Week-end d'anniversaire de mariage

bacchus
Membre
Membre
Messages : 2127
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par bacchus » mar. 16 janv. 2018 06:45

La suite du chapitre trop long que j'ai coupé en 2. Il était temps de les faire avancer ces 4 timides :P

---------

Nous avons fini pas atteindre la chambre. Je n’ai pas débandé de tout le repas, embarqué dans ces souvenirs érotiques. J’ai retrouvé nos baises mythiques et j’aurais comme Claire mis en premier la ou les baises dans la piscine de la maison louée dans le Lot, pendant que notre alors petite Emma faisait la sieste. C’était fin septembre et il faisait une canicule d’été… et la chaleur agissait beaucoup sur la libido…

Que de bons souvenirs tout cela que je continue à chérir, alors que j’attends attaché nu en croix sur le lit le retour de la salle de bain de ma femme. Elle devient aussi inventive que sa copine Emilie quand il s’agit de m’accabler. Notre « sortie » de table a été une séquence de pure Domination. D’abord pas question de ranger mon sexe encagé dans le pantalon. Et j’ai été obligé d’avouer à distance d’oreille des hommes d’affaires que je n’avais pas été autorisé à éjaculer depuis plusieurs semaines avant que Maîtresse Claire sorte de son sac la laisse et me l’accroche à la cage. « Eh bien, nous allons voir si tu as mérité une traite hygiénique… ». A ma honte absolue, ils n’ont pu rater ma situation soumise et bafouée alors que Claire me menait par la laisse vers l’ascenseur, et je crois que je serais un sujet de discussion entre eux pendant longtemps…

Claire apparait avec le même ensemble de lingerie de cet après-midi, sous le déshabillé de tulle. Je ta trouve encore plus belle et elle me fait envie. Elle n’a pas passé le gode ceinture cette fois, mais je reconnais le gant de cuir à pointes qu’Emilie avait utilisé le premier de l’an dernier dans le gite. Il semble que je vais devoir souffrir et appréhender un peu avant qu’elle m’autorise peut-être à partir…

Je n’ai beau n’être dans la cage complète que depuis quelques heures, avant c’était l’anneau, la symbolique est là et tous les ressentis qui vont avec, d’espoir, d’une intense émotion et d’une dévotion à celle qui vous libère. Débarrassé de son carcan, mon sexe se dresse immédiatement !

- C’est quand même résilient ces choses-là. On la contraint de longues semaines, et dès qu’on entrouvre la porte de sa prison, elle reprend sa forme immédiatement ! Et je suis sûr que même après 12 mois de sentence, elle réagira toujours autant…

Je frémis délicieusement quand elle vient de sa main gantée avec les pointes, « prendre mesures » de mon sexe. Les aiguilles agissent comme un rappel à l’ordre de me réserver encore et de ne pas tout lâcher lamentablement avant que Claire s’occupe véritablement de mon sexe.

- Mais il me semble que tu n’es pas encore totalement dressé, que tu peux encore. Je te veux au plus bel garde à vous devant ta femme ! Fais un effort !

Je me prends sa remarque en pleine face alors que j’ai l’impression de n’avoir jamais été aussi dur. La contrainte sur la longue durée entraînerait-elle une sous-utilisation des corps caverneux et à la longue un affaissement de leur capacité à se gonfler ? Ce point n’a jamais été clair même sur les forums spécialisés…

Claire se pose la même question, sauf qu’elle a un moyen de vérifier indirectement.

- Tu vois là, je ne pouvais pas en faire le tour avec mes doigts, mais maintenant si…

Je ne me souviens plus si ses doigts se touchaient ou pas quand elle m’entourait la hampe.

- Non, non il se passe quelque chose… Je suis sûre que tu es plus petit qu’avant ! Dommage que je n’aie pas un mètre pour vérifier. Nous saurions. Dommage… Ah si je sais comment savoir…

Elle fouille sa valise pour en retirer un gode réaliste.
- Tu reconnais la bite ?

Il me semble trop long pour être le moulage que l’on a fait de mon sexe. Je reconnais cependant vite la forme particulière du gland…

- … oui c’est celui de notre Maître François, qu’il m’a offert pour que je pense à sa queue pendant mon indispo actuelle…

Le phallus de François finit à côté de mon zizi. La comparaison n’est clairement pas à mon avantage et m’accable.

- Regarde tu ne lui rendais pas autant de centimètres avant. Il parait même plus large maintenant… C’est acquit : tu as rapetissé avec la cage !

La confirmation de ce fait m’humilie profondément. J’ai beau serré les muscles internes, je n’arrive à gagner aucun millimètre supplémentaire. Après 12 mois ou plus, j’en sortirai avec un zizi de garçonnet ? Perspective qui m’attriste tant finalement…

- Humm… dommage… je me demandais si je n’étais pas trop dure en te refusant la moiteur chaude de ma vulve… je me demandais même si je n’allais pas faire une exception ce soir… mais avec cette réduction, c’est encore moins possible. Désolé pour toi mais tu resteras dehors…

Cette confirmation finit de me bousculer émotionnellement. Claire réagit en venant me cajoler, m’embrasser même à pleine bouche, pour apaiser la déception de la réalité… Je me fonds dans sa bouche, heureux qu’elle m’aime encore, malgré…

Nous restons un long moment accrochés aux lèvres. Je me fous si mon sexe devenu inutilisable débande pendant ce temps. L’enjeu n’est pas là. Avant qu’à mon regret, Claire mette fin au long baiser.

