Son jouet

Avatar du membre
jeepy
Administrateur
Administrateur
Messages : 4103
Enregistré le : jeu. 3 mai 2012 23:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Tarentule RedChili
LOCALISATION : champagne

Re: Son jouet

Message par jeepy » mar. 12 mai 2015 21:42

Chaste59 a écrit :
jeepy a écrit :Alors comme ça, on fantasme sur un Jeff potentiel ? ! :o :shock:
Non, pas de fantasme. Simplement aborder un sujet qui plait à certains ( le candaulisme attire certaines personnes ;) )
Sujet qui me plaît bien en effet ... N'empêche que ce Jeff prend un peu de place dans l'histoire ! Allez, avoue que tu fantasmes un peu sur le candaulisme, que ce n'est pas que pour faire plaisir à certains (dont moi) ! Je te débusquerai chaste59 ! Je te débusquerai !
PS : J'espère que Dame Lucretia partagera bientôt ce fantasme et passera à la réalité ... Tant pis pour toi ! :twisted:

Avatar du membre
Chaste59
Supporteur
Supporteur
Messages : 4154
Enregistré le : mar. 24 janv. 2012 17:17
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Prison de Morgane
LOCALISATION : Lille

Re: Son jouet

Message par Chaste59 » mer. 13 mai 2015 07:16

jeepy a écrit :Sujet qui me plaît bien en effet ...
Je sais, je sais.
jeepy a écrit :N'empêche que ce Jeff prend un peu de place dans l'histoire !
J'avais besoin de lui pour prendre Madame par derrière :lol: :lol:
jeepy a écrit : Allez, avoue que tu fantasmes un peu sur le candaulisme
Absolument pas. J'ai des tonnes de fantasmes mais celui la n'en fait pas partie.
jeepy a écrit :PS : J'espère que Dame Lucretia partagera bientôt ce fantasme et passera à la réalité ...
Tu as plus de chance de gagner à l'Euro-million :mrgreen:

Avatar du membre
Chaste59
Supporteur
Supporteur
Messages : 4154
Enregistré le : mar. 24 janv. 2012 17:17
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Prison de Morgane
LOCALISATION : Lille

Re: Son jouet

Message par Chaste59 » ven. 22 mai 2015 23:49

5) Prête à partir

Malgré cette position à la limite du supportable, et ce goût toujours si présent dans ma bouche, je passais une nuit correcte, agrémentée de nombreux songes, plus étranges les uns que les autres. Ma vie secrète se mélangeait à ma vie vanille à tel point que dans un de mes rêves nocturnes, j'imaginais mon responsable vêtu d'une de mes couches, subissant la cravache tenue... par mon voisin :shock: :?:
Quelle idée de cravacher au dessus d'une couche :mrgreen:

Le buzzer du radio-réveil de Madame se fit entendre et Elle ne tarda pas à entrer dans la pièce
Bonjour mon lapin, bien dormi ? Pour ma part ça a été parfait. Je ne t'ai pas entendu ronfler ni remuer dans tous les sens. J'ai dormi du sommeil des justes, sans que tu ne me réveilles plusieurs fois dans la nuit. Dommage qu'on ne puisse pas faire ça plus souvent car c'est vraiment appréciable pour moi. Et toi, tu as apprécié ce bondage ?
A ces mots, je réalise à quel point la famille et la vie qui en découle peuvent être bénéfiques et m'éviter des tourments supplémentaires. Heureusement, nous récupérons les enfants dès demain et au pire, je n'aurais plus qu'une nuit en isolement avant les prochaines vacances, qui approchent rapidement :evil:

Il avait fallu 30 minutes à Madame pour m'immobiliser totalement, il Lui aura fallu moins de la moitié pour me libérer. Elle m'a tout retiré, sauf la couche. J'ai quelques courbatures et je peine à me mettre en route mais une petite clique sur mes fesses rembourrées me rappelle à l'ordre.
Tu rangeras tout après ta douche mon chéri. Et rase toi !
"Mais..."
Pas de discussion !
J'accepte cet ordre, étonné car généralement, c'est Elle qui critique quand j'ai le menton glabre.
Mais ce que Maîtresse veut...

Avant que je ne quitte la chambre d'ami, Madame me retient d'un ordre strict
Reviens un peu ici
"Oui ?"
En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, Elle m'a retiré la couche et me la frotte énergiquement sur le visage :twisted: :twisted: :twisted:
Profite puisque tu as l'air d'aimer ça !
Heureusement qu'il n'y a que des pipis car je pense que quoiqu'il y est eu, j'aurais eu droit à ce traitement.
Tiens, reprends la et va la jeter ! Et vu comment ta barbe pue, tu as intérêt à la couper !

C'est tout penaud que je me dirige vers la salle de bain, la couche à la main. Il y a une multitude de sachets plastiques dans un placard ( restes de l'époque où on en avait plein en faisant les courses ), j'en prends un, glisse la couche dedans, le ferme efficacement et le pose à côté de la porte pour le descendre plus tard à la benne. Il ne faudrait pas qu'un jour une schtroumpfette découvre une couche adulte, propre ou usagée, car nous serions dans l'incapacité de trouver une excuse valable pour nous justifier.

Après m'être rasé ( à l'électrique, comme toujours ), direction la douche. L'eau tiède qui coule sur moi me fait un terrible bien et évacue mes dernières douleurs musculaires. Le parfum de rose du seul gel douche disponible :evil: ( bizarrement les miens ont disparu :?: ) chasse les odeurs accumulées durant la nuit ( et aussi au réveil :twisted: ). Alors que je finis de m'essuyer, Madame entre dans la pièce et passe Sa main sous mon menton pour vérifier la qualité du rasage.
Ca pique encore ici, et tu as oublié des poils, ici, et là. Recommence à la main cette fois ci, et essaie de ne pas te couper. Je te veux doux comme un agneau mais pas saignant.
Je n'aime pas cela mais je n'ai pas le choix. C'est tellement rare que je le fasse que je n'ai même plus de crème à raser, du coup, j'utilise celle de Madame, qui en sourit.
Pendant que tu y es, tu aurais aussi pu utiliser mes rasoirs, ils sont parfait pour les peaux fragiles :lol:

