Julie(n), Ingrid et Johanna

SissyGirl
Membre
Membre
Messages : 28
Enregistré le : mer. 4 oct. 2017 14:40
Je suis : un Travestie
Je suis : Une Encagée
Je cherche : Une KeyHolder
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Cage acier - 6cm
LOCALISATION : Guyane

Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par SissyGirl » dim. 15 oct. 2017 22:45

Bonjour,

Voilà, j'ai commencé à rédiger ce qui devait à la base être une nouvelle érotique; j'en suis à la 165e page sur Word et pense devoir encore écrire 75 à 100 pages de plus pour terminer mon histoire.
Je n'ai pas la prétention d'éditer ce roman mais sait-on jamais, j'aimerais avoir des conseils ou critiques avisées et constructives.
On m'a conseillé de ne pas publier ici tout le roman afin de ne pas me faire voler mon "oeuvre " et je publierai donc que quelques chapitres qui ne se suivent pas.
Je n'ai pas encore trouvé le titre définitif hésitant entre un titre explicite du genre " Julien et ses deux Maîtresses créoles" ou un titre plus énigmatique.


Julien était arrivé en Guyane depuis deux ans à l’âge de 25 ans, fraîchement diplômé de l’IUFM, il avait trouvé son premier poste d’instituteur à Saint Laurent du Maroni.
Quelques mois après il rencontra Ingrid, une Surinamaise créole plantureuse au tempérament volcanique âgée à l’époque de 31 ans. Il ne tarda pas à s’installer avec elle et se marièrent un an après.

Dès le début de leur relation elle exerça sur lui son autorité naturelle et une forme de domination à peine voilée ; lui semblait l’accepter sans trop de problèmes même si parfois il se rebellait encore essayant de conserver un semblant de virilité aux yeux des autres.
Pourtant il savait bien qu’au fond de lui sommeillait une féminité débordante qu’il tentait maladroitement de réprimer mais que sa silhouette, les traits fins de son visage imberbe et sa démarche indubitablement féminines trahissaient à coup sure.
Il lui avait d’ailleurs caché son attirance pour la lingerie féminine et ses expériences de travestissement lorsqu' adolescent il profitait de l’absence de sa mère et de ses sœurs pour essayer en cachette leurs petites culottes et vêtements sexy, admirant furtivement devant la glace ce clone féminin qu’il eut aimé être au grand jour.
Elle semblait amusée par ce coté féminin et c’est peut être ce qui l’avait séduit chez lui, elle se moquait souvent ouvertement de ses fesses de filles et de sa démarche chaloupée et bien qu’il faisait semblant de s’offusquer de ses remarques humiliantes, il s’en trouvait en fait plutôt flatté et même excité que sa femme le taquine sur son apparence efféminée.
Plus le temps passait et plus elle affirmait sa domination psychique sur lui et plus il se soumettait, même au lit c’est elle qui avait pris le dessus et le rôle actif, lui intimant l’ordre de lui lécher la chatte puis de se laisser chevaucher passivement.

Mais au fil du temps la passion des débuts de leur relation s’était lentement émoussée et la routine avait finie par lasser Ingrid qui consentait de moins en moins souvent à accorder à Julien ses faveurs sexuelles. Elle l’avait d’ailleurs trompé deux fois avec des amants occasionnels sans qu’il ne le sache jamais et entretenait depuis quelques semaines une relation saphique avec sa copine Johanna.
Ils venaient de déménager à Cayenne depuis deux semaines à la faveur d’une mutation.
Un soir elle lui annonça qu’elle allait passer la soirée chez une copine et qu’elle risquait de rentrer un peu tard (il ne savait pas qu’elle entretenait en fait une relation amoureuse depuis quelques semaines avec cette « copine ».
De son coté Julien se sentait un peu frustré et se masturbait presque quotidiennement la nuit où lors des absences répétées de sa femme le soir.
Elle était partie depuis moins d’une demi-heure lorsqu’il commença à fouiller dans le placard contenant les petites culottes, string, bas, nuisettes et porte jarretelles d’Ingrid.
Il ne pût s’empêcher de s’émerveiller et de ressentir une excitation en touchant la texture soyeuse et la délicatesse des tissus précieux de cette lingerie féminine qu’il aurait tant aimé avoir le droit de porter au quotidien.
Ah ! Si seulement il n’était pas né avec cet attribut masculin disgracieux entre les jambes qui troublait comme une fausse note l’harmonie de son corps aux proportions indéniablement féminines.
Il s’empara d’un joli ensemble string soutiens rose porte jarretelles et d’une paire de bas blanc et s’empressa de les mettre tout en prenant soin de rembourrer le soutif avec deux petites culottes afin de donner l’illusion d’un bon 90B.

