Week-end d'anniversaire de mariage

Avatar du membre
Chaste59
Supporteur
Supporteur
Messages : 3908
Enregistré le : mar. 24 janv. 2012 17:17
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Prison de Morgane
LOCALISATION : Lille

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par Chaste59 » ven. 23 sept. 2016 21:56

Pour une Dame qui découvre la domination, je trouve qu'Elle progresse très vite, surtout dans l'humiliation
Ça devait être dans Sa nature avant même qu'Elle y pense
bacchus a écrit :En fait je ne ressens plus rien des 76 coups de martinet reçus il y a une heure. Mais je ne veux pas la vexer en lui disant.
ça sent le vécu :mrgreen:
Qu'Elle ordonne pour que j'obéisse, et si je faute, qu'Elle me punisse

Avatar du membre
pmelun
Membre
Membre
Messages : 1023
Enregistré le : ven. 21 sept. 2012 11:22
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Morgane et Reine
LOCALISATION : Paris

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par pmelun » ven. 23 sept. 2016 22:43

Oouuhhhhh, il ne faut pas lui en promettre à cette Emilie !!! Elle prend tout et sans limite...

J'en connais un qui fera moins le malin après le week-end, c'est son mari. Il va prendre grave si elle y prend goût ! ;-)

Mais d'ici là, il reste encore quelques heures torrides...

bacchus
Membre
Membre
Messages : 1787
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par bacchus » ven. 23 sept. 2016 22:51

Chaste59 a écrit :Pour une Dame qui découvre la domination, je trouve qu'Elle progresse très vite, surtout dans l'humiliation
Ça devait être dans Sa nature avant même qu'Elle y pense
J'y ai pensé, mais si c'est pour narrer des scènes de maladresses et d'erreur dans sa domination, je crains que cela soit rapidement ennuyeux. Donc pas le choix, si ce n'est d'en faire une femme au don inné qui s'ignore (sauf à revèler à la fin qu'elle était en fait une vraie dominatrice, mais ça je l'ai souvent fais). Alors pour moi la recette c'est :
une femme qui n'a pas froid aux yeux + qui se passionne de son côté pour le sujet (tout comme à la maison :lol: ) + en plus qui est douée à l'insu de son plein gré.
Chaste59 a écrit :
bacchus a écrit :En fait je ne ressens plus rien des 76 coups de martinet reçus il y a une heure. Mais je ne veux pas la vexer en lui disant.
ça sent le vécu :mrgreen:
Oui chez un certain chaste, qui cherchait, cherchait à avoir enfin mal au culcul :lol: :lol: :lol:

bacchus
Membre
Membre
Messages : 1787
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par bacchus » ven. 23 sept. 2016 22:52

pmelun a écrit :Oouuhhhhh, il ne faut pas lui en promettre à cette Emilie !!! Elle prend tout et sans limite...
Un connaisseur ;)
Mais bon quelque chose me dit, que c'est ce que tu attends de ce type de récit...

Avatar du membre
ptiscarabée
Membre
Membre
Messages : 942
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014 07:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : prison de morgane
LOCALISATION : pays du champagne
Contact :

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par ptiscarabée » dim. 25 sept. 2016 07:35

voila une bien belle soirée et malgré un beau lapin qui a evité a notre pierre de ce faire prendre le petit trou la pormenade nu est un moment tres chau chaud bouillant meme si l air est lui froid la peur d etre vu melangé a l excitation en fait des moments tres particuliés bien decrit ,kj ai aussi beaucoup comment ces dames parlent haut et fort clairement de sexe en public de façons tres ouvert bien plus que ne le font les males ce qui ne manque pas de metre les soumis dans un etats tres bizard de honte une fois encore la bien decrit a croire qu l auteur en sait beaucoup sur ces moments la tant cela semble du vecu ....

Avatar du membre
jeepy
Administrateur
Administrateur
Messages : 3571
Enregistré le : jeu. 3 mai 2012 23:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Tarentule RedChili
LOCALISATION : champagne

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par jeepy » dim. 25 sept. 2016 20:10

Oooh Dame Emilie dans mon comic strip
Vous faites des bull's, vous faites des WIP !
Des CLIP ! CRAP ! des BANG ! des VLOP ! et
des ZIP ! SHEBAM ! POW ! BLOP ! WIZZ !

