EN STAGE

Avatar du membre
jeepy
Administrateur
Administrateur
Messages : 4455
Enregistré le : jeu. 3 mai 2012 23:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Tarentule RedChili
LOCALISATION : champagne

Re: EN STAGE

Message par jeepy » sam. 13 mai 2017 19:28

Dimanche 19 septembre, 15ème et dernier jour

C’est le grand jour ! Je vais enfin retrouver ma Maîtresse. Je ne sais laquelle de mes vies me paraît la plus irréelle : celle que je viens de mener dans ce stage et que je vais quitter ou celle qui m’attend avec ma Maîtresse ? Et quelle sera cette nouvelle vie qui m’attend ? A coup sûr elle devrait être un peu différente de celle que j’avais avant le stage. Mais elle ne peut aussi qu’être différente de ce que j’ai vécu pendant le stage. Je pars donc un peu dans l’inconnu …
Et comment vais-je retrouver ma Maîtresse ? Est-elle toujours la même ? Surtout, la verrai-je comme je la voyais avant ? Certainement non car j’ai dû changer moi-même durant ces 15 jours. J’ai pourtant tant envie de la revoir très vite, de la toucher, de l’embrasser ! De lui montrer mes progrès. Mais j’ai une certaine appréhension en même temps … Et puis j’éprouve aussi une certaine tristesse à devoir quitter mon éducatrice et les routines qui m’étaient imposées. Cela avait fini par me procurer un certain confort mental, une certaine intimité cocooning de laquelle je devais m’extraire.

Ce sont toutes ces pensées et ces interrogations qui scandent ma matinée pendant que j’exécute mes derniers exercices : une séance de bondage au donjon suivie d’une rédaction. Je suis assis, empalé sur ma chaise pour rédiger une lettre de remerciements à destination de mon éducatrice. Je savoure à présent cette douce sodomie mais j’ai du mal à me concentrer sur cette tâche. Je m’applique du mieux que je peux malgré mes pensées et interrogations récurrentes qui me perturbent. Je finis tant bien que mal et remets mon pensum à Madame. Elle prend son temps pour le lire … Je suis dans mes petits souliers. Me suis-je suffisamment appliqué ? Ai-je trouvé les bons mots ? Et si un jugement négatif de sa part remettait en cause ma libération ? !
Madame finit sa lecture, plie et range le feuillet avant de me féliciter pour cette bonne composition. Ouf ! Je suis alors invité à passer dans la cuisine pour partager leur repas. Une grande première ! Et dernière … Je pense à ma Maîtresse qui doit aussi avaler vite fait son repas avant de prendre la route pour venir me reprendre. Elle est annoncée pour ce début d’après-midi.

Quelques temps après le repas, Madame nous fait placer en attente dans l’entrée, Alain et moi, comme nous avions dû le faire pour la visite des 3 dames. L’attente est longue, d’autant que je comprends vite que je ne pourrai pas sauter dans les bras de ma Maîtresse à son arrivée. Il me faudra respecter le protocole appris, comme s’il s’agissait d’une Dame inconnue. La sonnerie d’entrée retentit enfin. Les battements de mon cœur s’accélèrent ; j’ai l’impression de trembler comme une feuille en gardant la tête baissée …

Invitée et saluée par mon éducatrice, Maîtresse passe lentement devant nous. Je reconnais ses jolies jambes nues et bronzées sous une robe blanche courte dont la dentelle rouge festonnée arrive à mi-cuisses. Je ne lui connaissais pas cette robe ultra sexy, ni d’ailleurs sa superbe paire d’escarpins, blancs eux aussi et ajourés, laissant voir ses orteils vernis de rouge cerise. Une apparition merveilleuse pour moi mais quelque peu troublante. Le trouble du désir et de l’excitation mais aussi celui de l’interdit suggéré par la distance à respecter en cette situation. Le trouble enfin de la voir habillée autrement, comme une personne qui aurait changé de peau et qui ne serait plus tout à fait la même ; bien que je comprenne vite que ces nouveaux atours soient le fruit de ma carte bleue …

