanna m’attend, toi tu ferais mieux de t’y mettre tout de suite, je t’appellerai dans l’après midi pour savoir où tu en es. »

Comme Julien ne disait rien, elle voulut entendre de sa bouche la promesse de son obéissance comme pour l’humilier encore plus « C’est compris petite trainée ? » demanda-t- elle sur un ton pressant qui appelait inévitablement à une réponse, il répondit par un sobre et timide ‘’oui’’ qui contenait en lui toute la honte et l’humiliation qu’il subissait.

Elle le reprit « Oui qui ? » lui : « Oui ma chérie » elle : « je préfère que tu dises « Oui Maîtresse, dis le !»
Il prononça les deux mots qu’elle voulait entendre « Oui Maîtresse », les rôles étaient maintenant clairement définis : elle serait dorénavant la femme dominante, la maîtresse et lui l’homme soumis (e) et efféminé transformé(e) en soubrette docile et coquine.

Plus il se soumettait et plus ça excitait Ingrid qui fut fort satisfaite du peu de résistance de son mari qui semblait peu à peu s’accommoder de son nouveau rôle.
Elle en rajouta une dernière couche en lui demandant de se mettre à genoux et lui dit « Bien j’aime les esclaves obéissantes, baise mes pieds avant que ta maîtresse s’en aille ».

Il était excité par sa voix et ses paroles humiliantes et perverses, elle avait toujours été un peu autoritaire mais c’est comme si cette clarification des rôles avait pleinement révélé sa nature dominante et qu’elle semblait à présent totalement épanouie dans son rôle de maîtresse assumée.

Alors qu’il baisait doucement ses pieds, elle souleva sa jupe sous laquelle elle ne portait rien et lui montrant sa chatte humide elle lui dit : « embrasse aussi la chatte de ta maîtresse adorée »
Il bandait affreusement et embrassa fiévreusement son clitoris et voulu lui lécher la vulve mais elle repoussa sa tête « ça suffit petite gourmande, tu vas finir par me mettre en retard »
Elle l’embrassa tout de même sur la bouche, elle avait mis un gloss fruité qui lui laissa un gout sucré sur les lèvres.

Elle lui rappela quelques dernières recommandations « ah j’oubliai fait aussi un gâteau au chocolat pour le dessert et n’oublie pas les autres tâches que tu as à faire, on arrivera vers 19H30 » sans toute fois préciser qui était ce ‘’on’’ bien qu’il se doutait qu’il s’agissait de Johanna.
« Bon je file, à ce soir Julie » elle répéta encore son nom au féminin mais il ne protesta pas et répondit sur un ton presque obséquieux « A ce soir Maîtresse », acceptant par sa réponse tout ce que lui avait ordonné et imposé sa femme. Elle lui sourit avec bienveillance comme satisfaite par sa réponse, tourna les talons et claqua la porte doucement.

Julien se retrouva seul avec ses pensées et tout en se regardant dans le miroir se demandait combien de temps ce « jeu de soumission » allait durer et jusqu'où dans l’humiliation Ingrid comptait-elle l’amener. Il se doutait qu’Ingrid et Johanna allait surement imaginer de nouvelles punitions ou situations humiliantes pour lui.

Ingrid arriva au bar près de la place des palmistes, Johanna l’attendait déjà en terrasse, elle lui fit de grands signes en la voyant arriver; elles s’embrassèrent sur les joues en s’enlaçant comme si elles ne s’étaient pas vues depuis des mois. Ingrid commanda un jus de mangue.