J'prends plein fouet les swings et les uppercuts
Ça fait VLAM ! ça fait SPLATCH ! et ça fait CHTUCK !
Ou bien BOMP ! ou HUMPF ! parfois même PFFF !
SHEBAM ! POW ! BLOP ! WIZZ !

j'suis crevé moi ...

Avatar du membre
KaonTer
Membre
Membre
Messages : 1462
Enregistré le : mar. 24 mai 2016 19:48
Je suis : un Homme
Je suis : Un KeyHolder
Je cherche : Un encagé
Qui porte la cage : Mon Soumis
LOCALISATION : 91240

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par KaonTer » dim. 25 sept. 2016 22:09

Oyez, Oyez ! Jeepy fait du "Gainsbarre" !

bacchus
Membre
Membre
Messages : 1787
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par bacchus » dim. 25 sept. 2016 23:01

Oui du Gainsbarre dans la cage....

Avatar du membre
Chaste59
Supporteur
Supporteur
Messages : 3908
Enregistré le : mar. 24 janv. 2012 17:17
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Prison de Morgane
LOCALISATION : Lille

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par Chaste59 » dim. 25 sept. 2016 23:22

bacchus a écrit :Oui du Gainsbarre dans la cage....
dans la cage, c'est plus une tige qu'une barre :cage: :lol: :lol: :lol:
Qu'Elle ordonne pour que j'obéisse, et si je faute, qu'Elle me punisse

bacchus
Membre
Membre
Messages : 1787
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par bacchus » mar. 27 sept. 2016 00:27

Ma nuit est compliquée. Je ne sais pas quelle heure il est mais je suis réveillé une première fois en sursaut par une érection très douloureuse dans ma nouvelle cage. Je suis hébété aussi. Je veux me lever en automate pour aller pisser, mais je n’y arrive pas. Je me souviens alors que je suis contraint et comment je le suis.

Le temps de l’insouciance du partage est fini, remplacé par un moment de solitude. Maîtresse qui dort d’une respiration légère s’est calée de l’autre du grand lit et est inatteignable. Il n’y que moi et mon zizi qui vit égoïstement sa propre vie nocturne. Impossible de venir le calmer avec ma main comme je peux faire habituellement. Je lutte un temps, en serrant les dents, en me disant qu’il va finir par se lasser, mais non ! Comme si le sang rester bloqué en lui…

Je comprends bientôt que je ne vais pas avoir d’autres choix que d’uriner dans la couche pour « casser » la rigidité phallique. C’est finalement plus facile de se faire humilier, que de s’humilier soi-même. L’excitation n’y ait pas et le cerveau est clairement conscient de ce qu’il concède. J’essaye de me dire, que c’est juste utilitaire, non impliquant. Mais je sais que je me mens. En être réduit, adulte, à utiliser une couche ne fait pas partie de mes fantasmes… Et même cet inconnu fait peur : comment c’est, pendant et après ?

J’ai en marre d’avoir mal par les couilles arrachées. Il faut que je m’y résigne ! En désespoir de cause, je me concentre sur la respiration lente de Maîtresse, seul ersatz de Domination accessible et je me laisse uriner dans la couche. La sensation de chaleur est la seule chose presque agréable. Dans ma position forcée couchée, l’urine s’insinue partout à l’intérieur de la cage réveillant des irritations de la journée, avant de s’échapper et couler le long de l’entrejambe. Je n’aime pas cette sensation de baigner dans l’humidité…

Et pourtant, il faut bien que je m’y fasse, car ce pervers de zizi recommence 2 autres fois dans la nuit !

Je suis donc crevé quand Emilie vient me réveiller en ouvrant les volets de la fenêtre. Elle est en peignoir et porte une serviette autour de ses cheveux : elle sort manifestement de la douche.

- Il est 9 heures 30. Je t’ai laissé dormir… Ta nuit s’est bien passée ?

Je réponds que non. Pourquoi mentir ?

- Ah oui, vos foutues érections nocturnes en cage… Je comprends comment cela peut être crevant.

Il y a un vrai moment de commisération dans ses yeux, avant qu’ils ne s’éclairent d’une lueur amusée.

- Elle fait bobo la nouvelle cage à mon bébé ?

Je comprends que notre jeu est reparti sur les chapeaux de roues, sans aucun temps mort. Je tente quand même ma chance.