Je ne sais pas comment je dois interpréter cette remarque. Peu importe, je m'applique à ma tâche. Alors que j'ai terminé, sous l'étroite surveillance de ma Maîtresse, je rince mon visage et m'apprête à utiliser mon after-shave habituel.
Pas de ça aujourd'hui mon lapin, j'ai ce qu'il te faut
Et la voilà qui me tartine d'un après-rasage dont l'odeur n'a rien de masculin :evil:
Tiens, enfile ce peignoir et va ranger les jouets.
"Je ne peux pas m'habiller ?"
Pas tout de suite, il y a encore des choses à faire avant ça. Va tout ranger et ne traîne pas trop, il est bientôt l'heure
C'est donc uniquement vêtu de Son peignoir de soie mauve, très agréable à porter d'ailleurs, que je quitte la salle de bain pour retourner chercher les jouets dans la chambre d'ami.
Mais au fait, c'est bientôt l'heure de quoi ? me demande-je :?:

Tandis que je replis l'alèse après l'avoir nettoyée, une pensée positive traverse mon esprit : puisque je dois tout ranger, j'en déduis que ce soir je ne dormirais pas seul attaché sur un lit :P :P

Je suis encore occupé à enrouler les sangles pour les remettre dans leurs boites quand j'entends la sonnette. Qui peut bien venir si tôt, il est à peine 8h du matin.

Tu descends mon lapin ? C'est pour toi !
Je suis surpris car je n'attends personne et descendre en ne portant qu'un peignoir féminin me gêne énormément. :oops:
Il faut que je vienne te chercher ?
Le ton de la voix montre l'impatience de Madame, qu'il n'est jamais bon de faire attendre trop longtemps
"J'arrive tout de suite, j'enfile mes pantoufles"

Quand j'entre dans le salon, Madame ,qui me fusille d'un regard plein de reproches, est en compagnie de Jessica, son esthéticienne attitrée.
Ah, quand même ! Tu crois que Jessica n'a que ça à faire de t'attendre ? Tu mérites une punition mais on réglera ça plus tard :domina:

M'attendre ? Qu'est-ce que cela veut dire ? Et comment Madame ose-t-Elle parler de punition devant une tierce personne ?
Si tu te poses encore la question et bien oui, sache que Jessica est au courant de nos pratiques depuis déjà très longtemps. Tu penses bien que pendant qu'elle s'occupe de moi, nous bavardons de tout, même de ça. Depuis le temps que j'y avais songé, cela arrive enfin : tu vas avoir droit à une épilation totale, intégrale ! J'avais déjà pensé à lui demander si elle serait d'accord et finalement c'est elle qui me l'a proposé avant même que je n'aborde le sujet. Il parait que cela devient à la mode chez certains hommes et elle a déjà réalisé plusieurs fois cette opération.
Ces paroles m'assomment autant que le ferait un coup de point de Mike Tyson :shock:

Tu croyais qu'elle était venue pour moi ? Grand sot, j'y suis allé hier matin pour préparer ma sortie avec Jeff. J'espère que tu ne me feras pas honte pendant qu'elle s'occupera de toi. Moi, je vais prendre une bonne douche et quand je reviendrais, je te retirerais ta cage pour qu'elle puisse finir son travail.
Et Elle parle même de la cage !!! Je suis anéanti :oops: :cry: :o
A tout à l'heure, soit sage mon lapin

Maîtresse quitte le salon et je me retrouve seul en compagnie d'une inconnue. Certes, j'ai déjà entendu parler de Jessica auparavant mais jamais je n'avais eu l'occasion de la rencontrer. Lui être présenté de la sorte, encagé, nu sous mon peignoir féminin, et avec ce parfum de rose, quelle honte. :cage:

Bien que ma Reine aille régulièrement voir Jessica à son salon de beauté, il semble que cette dernière soit aussi habituée à pratiquer à domicile. Elle posséde tout le matériel nécessaire, une table pliante, un tabouret et deux valises à roulettes, de tailles impressionnantes.
Image
Après avoir recouvert la table d'une protection jetable, la demoiselle m'invite à ôter mon peignoir et à venir m'allonger. Je suis écarlate à l'idée de me retrouver totalement nu devant elle et tarde à accepter son invitation. Devant mon hésitation, elle trouve les mots qui me mettent à l'aise.

Vous savez, dans mon métier je suis habituée à plein de choses alors ne vous inquiétez pas. Que ce soient des pilosités extrêmes, des tatouages coquins, des piercings et cetera et cetera. Ce n'est pas un cadenas qui va me choquer même si j'avoue que jusqu'ici, je n'avais jamais rencontré un homme encagé. Finalement nous sommes à égalité, c'est notre 1ere fois pour tous les deux
Vu sous cet angle, Elle n'a pas vraiment tort. Sauf que c'est moi qui me mets à poil, pas elle. :oops:
Quand je dis à poil, l'expression n'est certainement pas la meilleure puisque dans quelques temps, je n'en aurais plus. :?

Après une dernière inspiration profonde pour trouver le courage, j'ouvre le peignoir et laisse glisser la soie sur mon corps dénudé. Avant même que le vêtement ne touche le sol, je me précipite vers la table, m'assieds dessus avant de m'y allonger et recouvre mon anatomie, en replaçant mes mains au-dessus.
Jessica s'approche de moi, et tout en fixant mon visage, elle déplace mes mains et les remplace par une serviette blanche
De cette façon, je pourrais m'occuper de vos aisselles sans être gênée
C'est une délicate attention de sa part, une vraie marque de respect envers le client mal à l'aise que je suis.

Elle commence son travail en m'expliquant qu'elle a choisi de la cire orientale.
Il s’agit d’un caramel, mélange à base de sucre, d’eau et de citron. Elle arrache efficacement le poil à la racine, il repousse plus doux et est affaibli. Donc il y a de moins en moins de poils au fur et à mesure des épilations
Dois-je en déduire qu'il y aura d'autres épilations dans le futur ???
La douceur de la voie de Jessica contraste avec la vigueur et la précision de ses gestes. J'avais une certaine appréhension avant le commencement des opérations :? , c'était justifié :twisted: . Cela fait relativement mal et je comprends ce que certaines Dames ressentent dans ces moments là. A la honte présente depuis le début de l'épilation s'ajoute la douleur :cry: . Les mollets, le torse, et les aisselles deviennent vierges de tout poil, chacun leur tour.
Il ne faut pas plus de 30 minutes pour que j'ai la peau aussi lisse qu'un bébé, mais certainement peu plus irritée, plus rougie. Heureusement, après avoir épilé chaque zone, Jessica m'applique un soin nourrissant et apaisant, à base d'amande douce. C'est un réconfort très agréable 8-) 8-) ,nécessaire pour réhydrater la peau me dit-elle

Elle vient juste de terminer le torse quand Madame nous rejoint, admirant le travail effectué, un sourire de satisfaction aux lèvres.
Je vous attendais pour savoir si je dois m'occuper des avant-bras car ils sont bien fournis commente Jessica
Non, ce ne sera pas nécessaire. Une autre fois peut-être...
Cela confirme l'idée de tout à l'heure. Première mais apparemment pas la dernière fois. En tous cas, je suis soulagé car comment expliquer à mon travail que je n'ai plus un poil sur les bras, moi qui suis régulièrement les manches relevées :roll: .