- Bon, il est devenu moins gros, mais je dois pouvoir lui donner du plaisir à ton petit zizi… nous allons s’en occuper.

Elle enlève sa culotte pour me chevaucher l’entrecuisse. Je savais de toute façon que dans son état, cela ne serait pas des folies de corps. A sa chaleur, mon sexe renait tandis qu’elle se réajuste pour qu’il ne glisse pas par accident dans la vulve interdite.

- Tu me laisses faire, s’il te plait. Je veux t’offrir la plus jouissive éjaculation mais à mon rythme, une fois que nous aurons discuté de choses importantes.

Pour l’instant elle ne bouche surtout pas, comme si elle craignait que le canon décharge trop prématurément.

- Pierre, je me suis décidée finalement…

Je me concentre pour l’écouter et oublier mon sexe qui bave déjà d’envie.

- Décidée à quoi mon Amour ?

- Décidée de ce que j’allais faire pour la naissance du nouveau bébé…

Je regarde son ventre rebondi que je ne peux ignorer dans notre position. C’est une drôle aventure de vie que de la contempler porter l’enfant d’un Autre. Pas qu’humiliante. Et je sais le sujet délicat à la source du déménagement mais non totalement réglé. J’attends qu’elle continue.

- Tu n’assisteras pas à la naissance. J’aurais aimé vous avoir tous les 3 à mes côtés, mais si je ne peux justifier la présence de 2 hommes à l’accouchement. L’hôpital n’est pas prêt à accepter cela et c’est à François d’être à mes côtés ce jour-là.… Et je ne suis pas sûr que tu aies accepté au fond de toit même le fait que le bébé que je porte ne soit pas de toi…

- Que veux-tu dire par là ?

- Je crains que, malgré toute ta bonne volonté, cette question de non paternité nous revienne à la figure un jour ou l’autre. Tu l’aimeras certes ce bébé, mais tu te diras toujours qu’il aurait pu être de tes œuvres, comme un éternel regret. C’est pour cela, qu’il est nécessaire que tu renonce une fois pour toute à la jalousie que tu ne manquerais pas d’avoir une fois le bébé sous tes yeux avec les traits de François ? Pour l’instant, cela t’est encore virtuel. Juste mon ventre rebondit qui pourrait tout aussi bien abriter ton enfant. Mais ce n’est pas le tien qui est dans mon ventre, mais celui de François et il en sera le père et non toi, et il n’est pas question que tu reviennes mettre en doute cela plus tard, ni que tu rentres dans une compétition du papa le plus sympa pour le bébé. Donc il faut que tu fasses le deuil de ton absence de paternité, à moins tu penses que tu sois suffisamment fort pour éviter tout future remise en question de celle de François même à demi-mots ?

Claire m’a planté son regard dans le mien me signifiant ainsi que je n’ai aucune autre échappatoire que de lui répondre le plus honnêtement possible.

- Non… non. Tu as raison, comme d’habitude, j’y reviendrai un jour ou l’autre. Tu me connais bien.

- Alors tu comprends la nécessité que tu acceptes ta non-paternité une fois pour toutes ?

- Oui je comprends… mais comment je…

- En te sacrifiant : une fois né, le bébé portera le nom de François. Vu que nous sommes mariés, tu reconnaîtras devant notaire ne pas en être le père en concordance avec la déclaration de paternité qu’il a faite…

- Mais… mais je croyais qu’Emilie lui avait dit de faire le contraire quand vous nous avez annoncé la grossesse ?!

- Oui, c’est ce qu’elle a dit à l’époque mais finalement nous avons réfléchi de nouveau sur l’opportunité de faire d’une autre manière. Et finalement nous avons changé d’avis…

- Sans moi ?

- Oui sans toi. Tu ne pas désirer que nous te soumettions en vrai et vouloir garder en même temps voix au chapitre. Mimi qui connait finalement la même situation que toi, est suffisante pour préserver tes intérêts…

- Je comprends mais pour… pourquoi m’imposer cette humiliation ?

J’ai parlé fort sans m’en rendre compte.

- Oh ne me fait pas ses yeux là. Je ne les mérite pas. Pourquoi son enfant ne porterait pas son nom ? Au moment où nous avons tous décidé que nous assumerions ce cadeau du ciel, toi y compris, je ne me voyais pas priver mon fils à naitre de sa réelle ascendance parce que cela arrangerait ta petite vertu…

- C’est un garçon ?

- Oui et cela rend François très fier. Tu étais jusqu’à présent le seul à ne pas le savoir...

Savoir que c’est un garçon, ne m’apaise en rien, le contraire plus tôt. Peut-être est-ce lié à une question de « mâlitude » que l’on me bafoue ?

