EN STAGE

Répondre
Avatar du membre
PeckerCage
Membre
Membre
Messages : 1514
Enregistré le : sam. 9 janv. 2016 11:18
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Un encagé
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Snake Fetish Kink Si
LOCALISATION : maine et loire

Re: EN STAGE

Message par PeckerCage » jeu. 27 avr. 2017 10:00

jeepy a écrit :Oui, je passe du 4ème au 7ème jour. Cela s'appelle une ellipse, autant en littérature qu'au cinéma. Sinon j'aurais été obligé de me répéter.
Pour la belle photo, cela ne fait pas partie de mon stage. Je n'y ai droit ni en réel, ni même en image ...
Et celle là ! :mrgreen: Image

Pour l'ellipse, je voulais juste savoir si j'avais pas raté un épisode.
Merci.
Image Le poids des maux, le choc des photos.

Avatar du membre
jeepy
Administrateur
Administrateur
Messages : 4490
Enregistré le : jeu. 3 mai 2012 23:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Tarentule RedChili
LOCALISATION : champagne

Re: EN STAGE

Message par jeepy » jeu. 27 avr. 2017 18:07

10ème jour

La journée se passe comme d’habitude. L’entraînement physique me fait du bien, je m’y habitue et je sens que cela est bénéfique pour moi. J’en remercie mon éducatrice sincèrement. Viens ensuite le temps des formules que je révise avec entrain et facilité. Après le repas, je réclame mon endurcissement qui sera aujourd’hui un bondage genre shibari, que je supporte assez facilement.
Ma séance sur la chaise pénétrante me devient peu à peu agréable. Moi qui avais tant de mal à insérer ce gode au début, je finis par aimer cette sodomie quotidienne, au point de la souhaiter à l’avenir avec ma Maîtresse. J’apprends ensuite ma dernière position pour honorer toute femme : prosternation devant les dames pour me présenter..

Image

La discussion qui suit commence traditionnellement par la séance de masturbation. Madame m’ordonne d’enlever la cage mais aussi l’anneau. Je m’exécute et attends avec appréhension l’ordre de me toucher. Mais celui-ci n’arrive pas et je reste désarmé et pantelant devant mon éducatrice. Je n’ai plus cette sensation de l’anneau et je me sens complètement nu devant elle. Je m’aperçois que j’avais besoin de cet anneau qui me rassure. Je me sens livré à son regard inquisiteur et dévalorisant. Ce qui ne manque pas d’arriver …

- Regarde ta nouille ! Qu’en penses-tu ?
- Elle est petite Madame et très insatisfaisante pour ma Maîtresse. Je l’ai compris.
- Petite ? Tu veux dire ridicule !
- Oui Madame, je le sais maintenant.
- Tu as des difficultés à bander, n’est-ce pas ?
- Oui Madame, j’avoue que je deviens impuissant et je vous demande de ne plus me masturber car je sens bien que c’est inutile.
- Tu commences à comprendre !.
- Oui Madame, je souhaite ne plus jamais me masturber car je n’en suis pas digne avec mon piètre appareil.
- Tu es conscient que tu ne peux pas satisfaire ta maîtresse avec cet asticot lamentable ?
- Oui Madame, J’en suis conscient et je vous remercie de me l’avoir révélé.
- Je n’ai jamais vu une telle inconsistance ! Alors tu vas passer ce nouvel anneau.
- Bien Madame. (je passe l’anneau et je me sens mieux ainsi)
- Maintenant voici ta nouvelle cage. Tu la mets.

C’est une mini-cage et je me demande comment je vais pouvoir entrer dedans. Mais finalement, je suis étonné de la passer assez facilement. C’est donc vrai que ma nouille est petite. La preuve, c’est que je ne peux plus me masturber qu’à deux doigts. Je l’intègre définitivement et je devrai en tirer les conséquences. Je me présente ainsi équipé devant mon éducatrice.

- Voilà, c’est bien plus conforme à ta nature maintenant ! N’est-ce pas ?
- Oui Madame, je vous en remercie.
- Baise mon pied pour me remercier !

Je baise le pied de mon éducatrice avec reconnaissance. Je me sens bien ainsi confiné dans cette petite cage. Comme délivré de la masturbation obligatoire qui me pesait depuis plusieurs jours. Je suis vraiment guéri de cette détestable pratique.