Johanna semblait excitée comme une puce, toute curieuse du déroulement de la soirée et de la matinée d’Ingrid.
« Alors raconte !!! Le plan à l’air de fonctionner … »
« Mieux que ça ! J’aurais pensé qu’il se rebellerait plus mais on dirait que ça l’excites d’être humilié et soumis et il a quasiment obéit à tous mes ordres sans protester.
Hier soir quand je suis rentré il faisait semblant de dormir, il avait gardé l’ensemble string/soutif et les bas blancs comme je lui avais demandé et il s’est mis à bander quand je l’ai traité de petite pute »
Johanna faillit s’étouffer en éclatant de rire alors qu’elle buvait une gorgée de jus fruit

« Je lui ai demandé si ça l’excitait d’être traité comme une petite salope et comme il a commencé à vouloir me raconter encore des bobards et à ne pas assumer, ça m’a encore plus énervé. Je lui ai mis un foulard sur les yeux et je l’ai menotté, il s’est laissé faire, ça l’excitait jusqu’au moment où j’ai commencé à lui fouetter les fesses très fort avec ton fouet ! Il s’est mis alors à geindre et à implorer mais je ne me suis pas laissé attendrir et au lieu de 30 comme initialement prévu, il a eu droit à 50 coups de fouets ! »

Johanna ne s’arrêtait pas de rigoler « Oui j’ai vu sur la photo, les marques de fouet et son derrière tout rouge, ça dû le calmer ! » ajouta Johanna comme pour féliciter Ingrid.
« Franchement après il a été beaucoup plus obéissant, ça été très efficace, même si il a rechigné un peu quand je l’ai obligé à sucer le gode et quand je l’ai pris en levrette, je ne pensais pas qu’il aurait si vite obéis. »

Johanna abonda dans son sens « Oui je pense qu’il est de nature soumise et qu’il a honte mais que ça l’excite d’être dominé et féminisé, il n’assume pas encore, c’est tout … »

Ingrid ajouta : « Ce matin je l’ai envoyé à la boulangerie avec un pantalon en lin blanc à moi et son string rose avec les bas blancs, je l’ai coiffée comme une fille et lui ai mis du mascara »

Johanna éclata de rire à nouveau « eh ben dis donc ! Pour une maîtresse novice t’es plutôt douée »
Ingrid poursuivit : « Il pleuvait et son pantalon est devenu tout transparent, il m’a dit que tout le monde l’avait pris pour une femme et que des mecs l’avaient même dragué »

Johanna n’en pouvaient plus et avait mal à force de rire « Bah honnêtement … j’avoue qu’elle est très mignonne et sexy en fille sur les photos »
Ingrid répliqua : « En vrai aussi, d’ailleurs si tu veux la voir ce soir comme ça, je lui ai donné l’ordre de préparer le dîner pour trois mais il ne sait pas que c’est toi qui viendra »

Johanna ravie de l’invitation répondit avec excitation « oui je suis impatiente de le voir en femme, on va bien s’amuser je crois »
Johanna caressait l’entre jambe d’Ingrid sous la table et celle-ci remarqua qu’elle ne portait pas de culotte. Elles finirent leur jus et partirent déambuler dans les rues commerçantes pour faire du shopping.

Elles s’achetèrent chacune un mini short en jean identique à part la taille, Ingrid faisait du 38/40 (tout comme Julien) alors que Johanna très sportive rentrait encore dans un 36.
Ingrid prit un autre mini short volontairement déchiré au niveau des fesses et s’adressant à Johanna sur un ton complice au moment de payer « celui-là je vais l’offrir à Julie »
Puis elles se dirigèrent vers un magasin de lingerie, Ingrid et Johanna achetèrent une guêpière en cuir qui faisait très domina et une autre guêpière en satin blanc et rose avec un string blanc qu’elles comptaient également offrir à Julien.

Elle demanda à la vendeuse de faire un papier cadeau en disant sur le ton de la plaisanterie que c’était pour son mari.
Johanna ne put s’empêcher d’éclater de rire une nouvelle fois sachant qu’elle ne plaisantait en fait pas du tout.

En sortant du magasin Ingrid confia le paquet à Johanna lui expliquant que ça serait plus marrant, enfin humiliant pour Julien si c’était elle qui lui offrait.
De toute façon elle lui avait révélé avoir tout raconté à Johanna et lui avoir envoyé des photos de lui en femme.