- Mais ce n’est pas socialement réalisable ! Comment vas-tu justifier à l’école qu’il porte un nom différent du mien sans passer pour une pute ? Je pensais que oui François en serait le père en privé, mais qu’aux yeux des autres et de la famille, il serait de moi, comme cela se passe pour un tiers des troisièmes enfants semble-t-il, où le mari n’est pas le père biologique. J’étais prêt à l’assumer ! Qu’est-ce qui se passe dans ta tête folle ? Comme crois-tu dans ta folie pouvoir faire accepter cela à la société ?

Je m’attends que ma véhémence me vaille une claque de recadrage immédiate, mais non. Claire garde le silence et me met mal à l’aise. Je commence à me demander si je ne l’ai pas braquée et à regretter mes mots de colère… Je suis heureux quand elle accepte de me parler à nouveau.

- Quand je disais que la situation n’était en rien assainie… que tu n’avais pas accepté de ne pas être le père de mon enfant… Tu ne crois pas que j’ai et que nous n’y avons pas pensé ? Le choix je l’ai induit, en n’avortant pas. Mais je ne voyais pas condamner un bébé de l’Amour ! Alors après oui, nous devons tous en supporter les conséquences qui nous emmènent sur des chemins que nous n’avons pas totalement choisis. Je suis si désolée Pierre… mais c’était la seule solution possible.

Sa voix prend une tournure trop prudente.

- De… de quoi tu parles ?!

- Il n’y aura pas de problème avec l’école ou la famille, tout simplement parce que j’aurai épousé son père.

Je suis au ko de l’entendre demander le divorce !

- Non ! On peut faire autrement : il pourra prendre le patronyme de François et personne ne viendra vérifier dans ce village avec qui tu es marié. On dira aux enfants de rester discrets !

- Oui, nous y avons pensé mais cela ne règle pas le problème de la famille. Comment justifier que je t’ai fait un enfant dans le dos et que tu ne dises rien quand le père le reconnait ? Non, il n’y avait pas d’autre solution.

- Non, je ne veux pas divorcer de toi !

- C’est malheureusement trop tard…

- Non rien n’est jamais trop tard, nous trouverons bien un arrangement entre nous 4…

- C’est ce que nous avons fait à 3, avant de constater qu’il n’y avait pas d’autres solutions. Tu as signé les papiers du divorce quand nous avons acheté la maison sans les regarder. Divorce à l’amiable – procédure non conflictuelle et rapide – en fait validé par le juge la semaine dernière. Nous sommes juridiquement divorcés depuis quelques jours. Et c’est le cas aussi pour Emilie et François.

- Tu me fais une mauvaise blague ?

- Malheureusement non. Les enfants sont au courant, ainsi que mes parents et ta mère à qui j’ai expliqué la situation par l’intermédiaire de ta sœur. Nous avons eu une discussion entre femmes très intéressante autour de toi. Ta Maman aurait préféré que tu lui dises en direct…

Je m’énerve un peu.

- Comment je pouvais lui dire alors que je ne le savais pas !?

- … de toute manière, tu n’as jamais eu ce courage là et tu ne l’aurais pas eu. Ta Maman et ta sœur sont d’accord avec moi sur ce point, et m’ont remercié d’être venue leur en parler. Mais il faut que je te dise quelque chose supplémentaire…

- Quoi, qu’est-ce que tu as fait comme connerie en plus !?

- J’ai parlé à ta sœur de toi… et de nous 4. De tes besoins psychologiques et sexuels atypique, de ce qu’il s’est passé depuis septembre… elle avait du mal à le croire, alors j’ai dû lui montrer finalement quelques photos… cela l’a pas mal secoué, mais elle m’a gentiment rappelé le lendemain pour dire qu’elle comprenait…

Pourquoi a-t-elle fait cela ? Je ne retiens plus les larmes. Claire me caresse les lèvres du doigt pour m’apaiser et je fonds à ce contact…

- Mais …tu n’av…avais pas le droit, pas… sans que j’aie mon…

- Tu ne l’aurais jamais fait volontairement et je ne nous voyais pas vivre caché de nos familles. Cela résous notre problème de bébé surprise et qui plus est donne un cadre juridique de beaux-parents pour chacun de nos enfants.

- Co… comment cela ?

J’ai l’impression que ma vie de père et de mari m’échappe dans la chambre même qui en avait accueilli le commencement il y a 14 ans.

- Parce que si j’épouse en secondes noces François, tu vas le faire de ton côté avec Emilie !

- Em… Emilie ?

- Ne te cache pas derrière ton sexe ! Emilie, elle a su immédiatement te contenter côté sombre. Elle garde une envie pour ton petit zizi, qui apparait si exotique par rapport au marteau piqueur de François dont elle semble avoir fait le tour. Ils baisent encore mais maintenant c’est Emilie qui tient le gouvernail et François a intérêt de s’y tenir, où sinon il m’a raconté qu’elle n’hésitait plus à lui écraser à mort les orphelines quand elle considérait qu’il restait trop macho. Et en plus cela change rien : à 4, il n’y a plus de possessions 2 à 2 qui vaillent et rien qui vaille mieux que de remélanger les cartes pour réussir notre métamorphose. Et puis comme cela tu pourras avoir ton mariage D/S que tu dois fantasmer dès ta nouvelle nuit de noce ! Je suis sûre que l’idée te plait déjà…

Claire n’a pas tort.