Ces Dames installées dans le canapé, Alain est appelé à saluer ma Maîtresse avant de s’éclipser, puis vient mon tour. Je me prosterne avec gourmandise et reconnaissance pour baiser enfin les pieds de Maîtresse et j’enrage de ne pouvoir la parcourir de mes baisers. Je me place en position d’attente d’où je peux contempler le haut de sa robe moulante, laissant deviner la pointe de ses seins, et surtout son visage. Elle a une expression un peu détachée et joueuse que je lui ai parfois connue, alors que je flambe intérieurement. On dirait une nouvelle rencontre avec Celle à qui je suis destiné mais que je ne connais qu’imparfaitement.

- Et bien voilà, sa formation s’est très bien passée et je vous le rends dans un état de soumission qui je pense vous donnera satisfaction. Comme vous pouvez le constater, je l’ai équipé d’un dispositif de chasteté qui sied mieux à la dimension de son oiseau. C’est cadeau, je ne vous compte pas de supplément pour ceci.
- Vous avez eu raison, cela lui va beaucoup mieux, et je vous remercie pour ce petit geste fort appréciable.

Ma parole ! Elles parlent de moi comme d’un objet ! Comme d’un lave-vaisselle défectueux que l’on vient rechercher chez le réparateur ou comme une voiture révisée par le garagiste, mais sans avoir été vidangée ! Mon éducatrice montre alors mes cahiers de formules à ma Maîtresse ainsi que ma « dictée ». Après quelques instants pendant lesquels ces Dames devisent gaiement, avec quelques sarcasmes sur ma soumission, mon éducatrice m’interpelle.

- Aux ordres !

Image

- Montre comme tu as bien appris tes formules : hommage !
- Je présente mes hommages et ma totale dévotion à Maîtresse M. Je vénère sa classe, son élégance, sa beauté et son intelligence. Gloire à ma détentrice M. !
- Qu’en pensez-vous chère amie ?
- Très bien.
- Et vous aurez tout loisir de les lui faire réciter quand bon vous semblera. Sur ce, je vais vous le remettre en mains propres si l’on peut dire. Mais n’hésitez pas à me le renvoyer si quelque comportement méritait une rectification.

Madame m’ordonne alors d’aller m’habiller dans ma « chambre ». A mon retour, elle accroche la laisse à mon collier et la tend à ma Maîtresse. Nous quittons ainsi notre hôtesse, non sans que je me sois prosterné une dernière fois pour la remercier, comme me l’ordonne Maîtresse. Une fois dehors, je suis surpris d’être traîné par la laisse pour rejoindre la voiture, sans égard pour des voisins qui pourraient nous voir. Et même pas un petit bisou ! Vivement le retour à la maison où, j’espère, nous pourrons nous prodiguer des câlins de retard, voire plus …

Ah ! Nous arrivons à la voiture. Mais … c‘est ma voiture que Maîtresse a prise et non la sienne. Bon, pourquoi pas. Mais … il y a un homme au volant, qui attend sans doute là depuis leur arrivée ! Alors là ! Je vais de surprise en découverte ! Je ne le reconnais pas ; qui cela peut-il bien être ? Maîtresse ouvre la portière arrière et me fait monter en tirant sur la laisse. Je m’installe sans rien oser dire. L’homme ne me dit rien non plus. Maîtresse monte côté passager et nous voilà partis pour 1 h 30 de route, si nous rentrons bien chez nous …

Le voyage se déroule sans un mot de personne, d’autant que l’homme a branché la radio qui diffuse de la musique pop-rock. L’ambiance pourrait sembler joyeuse sans ce silence pesant entre nous. Silence rompu par Maîtresse au bout de 10 minutes.

- Franck, arrête-toi au restaurant de tout à l’heure, j’ai oublié mon écharpe. J’en ai pour deux secondes.