Sans un mot, Madame retire la serviette et constate que mon sexe est recroquevillé dans la cage
Vous voyez Jessica, je ne vous avez pas menti, il en a vraiment une toute petite. J'espère que vous ne le confondrez pas avec le reste des poils
Bien que Jessica se soit retenue de rire, l'humiliation a encore franchi un palier.
Sans perdre une seconde, ma Reine ouvre le cadenas et retire le tube de la cage, puis le cockring. Enfin libre :P
Le travail peut reprendre.
Je m'attendais à ce que ce soit encore plus douloureux qu'ailleurs, c'est le cas :twisted: :twisted: . En revanche, voir l'élasticité de la peau des testicules quand on retire la cire est un spectacle amusant :mrgreen: . Je me tourne sur le ventre le temps qu'on s'occupe de mon sillon fessier et la séance se termine. Encore un peu de baume apaisant et c'est fini, enfin.

Je m'apprête à quitter la table pour aller m'habiller lorsque Madame dit
Et maintenant, le maquillage
Non, pas çà, Elles ne vont pas oser ? :o
Rapidement, je constate que si. :oops:
Jessica qui a fini de remballer son matériel d'épilation dans la première valise, déplie la seconde qui se transforme en une véritable commode à plusieurs tiroirs. Chacun d'entre eux est bien rempli, laissant apparaître tout le nécessaire pour se maquiller : vernis, eye-liner, gloss, pinceaux...rien ne semble manquer.
Image
Un regard rapide vers Madame et je constate qu'Elle ne plaisante pas, c'est vraiment pour moi. Je constate d'ailleurs qu'Elle S'est déjà maquillée au sortir de Sa douche. C'est encore une grande première pour moi. Certes, j'ai déjà eu droit un jour à un peu de far et de rouge aux lèvres mais là, la panoplie est bien plus complète. Je n'en reviens pas.
Elle va être toute mignonne après ça ma petite lapine
La séance de maquillage est presque aussi longue que la séance d'épilation, mais elle est surtout bien plus agréable. Qu'il est plaisant de se faire chouchouter de la sorte... Mais je crains le résultat et les conséquences qui en découleront.

Jessica semble savoir exactement ce qu'elle fait, regardant parfois une photo que Madame lui a transmise au retour de Sa douche. Elle a verni mes ongles de pieds avant d'appliquer le même traitement à mes mains. C'est désormais une espèce de crème pour blanchir mon visage, pourtant déjà bien pâle mais qui permet aussi de masquer les traces du rasage matinal. Une poudre pour me faire des pommettes bien rouges. Un petit trait sur les sourcils pour les éclaircir, de l'eye-liner après avoir étiré mes cils à la pince ( ce n'est pas le moment que j'ai préféré ). Du gloss très rouge et ça semble terminé. A non, un dernier détail sorti d'une boite que je n'avais pas repérée auparavant : une perruque blonde !

Parfaite ! Tu es parfaite ma chérie, n'est pas Jessica ?
"Contente que le résultat vous plaise"
Il est même au delà de mes espérances. Je ne pensais pas que ça lui irait aussi bien. Cela valait largement la peine de vous faire venir ce matin. Tiens, regarde toi-même dans ce petit miroir
Image
Je ne peux que confirmer les propos de ma Douce. Le résultat est saisissant, c'est à peine si je me reconnais. :roll:

Ce fut un plaisir chère amie. Vous êtes une cliente tellement adorable, ravie d'avoir pu vous satisfaire. Bon voyage et à bientôt au salon"
Merci et à une prochaine fois. Je vous raccompagne à la porte.
Quant à toi, dit-Elle en me regardant, Ne bouge pas, j'arrive pour la suite
Qu'a voulu dire Jessica par "bon voyage" ? Je ne peux pas sortir avec cette tête là ? :o :o

Je n'ai guère le temps de gamberger sur la suite, Madame revient et m'invite à La suivre à l'étage. Direction la chambre d'amis, qui me rappelle la nuit difficile que j'y ai passé. Lorsque nous y entrons, je constate que Madame a remis une alèse.
Sur le lit m'ordonne-t-Elle. J'ai dû adapter mon programme puisque tu nous as fait attendre ce matin, Jessica et moi. Il est normal que je te punisse. me dit calmement Madame en enfilant une paire de gants jetables.

En position, vite !
Je me retourne et me mets à 4 pattes, m'attendant à ce que Madame me fist, vu que généralement c'est à ça que Lui servent ces gants. Au lieu de ça, je reçois une volée de badine, une dizaine de coups, tous bien appuyés, qui m'arrachant quelques cris de douleurs :fessee2: :twisted: . Tandis que je garde la position, comme ordonné, et que je tente de reprendre mon souffle après cette rugueuse cinglée, Madame S'approche de mon visage, un truc à la main

Tiens, regarde à quoi tu as le droit. Je l'ai sculpté avant ma douche, spécialement pour toi, et je l'avais laissé au frais pour éviter qu'il s'abime
Image
Tu vas le mettre dès à présent et pour une bonne partie de notre voyage
C'est donc vrai, nous allons sortir... :cry:
Ne bouge pas, écarte donc tes fesses et laisse toi faire
Et sans même utiliser de vaseline :( , Madame m'introduit Son plug écologique :o , le seul jus du légume faisant office de lubrifiant. Comme Elle appuie sur les globes de mes fesses meurtries par la badine, je pousse quelques légers gémissement. Afin de me faire taire, Elle donne une bonne clique sur l'une des marques, me faisant comprendre que j'en aurais d'autres si je soupire encore.
Le plug n'est pas trop large et pénètre aisément, en revanche il est assez long et je le sens remplir totalement mon rectum. Madame doit même insister un peu pour que la base plus étroite puisse laisser mes sphincter se refermer dessus.