- Je n’ai pas le droit à une pause-café avant ? C’est pourtant écrit dans la convention d’emploi des soumis…

Emilie est surprise de ma réaction et je la fais douter un instant. Mais elle se reprend vite et me clashe en direct.

- Tu ne serais pas de cette espèce d’hommes soumis qui se plaignent qu’ils n’ont pas assez de domination et se refusent quand la domination arrive ?

J’en reste coi. Je ne sais pas où elle a appris cela - sans doute par des conseils sur internet – mais elle vient de taper dans le mille. Impossible de rétorquer quoi que ce soit après ! Et pour être bien sûr que j’ai compris, qu’elle n’est pas née de la dernière pluie, elle ajoute :

- J’ai vu quelque part que le rythme week-end D/S est compliqué à tenir dans la durée. Je me suis levé tôt pour avoir du temps pour moi, pouvoir prendre mon petit déjeuner au calme, me doucher aussi pour être disponible pour te prendre en charge à 100% à ton réveil. Mais si tu préfères que l’on fasse baba-cool, y’a pas de problème ! Mais après il ne faudra pas venir te plaindre !

Ce qui s’appelle aussi se faire moucher en direct. Il vaut mieux me taire dorénavant...même quand Emilie s’installe une jambe part et d’autre de mon corps immobilisé et ouvre le peignoir sur son corps nu !

- Occupe plutôt ta langue à faire du bien, que de dire des bêtises.

Elle ne peut pas être plus directe. Emilie prend manifestement plaisir à me la laisser voir pour la première fois entièrement nue. Sa paire de seins est en particulier une beauté ! Puis quand elle est sûre que je suis suffisamment « ému » par sa personne, elle s’agenouille de part et d’autre de ma tête et m’impose un face-sitting.

Je suis complètement ignorant en la matière et la première réaction qui domine est le début de panique quand son sexe se colle contre mon visage. L’humidité, l’odeur de femme en chaleur et le goût plus prononcé ce matin me déstabilisent que j’en manque à mes devoirs de soumis. J’entends au loin sa voix étouffée exiger que je mette ma langue. J’avais oublié…

Je m’active comme je peux, pendant qu’elle reste immobile, jusqu’à que je manque de souffle ce que j’essaye de lui faire comprendre en secouant la tête de tous les côtés. Elle a compris et se relève un peu pour que je puisse respirer, accompagné d’un « désolé Pierre ». Je comprends alors qu’elle n’a pas plus d’expérience que moi dans la pratique du face-sitting.

Nous apprenons à nous caler ensemble. C’est définitivement une caresse que l’on prend plutôt que l’on offre, tout simplement parce que j’ai peu de latitude coincé entre ses cuisses. J’ai aussi la bouche sèche de la nuit et cela ne facilite pas les choses… Elle trouve son rythme en ondulant sur mon visage, comme elle l’a fait la veille sur le banc devant le voyeur puceau. J’essaye au passage de lécher comme je peux.

Avec son plaisir qui monte, elle s’occupe moins de moi. Je suis régulièrement étouffé. C’est un peu l’équivalent d’une « pipe gorge profonde » entre un Maîtresse et son soumis, une façon exigeante de prendre son plaisir de l’autre pendant que l’on l’accable. Je n’ai jamais autant souhaité qu’une femme obtienne son orgasme.

Le refuge de l’observation que j’avais au début disparait et j’endure les plaisirs de Maîtresse, épuisé par les longues phases d’apnée qui durent de plus en plus. J’endure son premier orgasme la tête fracassée entre ses cuisses qui se crispent et se referment. J’endure le moment où je comprends qu’elle ne se contentera par de ce premier. J’endure la perte de tout contrôle.

Maîtresse m’a mis à nu. Je suis maté physiquement et mentalement !

Je n’ai absolument aucune idée de combien de temps je reste soumis à son plaisir. Elle s’arrête une fois rassasiée et se relève doucement. Je prends des grandes bouffées d’air.

- Tu as le visage plein de ma mouille… une vraie catastrophe de soumis !

Je me renfrogne et ne réponds surtout pas. Emilie libère les sangles et me reprend en laisse. Elle ne peut s’empêcher de me taquiner, quand je me relève.