Tiens ! Moi qui pensais qu’elle avait pris un encas sur le pouce avant de prendre la route, je m’aperçois qu’ils sont passés tranquillement au restaurant juste avant d’arriver ! Et ce prénom de Franck ne m’est pas complètement étranger. J’ai déjà entendu parler de lui quand il a invité Maîtresse à plusieurs reprises à venir prendre l’apéritif chez lui. Je n’étais pas invité, bien que Maîtresse lui ai parlé de mon existence, mais je n’y ai vu aucun mal … L’écharpe retrouvée, nous voilà repartis pour le même voyage silencieux. Est-ce parce que personne n’ose rien dire ou est-ce voulu et dicté par ma Maîtresse ?
Pendant ce voyage où je suis assis derrière le conducteur, j’ai tout loisir de contempler les jambes de Maîtresse dont la robe remonte assez haut. Cela me plaît bien mais, au bout d’une cinquantaine de kilomètres, Franck se permet de poser sa main droite sur la cuisse de Maîtresse ! Je reçois un coup de poing dans l’estomac ! J’esquisse un sursaut vers l’avant mais je me ravise aussitôt. Nul doute que je dois laisser faire ; cependant je le fais de mauvaise grâce et mon cœur s’est accéléré pendant un moment ! Il sera à nouveau torturé deux fois sur le reste du voyage. Deux fois où la main de Franck ne s’est pas contentée de se poser sur la cuisse mais l’a peu à peu caressée, coulissant du genou à … Je n’ose réaliser qu’il ait pu aller jusque là ! Non, quand même pas ! Pas devant moi, avec cette arrogance ! Culotté le gars ! J’espère au moins que Maîtresse l’est aussi !

Voici enfin arrivé la fin de mon calvaire routier. Garés devant la maison, Maîtresse sort de la voiture, vient m’ouvrir la portière et empoigne la laisse. Quelle honte ! J’espère que les voisins ne regardent pas dans notre direction à ce moment, pendant qu’elle me sort de mon siège. Mais avant de me traîner à la maison, elle se penche vers la vitre ouverte du conducteur et lui colle un bisou sur les lèvres ! Elle lui glisse quelques mots à l’oreille et le voilà qui redémarre et s’en va ; avec MA voiture ! Je ne comprends plus rien ! Ou ai-je peur de trop comprendre ? …

Je gagne le domicile avec appréhension, tiré par la laisse. Je retrouve mon cocon avec plaisir, bien que je m’en sente un peu dépossédé depuis que je l’ai quitté il y a 15 jours. Je me sens un peu comme un invité au domicile de ma Maîtresse. Impression bizarre. Maîtresse m’ordonne de me mettre nu, avec cage et collier et de l’attendre au salon en position d’attente. Tiens, elle a vite retenu les positions que j’ai apprises !

Image

- Je vais me changer puis nous allons discuter un peu. Je te donnerai quelques éclaircissements et quelques directives pour notre nouvelle vie.

Elle s’éclipse alors, pendant que je commence à me déshabiller. Je regrette qu’elle quitte cette jolie robe sexy qui lui va si bien. Et surtout je regrette qu’il n’y ait toujours pas eu de bisous. Comment va-t-elle revenir et comment va se passer cette soirée ? J’ai l’impression d’être resté chez mon éducatrice et que les choses se déroulent comme à l’habitude, sauf qu’il s’agit de ma Maîtresse, qu’elle me paraît distante et qu’elle n’agit pas comme à son habitude. Aurait-elle changé à ce point ? Je ne la reconnais qu’à moitié.
Elle revient bientôt dans un superbe déshabillé voluptueux et s’installe à nouveau dans le canapé, en posant à côté d’elle mes cahiers et le document que j’ai signé. Elle est sublime ! Je n’en peux plus et ma cage me semble bien étroite. Quand vais-je enfin pouvoir la prendre dans mes bras et la couvrir de baisers ? ! Mais pour l’instant, je dois prendre mon mal en patience et l’écouter.