Bon, c'est bien en place, il est temps d'aller t'habiller mon lapin, ou devrais-je dire ma lapine. Quoique ce n'est pas une carotte que tu as, c'est du gingembre. Allez, suis moi dans notre chambre. :mrgreen:

J'ai déjà entendu parler de cette pratique et je redoute ses effets. Pour l'instant, je ne ressens qu'une sensation de fraîcheur, due à la conservation du légume dans le frigidaire. Tandis que je me lève, je sens à quel point il va être difficile de le supporter longtemps. En effet, et je suppose que ce n'est pas un hasard, sa longueur et sa forme en font un redoutable outil de massage prostatique. Il va falloir que je marche très doucement si je ne veux pas jouir, chose qui m'est toujours interdite :oops: .

Lorsque j'arrive dans notre chambre, le lit est encore en désordre, me rappelant si besoin, les exploits de Madame et Jeff la nuit dernière. Une valise ouverte est posée. Tandis que je reste face au couvercle dressé, qui m'empêche de savoir ce qu'elle contient, Madame contourne le lit pour accéder au contenu. Elle en sort un body, couleur chair et me le tend

Mets ça ! Au moins je suis certaine que le plug ne se sauvera pas. Il est gainant au ventre, cela masquera tes bourrelets. En plus, il est rembourré à hauteur des seins, ça te fera de jolies formes.
J'enfile le body et effectivement, il vient appuyer fortement sur la base du plug. Est-ce à cause de cela, mais j'ai une terrible érection qui se voit parfaitement sous le vêtement très moulant.
Bande autant que tu peux pendant que tu es sans cage car dès ce soir tu y retournes ! En revanche, interdit de couler sinon...
En cage ? Déjà ? La liberté aura été de courte durée. A peine une demie-journée lors que je suis encagé depuis plus d'un mois. :cage:
Quant à ne pas couler, difficile de prédire ce qui va se passer avec ce plug qui m'asticote la prostate dès que je fais un pas :oops: . A propos de ce dernier, je n'en ressens plus la fraicheur, il est désormais à la même température que le reste de mon anatomie.

Etape suivante me dit Madame en me tendant une paire de chaussettes blanches. J'aurais préféré des collants ou des bas mais ce n'est pas moi qui décide de ma tenue vestimentaire du jour. Ces chaussettes sont longues et montent au dessus du genoux, il y a un petit noeud noir accroché dessus. Cela me fait penser aux chaussettes des tenues d'écolières. Serait-ce ma tenue du jour ?
Image
On continue, voilà la suite
Et sur ces mots, Madame me tend de longs et ravissants gants noir, d'une douceur sublime
Tu comprends pourquoi il était inutile d'épiler tes avants-bras, on ne les verra pas

Comme souvent, Elle pense à tout. Rien n'est laissé au hasard, rien n'est fait sans une bonne raison.
Ces gants sont super-agréables à porter. Cela ne fait qu'accentuer mon excitation. La légère chaleur qui commence à envahir mon fondement a certainement aussi une part de responsabilité à la chose. Mon sexe est tendu au maximum, comme il ne l'a pas été depuis si longtemps.
En revanche, je n'imagine pas une écolière avec de tels artifices. Une danseuse de cabaret peut-être ??
Image
Cela collerait plus au style, et le maquillage auquel j'ai eu droit pourrait correspondre.

Je suis perdu dans mes pensées, espérant deviner ce qui m'attend lorsque Madame me tend une magnifique robe-bustier en satin, rouge blanche et noire.
"Je dois vraiment porter ça ?"
Elle ne te plait pas peut-être ?
"Si bien sûr mais..."
Alors dépêche toi, j'aimerais qu'on puisse partir avant 10 heures
Et d'obéir à Madame. J'avoue qu'il existe des demandes bien plus contraignantes que celle-ci.
La robe est géniale :P :P :P . Cintrée à la taille, évasée dans le bas. Un peu courte certes car si je me baisse, on voit le body que je porte au dessous. Madame resserre les lacets pour faire ressortir ma poitrine factice et tire un peu sur les côtés, afin de masquer les marques laissées par la badine.
Tu es tellement...mignonne comme cela que j'en serais presque jalouse. Bon, maintenant direction le rez-de-chaussée.

La descente de l'escalier se fait lentement. Non que j'ai peur de chuter mais plutôt à cause de mon plug de gingembre qui aime me chatouiller prostate. A propos de ce dernier, il dégage une chaleur de plus en plus forte et la fraicheur initiale est désormais remplacée par une brulure lancinante.

De retour dans le salon où je fus épilé il y a moins d'une heure, j'attends sagement que Madame m'amène les chaussures promises. Ce sont des petits souliers vernis, avec des talons larges, d'une hauteur raisonnable. Taille 43, ils me vont comme un gant. Là encore, ce n'est certainement pas le style de chaussure que je préfère mais il sera plus aisé de marcher avec celles-ci plutôt qu'avec mes talons aiguilles. Et je ne parle même pas de mes ballets-boots.

Voici donc l'ensemble que Madame m'oblige à porter Image




Une dernière chose et nous pourrons partir
Une nouvelle fois, Madame me laisse seul, au milieu de la pièce. Je suis debout et je "danse" d'un pied sur l'autre. La chaleur due au plug a encore augmenté, j'ai l'impression qu'on me brule, c'est à la limite du supportable :evil: :evil: Malgré cette inconfort persistant, l'excitation reste très présente. Je passe mes mains sur mon bas ventre et caresse mon sexe, toujours fièrement dressé sous mon body. Vêtu de la sorte, je m'imagine pris par Maîtresse et Son gode ceinture ou forcé à sucer Son amant avant qu'il ne me sodomise. Je sais que cela ne se fera pas, Jessica et ma Reine ont passé trop de temps à me féminiser de la sorte pour ne pas gâcher cela aussi bêtement. ;)
A propos de ma tenue justement, je me demande encore ce qui pourrait la compléter :?:

C'est à ce moment que ma Reine me rejoint et me tend...
... un petit panier et une longue cape rouge.
Image
Voilà donc où Elle voulait arriver
Tu es parfaite ainsi. Mon petit chaperon rouge.
Quoique, vu ta situation depuis tant d'années, je devrais plutôt t'appeler mon petit chapon rouge

me dit-Elle en S'esclaffant à pleine gorge. :lol: :lol: :lol:

Et maintenant, en voiture Simone !

bacchus
Membre
Membre
Messages : 1984
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

Re: Son jouet

Message par bacchus » sam. 23 mai 2015 09:19

Bon très bon même. La scène avec l'esthéticienne est d'anthologie pour vos deux premières fois. Et le figging... humm pas sûr que cela soit un bon moment à passer pour une mignonne petite lapine rouge...