Il était totalement absorbé, en extase devant la glace contemplant son corps prodigieusement sexy et féminin affublé de cet ensemble coquin, seule une érection outrageuse trahissait pour le coup son genre masculin.
C’est à cet instant qu’il entendit les claquements des talons des escarpins de sa femme qui remontaient l’escalier à vive allure (elle était venue récupérer en coup de vent son Smartphone oublié dans la chambre).
Tout en panique Julien essaya d’attraper quelque chose pour se couvrir mais le temps qu’il mette la main sur une serviette, elle était déjà là dans la chambre devant lui qui le scrutait fixement.
Elle fut d’abord tellement surprise qu’elle resta prostrée et sidérée sans rien dire pendant quelques secondes, scrutant de haut en bas son mari qui rougissait comme une tomate ; essayant maladroitement de cacher son érection qui pointait encore à travers le string rose bonbon.
Puis elle éclata de rire et l’apostropha d’un ton cinglant : « Alors c’est ça que tu fais quand je ne suis pas là ?! Ça t’excites de porter ma lingerie sexy espèce de … » elle hésita puis compléta finalement par « espèce de petite tapette ?! Il avait terriblement honte mais elle lui dit « tourne toi, waouh c’est vrai que t’es mignonne comme ça, t’as vraiment un cul de fille ! Enlèves tes mains devant le string, tu crois que je n’ai pas vu que tu bandes petite salope ! Allez ! » >
Alors qu’il s’exécutait honteusement elle saisit son Smartphone et pris quelques photos, « allez tourne toi, obéis où je raconte à mes copines ce que tu fais en mon absence ! »
Puis elle saisit son sexe à travers le string et lui dis à l’oreille « surtout reste habillée comme ça petite pute puisque ça t’excites et couche toi, on sort avec Johanna, je reviens tout à l’heure, on en reparlera … »

Il resta un moment comme hébété l’excitation avait désormais laissé place à l’inquiétude et la honte qu’impliquerait la révélation de son goût immodéré pour la lingerie féminine.
Il s’assit sur le lit comme sonné, il voulait retirer à présent l’ensemble sexy mais sa femme lui avait dit défendu de le faire et elle serait probablement encore plus contrariée s’il lui désobéissait maintenant.
Avait-il rêvé ? L’avait elle traitée de tapette et de petite pute ?! Il eu une érection en repensant à la façon dont elle l’avait insulté tout en serrant son sexe fort dans sa main.
Que ferait-elle en rentrant ? Serait- elle dégoutée de lui ? Allait- elle le punir ? Les questions se bousculaient dans sa tête tourmentée entre crainte et excitation et il ne trouverait probablement pas le sommeil avant le retour tardif d’Ingrid.

De son coté Ingrid s’engouffra avec hâte dans la voiture où Johanna l’attendait en bas de chez eux et celle-ci démarra promptement.
Elles avaient en effet prévu une petite sortie au restaurant entre filles, surement finirait-elle la soirée chez Johanna et ne rentrerait pas avant 3H du matin comme souvent dans ce cas là.
Johanna remarqua tout de suite l’air soudain un peu soucieux et le mutisme inhabituel d’Ingrid et lui demanda « qu’est ce qui ne va pas ? Tu as l’air bien pensive, tu t’es disputée avec Julien ? »
Ingrid prit quelques secondes avant de répondre « Non mais c’est délicat, si je t’en parle tu dois me promettre de garder le secret ». Elle avait envie de se confier à Johanna mais ne savait trop comment elle devait dévoiler ce secret. Johanna la rassura :
« Vas y Ingrid tu sais que tu peux me faire confiance, personne ne sait pour nous deux, je ne trahirais pas ma promesse, tu peux tout me dire, ça restera entre nous deux ma chérie » assura-t-elle.
Ingrid hésitait encore, Johanna tenta d’en savoir plus « ça me concerne, il a des soupçons pour nous deux ? »
Ingrid répondît : « Non, ne t’inquiètes pas, ce n’est pas ça le problème … » elle marqua une pause puis se lança :
« Bon je vais te le dire : voilà quand je suis rentré à l’instant pour récupérer mon portable, j’ai surpris Julien habillée en femme ; enfin en string bas, porte jarretelle, tu sais l’ensemble rose bonbon avec les bas blancs.

Au début je l’ai pas reconnu j’ai cru qu’il avait une maitresse mais non c’était bien lui ! » Johanna la regarda d’un air incrédule « Arrête ! Tu me fais marcher là ? » Dit-elle sur un ton amusé.
« Non je te jure, on aurait dit une petite pute sexy, il ressemblait vraiment à une femme » ajouta elle en s’esclaffant « Johanna explosa aussi de rire et elles eurent un fou rire contagieux et salvateur pour Ingrid.
« Et qu’est ce que t’as fait ou lui a dit quand tu l’as surpris »
« Au début j’étais choquée, sans voix, puis je l’ai bien regardé, j’avoue qu’elle était très mignonne et sexy comme ça, et j’ai explosé de rire en voyant qu’il tentait honteusement de cacher son érection qui dardait à travers le string. »
« T’es sérieuse ? » rétorqua à nouveau Johanna sur le même ton incrédule et à la fois excitée.
« Je crois que je l’ai traitée de tapette et dit qu’il ressemblait à une petite pute comme ça et je lui ai donné l’ordre de rester ainsi et d’aller se coucher et qu’on en reparlerait à mon retour »
Elles arrivèrent au restaurant, prirent place et commandèrent un cocktail en attendant les plats commandés.
Le sujet de conversation de la soirée tournait invariablement sur la découverte bouleversante que venait de faire Ingrid sur son mari et ce que ça impliquerait dans le futur et comment elle devrait réagir afin d’en tirer le meilleur parti.
Johanna relança Ingrid « je ne veux pas être désobligeante mais franchement moi ça m’étonne qu’à moitié, je l’ai toujours trouvé efféminé et c’est vrai qu’il a des formes et des traits plus féminins que masculin.
« Tu crois que c’est juste un fantasme ou qu’il aimerait devenir une femme ? »
« Je ne sais pas, faut que tu lui demandes sans le juger trop durement, peut être qu’il aurait aimé en être une ; je connais une femme dont le mari se travestit chez elle, ils s’amusent comme des fous, elle le domine …. »
Intriguée Ingrid voulait en savoir en plus « Ah oui comment ça ? »
« Bah tu sais une relation SM elle domine et lui il est soumis, il obéit à tous ses ordres comme un bon toutou fidèle, elle baise même avec ses amants devant lui »
« Hmm, ça me plait ça » dit elle sur un ton enjoué « on pourrait jouer avec lui et le transformer en bonniche soumise » plaisanta-t- elle, faut que tu m’expliques comment faire »
« Déjà tu as un avantage sur lui, il doit être terrifié à l’idée que tu révèles son secret, tu peux t’en servir pour lui imposer des choses avec une forme de chantage si il refuse »
« Ah oui ça il doit stresser à l’heure qu’il est, en plus j’ai pris des photos de lui avec mon portable »
« Non ?! Montre stp, allez stp ! »