Ingrid espérait bien faire participer Johanna au dressage et à la féminisation encore plus poussée de son mari. Pour ce faire elle devrait obliger Julien à obéir aussi à Johanna au doigt et à l’œil sans broncher.

Tout ceci leur avait donné faim et elle allèrent à la pizzeria où elle s’assirent et commandèrent chacune une pizza au chèvre chaud et un jus de maracudja .
La discussion reprit toujours sur le même thème.
Ingrid proposa d’appeler Julien pour s’amuser un peu et lui demander où il en était dans l’avancement de ses tâches ménagères.

Elle composa le numéro, la sonnerie retentit quatre fois et Julien décrocha finalement « allo, bah alors qu’est ce que tu foutais petite trainée ? » lui demanda Ingrid en étant volontairement vulgaire « Euh j’ai fini de passer l’aspirateur et de passer la serpillère dans toute la maison, j’ai aussi rangé la chambre et fait le lit et là je nettoie à la main tes petites culottes et string » se justifia-t- il.
« Je parie que tu bandes petite salope ? » elle ne se trompait pas mais Julien mentit « mais non je te jure » il pouvait entendre le rire de Johanna en arrière fond qui ponctuait les phrases assassines d’Ingrid.
« Bon ne traines pas, il te reste encore beaucoup de travail, nous on savoure une bonne pizza, prépare une salade composée, des frites maison et des côtelettes de mouton ainsi que le gâteau au chocolat, je ramènerai une bombe de crème chantilly. On va aller se baigner à la plage et on reviendra vers 19H30.

Elles passèrent une partie de l’après midi à la plage puis décidèrent d’aller chez Johanna.
La discussion reprit au sujet de Julie(n) et des stratagèmes qu’elles allaient mettre en œuvre pour accentuer sa soumission. Johanna semblait en connaitre un rayon sur la domination féminine et n’était pas avare de conseils.
- « Si tu veux vraiment en faire une bonne soumise docile, je te conseille de l’obliger à porter en permanence une cage de chasteté en acier et des sous vêtements féminins, ainsi tu seras la seule à pouvoir l’autoriser à avoir un orgasme, ça renforcera énormément sa dépendance »

Elle lui montra quelques modèles sur ebay, Ingrid découvrait avec curiosité et excitation cette pratique qui lui était jusqu’alors inconnue.
« Oh elle est jolie celle-ci, j’ai le code paypal de Julien, je vais la commander pour lui, pas sure qu’il apprécie le cadeau mais il n’aura pas le choix »
« Achètes lui aussi une tenue de soubrette sexy et impose lui de la porter quand il fait le ménage »
« Très bonne idée Johanna ! » approuva-t-elle

Si tu veux accentuer sa féminisation, complimente le sur sa féminité et impose lui de porter de la lingerie sexy en permanence, offre lui des petits bijoux féminins, du maquillage, une épileuse etc…
« Oui ce soir je vais lui ordonner de s’épiler intégralement, ça sera plus joli et plus doux et je compte bientôt l’amener percer ses deux oreilles ! »
Johanna gloussait tout en échangeant des regards complices et langoureux avec Ingrid.

L’heure avançait, il était 19H Julien n’avait pas arrêté de la journée et s’affairait maintenant à préparer le dîner. Il avait réussi à effectuer toutes les tâches ménagères imposées par sa femme à l’exception du ratissage de la courre qu’il avait oublié de faire.