Madame me fait alors venir près d’elle sur le canapé pour la discussion. Et elle me surprend en m’annonçant :

- N’aurais-tu pas des confidences à me faire ?

Comment a-t-elle deviné ?! … Je lui avais déjà fait une ou deux confidences, sans trop de conséquences à envisager, mais aujourd’hui justement, j’ai un terrible secret à lui avouer et je bloque pour sauter le pas ; je me retiens et cela me travaille l’esprit. Sa question me surprend et me libère à la fois. Madame m’invite à me décharger du poids que je traîne depuis deux ou trois jours. Je dois saisir cette offre et m’en amender. Mais comment a-t-elle pu deviner ?! Peut-être en lisant dans mon regard …

- Oui Madame, je dois vous avouer mon trouble. En fait, je m’aperçois que je commence à m’attacher à vous car vous me faites progresser. Mais il y a pire … je … il m’arrive de … de vous désirer Madame ! Je sais que je ne devrais pas, je sais que c’est une faute et je vous prie de m’excuser Madame. Je suis conscient que c’est une faute à deux titres. D’abord …
- Attends ! J’ai deviné ton trouble. Il fallait que tu l’éprouves et que tu t’en ouvres à moi. C’est presque naturel et d’autres que toi l’ont éprouvé avant. Cependant, il s’agit bien d’une faute et d’un manque de volonté de ta part. Une faute non pas à double titre mais à triple titre. Je te donne le premier que tu as peut-être oublié : tu as une … ?
- Oui, une petite bite Madame, c’est vrai.
- Et alors ?
- Quand on est aussi peu membré, on ne peut pas désirer une Dame car on n’est pas équipé pour.
- Exact ! Et les deux autres raisons ?
- D’abord j’ai fauté envers vous Madame car c’est une façon de vous manquer de respect. Je n’aurais jamais dû imaginer cette situation avec vous et je m’en repends.
- En effet ! Tu fais bien. Et la suite ?
- Ensuite, j’ai surtout fauté envers ma Maîtresse. Je ne dois pas désirer une autre Dame qu’elle. Il est déjà bien pour moi qu’elle accepte de me garder près d’elle en soumis servant. Je n’ai pas à avoir d’autres pensées.
- Excellent ma lopette ! Alors qu’en conclus-tu ?
- Je me sens mal Madame. J’ai besoin d’expier ma faute et je vous demande de me corriger sévèrement pour ne plus avoir ce genre de pensée iconoclaste. Je m’en veux terriblement.
- Oui, tu dois être libéré de tes démons, de tes mauvaises pensées. Je comprends que tu dois alléger ta conscience et ne plus porter ce poids qui t’oppresse. Nous allons donc procéder à ton expiation. Le veux-tu vraiment ?
- Oh oui Madame ! S’il vous plaît, délivrez-moi de mes pensées perverses et inappropriées !
- Alors, sur la croix en position d’expier ! Exécution !

Je me dirige vers mon destin avec appréhension et avec soulagement aussi. Soulagement de ma conscience. Je suis heureux de m’être enfin livré comme je le dois et comme je devrai toujours le faire. Ce lâcher-prise a un côté confortable finalement ; l’éducation porte ses fruits. Je m’en remets entièrement à mon éducatrice et, au-delà, à ma Maîtresse pour qui j’ai une fervente pensée. Pour toi Maîtresse … Ce réconfort moral va devoir être éprouvé maintenant physiquement et c’est en tremblant que je me positionne sur la croix. Madame m’attache les poignets et les chevilles et me pose un baillon-boule avant d’aller décrocher le tawse. Brrr ! J’ai peur soudain …

- 100 coups ! Quand j’arrête, tu dois te repentir en disant : « pardon Maîtresse, pardon Madame » !
- Bien Madame.

La sentence commence et tout de suite je sens que les coups sont beaucoup plus sévères que d’habitude. On dirait que mon éducatrice m’en veut vraiment ; elle les lâche avec entrain. Les 20 premiers coups m’amènent au bord des larmes déjà ! Je me raidis et gigote en serrant mon bâillon. Madame s’arrête.