Ingrid riait et lui donna le portable « regarde moi cette petite pute ! » dit elle d’un air dégoutté.
Johanna avait les yeux écarquillés et ne pouvaient s’empêcher de rire en regardant les photos et plaisanta à son tour « c’est dingue, on dirait vraiment une femme très sexy comme ça, le prends pas mal mais moi je le trouve plus mignonne comme ça, enfin mignon »
« Ah ah ! Oui, c’est ce que je me suis dit aussi, je crois que je vais l’obliger à en porter plus souvent »
« Oui tu devrais l’obliger à porter que des sous vêtements féminins pendant un mois voire plus pour le punir et lui donner l’ordre de faire des taches ménagères comme ça »

Les deux amies ne tarissaient pas d’idées perverses ponctuées par de bruyants éclats de rire, plus l’alcool du cocktail commençait à faire effet et à délier leurs langues (pourtant déjà bien pendues).
« Oui bonne idée je vais remplacer tous ses slips par des strings et des petites culottes et si c’est ce qui lui plait je vais faire de lui une vraie petite esclave soumise ! »
Johanna serra tendrement la main d’Ingrid « Pour nous deux c’est bien, tu pourras lui dire il pourra rien faire sinon …. »
Elles rirent de bon cœur et s’embrassèrent sur la bouche furtivement et Johanna caressait les cuisses d’Ingrid sous la table, elles décidèrent de rentrer comme prévu chez Johanna pour se faire des câlins plus intimes.

Elles firent l’amour à peine arrivée comme si la conversation les avait passablement excitées.
La discussion repris sur les stratagèmes dont elles allaient user pour transformer Julien en petite bonniche coquine et soumise.
Elles consultèrent même des sites de suprématie féminine afin de récolter des conseils pour soumettre et féminiser son mari et rirent maintes fois en lisant les conseils et photos qui accompagnaient le texte. Johanna n’était pas avare de conseils :
« Tu devrais lui dire que tu vas lui permettre de vivre son fantasme au-delà de ses espérances mais qu’il devra t’obéir au doigt et à l’œil »
« Oui je vais le prendre à son propre jeu et le forcer à se féminiser encore plus »
« Ah ah ! il va finir par vouloir que tu le prennes par derrière avec un gode ceinture comme sur la photo (désignant un dessin sur le site gynarchique où un homme travestit se faisait prendre par une maitresse affublée d’un gode ceinture et d’un long fouet »
« Hmmm bonne idée, ça m’excite j’ai envie de l’humilier ! Je lui ferais d’abord lécher un gros gode en lui disant qu’il s’entraine parce que bientôt je le lui ferais faire la pute ! »
Johanna était morte de rire et elle sorti justement d’un placard un petit sac à main contenant un énorme gode de 23 cm noir très réaliste, une paire de menotte et un fouet en cuir « Tiens t’as qu’a essayer ce soir en rentrant, tu me raconteras demain ! »
« Hi hi hi ! merci Johanna, je sens que je vais bien m’amuser en rentrant, elle va prendre cher cette petite salope ! » Elles s’esclaffèrent une dernière fois et Johanna ajouta « n’oublie pas de prendre des photos » T’inquiètes répondit avec assurance Ingrid.

Elles s’embrassèrent longuement et passionnément, Ingrid promettant de tout lui raconter dans les moindres détails le lendemain.

Elle arriva vers 02H30 , il ne dormait pas mais fit semblant tant il craignait de devoir fournir des explications sur ses envies de travestissement.
Elle souleva délicatement le drap, il était couché sur le flanc laissant apparaître son joli postérieur mis en valeur par le string rose et les bas blancs soyeux, son cœur palpitait et il tentait de maîtriser sa respiration haletante afin de feindre le sommeil.