- Alors, mon soumis d’amour, d’abord je suis satisfaite de ta formation. J’espère que tu vas t’y tenir et me servir enfin avec obéissance. Tu ne m’appelleras plus que « Maîtresse » dorénavant. Tu garderas la cage nuit et jour bien entendu. Commence donc par honorer ta maîtresse avant que je t’en dise plus !

Elle me tend son pied et je m’exécute avec vénération. Je savoure ce moment de soumission, d’amour et de sensualité. Je m’en délecte comme d’un cadeau inestimable malgré les craintes qui m’étreignent. Craintes vite confirmées par les explications de Maîtresse.

- Mon soumis, je pense qu’il serait néfaste pour ton éducation que tu retrouves tes anciennes habitudes. Et en plus, ce serait trop violent pour toi de retrouver des prérogatives qui ne sont plus de mise aujourd’hui. Nous allons établir un « sas » de décompression qui durera le temps qu’il faudra afin que je m’assure de l’efficacité de ta formation. Outre la cage que tu vas garder, tu ne pourras me voir nue pour le moment ; ce serait trop difficile pour tes yeux et ton imagination. Quand tu seras devenu moins affamé, tu pourras redécouvrir mes charmes peu à peu et y goûter avec parcimonie. Bien sûr pas avec ta petite queue ; cela ne serait pas bon pour toi ; il te faut un peu de temps pour retrouver ta virilité, si jamais j’ai la bonté de t’y autoriser.

Après les coups de poing dans l’estomac, je me prends là un uppercut au menton qui me fait voir des étoiles d’étourdissement ! OUF ! Le retour ne se passe pas comme je l’imaginais ! Une distance et une fermeté que je ne connaissais pas à Maîtresse. Son corps dont je suis fou, inaccessible désormais pendant je ne sais combien de temps ! J’ai l’impression de continuer à vivre le stage avec mon éducatrice. Et ce n’est pas fini. Les révélations de ma Maîtresse me glacent le dos.

- Concernant notre chambre, il faudra désormais considérer qu’il s’agit de MA chambre. J’en ai assez de tes ronflements, aussi tu dormiras désormais dans la chambre d’ami. Je t’inviterai peut-être de temps en temps dans mon lit, juste pour partager un plaisir de me faire jouir mais tu n’y resteras pas la nuit ; j’ai pris goût à me vautrer seule dans ce lit tout pour moi. Surtout que je peux y accueillir d’autres hommes … dont Franck. Hé oui ! tu l’as sans doute deviné, Franck me plait beaucoup et il viendra de temps en temps, à moins que je le rejoigne chez lui … Tu l’appelleras « Monsieur » et tu feras ce que l’on t’ordonne. Rappelle-moi tes promesses (dit-elle en consultant l’un des cahiers de formules).
- (Heu … formule « promesses » … Ah oui !) : Je promets de me conformer aux jugements, goûts et opinions de Maîtresse M. qui sont les seuls justes et irrévocables. Je promets de progresser dans la voie qu’elle me fixe.
- Fort bien ! Tu acceptes donc ton nouveau statut ?
- Oui Maîtresse.
- De toutes façons tu n’as pas le choix. Ah, au fait, il faut que je t’informe que j’ai vendu ta voiture à Franck. Hé oui ! Il en avait besoin et toi, tu n’en as plus l’utilité vu que tu vas rester à la maison et que j’ai toujours la mienne pour te transporter en cas de besoin. J’en ai eu besoin pour payer les frais de ton stage, vu qu’il n’y avait pas assez sur ton compte. Tu me coûtes cher tu sais ! Bon, je lui ai fait un prix d’ami, vu les services qu’il me rend et j’ai pu utiliser le reste pour me refaire une garde-robe digne de ce nom. Franck aime beaucoup ! Ne fais pas cette tête ! Remercie-moi plutôt pour les sages décisions que je prends en ta faveur !
- M … mer … merci Maîtresse.