- J’attends !
- Je demande pardon à ma Maîtresse. Je vous demande pardon Madame.

Image

La série suivante m’est insupportable. Cela pique, cela brûle … Je halète mon pardon comme je peux. Je ne vais jamais pouvoir supporter la suite …
Mais je me surprends à mieux supporter les deux séries suivantes, comme anesthésié au niveau de la peau qui me brûle toujours mais qui s’efface sous une douleur plus sourde, plus intérieure, plus profonde, comme si on frappait ma chair à vif et mes os, comme un séisme dans tout mon corps … Je hoquette mes paroles de pardon, comme un automate ; les larmes coulent sur mes joues ; je promets intérieurement de ne plus renouveler ma faute. J’ai compris, j’ai des pensées pour ma Maîtresse à qui je demande pardon et à qui je m’en remets totalement. Mes forces me lâchent et je suis peu à peu suspendu lamentablement à mes attaches de poignets le long de la croix de St André, mes jambes ne me supportant plus. Je reçois ainsi la dernière série dans un semi-coma. Je ne suis plus qu’un bout de chair offert à ma dominatrice … C’est trop dur … Je ne réagis plus et j’ai bien du mal à articuler mon dernier pardon.
Madame me détache en fin et je m’effondre à ses pieds, complètement vidé. J’ai du mal à reprendre ma respiration. Je halète un moment lorsque je réussis à lever la tête pour découvrir la main tendu de mon éducatrice : bras tendu vers moi et sa main attendant négligemment son offrande. Je mets un instant à réaliser la situation avant de comprendre ce qu’elle attend. Le comprenant enfin, je me prosterne pour embrasser cette main qui me soumet en remerciement de son œuvre salvatrice. Je suis heureux d’embrasser cette main qui m’a sauvé de mes pensées inavouables. Je remercie infiniment mon éducatrice pour cette expiation qui me lave de mes péchés.

Image

Je suis ensuite envoyé au coin en position de méditation. Je comprends l’utilité de cet instant et je m’interdis désormais tout regard concupiscent sur une dame et toute idée malsaine envers elle. Je dois réserver mon désir pour ma Maîtresse, même sans espoir de jouissance associé.
Ce soir, j’ai été gratifié d’un bon repas réparateur. J’en suis extrêmement reconnaissant à Madame.

Avatar du membre
KaonTer
Membre
Membre
Messages : 2349
Enregistré le : mar. 24 mai 2016 19:48
Je suis : un Homme
Je suis : Un KeyHolder
Je cherche : Un encagé
Qui porte la cage : Mon Soumis
LOCALISATION : 91240

Re: EN STAGE

Message par KaonTer » jeu. 27 avr. 2017 18:35

C'est bien Jeepy !

Agréable à lire ...
Juste chiffonné par les Photos ...
Puisque c'est du Fantasme ...
Tu les as sans doute pêchées quelque part ...
J'en suis curieux ...
De plus ...
Moi, je ne pourrais jamais donner 100 coups ...
Avant 50 le "Héros" est déjà presque inconscient ...

Bises.
Kaon.
J'aime les signatures, moi !

bacchus
Membre
Membre
Messages : 2132
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

Re: EN STAGE

Message par bacchus » dim. 30 avr. 2017 12:25

J'aime beaucoup l'atmosphère de cette journée, pour moi la plus belle depuis le début. La réflexion sur l'adhésion et l'appartenance est fort intéressante...

Juste une petite erreur technique : il faut vraiment que tu demandes à Dame Zétiane de changer ce bâillon boule qui laisse le soumis librement parler :lol: :lol:
jeepy a écrit :Madame m’attache les poignets et les chevilles et me pose un baillon-boule avant d’aller décrocher le tawse. Brrr ! J’ai peur soudain …

Avatar du membre
ptiscarabée
Membre
Membre
Messages : 944
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014 07:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : prison de morgane
LOCALISATION : pays du champagne
Contact :

Re: EN STAGE

Message par ptiscarabée » lun. 1 mai 2017 08:11

puis je me permettre de suggérer une petite culotte salle de la dame en guise de bâillon :roll:

Avatar du membre
jeepy
Administrateur
Administrateur
Messages : 4490
Enregistré le : jeu. 3 mai 2012 23:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Tarentule RedChili
LOCALISATION : champagne

Re: EN STAGE

Message par jeepy » mar. 2 mai 2017 20:34

11ème jour

La matinée se passe comme à l’ordinaire, condition physique et révision des formules. Mais j’ai retenu le rendez-vous qu’a fixé mon éducatrice avec son amie tatoueuse. Ce sera pour cet après-midi. Je crains un peu ce passage obligé mais que j’ai accepté et même demandé.
En attendant l’heure du rendez-vous, je dois réclamer ma séance d’endurcissement. Aujourd’hui, Madame innove avec une séance d’électricité. Elle m’attache sur la table gynécologique (c’est la première fois) et m’enlève elle-même la cage de chasteté. J’apprécie ce moment où elle me touche enfin de ses doigts car elle continue en m’écartant les fesses pour y introduire un plug, puis en me posant des électrodes sur les couilles, un fourreau autour du sexe, le tout relié à un boîtier par des fils, y compris le plug. Je commence à paniquer un peu car je ne connais pas l’électricité …
Mais pour l’heure, j’aime ce « tripotage » de ses doigts sur mes parties intimes, ce que je n’avais encore pas eu l’honneur de subir jusque là. Je me laisse aller à ce plaisir simple et sensuel, sans pour autant ressentir de désir ni d’envie. La punition d’hier m’en a fait passer le goût ! Non, un simple confort d’être tripoté …
Je ne vais pas savourer longtemps ce court moment d’intimité. Madame s’éloigne, trop rapidement à mon gré, et me laisse pendant une petite heure avec les vibrations générées par le boîtier qu’elle a manifestement programmé. Je me retrouve bientôt seul dans le donjon, avec ces décharges électriques qui alternent entre ma bite, mes couilles et mon fondement. Cela est parfois assez doux, comme une caresse, et parfois un peu violent, me faisant cambrer par secousses sur ma table.

Enfin mon éducatrice vient mettre fin à cette épreuve. Elle me détache de tous mes liens et me remet la cage. Je dois ensuite m’habiller pour partir au rendez-vous. Cela me fait drôle de retrouver mes habits après ces 10 jours passés nu. Je garde cependant mon collier …
La voiture démarre. Alain est au volant et Madame m’a placé à l’arrière à ses côtés. C’est un vrai transport de ministre ! Ou plutôt un convoyage de prisonnier … puisque Madame me tient en laisse ! Nous arrivons rapidement, après une quinzaine de minutes de route. Alain, en bon chauffeur de maître(sse) reste au volant sur le parking pendant que mon éducatrice me traîne par la laisse jusqu’à l’entrée du salon, sans plus d’égard pour les quelques passants que nous croisons et que je n’ose regarder, tout à ma honte.

- Bonjour Agnès ! Voilà donc ce nouvel élève que tu m’amènes ? (je découvre pour la première fois le prénom de mon éducatrice, je n’aurais jamais pensé à celui-ci).
- Oui ma chère, il me l’a demandé expressément ! Voici les modèles, en taille réelle. A toi de jouer !


Madame me détache de la laisse et m’intime l’ordre de me déshabiller entièrement, tout en gardant la cage. J’ai une certaine réticence à me dévêtir devant cette autre dame, surtout en restant encagé. C’est encore la honte, à laquelle je vais devoir m’habituer … Mais je pourrais tout aussi bien être fier de mon état de soumis encagé ; je ne sais pas ce que va en penser la tatoueuse mais elle doit avoir l’habitude après tout. Surtout, qu’elle ne me prenne pas pour un moins-que-rien !
Une fois nu, Madame me pousse dans l’atelier de tatouage où l’autre dame attend et me fait allonger sur une table. Je remarque qu’elle me tutoie, signe qu’elle me considère néanmoins comme un inférieur, enfin c’est ainsi que je l’interprète. Elle commence alors son travail, s’attaquant à mon pubis. Je m’en doutais un peu, vu que Madame me l’a fait raser avant de partir.