Elle-même fut troublée par cette vision de son mari si féminin et sexy et elle hésita un instant sur ce qu’elle avait envie de faire de lui tout en contemplant son corps alangui.
Elle avait terriblement envie de le menotter directement et de fouetter son derrière trop féminin mais elle pensa que ce serait un réveil trop brutal et elle commença à caresser doucement ses cheveux et sa nuque d’une main alors que l’autre vint se poser fermement sur ses hanches et s’aventurait plus bas caressant la bordure de son string comme elle le faisait souvent avec Johanna.
Elle murmura à son oreille « tu dors petite salope ? » Il ne dormait pas, ses mots et caresses provoquèrent instantanément une énorme érection qu’elle ne manqua pas de remarquer.
Elle serra immédiatement ses testicules très fort en lui demandant : « ça t’excites de jouer à la petite pute, hein ? » Il était très gêné par sa question et ses insultes au féminin ; avant ce jour elle ne l’avait jamais insulté de cette façon ; au pire elle avait dû le traiter de connard ou d’imbécile lors d’une dispute mais là elle le rabaissait au statut de tapette, petite pute ou salope et le pire c’est qu’au lieu de s’en offusquer ça l’excitait terriblement.
Il tenta une explication improbable et maladroite « Euh non je voulais juste voir comment ça fait d’être habillé en femme »
« Ah wai , tu me prends pour une conne ou quoi ? Et comment expliques-tu que tu bandais comme un âne quand je t’ai surpris et que là à l’instant tu t’es mis à bander quand je t’ai traité de petite pute ? Tu peux me mentir mais ta queue elle ne ment pas » ironisât elle.
Il était mort de honte et ne sut quoi répondre, elle reprit sur le même ton inquisiteur et menaçant « Arrête de me mentir, je suis déjà très contrariée alors maintenant tu n’as pas intérêt à me raconter de bobard sinon je te fous à la porte tout de suite » Il blêmit à l’idée de se retrouver jeté à la rue en pleine nuit habillée en petite pute sexy.
« Ce n’est pas la première fois que tu portes ma lingerie en mon absence, n’est ce pas ? » Elle le regardait droit dans les yeux et resserra encore son emprise sur ses testicules.
« Réponds petite salope» comme il tardait à répondre elle comprima encore plus ses testicules tellement fort qu’il gémit et son érection s’évanouit soudainement. Elle répéta avec insistance « Réponds ! ».
Il avait mal et avoua honteusement « Non ce n’est pas la première fois »
« Petite salope perverse et tu te masturbes je parie, je vais t’apprendre moi ! Tu as mérité une bonne correction » Elle ajouta : « j’ai montré à Johanna les photos de toi en string et on a passé la soirée à parler de toi ; elle pense que je devrais t’encourager dans ton désir de féminisation puisque c’est visiblement ce que tu souhaites »

Il était blême et assaillit par les sentiments de honte et d’humiliation, comment pourrait il désormais soutenir le regard de Johanna sachant qu’elle a vu les photos de lui en string et soutiens gorge.
Ingrid lut dans son regard l’abattement, la crainte et la honte et tenta de le rassurer « Ne t’inquiètes pas, c’est ma meilleure copine et Johanna m’a juré que ça resterait entre nous »
Le coup était quand même rude pour Julien, il commençait à sentir le stress monter en lui et sa gorge se nouer et ses yeux devinrent larmoyants.
« Ne me regarde pas avec cet air de chien battu, je n’aime pas les petites menteuses et tu as plutôt intérêt à accepter les punitions que moi et Johanna avons élaborées pour toi ! » asséna elle impitoyablement comme un boxeur qui porte l’ultime estocade à son adversaire blessé.
Il était pris au piège, ces photos compromettantes si jamais elles étaient divulguées à ses proches pourraient socialement l’anéantir, la menace planerait désormais perpétuellement au dessus de sa tête telle l’épée de Damoclès...

Avatar du membre
Chaste59
Supporteur
Supporteur
Messages : 4568
Enregistré le : mar. 24 janv. 2012 17:17
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Prison de Morgane
LOCALISATION : Lille

Re: Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par Chaste59 » lun. 16 oct. 2017 17:39

SissyGirl a écrit :
dim. 15 oct. 2017 22:45
j'ai commencé à rédiger ce qui devait à la base être une nouvelle érotique;
Je ne sais pas pourquoi, je mettrais plutôt dans la catégorie "auto-biographie"
Je n'ai pas eu le temps de tout lire ( la famille n'est pas encore couchée ), mais le peu que j'ai lu est intéressant et agréable à lire
Merci ;)

SissyGirl
Membre
Membre
Messages : 28
Enregistré le : mer. 4 oct. 2017 14:40
Je suis : un Travestie
Je suis : Une Encagée
Je cherche : Une KeyHolder
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Cage acier - 6cm
LOCALISATION : Guyane

Re: Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par SissyGirl » lun. 16 oct. 2017 18:36

Merci pour ta réponse Chaste59, bon comme dans la plupart des romans il y a une part d'auto-biographie et une part totalement fictive.
Si vous jugez qu'e je devrais la poster dans cette catégorie je n'y oppose aucune objection.

J'ai posté l'introduction seulement après ça se corse pour Julien qui sous l'emprise d'Ingrid et Johanna va devenir Julie et vivre de nombreuses épreuves, turpitudes et humiliations ...