Il se dépêcha de faire le gâteau au chocolat tout en jonglant avec l’épluchage des pommes de terre, leur découpe en frites, leur cuisson ainsi que celles des côtelettes et enfin la préparation de la salade composée accompagnée de sa vinaigrette.
Il reçu un texto d’Ingrid à 19H15 « J’espère que tout est prêt, on arrive avec Johanna, reste habillée comme tu es, elle est au courant ;) »

A peine cinq minutes après elles arrivèrent, Ingrid avait la clef mais sonna exprès afin que Julie vienne ouvrir la porte.
Il sursauta en entendant la sonnerie et son cœur se mit à palpiter, il allait devoir subir les moqueries de sa femme et de sa meilleure copine, affronter leurs regards et remarques humiliantes …

Ingrid s’impatientait déjà et sonna encore à la porte cette fois de manière insistante pour lui signifier son impatience, Julien se résolu finalement à aller ouvrir la porte.
Ingrid commença tout de suite à l’invectiver « Bah alors pourquoi t’as mis autant de temps à ouvrir la porte, tu réajustais ton string ou quoi ?! »

Johanna qui n’avait pas même encore passé le seuil de la porte et salué Julien ne put s’empêcher de rire en entendant les railleries d’Ingrid.
Julien était à nouveau mort de honte et n’osa pas croiser le regard de Johanna quand celle-ci le salua « Bonsoir Julie, tu es ravissante aujourd’hui ! ».
Elles avaient convenu de ne plus l’appeler que par son nom féminin.

Il répliqua timidement en baissant les yeux « Bonsoir Johanna » Ingrid l’invectiva à nouveau sur un ton faussement sévère : « Et moi tu ne me dis pas Bonsoir alors ?! »
« Euh si pardon, Bonsoir Ingrid »
« Ingrid ?! Je t’ai dis de m’appeler Maîtresse adorée, as-tu déjà oublié ?! »

Johanna observait avec amusement la tenue de Julie(n) ainsi que son attitude soumise et honteuse face aux remarques cinglantes d’Ingrid.
Julien obéît et dît avec déférence « Bonsoir Maîtresse adorée »

Johanna éprouva un peu de pitié pour le malaise et la honte de Julien et tenta de détendre l’atmosphère « Hmmm ça sent bon ! Et la maison est parfaitement rangée, quel mari attentionné ! »

Ingrid abonda dans sons sens « Oui ça à l’air bien propre, on va vérifier si tu as bien travaillé et fait toutes les tâches que je t’avais ordonné, as-tu fini de préparer le repas ? »
« Euh oui … Tout est prêt sauf le gâteau qui doit encore cuire 10mn »
« Ah bien mais tu attends quoi pour mettre la table, débouche aussi une bouteille de champagne et sert nous deux coupes »

Il répondit docilement avec une pointe d’espièglerie « Bien Maîtresse »
Ingrid le regarda avec bienveillance comme satisfaite et fière qu’il se soumette à son autorité devant sa copine.

Elles allèrent constater son travail, il n’avait pas chaumé, le sol était propre, chambre, cuisine, salle de bain impeccable, linge lavé et étendu, seule la courre n’avait pas été ratissée.
Elles revinrent tout en discutant ; Johanna trouvant que Julien avait bien travaillé et fait beaucoup d’efforts, Ingrid semblait satisfaite mais ne manquerait pas de le punir pour ne pas avoir ratissé la courre. Après tout il lui fallait bien un prétexte pour le punir devant Johanna et n’importe lequel ferait l’affaire.

Alors qu’il finissait de dresser la table pour trois personnes, Ingrid et Johanna revinrent dans le salon en se tenant par la main et allèrent s’assoire dans le canapé, Ingrid regardait Julien dresser consciencieusement la table et lui demanda leur apporter une coupe de champagne.