Avatar du membre
jeepy
Administrateur
Administrateur
Messages : 4103
Enregistré le : jeu. 3 mai 2012 23:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Tarentule RedChili
LOCALISATION : champagne

Re: Son jouet

Message par jeepy » sam. 23 mai 2015 18:09

Encore un beau travail de recherche et d'écriture, pour en arriver à ce petit chapon rouge !
Mais quel genre de loup, ou louve, l'attend donc quelque part ? On est impatient de découvrir le prochain épisode pour savoir à quelle sauce notre petit chaste rouge sera croquée !

Avatar du membre
Chaste59
Supporteur
Supporteur
Messages : 4154
Enregistré le : mar. 24 janv. 2012 17:17
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Prison de Morgane
LOCALISATION : Lille

Re: Son jouet

Message par Chaste59 » sam. 4 juil. 2015 00:06

6) Destination finale


Il y a encore peu de temps, je n'aurais pas osé sortir de chez moi ainsi vêtu ( ou devrais-je dire vêtue ! )
Oui mais voilà, le temps a fait son affaire et les actions de Madame, de plus en plus Maîtresse, de plus en plus ferme, m'ont amené à dépasser certaines appréhensions. Appréhensions, remplacées il est vrai, par la crainte de représailles de plus en plus sévères :domina:

Il est 9h50; nous sommes finalement en avance sur l'horaire souhaité par Madame qui S'en félicite.
J'ouvre la porte et découvre devant mon garage, une voiture qui ne m'appartient pas : un Dacia Duster dont les vitres latérales sont totalement opaques.
Image
Dépêche toi de monter, a l'arrière m'ordonne Madame.
Un coup d'oeil rapide me permet de voir qu'il n'y à personne dans la rue, c'est mieux même si je pense qu'aucun voisin ne pourrait me reconnaître tant ma transformation est réussie. Je me précipite hors du domicile et m'engouffre rapidement dans le véhicule. Après avoir reconnu sur le pare-soleil le logo d'un célèbre loueur de voiture, je découvre avec étonnement sur la banquette quelques articles de bondage : menottes en cuir, sangles et bâillon.
Installe toi sur le siège du milieu
J'obéis rapidement et tends les poignets comme exigé par la suite. Madame les menotte et les fixe aux accroche-cintres tandis que mes chevilles, reliées entre-elles, sont solidement maintenues au siège. Après m'avoir fermement bâillonné et masqué la vue grâce à mon immense capuche :shock: , Madame me met la ceinture et quitte la voiture. Elle ferme la portière mais ne monte pas à l'avant. Je L'entends S'éloigner comme si Elle retournait à la maison. Quelques temps plus tard, j'entends la porte du domicile qui claque. Elle semble revenir, S'affairer dans le coffre avant de S'installer au volant : le départ est imminent...

Bien installé mon Lapin ?
Un petit hmmphh accompagné d'un hochement de tête est la seule réponse que je peux Lui fournir. De toutes façons, quoique je tente de Lui expliquer, cela ne changerait pas Sa décision. Elle semble avoir tout organisé depuis...
Mais depuis quand d'abord ? SI la sortie de la veille avec Son amant a pu être rapidement improvisée, pour l'épilation, la location de voiture, il Lui a certainement fallu planifier tout ça. Mais alors, cela voudrait dire que même l'excuse des places gagnées par Son père, c'est bidon. Elle me mène en bateau et Elle a tout prévu depuis le début. :o

C'est parti dit-Elle en mettant le contact
Tandis que vrombit le diésel, j'aimerais Lui demander notre destination mais c'est impossible. Ma position est loin d'être confortable et l'effet du gingembre se fait de plus en plus sentir : la chaleur inonde mon fondement. Combien de temps vais-je devoir supporter cela ?
Nous quittons notre lotissement et le premier ralentisseur, franchi sans ménagement, provoque une douleur provoquée par le plug lorsque mes fesses s'écrasent sur le siège en cuir. Le trajet risque d'être longue et pénible :evil:
Nous roulons tranquillement et malgré ma vue masquée, j'essaie de me repérer. Pour le moment, j'arrive à nous situer et j'imagine que nous nous dirigeons vers l'autoroute. Profitant de quelques ronds-points, Madame S'amuse à tourner plus qu'il ne faut afin de me désorienter.
Je pense que maintenant tu auras plus de mal à savoir où nous sommes ajoute-t-Elle sournoisement à Sa manoeuvre.
Et Elle a raison :twisted:

Nous roulons depuis 4 ou 5 chansons, la radio me permettant d'évaluer la durée, lorsque le revêtement devient moins conciliant. Nous avons abandonné un asphalte lisse et régulier, hormis quelques bosses ou ralentisseurs :evil: , au profit d'une route pavée. Je ne peux pas dire que j'ai gagné au change. Je comprends mieux le choix du véhicule et ressens de plus en plus fortement l'intrus qui me brule le derrière :twisted: . L'ajout des vibrations à une température de moins en moins acceptable, devient une torture à la limite du supportable. Il me faut pourtant endurer ce traitement pendant un titre de Dire Straits suivi d'un tube de Jean-Jacques Goldman, jusqu'à l'intro d'un morceau de Pink Floyd. Merci RTL2 pour cette excellente programmation musicale ;) .
La route est redevenue plus douce et la vitesse semble désormais constante. Pas longtemps cependant puisque après avoir entendu le clignotant, je sens le véhicule décélérer avant de s'immobiliser totalement. Le bruit spécifique du frein à main me confirme que nous nous arrêtons.
Madame coupe le moteur avant de me rejoindre à l'arrière de l'habitacle.