Là , ce ne sont plus des coups de poings que je prends dans l’estomac ou en pleine face. Ce sont des couteaux qu’elle me plante dans le dos ! Mais comment a-t-elle pu évoluer à ce point et si vite ? ! Je ne suis pas au bout de mes peines …

- Autre chose : dès demain tu auras du boulot, ménage, lessives, repassage. Hé oui, je travaille moi ! Pendant que tu étais en villégiature, je n’ai pas eu une minute à moi et j’ai dû négliger ces tâches ingrates. Elles te reviennent, d’autant que tu n’as plus que cela à faire maintenant que tu es en pré-retraite. Je ne vais pas payer une femme de ménage ni nourrir une feignasse à petite bite comme toi !

Image

Je suis étourdi, anéanti, essoré ! Si je m’attendais à cela ? ! Et bien voilà, je suis cocu, privé des charmes de ma Maîtresse, relégué au rôle d’homme de ménage, avec l’infime espoir de pouvoir un jour honorer sa chatte de ma langue. Et que va-t-elle faire de mes acceptations signées (bien inconsidérément) ? Et elle continue.

- Une dernière précision : Tu as vu Nathalie n’est-ce pas ? Et bien figure toi que je lui avais parlé de ton goût pour la soumission. De son côté, elle avait déjà entendu parler des fouets, godes et autres instruments BDSM, mais avoir le pouvoir sur un homme, cela restait un fantasme pour elle, surtout qu’elle n’a pas souvent de copain pour la satisfaire. Je lui ai donc proposé de prendre contact avec Maîtresse Agnès pour une visite où elle te verrait en stage chez elle, sachant que cette formatrice organise volontiers des visites de dames en mal de domination. Nathalie en est revenue enthousiaste ! Elle m’a quasi suppliée de pouvoir t’avoir à sa main de temps en temps car elle a énormément apprécié de te fesser. Je ne pouvais pas lui refuser cette petite faveur, d’autant qu’elle me rend bien service par ailleurs.

Là je me sens mal, très mal … et j’attend la suite avec résignation.

- Donc tu iras chez elle de temps en temps. Je te prêterai à elle pour un week-end par-ci par-là. Tu lui devras obéissance et service. Je constate d’ailleurs que tu as signé ton acceptation d’être mis à disposition d’autres personnes. Cela ne peut donc que te convenir, mais bien sûr, tu iras chez elle encagé et sans la clé, je prend quand même mes précautions … Et ces week-end sans toi me permettront de prendre un peu d’air, seule ou avec Franck. Je sais que tu vas aimer cette nouvelle vie. Alors remercie-moi comme il se doit.

Image

Je baise abondamment ses pieds, avec reconnaissance mais avec un arrière-goût amer dans le fond de ma gorge …
En ce premier jour du reste de ma vie, je ne sais comment cela va évoluer mais il est sûr que ce sera une autre vie. Je dois m’attendre à tout. Maîtresse se montre particulièrement dure ce soir mais je dois lui faire confiance. Elle m’a tout pris mais je lui dois encore l’obéissance, le service et la gratitude. Elle ne peut pas se tromper et j’espère qu’elle m’emmène ainsi vers une nouvelle vie de plaisir (de la servir) et de satisfaction sensuelle. J’y crois …

FIN

Avatar du membre
Chaste59
Supporteur
Supporteur
Messages : 4544
Enregistré le : mar. 24 janv. 2012 17:17
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Prison de Morgane
LOCALISATION : Lille

Re: EN STAGE

Message par Chaste59 » sam. 13 mai 2017 23:13

Merci Jeepy pour ce récit
Un délicieux stage qu'il fut plaisant de vivre à tes côtés
Un retour au bercail difficile mais c'est compréhensible après tout : pourquoi tant d'efforts si c'était pour redevenir le petit pépère tranquille ? :mrgreen:
La formatrice a bien œuvré, que Maîtresse M en profite désormais :fetich:

Avatar du membre
complycite68
Membre
Membre
Messages : 4920
Enregistré le : mar. 27 août 2013 11:21
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Un KeyHolder
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : un kdo de mme
LOCALISATION : MULHOUSE

Re: EN STAGE

Message par complycite68 » dim. 14 mai 2017 18:50

GÉNIAL !
Une superbe histoire ...et un stage très intensif ;)

Avatar du membre
PeckerCage
Membre
Membre
Messages : 1494
Enregistré le : sam. 9 janv. 2016 11:18
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Un encagé
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Snake Fetish Kink Si
LOCALISATION : maine et loire

Re: EN STAGE

Message par PeckerCage » lun. 15 mai 2017 08:45

Cool ce dressage, combien aimerait faire l'experience ...