- Si tu te voyais en baby-doll fatale avec ta nuisette et ton collier rose ! C’est d’un class…

J’en rougis immédiatement d’humiliation. Et ce n’est pas fini car elle veut vérifier si j’ai « fait dans la couche » pendant la nuit.

- Oh oui, un gros pipi !

Si j’avais oublié la couche un moment, c’est raté ! Debout, elle pèse une lourdeur et son humidité froide m’irrite. Je n’ai maintenant qu’une hâte, que Maîtresse me l’enlève ! Tout en étant conscient que, dans ce jeu entre adultes consentants, bien évidemment Emilie va faire durer mon attente. Il me serait vain de quémander…

Pour l’instant, elle me traîne à la salle de bain devant le lavabo.

- Lave-toi soigneusement les mains.

Dans le monde des soumis, on a peur de son ombre. Si Maîtresse me demande cela, c’est qu’il y a forcément quelque chose derrière… Elle s’amuse à me le faire recommencer une seconde fois et me demande de rajouter le nettoyage des poignets avant de vérifier.

- Fais-voir, c’est propre ?... ok, cela peut aller. Bon essuie toi les soigneusement maintenant…

Retour en laisse dans la chambre. Je patiente pendant qu’elle fouille dans sa valise. Elle en sort une intrigante paire de moufles.

- Je les avais prévus pour cet après-midi, mais bon vu que Monsieur rechigne un peu à se mettre dans le rythme, tu vas les porter toute la journée. Allez donne-moi tes mains, exécution !

Je ne comprends pas où elle veut en venir et tends mes mains. Emilie m’enfilent les moufles et là je comprends : le pouce est cousu avec le reste des moufles ! Je suis condamné à devenir handicapé mes mains. Je tire un peu la gueule, et encore un peu plus quand elle s’assure que je ne pourrai les enlever en les sécurisant avec du gros scotch noir autour de mes poignets. Ma journée va être longue…

Et cela commence tout de suite par mon « petit déjeuner ». Emilie nous fait descendre dans le salon.

- Va m’attendre sur le canapé, s’il te plait, Pierre.

J’obéis à moitié rassuré embarrassé de ma couche lourde et de mas mains d’impotents. Elle s’arrête pour prendre quelque chose dans une casserole sur les plaques vitrocéramiques, qu’elle essuie avant de me le ramener.

- Regarde ce que Maîtresse a préparé pour toi pour toi ce matin…

Elle m’exhibe le biberon acheté la veille au supermarché et maintenant rempli d’un liquide jaune foncé. Je n’ose imaginer ce que cela peut être…

- J’ai découvert cette possibilité dans mes lectures préparatoires. Je n’aurais jamais imaginé cela… Mais cela semble très safe à lire les indications médicales. Il parait que le « nectar » vous emmène, vous les soumis, très loin dans votre tête compliquée. Ce « recyclage » un peu tabou excite ma curiosité, et pas quelle, en fait, sur l’instant, comme je dois l’avouer. Alors qu’est-ce que je fais ? C’est too much pour toi et j’oublie mon intention ?

La liberté de choix me déstabilise, mais plus que cela je suis un peu choqué des tombereaux d’idées D/S que peut avoir cette femme. Il faut croire que c’est une Dominante naturelle qui s’ignorait encore… Cela promet pour la suite et me noue un peu le ventre.

- Alors ?

Sa voix est douce et je me souviens qu’elle attend ma réponse. Je vais à l’instinct et j’en bafouille…

- No… on. Ça, ça impres- pressione. Mais ok, vous… vous pouvez le faire, Ma… Madame.

- Alors je le fais.

Emilie m’installe couché au-dessus de ses genoux, mon poids reposant sur l’accoudoir et les coussins. La position est la fois ridicule et très explicite. D’ailleurs…

- C’est pour qui le bon biberon ?

Je prends la tétine en bouche, le ventre noué. La première impression est le goût affreux du caoutchouc, vraiment pas agréable. Comment les bébés peuvent supporter cela ? Je me risque à resserrer une première fois la tétine entre mes lèvres. Je m’attends à un petit jet, c’est plus un suintement que j’obtiens. Je recommence plusieurs fois. Le goût du nectar corsé du matin de Maîtresse, s’établit et vient peu à peu saturer mes papilles. C’est amer, lourd et envahissant. Je suis incrédule à ce que je suis en train de faire ! Mais là où Maîtresse a raison, c’est que cela prend totalement un esprit aimant la perversité, avec un sentiment fort de vénération de ce qu’offre sa Maîtresse. Totalement bluffant !