Tandis qu'Elle détache mes poignets, Elle me demande Toujours satisfait de mon programme ?
Que répondre à cette question ironique ? Je viens de souffrir le martyr et je n'ai qu'une envie : me vider !
Fin de la 1ere étape me dit Madame tandis qu'Elle m'enlève mon bâillon après m'avoir retiré la capuche qui m'aveuglait. Il ne me faut que quelques secondes pour reconnaitre l'aire de repos de l'autoroute A1. Nous ne sommes qu'à quelques kilomètres du domicile, Madame m'a bien baladé !
Elle finit de me détacher en silence et range les menottes dans un sac.
C'était une petit mise-en-bouche, me dit-Elle. Pour le reste du trajet, tu feras le chauffeur !
Maintenant, viens avec moi !

Elle quitte la voiture et je La suis, sans un mot.
Nous avançons sur le parking en direction de la supérette. Un touriste hollandais qui s'est retourné un peu trop ouvertement sur notre passage se fait engueuler par son épouse. Pas besoin de parler néerlandais pour comprendre que la Dame lui reproche son attitude de voyeur.
A sa décharge, je me dit que si j'avais été à sa place, j'aurais probablement agi pareillement. Car comment ne pas se retourner sur ces deux magnifiques créatures ? L'une, un peu trop maquillée peut-être et à la démarche mal-assurée, est habillée en un sexy petit chaperon rouge. Mais l'Autre Femme, quelle allure, quelle style ! Vêtue d'un long imper de vinyl duquel ne dépassent que Ses bottes quand Elle marche d'un pas assuré, quelques mètres devant moi. Ses magnifiques cheveux blonds sont cachés sous une perruque aux cheveux courts et noirs.

Je continue de La suivre docilement, en essayant de ne pas prêter attention aux sifflets vulgaires d'un routier crasseux qui vient de se garer. Quant à Madame, ça semble ne même pas La toucher. L'injure glisse sur la matière de son manteau. Sans Se retourner, Elle m'emmène dans les toilettes des femmes. J'ai marqué une hésitation avant de réaliser que dans ma tenue, je pouvais y entrer sans soucis. Nous croisons une dame qui en sort et qui a du mal à masquer un regard de jalousie en détaillant ma Reine de la tête aux pieds. En dehors de nous, la pièce est vide.
Madame me précède dans le toilette handicapé où je dois la suivre. Comme toujours dans les stations Total, la propreté est parfaite.
Elle Se retourne vers moi et je peux enfin La voir de face. Elle porte des lunettes de soleil derrière lesquelles Ses yeux bleus sont cachés. On dirait Trinity dans Matrix. Elle me sourit un instant avant de me dire
A genoux !
Exécutant Sa demande, je m'agenouille devant Elle. Elle ouvre lentement Son manteau et je découvre qu'Elle est quasiment nue dessous. Pas de pantalon ou de tee-shirt. Juste un ensemble de sous-vêtements en latex : une brassière qui moule Sa sublime poitrine et un petit string.
D'une main ferme, Elle libère Son sexe du morceau de latex et me plaque le visage dessus. J'ai le souffle coupé, le mélange d'odeur du latex et de Sa sueur est entêtant. Après m'avoir laissé quelques secondes dans cette position, Madame me repousse. Elle glisse 2 doigts dans Son antre et en sort...
Image
...Ses boules de Geisha :shock:
Il y a longtemps qu'Elle ne les avait pas utilisé et j'en suis ( agréablement ) surpris. Sans dire un mot, Elle me les enfourne dans la bouche et m'oblige à les sucer pour les nettoyer. Aucun doute n'est permis, Madame a joui. Je comprends maintenant l'intérêt des pavés :roll: :roll:
Viens me lécher maintenant, et si tu t'appliques bien, peut-être que tu pourras retirer ton plug
Toujours agenouillé, je me rapproche d'Elle et commence à passer ma langue sur Sa fente. Je lèche, timidement au début, juste au bord des lèvres puis je deviens plus audacieux et mon organe buccal s'enfonce plus profondément dans la chatte mouillée qui semble en vouloir plus. Rapidement, Madame explose à nouveau en retenant Ses cris car d'autres personnes sont entrées dans les toilettes.
Madame S'assied sur les toilettes et Se soulage. Bien qu'il y ait du papier à Sa disposition, Elle réclame ma langue pour La nettoyer.
J'aurais pu t'octroyer une douche dorée mais j'ai pensé que ton maquillage n'était pas waterproof ajouta-t-Elle, le plus sérieusement du monde.Bien, je pense que tu peux retirer ton plug et te soulager. Nous avons encore de la route à faire
Tandis que Madame sorti pour m'attendre devant, je pouvais enfin dégrafer mon body et retirer l'intrus. :P
Soulagement. C'est exactement ce que j'ai ressenti une fois ce dernier expulsé. Je me suis vidé, pendant de longues minutes, avant de pouvoir enfin me rhabiller et rejoindre Madame. Elle a eu raison de sortir avant moi car ça ne sentait pas la rose dans le cabinet :oops: :oops:

De retour à la voiture, je pris le volant comme il était convenu. Demandant la route à Madame qui S'était installée à mes côtés, Elle me répondit simplement de suivre les indications du GPS qui était programmé. Ainsi, je ne connaitrais toujours pas notre destination avant d'y arriver. :evil:
Nous avons donc roulé jusque Paris, emprunté le périphérique pour sortir à la porte de Bagnolet.
Arrête toi là !
"Nous sommes arrivés ?"
Non mais je reprends le volant et tu retournes à l'arrière !
"Mais..."
Il n'y a pas de mais qui tienne. Je sais que je conduis rarement dans Paris mais ça va aller.
J'obéissais, comme toujours, et garait le véhicule sur une place de livraison, en mettant les warnings. Comme un bon citadin ;) :mrgreen:
Je descendais et retournais m'assoir sur la banquette arrière. Madame se contenta de me remettre la capuche devant les yeux, sans m'attacher, me faisant promettre de ne pas tricher. Ayant eu ma promesse, Elle repris le volant et redémarra.

Comme Elle, j'écoutais religieusement les indications du GPS .suivre Place Gambetta... prendre avenue de la République...
Les rues s'enchainaient sans que je sache trop où j'étais. J'avais juste une certitude, nous étions au coeur de Paris et nous rentrerions ce soir dans le Nord.
A droite, Rue Oberkampf, à droite, rue Crespin du Gast, vous êtes arrivés.
Par chance, Madame trouva une place juste au début de la rue et Se gara. Elle vint m'ouvrir la portière et m'invita à descendre.