- Mais je ne te verrais plus, ni dormirais avec toi dans le même lit.

- Mais non gros béta, cela ne change rien. Si depuis septembre, tu n’as pas souvent dormi à mes côtés, c’est parce que tu as passé beaucoup de temps dans le lit de ton hypnotisante Emilie, qui est devenue à tes yeux la superbe Maîtresse fascinante que je n’ai pas réussi à devenir, malgré ma volonté de rattrapage. Echanger nos partenaires officiels, ne signifie pas que nous n’aurons plus aucune relation, y compris sexuelle sous la condition que j’y mets que tu ne me pénètres plus jamais. Et en plus c’est plutôt conforme aux nouveaux équilibres entre nous 4 qui se sont mis en place.

- Les… les enfants, ils prennent cela comment ?

- Ils ont vécu tellement ensemble ces derniers mois, au point qu’ils se considèrent comme des frères et sœurs. Ils ont eu peur quand on leur a annoncé nos 2 divorces mais ont été rassurés par les mariages à venir, gage à leurs yeux d’une grande famille qui reste unie. Et puis, je crois qu’ils adorent véritablement devenir dans les faits des vrais demi-frères et demi-sœur sans en avoir à endurer de ne plus voir un de leur parent. Donc ils nous donnent leur bénédiction pour nos remariages à venir !

- Sages petits anges !

- Oui, nous avons 4 enfants formidables et je suis sûr que le 5ème ne devrait pas faire exception !

Je me sens un peu mieux. J’ose sucer le doigt de Claire qui ne me rejette pas. Que la vie peut être surprenante !

- Dernière chose mon Amour – et tu le resteras toujours - nos mariages sont déjà fixés le premier dimanche d’août avec nos amis et familles proches qui l’ont réservé. Pour ton côté, ta Maman et ta sœur se chargent d’expliquer l’évolution à ton père. Aux yeux des non-initiés, nous avons cessé de nous aimer après tant d’années… Je peux cependant te dire que cela fait plus discuter parmi nos amis et nos familles le fait que nous nous remarrions avec le partenaire de l’autre, que celui de nos divorces.

- Donc, je n’ai plus qu’à me présenter aux mariages ?

- Pas aussi simple. Tu dois faire avant ta demande officielle à Emilie et tu en auras l’occasion quand elle t’emmènera en Espagne récupérer à la fin de la semaine prochaine le cheval andalou sur lequel elle a jeté son dévolu… Elle attend que tu sois particulièrement convainquant et je crois qu’elle a quelques idées en tête...

C’est sans doute la soirée la plus irréelle de ma vie. Je n’aurais jamais pensé qu’il me serait aussi peu douloureux de divorcer de Claire, surtout que c’est pour la bonne cause du Quouple et que les enfants l’applaudissent des 2 mains. J’y avais pensé brièvement lorsque cela n’allait pas sexuellement entre nous mais je n’avais pas de solution non-égoïste pour les enfants. La vie est décidemment pleine de surprises !

- Bon on lui donne du plaisir à cette petite queue pour te prouver que cela ne change pas grand-chose ?

- Oui, cela me détendra…

Mon ex-femme bouge doucement du bassin d’avant en arrière, ses grosses lèvres qui me massent le long de ma hampe et entraîne aussitôt le démarrage de cette mécanique antédiluvienne masculine. Je suis complètement passif. Cela ressemble plus à une langoureuse traite, mais je m’en fous tant la traite m’est délicieuse. Claire garde un rythme lent, n’accélère pas. Je sens comme jamais la boule de tension au creux de mon ventre. Je la vis progresser au ralenti vers la sortie. Et finalement au bout de longues minutes, je m’épanche avec un superbe orgasme à la clé ! Ce coït là si particulier méritera de se rajouter à la liste des meilleures baises entre nous…

Je croyais que je n’arriverais pas à dormir cette nuit-là. Mais non, Claire vient poser amoureusement sa tête sur mon épaule. Je m’énivre de son odeur et tombe tout comme elle rapidement dans les doux bras de Morphée.

Le matin me trouve transformé. Ce qui m’apparaissait folie hier, me parait sagesse maintenant. S’il avait sollicité mon avis, je les aurais sans doute suivis. Et la perspective d’un nouveau mariage, d’une nouvelle épouse, d’une nouvelle nuit de noce, est excitante, surtout que je fais confiance à Emilie pour rendre le tout inoubliable. Mais pour l’instant, il est temps de rendre à Claire le bonheur qu’elle m’a apporté et m’apportera encore. Je prends l’initiative de descendre sous les draps à la recherche de son fruit et de le goûter avec passion arrivant me débarrasser pour la première fois de l’impression de faire quelque chose de tabou à proximité d’un petit être. Il mérite de ressentir que je ne suis plus une menace et combien je peux rendre sa mère heureuse et détendue de ma langue.