Je tête doucement et savoure l’humiliation, qui monte d’un cran quand Maîtresse s’amuse à me demander « et toi tu as fait pipi aussi ce matin ? » avant de descendre ses doigts dans ma couche humide à la recherche de mon petit zizi enfermé. Il n’y a pas plus symbolique pour me rappeler ce que je suis en train de boire.

La scène est étrange. Je tête avec une adoration de plus en plus présente, le nectar de Maîtresse, pendant qu’elle m’excite le zizi dans ma cage dans l’humidité de ma propre urine. Cette femme a décidemment pas de tabous et ose naturellement plus de choses que Claire n’osera jamais. Cela m’attriste l’espace d’un instant avant que j’en revienne aux sensations brutes du moment.

Maîtresse m’en a réservé une bonne dose et il me faut plus de 20 minutes pour arriver au bout du biberon. Mon sexe n’en peut déjà plus depuis longtemps dans sa cage à se faire caresser. J’ai adoré l’humiliation de cette séquence et j’en remercie Maîtresse.

La suite se passe dans la grande douche à l’étage. Je m’y retrouve complètement exposé, à poil à part évidemment mon collier et mes mitaines, les mains attachées en l’air au pommeau par une des sangles, sans défense. La lourde couche est glissée à mes pieds et sature l’air de l’odeur d’urine froide. Emilie l’essore dans le bac de douche avant de la mettre dans la poubelle sous le lavabo.

- Bon à nous, mon petit Pierre !

Elle commence par me rincer du haut en bas par la douchette, heureusement à l’eau chaude, en insistant beaucoup sur mon entrejambe qui « pue ». Et puis le miraculeux arrive : elle m’enlève la cage au zizi. Emilie étant nue, je réagis au quart de tour et montre une belle érection. J’en ai honte, comme si c’était indécent de bander devant sa Maîtresse et j’en regrette la protection de la cage. Je me sens nu sans. Au contraire, Emilie exulte de me découvrir intimement avec beaucoup de curiosité féminine.

- Claire exagère quand elle dit que tu l’as toute petite… Ton pénis est plus qu’honnête. Elle m’a dit de quand même de me méfier parce que tu partais vite… C’est vrai ça ?

Tout l’art d’une vraie Dominante à complimenter et accabler dans la même phrase, avec la honte de découvrir que mon zizi a été un sujet de conversation derrière mon dos. Je crains qu’elle veuille vérifier combien je dure immédiatement – habituellement peu et sans doute aujourd’hui encore moins- mais heureusement non. A la place elle me savonne consciencieusement, regrettant de ne pas pouvoir me laver les cheveux avec le collier de cuir.

Je crois que je vis là le moment le plus érotique de ma vie : attaché en soumis dans une douche pendant qu’une femme nue et magnifique me savonne doucement le corps. Je frémis quand elle s’occupe de mon derrière et s’enfonce plus que nécessaire dans mon petit trou. Je m’affole quand elle lave mon sexe dressé en n’en oubliant aucun recoin.

Je suis finalement rincé et essuyé à la serviette. Les bonnes choses ont toujours une fin. Emilie s’absente pour revenir avec une chaise prise au rez-de-chaussée et s’installe en face de mon sexe qui se rétracte d’appréhension. Car il sait ce qu’il va lui arriver surtout quand la main d’Emilie le soulève et l’ausculte pour voir la « broussaille » à éradiquer.

- Prêt à perdre sa toison d’adolescent ?

Comme peut-on être prêt à se faire humilier ? Je ne réponds rien pendant qu’Emilie prend la paire des ciseaux de cuisine qu’elle a ramenée.

- Il faut te faire un premier passage aux ciseaux pour enlever le plus gros. Ne bouge pas !

Je n’ai pas aucune intention de bouger alors que les lames sont à quelques centimètres de mon sexe ! Je préfère d’ailleurs ne pas voir et ferme les yeux. Les ciseaux s’attaquent d’abord à mon pubis. Je sens les lames glisser avant de se refermer, pas du tout rassuré. Et la crainte augmente quand elles œuvrent à la jointure, le long de mes orphelines, puis carrément dessous à l’entrejambe dégagée des couilles par une main, pendant que l’autre éradique.