Avatar du membre
Chaste59
Supporteur
Supporteur
Messages : 4568
Enregistré le : mar. 24 janv. 2012 17:17
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Prison de Morgane
LOCALISATION : Lille

Re: Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par Chaste59 » lun. 16 oct. 2017 21:10

Chaste59 a écrit :
lun. 16 oct. 2017 17:39
Je n'ai pas eu le temps de tout lire ( la famille n'est pas encore couchée ), mais le peu que j'ai lu est intéressant et agréable à lire
je viens de finir, et ça confirme ma 1ere impression :P
SissyGirl a écrit :
lun. 16 oct. 2017 18:36
Si vous jugez qu'e je devrais la poster dans cette catégorie je n'y oppose aucune objection.
mais non, c'est très bien dans cette rubrique.

bacchus
Membre
Membre
Messages : 2132
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

Re: Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par bacchus » mar. 17 oct. 2017 06:58

Bon moment à passer à lire ce texte ce matin. Merci ;)

Avatar du membre
sergelebo
Membre
Membre
Messages : 954
Enregistré le : dim. 27 nov. 2011 15:18
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : minicage metal
LOCALISATION : idf

Re: Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par sergelebo » mar. 17 oct. 2017 11:33

Bien, je t'encourage bien sûr à poursuivre.
Cela étant, j'avoue que j'ai lu rapidement par manque de temps aussi mais c'est pas mal.
Le début me semble un peu abrupt et raccourci mais c'est mon opinion personnel et de plus dans un ouvrage de cette nature généralement on ne s’embarrasse guère d'une didascalie précise et à de longues descriptions.
Surtout pour terminer ton livre, il te faudra du courage, de l'abnégation et du temps !

Bonne continuation.

Serge

SissyGirl
Membre
Membre
Messages : 28
Enregistré le : mer. 4 oct. 2017 14:40
Je suis : un Travestie
Je suis : Une Encagée
Je cherche : Une KeyHolder
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Cage acier - 6cm
LOCALISATION : Guyane

Re: Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par SissyGirl » mar. 17 oct. 2017 14:51

Merci à vous pour vos encouragements et critiques .
Sergelebo, tu as entièrement raison concernant le début et je suis tout à fait conscient que je vais devoir étoffer ma présentation du cadre et des personnages principaux.
Comme je l'ai expliqué, je pensais écrire une nouvelle d'une trentaine de pages mais finalement j'en suis à la 165e page et mon histoire est encore loin d'être terminée.
J'ai en effet encore beaucoup de travail pour achever ce roman sans parler de la correction des fautes d'orthographe et tournures de phrases bancales.

SissyGirl
Membre
Membre
Messages : 28
Enregistré le : mer. 4 oct. 2017 14:40
Je suis : un Travestie
Je suis : Une Encagée
Je cherche : Une KeyHolder
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Cage acier - 6cm
LOCALISATION : Guyane

Re: Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par SissyGirl » mar. 17 oct. 2017 15:19

Il n’avait guère le choix que de se soumettre et osa demander : « Quelles punitions devrais-je subir ? «

Elle le regarda avec un air de satisfaction un peu sadique et répondit «Tu vas m’obéir au doigt et à l’œil pendant au moins un mois. Pour commencer mets-toi à quatre patte sale chienne »

Il se sentit humilié par ses paroles crues mais ne pût réprimer une nouvelle érection qui tendait comme la toile d’un chapiteau le string rose légèrement transparent, ce qui n’échappa pas à l’œil vif d’Ingrid qui s’en moqua à nouveau. Il s’exécuta néanmoins et se mit à quatre pattes.

« Oh ça t’excites petite salope, tu n’as pas honte, en plus je ne t’ai pas autorisé à bander à ce que je sache ! Attends je vais te calmer petite pute».

A ce moment là elle s’empara du petit sac que Johanna lui avait confié et en sorti la paire de menottes, elle attacha un foulard sur ses yeux et lui entrava les mains, puis sorti le fouet délicatement sans rien dire.
Elle s’amusa à effleurer la raie de ses fesses avec le bout du fouet, jusque là ça restait très excitant pour Julien qui bandait toujours énormément.

« Tu sais avec quoi je te titille les fesses là ? » lui demanda-t-elle sur un ton cynique
« Euhh … non je ne sais pas, une ficelle ? »

Elle ricana et lui asséna un violent coup de fouet sur les fesses qui le fit gémir et sursauter.
Elle lui intima de souffrir en silence « Tais toi je ne veux pas entendre tes gémissements de catin. Tu comprends maintenant ? C’est un fouet petite sotte » et elle lui asséna une série de 10 coups de fouet sur ses fesses qui commencèrent à se teinter de marques rouges.
Son érection disparut aussi vite qu’elle était apparue d’autant plus qu’elle avait volontairement fouetté ses testicules au moins une fois.

Il se tordait de douleur, implorant pardon et qu’il ne recommencerait plus mais elle le coupa net « Je t’ai dit de te taire, je n’ai pas fini de te punir, ce n’est que le début et chaque mot ou gémissement que tu prononces te vaudra des coups de fouets en plus.

Johanna et moi avons décidé que tu recevrais 30 coups de fouets sur les fesses mais comme tu m’énerves à te plaindre tu en recevras 20 de plus comme ça on arrivera à 50.
Elle reprit par série de 10 tout en l’insultant copieusement d’insultes toutes aussi humiliantes les unes que les autres « tapette, salope, pute, pétasse, chienne, je vais te faire porter que des strings et petites culottes tout le temps »

Arrivé à 40 il se mit à pleurer comme un enfant, cependant elle lui asséna impitoyablement une dernière série de dix coups de fouets encore plus violente que les précédentes en guise de bouquet final. Elle le laissa pleurer quelques minutes seul, préférant allez se faire une tisane et le laisser mijoter un peu avant sa prochaine punition.
Elle n’y était pas allée de mains mortes et avait défoulé toute sa colère sur le pauvre derrière de Julien qui était progressivement passé de l’albâtre au rouge carmin, la peau à vif par endroit marquée par les lacérations du fouet en cuir.