Il est temps après de nous lever. Je pensais que nous nous doucherions langoureusement ensemble, mais pour moi un autre programme est prévu. Claire passe un peignoir et me donne une serviette à mettre autour de la taille. On frappe à la porte et je vois arriver dans la chambre 2 jeunes esthéticiennes blondes avec leur table roulante, que Claire a réservé à mon intention. Elles me prennent un peu par surprise et je suis terriblement gêné ! Une fois installé sur le ventre, elles font glisser la fine serviette et expose mes fesses. Je ne suis jamais allé chez l’esthéticienne et c’est un double choc d’humiliation que de devoir m’exposer ainsi, et subir cette épilation à la cire très féminine. Je grimace et me retiens de crier dès la première bande…

Elles sont loin d’avoir fini avec ma pilosité quand Claire ressort douchée et habillée de la salle de bain.

- Je te laisse entre de bonnes mains, pendant que je vais prendre en bas mon petit déjeuner. Amuse-toi bien !

Je ne sais pas si se faire arracher à la cire les poils est un amusement, mais une fois les fesses terminées, je dois me retourner. Et là ce n’est pas chose la plus facile du monde. Je me sens plus qu’exposé à devoir montrer mon sexe a 2 inconnues. Et si au moins j’arrivais à rester zen, mais leur douce jeunesse dans leur tenue blanche, leur parfum et surtout leurs mains qui me touchent si près, me cause une belle érection involontaire humiliante. Elles ne peuvent le rater, mais ne font aucun commentaire en restant silencieuses du début à la fin. Je n’arrive pas à détacher mon regard de leurs beaux visages, surtout les lèvres de l’une, ni à empêcher mon cerveau d’oser se raconter une histoire excitante et à avoir une irrépressible envie. Et si ce qui arrivait dans certains parloirs de bas quartiers, se passait aussi dans les hôtels 4 étoiles ?

Mais non, il n’arrive rien heureusement. Très gêné à la fois par mon érection qui perdure et pour les pensées impures que j’ai eu de ces 2 innocentes travailleuses, je veux leur donner un gros pourboire pour les remercier pendant qu’elles rangent leurs affaires. Mais elles refusent, disant que « Madame s’en est déjà occupée et que je dois aller prendre maintenant ma douche en attendant le retour de Madame… ». C’est fou comme dans cet hôtel luxueux, il est intuité si facilement qu’il faut remplacer « Monsieur » par « Madame » !

Une fois parties, je file sous la douche chaude. Je suis encore sous le coup de ce qui vient de l’incroyable qui vient de m’arriver et je comprends que Claire vient de m’offrir un fantasme à mon goût. Est-ce possible une fois la jalousie disparue dans un couple élargi ? Mon sexe n’en peut plus de tension sexuelle. Et si je… ? Je ne sais pas si j’ai le droit ? Mais l’eau chaude me titille diaboliquement, je me laisse aller à l’interdit, d’abord juste pour le plaisir de me toucher là, puis plus et finalement jusqu’au bout. Un filet blanc part avec l’eau de la douche. Que c’est bon !

Quand je sors de la douche embuée, Claire est revenue et elle me regarde de son sourire amusée.

- Elle était bonne la branlette sous la douche ?

Je ne peux m’empêcher de rougir comme un petit garçon pris sur le fait, craignant déjà les conséquences néfastes de la liberté que je me suis octroyée.

- Je ne m’étais pas tromper en retenant ces 2 jeunes filles… Et les hommes même encagés restent des hommes… même le mien.

Il y a comme une nuance de constat désespérant dans son ton qui finit de m’accabler.

- Bon, on va garder cela sous silence, parce si cela arrive aux oreilles de ton Emilie… pan-pan cucul direct ! Mais il faudra que tu fasses quand même gaffe à l’avenir de ne pas te faire surprendre en si fâcheuse situation… Retourne donc prendre une douche froide pour te remettre les idées en place et rejoins-moi dans la chambre une fois sec…

L’eau glaciale me fait contrition. Quand je retourne une fois séché dans la chambre, quelques minutes plus tard, une mallette m’attend sur le guéridon.

- Regarde ce que ton Maître t’offre avec notre accord ! Nous sommes chargés de l’essayer…

Je savais qu’il avait envie de me remettre en cage mais je ne m’attendais pas à ce type de ceinture intégrale quand nous ouvrons le couvercle, bien que pour l’instant elle se présente en diverses pièces détachées. Et c’est trop bien fini pour que cela soit un produit chinois.

- Cela ne vient pas de Chine ?

- Bien vu. Non, c’est allemand. Un modèle unique très haut de gamme non commercialisé d’un artisan repéré par Mimi, qui a coûté le prix d’une petite voiture et parfaitement adapté à tes mensurations.

- Cela va être ma cage pour mon service de 12 mois ferme ?

- Oui et sans doute à vie derrière. C’est pour cela que tu dois l’essayer pour t’y habituer. Idéalement nous aurions aimé te la passer lors de la nuit de noce de nos mariages, mais le principe étant qu’une fois verrouillée, elle ne sera plus enlevée pour 12 mois minimum, nous craignions ne pas trouver le bon réglage. Alors que là nous avons 6 semaines d’adaptation devant nous avant de clic-clac l’oiseau !