Ingrid savoura ce moment en déclarant : « Ce que c’est agréable d’être servie par une jolie soubrette ! »
Johanna en rajouta : « Julie est une vraie fée du logis et c’est vrai qu’elle est vraiment mignonne en fille »

Ingrid ajouta : « j’ai passé une super journée et la maison est impeccable, tu as bien travaillé Julie, à part la courre que tu n’as pas ratissée ce qui t’en coûtera quelques coups de fouets »

Julien tenta de se justifier sous le regard amusé de Johanna : « Je n’ai pas eu le temps, je n’ai pas arrêté depuis que tu es partie »
Ingrid : « Oh le pauvre chou, tu vois ce que c’est la vie d’une femme au service de son homme ? Désormais c’est toi qui sera la femme d’intérieur, c’est bien ce que tu voulais être n’est ce pas ? »

Johanna observait la moue de Julien dont l’humiliation se lisait sur son visage.

Julien n’osa pas répondre et Ingrid enfonça un peu plus le clou « Après avoir longuement discuté avec Johanna de ton cas, nous pensons que nous devons te permettre d’assumer ta féminité mais qu’en échange tu devras nous montrer respect et obéissance en toute circonstance »
Julien comprenait peu à peu qu’il devrait également obéir à Johanna.

Ingrid ajouta encore : « D'ailleurs Johanna a gentiment accepté de venir s’installer chez nous le temps de parfaire ton éducation, elle dormira avec moi, tu n’auras qu’à dormir sur le canapé »

Johanna ne put s’empêcher de glousser et julien commençait à comprendre que la nature de la relation entre sa femme et Johanna dépassait largement le cadre de l’amitié.

Il était sidéré par tout ce qu’il entendait et aurait voulu s’enfuir pour pleurer dans la chambre mais il n’en était pas question, il devait assurer le service du dîner qu’il avait préparé.

Ingrid sentit la profonde tristesse qui envahissait le cœur de Julien et tenta de souffler un peu le chaud après avoir fait souffler le froid « Ne t’inquiètes pas ma chérie, il te faudra une période d’adaptation mais si tu es obéissante et serviable, tes maîtresses sauront te récompenser, tu vas adorer ta nouvelle vie, tu verras … »

Elle lui demanda de venir s’assoire sur le canapé entre elles et sorti un rouge à lèvres qu’elle appliqua sur ses lèvres et du mascara qu’elle appliqua sur ces cils déjà anormalement long et courbés pour un homme.
Johanna quant à elle sortit de son sac une petite trousse de maquillage et commença à maquiller les yeux de Julie(n).
La vision de la jolie poitrine de Johanna si près de son visage provoqua une érection soudaine qui pointait sous sa mini jupe ce qu’Ingrid remarqua « hmm ça te plait déjà on dirait petite coquine » soulevant la jupe de Julie afin que Johanna puisse constater son excitation. »
Johanna écarquilla les yeux tout en gloussant.

Ingrid redevint subitement autoritaire « Bon petite salope ! amène la salade sur la table et au fait tu mangeras après nous, tu peux retirer le couvert en trop » Elle fit signe à Johanna et allèrent s’installer à table.

Julien retira l’assiette et les couverts en trop et apporta la salade, Johanna échangea un regard tendre et complice avec Ingrid qui jouait son rôle de maîtresse à la perfection.
Johanna félicita Julie pour la vinaigrette et l’ail dans la salade aux tomates cerise.

Ingrid lui demanda d’amener les côtelettes et frites maison, elles se régalèrent, tout était parfaitement cuit à point et assaisonné.
Julien se sentait réconforté par les compliments d’Ingrid et Johanna sur ses talents de cuisinier(e). Il amena ensuite un fondant au chocolat agrémenté d’une pointe de crème chantilly dont elles se délectèrent aussi.

Elles retournèrent s’assoire sur le canapé pendant que Julien débarrassait la table et Ingrid lui demanda de préparer deux cafés déca et de les amener.
Pendant qu’il préparait le café et s’affairait à faire la vaisselle en cuisine, elles commencèrent à s’enlacer et à se faire des bisous tout en riant bruyamment comme deux adolescentes.