Elle prit conscience en revenant dans la chambre de la sévérité de la punition par le fouet en voyant l’état de son postérieur après 51 coups de fouets (elle n’avait pas compté le premier !)
Elle le consola un peu et détacha ses menottes « Ne pleures pas ma chérie, ça va passer, tu m’as mis en colère mais je me sens mieux là, avoue que tu l’as bien mérité quand même »
Il avait encore le foulard sur les yeux (elle en profita pour faire quelques photos pour Johanna) et il se tenait toujours dans la même position humiliante, à quatre pattes, les fesses rougies par le feu du fouet.

Elle passa doucement la main sur ses fesses endolories puis ses caresses se firent verticales descendant sur la ligne du string qui rentrait dans la raie de ses fesses puis effleurant délicatement avec le majeur et l’index son anus.
Bientôt l’excitation reprenait le dessus sur la douleur et il recommença à avoir une érection alors qu’elle titillait son cul d’une main et tenait son sexe de l’autre.
Elle s’en amusa encore « Hmm on dirait que ça te plait petite salope, pas vrai ? » Alors que son majeur s’introduisait lentement en lui et qu’elle le masturbait doucement »

Il était de plus en plus excité et commençait involontairement à pousser des petits soupirs de plaisirs et à s’abandonner au doigt d’Ingrid qui commençait à faire des va et viens de plus en plus fort dans son petit cul si féminin. Il commençait à se trémousser comme une petite salope et Ingrid le complimenta « Oui vas y bouge ton joli petit cul de salope blanche, c’est ça que tu aimes hein ?! » Puis elle ajouta :
« Mais j’ai mieux pour les petites salopes de ton espèce, Johanna m’a conseillé de te prendre par derrière avec un gode ceinture et m’a prêté le sien.
Bon ! Pour ton dépucelage ça va être surement être douloureux surtout qu’il est assez énorme (sacré Johanna, quelle coquine !) mais tu vas commencer par me faire plaisir et bien le sucer comme une bonne cochonne »

Julien n’en croyait pas ses oreilles, Ingrid n’avait jamais été aussi vulgaire et humiliante mais ce qu’il entendait ne faisait que l’exciter encore plus même si il avait également très honte.
Elle enfila le harnais du gode ceinture et se présenta devant sa bouche et défis le foulard qu’il avait encore sur les yeux.

La première chose qu’il vit fut cet énorme gode noir qui trônait devant sa bouche et effleurait déjà ses lèvres.
« Allez ! Ne te fais pas prier petite pute, je sais que t’en meure d’envie, ouvre la bouche chienne » comme il tardait à s’exécuter elle lui donna une bonne claque sur son fessier endolori « Tu préfères peut être une autre série de 50 coups de fouets ? »

En entendant ses paroles menaçantes il finit par obéir et ouvrit la bouche dans laquelle elle introduisit le gros membre factice, elle vérifia l’état de son érection, il bandait encore plus fort … « Allez ma petite chérie suce bien ma grosse queue. Oui lèche là aussi de bas en haut comme une glace espèce de petite garce, c’est bien ! »

Elle était de plus en plus excitée et saisi son portable et fit discrètement une photo alors qu’il suçait goulûment le gros gode de Johanna. Elle appuyait sa main sur le haut de sa tête le forçant à avaler encore plus profond et à faire des va et viens sur la grosse queue comme une actrice porno.
« Hmm tu te débrouilles pas mal petite salope, on dirait que tu as fait ça toute ta vie !»

Ingrid usait et abusait de remarques toujours plus crues et humiliantes sentant que celle-ci ne faisaient qu’exciter encore plus son mari qui selon son plan se métamorphosait à vue d’œil en bonne petite pute soumise.
« Ça suffit petite gourmande, passons aux choses sérieuses ! » elle retira le gode de sa bouche et mis du lubrifiant dessus en lui demandant de l’étaler avec sa main en branlant le gode puis vint se positionner derrière lui pour le pénétrer en levrette.

Il voulut protester « Il est trop gros je vais avoir mal je t’en sup Aiie » elle l’interrompit par une nouvelle claque encore plus forte sur ses fesses.
« Je t’ai dis de te taire, bien sure que tu vas avoir mal mais si tu coopères je serais plus douce, détends toi tu vas adorer ça salope ! »

Elle eu le plus grand mal à faire renter le gros gland dans son anus serré, il lui faisait trop mal, il avait peur et malgré les claques sur son postérieur, il se débattait pour se soustraire à l’inexorable pression du gode qui centimètre par centimètre se frayait un chemin au plus profond de ses entrailles, finalement elle finit par réussir à enfoncer tout le gland et il cria moins quand elle continua à lui enfoncer le restant des 23cm dans son cul encore vierge.