- Vous avez comment pour mes mesures ?

- Très simple, 2 petits cachets dans ton café un matin et tu t’es endormi comme une masse pour le reste de la journée. Tu ne t’es aperçu de rien et nous avons bien rigolé quand nous avons moulé tes fesses et ton sexe tout flagada. Et tu as offert sans le savoir le moulage de ton sexe en érection à Mimi dont l’artisan voulait avoir les mesures.

Il n’est jamais évident d’accepter que nous nous sommes fait berner du début jusqu’à la fin. J’en conclus qu’entre l’annonce de la grossesse de Claire et la signature des papiers pour la maison et le divorce, mon sort a été évalué et décidé, sans que je m’aperçoive de rien, ou plutôt focalise mon attention sur les conséquences de ce fameux contrat de soumission qui finalement ne disait pas grand-chose sur leurs réelles intentions à l’égard de la partie soumise de notre Quouple.

- Et tu pourras chaleureusement remercier ton Maître François, comme manifestement tu as appris à le faire, car il s’est tapé 3 allers retour à Stuttgart pour discuter en allemand avec l’artisan de ce que nous voulions ! Si jamais tu ne le pensais pas assez impliqué… Humm voilà le mode d’emploi en anglais. Nous allons pouvoir travailler…

Les 2 heures suivantes sont employées à découvrir et monter le dispositif de chasteté. Je me retrouve finalement enfermé dans la nouvelle ceinture et cela me fait une drôle d’impression. Je ne pense n’avoir jamais vu de concept aussi abouti de ceinture sur internet...

La ceinture est innovante sur plus d’un point et repose sur la superposition astucieuse de 2 couches.

Il y a d’abord la couche interne constituée d’une solide ceinture en inox autour de la taille et dans le sillon fessier, s’écartant juste au niveau de l’anus pour laisser passer les besoins naturels, comme j’ai pu en voir quand j’avais encore le droit d’aller sur internet. Avec le renfort supplémentaire d’une boucle d’acier passant derrières les testicules, elle maintient solidement un tube de pénis recourbé vers le périnée qui est en soit une petite merveille de technologie, avec un astucieux accessoire que me teste Claire qui se monte sur la partie haute tube. On le tourne d’un demi de tour et il découvre une large portion du tube qu’il remplace par des barreaux. Il ne faudrait pas que le zizi puisse s’échapper… J’y vois tout de suite 2 utilités : permettre un contrôle de l’état du sexe dans la boîte et surtout exposer aux tourments ou au désespoir la chose emprisonnée. Une fois « l’ouvre boite » démonté, le tube apparait comme complètement scellé, à l’exception de petits trous en croix pour laisser passer l’urine dans la partie basse, et sans espoir de pouvoir le rouvrir.

L’ensemble, y compris le verrouillage par le PA que Claire ne m’a pas installé, se bloquent irrémédiablement dans une espèce de plaque serrure située au-dessus du pubis, protégée par un capot d’épais métal qui empêche tout accès.

Avec cette seule couche intérieure, la ceinture ressemble à certains modèles que j’ai vu par le passé sur internet, avec les couilles indécemment exposées de part et d’autre du tube prison, à la différence près que je ne me souviens pas que les parties arrière étaient aussi développées. Le pourtour qui évite l’anus est équipé sur cette ceinture d’un ingénieux système de montage des accessoires livrés dans la mallette, au choix gode, plug électrique, une simple barre pour m’empêcher de rentrer un gode et même un accessoire qui se déploie dans le rectum pour sceller l’orifice comme Emilie m’a fait essayer à 2 reprises. Claire choisit le plug électrique que je sens passer.

Vient ensuite l’étonnante couche extérieure. C’est un peu 2 types de ceintures en une. Une impudique qui focalise l’attention sexuelle sur ce qui est enfermé et l’autre très pudique, presque asexuée, qui masque la première sur le devant d’un énorme bouclier pubien qui emprisonne les couilles et sur le derrière recouvre une partie des fesses comme le ferait un sage slip taille haute. D’ailleurs c’est à cela que me fait penser mon allure quand je me regarde dans la glace. C’est comme si je portais un sage maillot de bain métallique, non sexuel, dont seul le bulbe au niveau du « paquet » est plus important qu’au « naturel » et qu’il me faudra assumer même sous le pantalon.

Chaque partie avant et arrière de cette seconde couche s’encastre astucieusement au niveau de l’entrejambe avant de se verrouiller par des points d’accroche avec serrures dans la ceinture. La mallette contient 2 exemplaires de chaque partie, avec ou sans aération au niveau des testicules pour l’avant, sans ou avec trappe pour la défécation pour l’arrière, qui dans cette version est la seule chose à laquelle j’aurai accès.

Tout cela a au final un poids non négligeable qui pèse sur mes hanches.

- Impressionnant pour un petit soumis tout cela.

- Nous voulions un modèle suffisamment neutre pour que tu puisses sagement la porter en « famille » jusque devant les yeux des enfants…

Je frémis déjà de devoir me montrer à découvert et assumer cela devant eux. Mais je comprends très bien la logique sous-jacente.