Ma tension interne devient extrême, quand je sens que les lames s’attaquent maintenant aux poils directement sur mes couilles et mon sexe flasque, qu’elle étire au maximum pour pouvoir travailler. J’ai le ventre noué, la respiration courte, priant le Dieu des Soumis pour qu’il n’y ait pas de dérapages de gestes.

Finalement, je termine cette première phase intact à ma grande surprise. Maîtresse m’ordonne de rouvrir les yeux et de regarder. J’hésite mais comme je me fais rappeler à l’ordre, je dois regarder le désastre : une prairie de poils coupés à mes pieds et un sexe que je découvre sans sa forêt habituelle. Je tique.

- Bon c’est déjà mieux, mais cela ne fait pas propre. Passons à la phase 2…

Quelle phase 2 ? Avant que je me rappelle ce qu’Emilie nous a fait acheter au supermarché hier soir : un kit de dépilation intime. Je n’ai absolument aucune idée de ce que cela peut-être et j’en tremble déjà. Je découvre une sorte de gros sticker rose et blanc et un tas de bandes.

- Tu t’es déjà fait épiler ?

Je fais désespérément non de la tête.

- Et bien heureuse d’être ton initiatrice. Voilà comment cela se passe : une couche de cire est étalée grâce à cet appareil qui la tient au chaud. On pose une bande et on retire d’un coup sec la cire avec les poils. Les femmes ont l’habitude de se le faire et de façon générale ont plus de courage que les hommes qui sont manifestement plus douillets. J’ai testé un jour sur François et il a hurlé que je le torturais, le pauvre… Tu comprends ce que je dis ?

- Oui, Madame.

- Alors puisque toi tu n’es pas un homme, mais un soumis, nous allons mettre des règles : interdiction qu’un sorte de ta bouche ! Chaque fois, que je t’entends crier ou même gémir, tu prends un gage, sous forme d’une pince à linge que je t’accrocherai sur le corps.

Un saladier de cuisine se transforme en panier à pinces à linge répressives. Je déteste tout de suite l’odeur et la sensation de brûlure de la cire chaude. Mais cela n’est rien quand Emilie prend une bande et tire d’un coup sec sur les poils de mon pubis. Leur arrachement est une horreur et je ne peux m’empêcher de crier !

- Gage n°1

Qui arrive sous la forme d’une pince à linge qui mord vicieusement mon téton gauche. Je crie de nouveau ce qui me vaut immédiatement un deuxième gage avec une pince à linge qui vient mordre l’autre téton. Là je sers les dents et arrive à me contenir, la larme au bord de l’œil. Petite victoire qui n’empêche nullement Emilie de recommencer l’épilation avec la pose de la couche suivant de cire…

Quand Emilie m’annonce que c’est enfin terminé. Je suis plus mort que vif. François avait raison : c’est une torture, une torture à petit feu. Maîtresse n’a pas faibli dans l’application de sa règle. J’ai crié ou gémi 11 fois, donc 11 pinces à linge qui me peinent de plus en plus : en plus de celles sur mes tétons, 2 sous les aisselles, 4 aux lobes des oreilles, 2 accrochées aux narines et une sur la langue. Elle a craint ne plus avoir de place si je continuais à crier ainsi… Leurs enlèvements est encore plus douloureux que leurs mises en place, et là je n’ai aucune rétorsion à hurler quand le sang revient douloureusement dans les parties pincées.

Emilie est très satisfaite du résultat qu’elle prend en photos pour me le montrer. Cela fait une impression bizarre de voir mon sexe dépoilé comme cela. J’ai l’impression d’avoir régressé en âge. Il n’y aurait pas les couilles descendues qu’on dirait un zizi de petit garçon. Cela atteint donc parfaitement son but humiliant et je ne peux m’empêcher d’en rougir profondément.

Les commentaires reviennent par SMS. Claire me trouve « trop » mignon. Et elle rajoute qu’elle va me demander de laisser comme cela dorénavant… « Plus de poils entre les dents quand je le sucerai… »

- C’est vrai que Claire a raison. François lui se rase régulièrement le sexe. Une bite sans poil c’est quand même mieux pour la sucette…

Emilie prend mon sexe dans sa bouche sur ces mots et commence à me sucer. La chaleur de son palais réveille l’ardeur de mon petit soldat. C’est inattendu et incroyable ! Je la sens avec un frisson divin descendre et monter le long de ma colonne. Je me laisse aller à la douceur de sa caresse, mais malheureusement elle s’arrête aussitôt que le pré-sperme commence à suinter.