La douleur de cette première pénétration était maintenant contrebalancée par un étrange sentiment de volupté et de plaisir à chaque coups de reins qu’Ingrid lui donnait et il s’abandonna totalement à la chevauchée frénétique de sa femme qui lui susurrait des mots salaces tels que « hmm c’est bon hein petite salope, tu aimes te faire baiser par une grosse queue hein ? » Il était tellement excité qu’il rentrait dans son jeu et avouait maintenant sans honte « hmm oui c’est bon, j’aime ça, hmmm »
« Oui c’est ça petite chienne, prends ton pieds, bouge ton petit cul comme ça salope » elle le tira par les hanches afin qu’il face lui-même le va et vient sur le gode tout en branlant son sexe qui était en demi érection et il jouit finalement au bout de quelques minutes lâchant un flot saccadé de sperme sur le drap alors que le gode était encore entièrement en lui.
Elle immortalisa cet instant par un dernier cliché avec son smart phone.

Elle se moqua encore une dernière fois de lui « hé ben dis donc! Je crois que je t’avais jamais entendu jouir aussi fort salope, faut croire que tu préfères te faire prendre par une bonne grosse queue que de baiser ma chatte !
Bon je suis fatiguée, je vais me coucher, je te laisse nettoyer tes saletés » elle lui tendit une nuisette.

Il fut encore humilié par les paroles d’Ingrid mais la saisit et elle lui dit qu’il devrait la porter après s’être lavé. Elle l’embrassa sur la joue en lui murmurant « j’aurais jamais cru que t’étais une telle salope, mais j’avoue que j’ai pris aussi du plaisir à te baiser, allez bonne nuit petite coquine ! » Il avait honte et répondit bonne nuit et fila dans la salle de bain.

Sous la douche il ferma les yeux et laissa couler l’eau sur sa tête pendant quelques minutes comme pour le laver de toutes les impuretés qu’il avait commises aujourd’hui.

Sa vie venait de prendre un tournant incroyable, sa femme venait de l’humilier au plus haut point mais il ne pouvait nier avoir ressenti un plaisir jusque là inégalé qui le faisait se demander si il n’était pas en fait vraiment une salope comme sa femme n’avait cessé de lui répéter depuis son retour de chez Johanna.

Il sortit de la douche remis le petit string rose et les bas blancs et enfila la nuisette en soie que sa femme lui avait donné l’ordre de porter pour la nuit.
Il eu exceptionnellement une nouvelle érection en réalisant qu’il obéissait désormais docilement aux ordres de sa femme qui le rabaissait ouvertement au statut de petite salope soumise.

Il alla se coucher auprès d’elle, Ingrid ne dormait pas encore et l’attendais nue sur le lit.
Il espéra un instant qu’elle lui demande de lui faire l’amour, revenir à un rôle plus masculin symboliquement et recouvrer un semblant d’honneur ou de dignité qu’il avait perdu ce soir.

Cependant ses espoirs furent vite douchés par Ingrid qui lui dit sur un ton un peu autoritaire : « viens me lécher la chatte salope ». Plus elle l’humiliait et plus son excitation grandissait … Il commença à sucer son clitoris, sa chatte était trempée, preuve que d’avoir baisé son mari en levrette l’avait terriblement excitée.

Certes il n’était pas aussi expert dans l’art du cunnilingus que sa copine Johanna mais en guidant sa tête elle arriva à jouir et s’endormit quasi immédiatement après.
Il était près de 4h du matin et bien qu’encore bouleversé par cette soirée, il s’endormit aussi peu de temps après.

Il était 10H30 et Julien dormait encore à poings fermés quand il fut réveillé en sursaut par un bon coup de fouet sur ses fesses encore marquées par la correction de la veille. « Debout feignante, va te doucher et après file chercher le pain et des croissants »

Il hurla et tenta de se rebeller, disant que ce jeu allait trop loin et qu’elle devait cesser de le frapper et le traiter comme une fille, qu’il ne voulait plus jouer à ce jeu pervers »
Elle lui répondit « Tu préfères peut être que je divulgue ces photos à tes collègues de travail ? » lui montrant son smart phone et les photos de sa correction et de celles où il suce le gros gode.

Il lui implora de les effacer, qu’il avait compris sa punition et qu’il ne recommencerait pas »
Elle l’interrompit dans ses jérémiades et lui posa une question « As-tu au moins compris pourquoi je t’ai punis ? » Il n’osa pas expliquer mais répondis « oui j’ai compris »
« Ah moi je ne pense pas, si je t’ai punis c’est pour ne pas avoir eu le courage de m’avouer tes fantasmes de travestissement et de faire ça en cachette quand j’ai le dos tourné »
« En fait ça ne me déplait pas que tu portes de la lingerie sexy mais pas la mienne, je vais t’acheter tes propres petites culottes, string, bas, guêpière et nuisette mais ne t’avises plus de toucher à mes affaires »

Il était abasourdi par ce qu’Ingrid lui disait et elle en remit encore une couche « les photos inutiles d’essayer de les effacer, de toute façon je viens de les envoyer à Johanna, ça va beaucoup l’amuser je crois » affichant un sourire narquois.
« Allez ! Assez parlé, va te doucher et file à la boulangerie, dépêche toi car je dois aller manger chez Johanna vers 13H »

Il se déshabilla devant elle, jetant négligemment sur le lit le string et les bas avec un certain sentiment de soulagement en retirant ces vêtements féminins qu’il portait en continu depuis la veille au soir. Elle le regarda sévèrement et lui demanda de bien les plier et les mettre sur une chaise et qu’il devrait encore les remettre en sortant de la douche ».
Sans dire un mot il plia le string et les bas et alla se doucher, sous la douche il eu à nouveau une érection en pensant que sa femme venait encore de l’humilier et lui avait demandé de porter à nouveau l’ensemble sexy toute la journée.