Je crains un peu l’intervention à cet endroit particulièrement sensible. Et surtout je me demande bien ce qui va y être gravé. J’essaie de suivre en pensée les contours de ce qu’esquisse la tatoueuse mais je ne peux suivre et j’abandonne rapidement. On verra bien …

Image

S’ensuit la séance proprement dite et c’est bien ce que je craignais. Le stylet fait mal et j’essaie de rester immobile sous l’épreuve qui dure, dure, dure … C’est interminable. Heureusement que j’ai été endurci auparavant, ce n’est pas plus difficile à supporter.
Au bout d’un temps qui m’a paru infini, je respire enfin : c’est fini !
Hé non ! La tatoueuse ne me permet pas de me relever et m’ordonne de m’allonger cette fois sur le ventre ! Aïe ! Je vais encore devoir déguster « à l’insu de mon plein gré » … La tatoueuse s’attaque cette fois à ma fesse droite. Comme avant, je ne peux détecter le dessin qui va m’être appliqué. En tous cas, cela fait moins mal et la séance est plus courte. Mais qu’est-ce que je porte donc comme signes, devant et derrière ? !

Je vis le retour à la maison à la fois comme une délivrance et comme un point de non retour. Je suis un peu abasourdi et je vis cet instant de voiture comme une parenthèse reposante, hélas bien trop courte ! J’aurais bien roulé pendant deux heures, le temps de remettre mes idées en place et d’apaiser ma réflexion. Arrivés dans la maison, je suis tiré de mes pensées par la consigne de mon éducatrice.

- Enlève tes fringues et rends-les moi. Ensuite voici la clé : tu enlèves la cage et l’anneau aussi. Tu iras alors dans la salle de bain où tu te raseras intégralement le sexe et le cul, puis tu prendras ta douche. Je te veux impeccable pour demain.

Pour demain ? Que va-t-il arriver demain ? Je me pers en conjectures … Bon, je m’exécute et file ensuite dans la salle de bain où je vais encore apprécier la douche tiède et bienfaisante. J’en profite pour me regarder dans le miroir et découvrir ainsi ce qui a été gravé sur mon corps et que je n’ai pu voir jusque là. Sur le pubis : « propriété de M… » et sur la fesse droite, un M majuscule calligraphié.

Au bout d’un certain temps, je suis prêt et j’attends de nouvelles consignes. C’est Alain qui va me les donner. Il me fait remettre la cage et m’entraîne au donjon où il m’attache au mur comme la dernière fois. Je comprends que l’amant de Madame est de retour, d’ailleurs j’avais entendu des bruits de paroles à son arrivée. Cette fois, cela ne m’excite plus du tout et je me laisse attacher en prenant mon mal en patience. J’ai appris la patience et j’attends humblement le bol de soupe avant une nuit un peu difficile.

Avatar du membre
complycite68
Membre
Membre
Messages : 4998
Enregistré le : mar. 27 août 2013 11:21
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Un KeyHolder
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : un kdo de mme
LOCALISATION : MULHOUSE

Re: EN STAGE

Message par complycite68 » mar. 2 mai 2017 21:02

Sympa ce tatouage, après il faut assumer :mrgreen: ...

J'aurais du mal au camping naturiste :twisted:

Avatar du membre
ptiscarabée
Membre
Membre
Messages : 944
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014 07:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : prison de morgane
LOCALISATION : pays du champagne
Contact :

Re: EN STAGE

Message par ptiscarabée » mer. 3 mai 2017 11:40

un tatouage n est pas plus dur a assumer qu'un piercing ou la cage de chasteté c est juste beaucoup plus dur a enlever voir impossible .

bacchus
Membre
Membre
Messages : 2132
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

Re: EN STAGE

Message par bacchus » jeu. 4 mai 2017 20:07

« propriété de M… »

Est-ce une inscription avec le nom en blanc à rajouter ? Celui du nom de Mme Agnès ?

Avatar du membre
jeepy
Administrateur
Administrateur
Messages : 4490
Enregistré le : jeu. 3 mai 2012 23:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Tarentule RedChili
LOCALISATION : champagne

Re: EN STAGE

Message par jeepy » jeu. 4 mai 2017 20:36

C'est le prénom de ma Maîtresse mais je ne le révèle pas ici (comme toi avec Maîtresse N.). Seul chaste59 le connait (toi tu tiens ta langue ok).

Répondre