Image

maintenant, ta maîtresse n'a plus qu'a ....
Le début de ta nouvelle vie de plaisir dans SA maison, c'est comment :?:
Ben oui, on en redemande encore.
Image Le poids des maux, le choc des photos.

Avatar du membre
Chaste59
Supporteur
Supporteur
Messages : 4544
Enregistré le : mar. 24 janv. 2012 17:17
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Prison de Morgane
LOCALISATION : Lille

Re: EN STAGE

Message par Chaste59 » lun. 15 mai 2017 21:37

PeckerCage a écrit :Cool ce dressage, combien aimerait faire l'experience ...
combien fantasment dessus, mais combien aimeraient réellement le vivre ?
et pour finir cocu en rentrant à la maison :cry:

Avatar du membre
PeckerCage
Membre
Membre
Messages : 1494
Enregistré le : sam. 9 janv. 2016 11:18
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Un encagé
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Snake Fetish Kink Si
LOCALISATION : maine et loire

Re: EN STAGE

Message par PeckerCage » mar. 16 mai 2017 10:16

Chaste59 a écrit : combien fantasment dessus, mais combien aimeraient réellement le vivre ?
A vrai dire, ça me taraude l'esprit depuis pas mal de temps mais il faudrait que madame soit d'accord. Peut-être pas 15 jours mais ça me tente.
Comme je l'ai déjà dit assez souvent, madame ne s'en sent pas capable mais me laisserait-elle partir voir une autre :?: Zat iz ze prune ou quetsche !
Image Le poids des maux, le choc des photos.

Avatar du membre
jeepy
Administrateur
Administrateur
Messages : 4455
Enregistré le : jeu. 3 mai 2012 23:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Tarentule RedChili
LOCALISATION : champagne

Re: EN STAGE

Message par jeepy » mar. 16 mai 2017 19:13

Comme je l'avais dit au début, ma Maîtresse aimerait assister à une séance chez une dominatrice professionnelle (moi sous ses sévices). Mais nous n'avons pas encore cherché.

bacchus
Membre
Membre
Messages : 2127
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

Re: EN STAGE

Message par bacchus » mar. 16 mai 2017 19:21

Un récit qui finit en demi-teinte pour J. qui retrouve sa Maîtresse M... Mais plein de promesse pour l'avenir.
J'ai aimé le coup de la voiture et du Frank, qui a apporté un réel suspense pour cette fin. Alors tu vas vendre toi aussi ta voiture ?

Avatar du membre
jeepy
Administrateur
Administrateur
Messages : 4455
Enregistré le : jeu. 3 mai 2012 23:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Tarentule RedChili
LOCALISATION : champagne

Re: EN STAGE

Message par jeepy » mar. 16 mai 2017 19:44

Certainement pas ! ! ! Un beau coupé cabriolet auquel je tiens beaucoup. C'est d'ailleurs cet attachement qui m'a donné l'idée de me le faire subtiliser pour une frustration maxi. Mais en réel, jamais de la vie !

kiniki
Membre
Membre
Messages : 372
Enregistré le : ven. 12 déc. 2014 08:47
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Une KeyHolder
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Mini chinoise acier
LOCALISATION : Bourgogne

Re: EN STAGE

Message par kiniki » mer. 17 mai 2017 08:10

Merci Jeepy pour cette belle histoire! J'espère qu'on en aura d'autres.
Se retrouver cocu, ça peut-être désagréable, mais être prêté à d'autres Maîtresses sympathiques sur ordre de sa femme, baaaahhh.... :mrgreen:

Répondre