"On est où ? Qu'est-ce-qu'on fait ici ?" demandais-je, interloqué
Nous sommes devant le musée Edith Piaf me répondit Madame, très posément
"C'est une blague ?"
Pas du tout, regarde, au numéro 7, il y a une plaque

Image

Je retirais ma capuche et constatais que c'était réel. Mais que faisions nous ici ? Je n'aimais pas spécialement La Môme, et Madame n'était pas assez fan pour avoir envie de visiter ce musée. Et surtout pas dans nos tenues respectives.
Voyant mon étonnement qui ne faiblissait pas, Madame eut pitié de moi.
Nous sommes ici, disons par hasard. En préparant notre itinéraire, j'ai remarqué que nous serions très proche et je me suis dit c'était l'occasion de passer devant. Maintenant, nous allons marcher un peu jusqu'à notre véritable destination.
"Ah bon ? Mais où va-t-on exactement alors ?"
Patience, patience...On y sera dans quelques minutes ! Remets ta capuche et marche en regardant tes pieds. Je te guiderais si il faut.

Retournant en arrière, nous marchions tranquillement sur un trottoir peu fréquenté. Nous avons tourné à gauche dans une nouvelle rue, plus bruyante, plus chargée. Régulièrement Madame devait me retenir pour ne pas foncer dans des personnes ou dans des poubelles. Je faillis plusieurs fois me retrouver au sol mais heureusement, ce ne fut pas le cas. A peine quelques dizaines de pas dans cette foule, un passage piéton et Madame me fit tourner à gauche, en restant sur la chaussée. J'étais surpris de découvrir des pavés sous mes pieds, pensant qu'il n'y en avait plus dans la capitale depuis des lustres.
Nous n'avons marché que quelques secondes avant que Madame ne m'arrête, me fasse faire un quart de tour et me dise
On est arrivés, tu peux regarder devant toi

J'obéis promptement, relevant le long morceau de tissus au dessus de mes yeux,me permettant de découvrir ceci :
Image
Mon visage s'illumina comme l'aurait fait celui d'un enfant arrivant pour la 1ere fois à Disney Land. Depuis le temps que j'en rêvais, enfin :P
Certes, je connais les articles de ce magasin dont je consulte régulièrement la boutique en ligne mais là c'est autre chose...
Il y aurait une atmosphère, des odeurs de cuir, de latex...Je pourrais toucher les tenues en vinyl ou en plastique, caresser les fouets ou autres cravaches.
Tout en achetant des nouveaux jouets, nous croiserions d'autres couples venus faire leurs emplettes
Nous tenterions d'imaginer qui dirige qui, est-ce un couple légitime ou illégitime, que sont-ils venus chercher...
Très souvent j'avais imaginé ce moment, enfin c'était le jour :P

Tandis que je voulais avancer vers l'entrée, Madame me retint fermement de Sa main
Pas si vite ma belle. Attends un peu...
Elle sortit son I-Pad et envoya un message à je ne sais qui avant de m'autoriser à avancer.
Tu restes sagement derrière moi et tu fais ce que je t'ordonne sans discuter, compris ?
"Oui Maîtresse !" répondis-je humblement, comprenant que Sa décision ne souffrait d'aucune contestation. :fetich:

A peine la porte cochère passée, nous nous retrouvâmes nez à nez avec une Dame toute de latex vêtue, tenant à la main un objet de cuir.
Viens ici ma belle, j'ai un cadeau de bienvenue pour toi me dit-Elle en me présentant l'objet de plus prêt. Un énorme collier-muselière équipé d'un bâillon et d'un masque.
Image
Elle n'allait quand même pas me faire porter ça ? Pas maintenant ? Pas ici ?
Inquiet, je regardais Maîtresse qui, d'un regard limpide, me fit comprendre que je devais m'agenouiller aux pieds de la Dame. :evil:

Elle ôta totalement ma capuche et ne mit que quelques instants pour m'ajuster la muselière, serrant au maximum :twisted: avant d'y accrocher une longe qu'Elle tandis à ma Reine. En moins d'une minute, je me retrouvais muet et surtout aveugle. Moi qui me faisait une joie de visiter la boutique, je n'allais rien voir du tout :twisted:
Voilà, il est fin prêt
Fin prête voulez-vous dire. Effectivement, c'est parfait !

Un petit coup sec me fit comprendre que je devais avancer. Je tentais de garder mon équilibre en suivant les ordres de Madame qui me guidait au milieu des clients et des rayons. Privé de mes principaux sens, il ne me restait néanmoins mon odorat pour profiter de ma promenade. Les odeurs de latex étaient entêtantes. Les senteurs de cuir qui leurs succédèrent furent autant appréciées :P . Mon ouïe profita aussi de la situation, parvenant à saisir quelques bribes de conversations qui me laissait imaginer que les soirées seraient chaudes dans certains foyers...
A un moment, je parvins à palper un vêtement de latex avant que Madame ne S'en aperçoive. Sa menace de m'attacher les mains dans le dos me glaça, ce fut ce seul touché que je m'autorisais :twisted: . Malgré cette frustration, j'étais en émoi et mon sexe cherchait à grossir dans mon body serré.

Je commençais à déchanter lorsque Madame discuta avec une employée du magasin
Comme convenu, je peux le laisser à vos bons soins ?
Oui oui, Madame. Comme vous nous l'avez demandé lors de votre mail il y a 3 semaines, il y a une petite place pour lui dans la réserve.
Ainsi, vous pourrez en profiter tranquillement pour visiter la boutique, choisir vos articles, essayer les tenues qui vous plairont. Et ensuite, vous pourrez...