- … et aussi ouvert pour que l’on puisse s’amuser avec notre soumis favori en chambre ou ailleurs. L’aide de François a été particulièrement déterminante et c’est lui qui nous a conseillé de te priver de la vue de ton sexe et de l’accès à tes bourses. Il parait que vous tenez particulièrement à cela, vous les mecs, comme pour vous rassurez sans cesse qu’il ne soit pas tombé…

Claire sourit amusée de me voir grimacer à cette double perspective. Et comme si elle voulait me démontrer le niveau de sécurité atteint par cette ceinture, elle teste de ses fins doigts l’ajustement. Aucun ne parvient à se glisser sous le métal. Elle essaye ensuite de faire glisser la ceinture de mes hanches : en vain ! Je comprends qu’ils vont avoir réellement le pouvoir de rendre mon sexe complètement inatteignable enfermé dans son tube étroit et sous son capot protecteur en acier. Il m’est nié : je ne peux même plus le voir, ni mes couilles carapaçonnées derrière le bulbe de métal. Mon zizi au fond de sa geôle se plaint déjà. Un grand écart entre la pudique perception externe et le ressenti interne, qui classe d’amblée la ceinture dans une catégorie à part des cages de sexes auxquelles je m’étais habitué. Et plus question de me gratter sous les couilles pour soulager la pression ! Je sens que cela va être dur…

Claire me fait découvrir que la ceinture a plusieurs particularités uniques. Ce fabricant, sur les demandes de mes Maîtres, a vraiment pensé à tout dans ce chef d’œuvre. Elle intègre une fonction de lavage in-situ. J’avais déjà vu déjà cela sur les ceintures Latowski mais là c’est démultiplié. La ceinture est fournie avec une machine qui se branche sur un embout situé au niveau du périnée, une machine qui ressemble un peu à une cafetière Nespresso avec son réservoir d’eau à l’arrière. Une fois appuyé sur « Start », un moteur haute pression se mets en route et des micro-jets s’attaquent à décrasser ce qui est enfermé dans le tube et à l’extérieur au niveau des bourses. L’eau s’écoule par l’endroit où sort l’urine. Il y a même en fin de séquence de l’air chaud qui est soufflé pour sécher la chose !

Certains soumis en chasteté 24/24 utilise le jet de la douche pour se donner un peu de plaisir. Là impossible, les micro-jets me font la sensation que je viens d’être visé par un jet d’eau direct sur l’entrejambe et ce n’est pas agréable. Je comprends que, si les concepteurs et mes Maîtres se sont donnés autant de mal, c’est que le dispositif de chasteté est conçu pour un port réellement permanent. Aie !

Une autre particularité fait gadget apriori mais après quelques instants de réflexion, me parait particulièrement redoutable : une mini caméra dans le tube qui montre sur l’écran du smartphone équipé de la bonne application l‘extrémité du zizi enfermé. Je trouve cela être même une petite cruauté pour le porteur rendu aveugle de son sexe. Le KH a, lui, le droit de voir ce que l’on lui interdit.

Il a aussi un système de punition/mise en garde par décharge électrique mais je connaissais déjà avec ma cage de début de dressage.

La mallette vient aussi avec tout une série de godes à monter sur le devant pour donner du plaisir à mes Maîtresses sans que je puisse en retirer une once autre qu’intellectuelle.

L’essayage se termine par un test des interactions. Le système de punitions est clairement à craindre tant les décharges vont mal et Maîtresse Claire les teste sur le sexe, les couilles et dans le cul, l’une après l’autre. Je fais des bonds sur moi-même pour atténuer la douleur.

Mais il y a encore une fonction qui me déstabilise totalement, celle du « good boy ». C’est étrange comme sensation. C’est comme si des vagues venait lécher sans fin le dessous de mon sexe, depuis la racine vers le gland. Et surtout l’effet peut être dosé du doux bien être à la mise en érection contre sa volonté que j’apprends, à mes dépends, être encore plus douloureuse quand je butte fortement contre la partie coudée. Le même système peut aussi me restreindre l’espace vital de mon sexe dans la tube et je vais devoir faire très attention à ne pas le mériter.

Je garde ma nouvelle ceinture pour quitter l’hôtel et je pressens que mes prochaines semaines ne vont pas être faciles…

Avatar du membre
KaonTer
Membre
Membre
Messages : 2316
Enregistré le : mar. 24 mai 2016 19:48
Je suis : un Homme
Je suis : Un KeyHolder
Je cherche : Un encagé
Qui porte la cage : Mon Soumis
LOCALISATION : 91240

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par KaonTer » mar. 16 janv. 2018 07:49

Lu d'un trait ...
L'exhib en laisse ... pas trop vraisemblable ... La "Ceinture" ... hyper compliqué ...
Toujours aussi bien écrit !
Bises.
Kaon.
J'aime les signatures, moi !