- Ton zizi a un goût prometteur… mais pas question que je te déconcentre. Allez hop sur le lit que je te remette en cage avant que tu ne fasses une bêtise!

Elle me détache et m’envoie l’attendre sur le lit. Je bande encore de la fellation interrompue mais avec les moufles, je serai de toute façon dans l’incapacité de me finir. De toute manière, Maîtresse revient bien vite avec la cage qu’elle vient de nettoyer au propre et une nouvelle couche qui me prend au dépourvu.

- Soulève tes fesses…

Emilie glisse le lange sous moi et veut me remettre la cage, elle-même. Pour l’instant je bande encore trop pour cela…

- Arrête de bander. Je ne peux pas la mettre…

- Je suis désolé, Madame, je ne la contrôle pas. Elle est restée sur sa faim dans la douche…

C’est culotté, à la limite insolent de dire cela mais cela m’arrangerait bien qu’elle me finisse…

- Et tu te dis que je vais te faire éjaculer pour la faire rétrécir ? Tu me prends pour une Maîtresse née de la dernière pluie ? Moi, j’ai lu une méthode beaucoup plus rapide et efficace pour remettre en cage les zizis rebelles…

Et sur ce elle m’écrase le paquet à me faire hurler, jusqu’à le zizi cède et débande sous la douleur.

- Tu vois quand tu veux…

En moins de 30 secondes, Emilie a passé mes testicules à travers de l’anneau, là où il me faut plusieurs minutes d’essais avant d’y arriver. Je ne m’étonne même plus des miracles que cette dominante, qui s’ignorait il y a encore 15 jours, est capable de réaliser. Je suis au sens propre bluffé !

Et là il se passe quelque chose d’inattendu sous la forme d’une bobine de fine ficelle qu’elle sort de la poche avant de sa valise et avec laquelle Emilie entreprend de ficeler mes couilles à leur base. Je la regarde faire plus étonné qu’inquiet. Elle me sourit malicieusement en retour.

- Tu te demandes ce que je suis en train de faire ?

- En fait, oui, Madame.

- Disons que je prends une garantie sur ta bonne volonté aujourd’hui, comme judicieusement conseillé dans le témoignage d’une prudente Maîtresse sur internet. J’ai prévu aujourd’hui une journée chargée et il ne faudrait pas que tu te mettes à avancer trop en zigzag… C’est pour cela, que j’ai pris la ficelle dans ma cuisine.

Sur le moment je ne comprends pas où elle veut exactement en venir, bien que l’endroit fragile par où elle me tient ne préfigure pas que des moments agréables. Pour l’instant, une fois un nœud solide fait, elle se contente de me poser la cage sur le zizi et de refermer le cadenas. Je sens déjà mes orphelines en position délicate entre les anneaux, ce qu’amplifie leur ficelage.

Emilie me demande de me soulever, pour faire passer le bout de la ficelle sous mes fesses, avant de refermer la couche.

- Sur le ventre, s’il te plait…

J’obéis pour qu’elle glisse sa main sous la couche à la recherche de l’extrémité de la ficelle. Emilie travaille dans mon dos à finaliser le dispositif sans que je puisse voir ce qu’elle fait et enfin elle en a terminé.

- Serre les dents, j’essaye…

Je sens qu’elle tire d’un coup sec sur la ficelle qui vient d’abord se loger dans le sillon de mon cul avant de se tendre et tirer en arrière mes couilles ! Je crie de surprise. Heureusement, elle contrôle l’ampleur de son geste et je ne finis pas castré. Emilie en tire elle-même la conclusion…

- Tu vois ce qui pourrait t’arriver entre autres, si tu n’es pas assez conciliant aujourd’hui. Je te rappelle que tu as agréé de me laisser mener le jeu...