Ingrid semblait se délecter de cette situation nouvelle et bien décidée à aller encore plus loin dans la soumission de son mari à ses désirs. Elle l’intima de se dépêcher et de sortir de la salle de bain : « eh ben tout ce temps pour se laver, t’es pire qu’une fille ma parole ! »
Elle lui tendit le string rose et les bas blancs et avait préparé un pantalon en lin blanc qu’elle savait légèrement transparent et un t-shirt beige à elle trop court pour lui qui laissait son nombril apparent.
« Allez ! On ne va pas y passer la journée ! Dépêche-toi »
Il enfila le string et les bas, il recommença à bander, ce qui bien sûr n’échappa pas à Ingrid qui ne laissa pas l’occasion de l’humilier encore un peu plus « eh ben dis donc, ça t’excites vraiment petite salope » Elle ajusta son string et lui tendit le pantalon en lin blanc.

Il ne comprit son choix que lorsqu'elle se mit à rire, en effet le string rose était parfaitement visible à travers le pantalon qui moulait ses jolies fesses féminines. Puis il mit le t-shirt beige un peu trop court qui laissait bien apparent son postérieur et son nombril.
Elle lui demanda de se regarder dans le miroir, pendant qu’elle attachait les cheveux mi longs de Julien en faisant une queue de cheval, nouant un chouchou volontairement rose bien haut.

Il avait clairement l’air androgyne, ses traits fins, ses longs cils, son visage imberbe et ses cheveux châtains mi longs prêtaient à confusion ; même habillé dans des vêtements masculins il arrivait souvent que les commerçants l’appellent Mademoiselle.

Il était prêt à partir quand elle lui demanda de s’approcher et sortit un tube de mascara, il tenta de protester arguant qu’il avait déjà assez honte avec son string apparent à travers le pantalon blanc et qu’on allait se moquer de son apparence trop féminine.
Elle le gifla et lui dit qu’il devrait s’estimer heureux qu’elle ne l’ai pas obligé à porter aussi sous son t-shirt le soutien gorge push up rose assorti au string et que si il continuait à parler elle lui mettrait aussi du rouge à lèvres.

Il se tut et la laissa docilement enduire ses cils de mascara et d’une giclée de parfum Guerlain ; elle était visiblement satisfaite de sa touche finale et le complimenta « Très mignonne, allez file coquine » Elle l’embrassa sur la bouche touchant son sexe en érection qui sortait du string et dardait à travers le pantalon, puis lui donna une tape sur les fesses et ouvrit la porte, l’enjoignant à sortir.
Il espérait encore qu’elle plaisantait ou qu’au dernier moment elle se raviserait de l’envoyer à la boulangerie dans une tenue aussi provocante et délibérément féminine.

Il se trouvait maintenant sur le palier de la petite maison, son cœur palpitait, il transpirait et pas seulement à cause de la chaleur moite en ce mois d’août.
La honte et la crainte de croiser quelqu’un qui le connaisse le tétanisait bien qu’il ne connaissait quasiment personne à Cayenne ayant déménagé il y a peine 15 jours.
Une mutation qu’Ingrid avait vivement souhaitée afin de se rapprocher de sa meilleure « copine » Johanna qui résidait déjà à Cayenne depuis 6 mois.

Avatar du membre
jeepy
Administrateur
Administrateur
Messages : 4490
Enregistré le : jeu. 3 mai 2012 23:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Tarentule RedChili
LOCALISATION : champagne

Re: Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par jeepy » mar. 17 oct. 2017 19:40

Un début de récit très intéressant, servi par une belle écriture. Bravo !
En effet, cela démarre sur les chapeaux de roues, peut-être un peu trop (comme un commentaire le soulevait). Notamment la toute première sodomie de Julien avec un aussi gros calibre enfoncé jusqu'à la garde me paraît irréaliste sans une longue préparation progressive.
Sinon, dans le côté androgyne de Julien, je le reconnais tout à fait dans les photos d'une certaine ... Sissygirl. :exib:

SissyGirl
Membre
Membre
Messages : 28
Enregistré le : mer. 4 oct. 2017 14:40
Je suis : un Travestie
Je suis : Une Encagée
Je cherche : Une KeyHolder
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Cage acier - 6cm
LOCALISATION : Guyane

Re: Julie(n), Ingrid et Johanna

Message par SissyGirl » mer. 18 oct. 2017 15:33

Salut Jeepy

Oui j'avoue que ça commence sur les chapeaux de roues, c'est parce qu'à la base je pensais écrire une nouvelle courte, je vais étoffer ma présentation des personnages dans l'intro et peut être reléguer la première sodomie de Julie(n) plus tard dans le récit.
Dans la suite de l'histoire, Johanna conseille d'ailleurs à Ingrid d'être moins brutale et plus progressive dans le processus de soumission de Julie(n) mais celle-ci brûle allègrement toutes le étapes ...

Androgyne moi ? Mais non pas du tout :P

Image

Répondre