Avatar du membre
Fendeur
Membre
Membre
Messages : 363
Enregistré le : ven. 3 févr. 2017 16:22
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Un KeyHolder
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : steelworxx steelhear
LOCALISATION : Belgique

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par Fendeur » mar. 16 janv. 2018 16:51

Excellent, ... belle histoire bien écrite, j'apprécie. Dur de s'arrêter tant on veut connaître la suite ...
:-) :-)

claustra
Membre
Membre
Messages : 381
Enregistré le : sam. 27 oct. 2012 15:52
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Acier 30mm longueur
LOCALISATION : strasbourg

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par claustra » mar. 16 janv. 2018 17:06

Moi je ne lis plus....... J'attends qu'il ai fini l'histoire

Avatar du membre
jeepy
Administrateur
Administrateur
Messages : 4455
Enregistré le : jeu. 3 mai 2012 23:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Tarentule RedChili
LOCALISATION : champagne

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par jeepy » mar. 16 janv. 2018 17:48

La partie "technique" sur la nouvelle ceinture m'intéresse assez peu. Mais le coup des mariages croisés avec mise au courant des familles, alors ça fallait oser ! Et il a osé ce pervers d'auteur ! Quel talent ! :o

Avatar du membre
Paudouce
Membre
Membre
Messages : 253
Enregistré le : mar. 25 oct. 2016 08:10
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Cb6000s metal
LOCALISATION : Pau

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par Paudouce » mar. 16 janv. 2018 19:57

bravo.
a tu envisagé de ne pas croiser les mariages ?

bacchus
Membre
Membre
Messages : 2127
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par bacchus » mer. 17 janv. 2018 00:33

KaonTer a écrit :
mar. 16 janv. 2018 07:49
L'exhib en laisse ... pas trop vraisemblable ...
Yes mais c'était pour m'amuser à placer la réplique de la réceptionniste.

Pour la cage de chasteté, c'est sans doute pas très clair je m'aperçois dans le texte. Mais voilà mon inspiration et réflexion.

1) Si Pierre doit porter une cage de chasteté en "famille", il faut que cela soit le moins sexuellement explicite si jamais les enfants...
Et je ne vois qu'un modèle sur le marché qui ressemble finalement à un grand slip de métal, la ceinture Latowski :
Image
L'inconvénient est l'ouverture à l'arrière qui reste quand même assez indécente. Donc j'imagine un pudique système de trappe.
Image
Et effectivement cette ceinture qui enferme tout est équipée de conduits lavage que je débride en machine nespresso pour les besoin de l'histoire.
Image
Des essais ont aussi été faits pour mettre le dispositif de dressage électrique de Dreamlover.
Image
C'est là que je récupère l'idée du truc qui vibre à l'intérieur pour faire plus ou moins de bien (voir https://www.youtube.com/watch?v=bvrcq63vzHI

2) Au niveau soumission et ressenti, je trouve pas mal de lui escamoter toute vue sur son sexe (d'où tube plein mais là on peut trouver aussi des cages selon le même principe) et accès aux orphelines. Comme dans ces divers modèles.
Image
Image

3) enfin je me mets à la place de ses Maître et Maîtresses qui auront sans doute envie de jouer un peu avec Pierrot tout en le maintenant strictement enfermé. D'où l'idée de la couche externe qui s'enlève pour exposer un peu au tourment la chose enfermée. Cela donnerait quelque chose comme cela.
Image
avec un anneau derrière pour fixer des accessoires.
Image

Voilà avec des images, j'espère que c'est moins compliqué :roll: ;)
Modifié en dernier par bacchus le mer. 17 janv. 2018 00:54, modifié 1 fois.

bacchus
Membre
Membre
Messages : 2127
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par bacchus » mer. 17 janv. 2018 00:51

claustra a écrit :
mar. 16 janv. 2018 17:06
Moi je ne lis plus....... J'attends qu'il ai fini l'histoire
A ton aise, mais tu risques d'attendre longtemps :lol: :lol: :lol:

bacchus
Membre
Membre
Messages : 2127
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par bacchus » mer. 17 janv. 2018 00:53

Paudouce a écrit :
mar. 16 janv. 2018 19:57
a tu envisagé de ne pas croiser les mariages ?
Oui. Claire et François devaient se marier pour moi mais je suis posé la question sur les autres.
J'en reste au cuckolding ou je crée une nouvelle dynamique.
Et finalement j'aime bien l'idée de ce que Pierre et Emilie vont donner ensemble...

Avatar du membre
KaonTer
Membre
Membre
Messages : 2316
Enregistré le : mar. 24 mai 2016 19:48
Je suis : un Homme
Je suis : Un KeyHolder
Je cherche : Un encagé
Qui porte la cage : Mon Soumis
LOCALISATION : 91240

Re: Week-end d'anniversaire de mariage

Message par KaonTer » mer. 17 janv. 2018 07:18

Ah, Bacchus, Bacchus !

On n'en demandait même pas tant, tu fais donc plus que nous combler !
Quel régal !
Jeepy trouvait les "explications techniques" un peu arides, je ne doute pas que, là ... !!!

Si ce n'est pas du "partage", ça ... on se demande qui pourrait mieux faire !

Allons, pour Bacchus; Hip, Hip, Hip, ... Hourra !

Mille Bises.
Kaon.
J'aime les signatures, moi !

Répondre