Me voilà, oui, prévenu de rester bien obéissant si je veux garder mes couilles jusqu’à ce soir ! Pour l’instant, c’est la honte de se montrer nu en lange sur le lit qui surmonte dans ma position humiliante sur le ventre. Mais manifestement, ce n’est pas encore suffisant aux yeux d’Emilie…

- Ah oui, j’oubliais de te montrer tes exploits de cette nuit…

Je suis stupéfait de découvrir x-rabbit sur son téléphone, site que je fréquente régulièrement et Emilie doit le savoir. J’y retrouve la video prise par le puceau de hier, intitulée sans ambiguïté : « la salope promène son soumis en laisse et se fait brouter sur un banc ». Je jette un coup d’œil aux statistiques : 96% de j’aime et déjà 8972 mateurs qui l’ont vu, dont combien se sont branlés dessus ? Heureusement que l’on ne distingue pas trop nos visages… Je finis par détourner la tête. L’éternelle histoire de l’arroseur arrosé. Dire que je croyais qu’elle lui avait demandé d’effacer la vidéo et en remerciement…

- Pas mal ma petite vacherie ! Tu pourras dorénavant te masturber sur tes propres aventures sur ton x-rabbit favori. C’est class, non ? J’ai envoyé le lien à Claire et François, qui en ont bien rigolé.

Puis plus sérieuse.

- Nous allons finir de te faire beau puis je m’habillerai pour sortir. Nous avons une journée bien chargée devant nous…

Quand je vois ce qu’elle a prévu de me faire porter, je blêmis. Un salopette culotte courte en jean et une marinière au col à lacets qui s’arrête trop bas pour espérer cacher mon collier rose. Je n’ai droit à rien d’autre ou si, une paire de chaussettes blanches qui remontent sous les genoux et avec mes « souliers » de cuir finissent de me transformer ridiculement en petit garçon.

J’essaye de négocier mais sans grand succès. Tout juste me dit-elle accepter « à regret » que je puisse prendre ma veste de pluie pour cacher le collier si « ce n’est absolument pas évitable ». Et comme je veux encore essayer de gagner encore un peu de protection, Maîtresse y coupe court.

- Si tu continues à râler stupidement comme cela, je vais aller jusqu’au bout de mon idée première : hier un col camionneur ouvert, aujourd’hui une marinière qui ne cache plus le collier et demain si je décide, je t’interdirai simplement tout vêtement ! A poil et en laisse partout, le petit Pierre !

Là pour la première fois, Emilie me fait peur ! Elle a gagné le rapport de force : je ne m’inquiète plus pour ma tenue ridicule du jour, mais pour ce qu’il pourrait m’arriver d’encore pire dans le futur. Et je sais en moi que si elle le désire, je finirai à poil demain quoi qu’il m’en coûte, tout simplement parce qu’elle est devenu totalement crédible à mes yeux.

Adieu la fausse confiance que, parce que je suis diplômé en BDSM théorique, je vais savoir faire bonne figure à la mise en pratique. Non vaine bravade de mâle, Emilie vient de me mettre complètement à nu en moins de 24 heures. Je n’ai pas voulu voir venir les signes précurseurs, sûr de ma fausse maîtrise. Pendant ce temps, elle enfonçait ses coins un à un, patiemment. Et là elle vient de détacher le Pierre du rocher, et me faire perdre mes repères. Je suis dans un monde nouveau, que j’ai tant appelé de mes vœux toutes ces années, et une fois arrivé je me sens perdu, n’ayant plus d’autre alternative que de suivre aveuglément « ma » Maîtresse.

Les ressentis deviennent différents. La jupe portefeuille devient un pur accessoire de domination, portée « chatte nue » cette fois pour que « son soumis » puisse « immédiatement » la sucer d’un « claquement de doigt ». Son chemisier est totalement échancré et invite mes yeux à vénérer sans fin sa poitrine. Et ses hautes bottes de cuir, je les entends claquer sec sur le sol aujourd’hui ! A mes yeux, ce n’est plus la femme mais LA Maîtresse.

Elle m’emmène dans le monde et je la suis déjà en chien obéissant et maté, portant enroulée, autour de mon cou, ma veste de pluie qui cache à moitié l’indécence de mon collier aux yeux non avertis. Elle nous fait atteindre la voiture et s’installe au volant me reprochant presque de ne pas pouvoir lui servir de chauffeur avec mes mains « stupidement empotées ». Un arrêt à côté de l’autre voiture pour transvaser, de coffre à coffre, un intriguant sac de sport rouge et elle nous fait quitter le centre de vacances vers l’inconnu de la journée.

Répondre