Quand Julien apporta le café il ne put s’empêcher de voir sa femme et sa copine Johanna qui s’embrassait tendrement sur la bouche alors que la main de Johanna s’aventurait sous le tailleur d’Ingrid.
Ingrid qui avait vu Julien lui dit comme si de rien n’était de déposer les cafés sur la table et de retourner en cuisine, qu’il pouvait manger maintenant et qu’elle l’appellerait si elles ont besoin de lui.

Julien retourna en cuisine pour manger non sans éprouver une érection énorme et presque douloureuse. Finalement il préférait se savoir cocu par une femme que par un homme, bien que sa femme l’ait déjà trompé par deux fois avec des hommes mais il n’en savait encore rien.

Au bout d’une demi-heure, Ingrid appela finalement Julien « Julie ramène tes petites fesses par ici » criait-elle sur un ton jovial.
« Comme tu as bien travaillé et a fait des efforts pour te montrer obéissante, Johanna et moi t’avons acheté des petits cadeaux, tiens celui-ci c’est celui de Johanna » Johanna souri à Julie(n) pendant qu’il ouvrait le paquet cadeau avec appréhension.

Il découvrit la jolie guêpière corset rose et blanche en dentelle et soie et Johanna lui demanda « elle te plait ? »
Ingrid ne lui laissa même pas le temps de répondre : « tu pourrais dire merci petite mal élevée. »

Julien essaya de se justifier « j’allais le dire, merci Johanna, elle est très belle et me plait beaucoup »
Ingrid reprit Julien « Dit merci Maîtresse Johanna, vous êtes trop bonne avec moi »
Julien répéta docilement et Johanna lui sourit avec bienveillance.
« Tiens ouvre mon cadeau maintenant » lui intima Ingrid.

Il ouvrit le paquet et découvrit un mini short en jeans ultra sexy et provoquant avec des déchirures sous les fesses.
Il bandait encore mais n’oublia pas de dire « Merci Maitresse vous êtes trop bonne »
« Bon allez mets les qu’on voit si ça te va bien » Il partait pour aller se changer quand Ingrid l’apostropha « Où vas-tu ? Change toi devant nous, ne fais pas ta fillette timide ! »

Il était mort de honte sa petite queue blanche dépassait du string et Johanna comme d’habitude éclata de rire. Il passa en vitesse le mini short afin de cacher son indécence puis la guêpière corset qui accentuait la cambrure de ses hanches.
Ingrid lui demanda de se tourner « très mignonne, beaucoup de fille aimerait avoir un cul aussi sexy !» Johanna le complimenta aussi « waouh j’en connais plus d’un qui rêverait de se faire une jolie metro comme ça ! »

Ingrid riait à la réflexion humiliante de Johanna et abonda dans son sens « ah bah je t’ai pas raconté que cette petite salope est revenu avec le 06 d’un mec quand je l’ai envoyé à la boulangerie et qu’elle s’est laissée peloter les fesses dans la file d’attente ?! »
Johanna rentra dans le jeu pervers d’Ingrid et demanda à Julie(n) « c’est vrai ça Julie? T’as aimé ?! »

Julien tenta de se justifier « Ce n’est pas de ma faute, ma tenue était trop provocante, non je n’ai pas aimé ça »
Ingrid éleva la voix « c’est ça qui m’énerve ! Il n’assume pas alors qu’il s’est laissé peloter les fesses, en plus il a même remercié le mec et a gardé sa carte de visite »

Johanna qui était plus férue d’informatique qu’Ingrid lui demanda « As-tu déjà consulté son historique de navigation sur le net ? » Ingrid répondit « Tiens non, je n’y avais même pas pensé, je vais chercher son ordi portable, je reviens. »
Julien pensa à s’enfuir, l’humiliation était trop grande et ce qu’elles risquaient de découvrir dans son historique de navigation encore plus compromettant mais où irait-il s’il quittait Ingrid du jour au lendemain, elle serait capable de mettre à exécution sa menace d’envoyer les photos de lui à ses proches.

Répondre