Chut ! C'est une surprise
"Un mail il y a 3 semaines ?" pensais-je "Mais alors Elle avait vraiment tout planifié depuis longtemps." Je n'en revenais pas. :shock:

Allez mademoiselle, suivez moi
Fini le tourisme. Madame avançait lentement, la vendeuse, Elle, allait au trot et je manquais plusieurs fois de trébucher en la suivant aveuglément.
Je L'entendis ouvrir une porte et m'inviter à passer devant Elle.
Asseyez vous là et ne bougez pas jusqu'à ce qu'on vienne vous chercher
J'obtempérai sans un mot, forcément 8-)
La vendeuse ayant refermé la porte en sortant, je n'entendais quasiment plus rien, juste un léger murmure venu de l'autre côté du mur.
Je suis resté sagement à attendre dans le noir et le silence. Le temps était long et semblait figé.
Enfin, j'entendis la porte s'ouvrir et la voix de Madame qui venait me rejoindre.
Je n'ai pas été trop longue ? J'ai trouvé plein de choses qui me plaisait, mais j'ai été raisonnable, bien que je pense avoir dépassé le budget que je m'étais fixé. On verra à la caisse, mais après tout il faut bien se faire plaisir de temps en temps. Avant cela, il me reste un article à choisir, et pour cela j'ai besoin de ton aide.
"Besoin de moi ? Comment ça ? Madame voudrait mon avis ? C'est la première fois depuis bien longtemps..."
Lève toi, retire ta cape... Avance un peu, retourne toi, soulève ta jupe et penche toi en avant, je veux voir tes fesses !

J'avais à peine fini de relever ma jupe que je sentis une morsure terrible sur ma fesse gauche :o . La surprise fut telle que je relâchais le tissus qui masquait à nouveau mes fesses, provoquant le courroux de ma Maîtresse. Le bâillon qui m'obstruait la bouche m'empêcha de hurler sous la douleur subit. Sans ça, je pense qu'on m'aurait entendu crier à l'autre bout de la capitale.
Rapidement, je me ressaisissais et remontais à nouveau ma jupe. Cette fois, ce geste était accompagné d'une terrible appréhension, comprenant que j'allais encore souffrir.
Je n'eus pas longtemps à attendre avant qu'un nouveau coup vienne me frapper, de l'autre côté cette fois. Là encore, le bâillon m'évita d'alerter le quartier bien que la douleur fut moins vive. Je m'attendais à recevoir d'autres coups mais ils ne vinrent pas
C'est là que j'ai besoin de ton avis mon chéri. Quel coup as tu préféré ? Le 1er ou le 2nd ?
Ne pouvant répondre oralement, je fis signe de la main : le second ! Il fit bien moins mal que le 1er dont je souffrais encore terriblement bien qu'il soit le plus ancien.
Bien, donc je garde le premier fouet
C'était prévisible, j'aurais dû tricher pour que Madame prenne celui qui fait moins mal... :evil:
Finalement, je prendrai les 2 car je ne suis pas certaine de ta sincérité ! Et on n'est plus à ça près. Maintenant, direction la caisse. Allez, comme je suis magnanime, je te retire ton bandeau pour que tu puisses profiter du spectacle.

Après que j'eus remis ma cape, sans la capuche, Madame repris la longe en main et m'emmena à nouveau dans le magasin. Au travers des rayons que je pouvais enfin admirer, trop rapidement malheureusement, j'entendis des clients admirer le courage que Madame avait de m'exhiber ainsi, certains auraient voulu être à ma place :P
Elle marchait d'un pas rapide, la laisse dans une main, 2 fouets dans l'autre :o

Arrivés à la caisse, la vendeuse informa Madame qu'un employé était allé chercher la voiture, l'avait chargé et nous attendait dans la rue. Il n'y avait plus qu'à régler la facture, après avoir ajouté les 2 derniers articles. Madame donna Sa carte bleue mais lorsque la vendeuse Lui demanda de saisir Son code, Elle me tendit le terminal de paiement. Je réalisais qu'Elle avait donné ma carte bancaire :twisted:
Tu ne croyais quand même pas que c'est moi qui allait payer ? Allez, tape ton code secret
Je comprenais alors pourquoi Madame m'avait libéré la vue, certainement pas pour me faire plaisir
Avant de saisir les 4 chiffres, j'eus le temps de voir que la somme requise était aussi sur 4 chiffres. :o :o :o :o

Nous approchions de la sortie quand Madame réalisa que j'avais toujours la muselière, sauf le bandeau.
On ne peut pas sortir comme cela dans la rue dit-Elle
J'étais heureux de savoir que Madame allait me libérer le visage car je commençais à avoir des crampes à la mâchoire mais au lieu de cela, Elle me remit la capuche sur la tête, la baissa le plus possible, me tendit la laisse et referma la cape devant moi.
Comme cela, ce sera plus discret quand même
Et c'est ainsi que nous sommes sortis du magasin dans lequel je n'ai quasiment rien vu, hormis les fouets que Madame tenait encore en main.

Par chance, l'employé du magasin avait trouvé une place très proche du magasin et nous n'avons marché que quelques pas. Après qu'il ait rendu les clefs de la voiture à Madame, et empoché le petit pourboire qu'Elle lui offrit, il regagna l'intérieur de la boutique. Pendant ce temps, je regagnais l'arrière de la voiture où je fus à nouveau attaché comme pour l'aller. Madame décida de me remettre le bandeau alors que la capuche produisait un effet similaire.
Toujours content de ta journée mon chéri ?
Je n'en suis pas trop sûr :evil: A nouveau ceinturé et menotté en voiture, la mâchoire qui tire, une fesse qui brûle. Quelle journée ! :twisted:
Je tentais de trouver du réconfort en essayant de deviner les achats de Madame. Vu le prix payé, on allait pouvoir passer beaucoup de bons moments...
...ou de moins bons avec les fouets :domina:

La voiture redémarra et Madame me dit
Il est déjà passé 13h00, je commence à avoir un petit creux. Pas toi ?
Moi aussi effectivement, je commençais à avoir faim et j'avais envie d'avaler autre chose que ma salive. Et surtout, j'aurais aimé que ma mâchoire soit enfin libre. J'opinais de la tête pour signifier que j'aimerais autant qu'Elle faire une pause repas.
Bon, on y va mais avec ta tenue, pas question que je t'emmène dans un grand resto aujourd'hui !
Ma tenue, ma tenue... C'est de Sa faute si je suis accoutré de la sorte, je n'ai rien choisi moi :cry:

Nous roulons peu de temps avant de nous arrêter à nouveau, le bruit du frein à main me laissant comprendre que nous sommes arrivés. Alors que je pense être enfin libéré de toutes mes entraves, Madame me dit
Je vais chercher des trucs à emporter, attends moi ici !
Comme si j'avais le choix :roll: Elle quitte le véhicule et m'abandonne, laissant la radio allumée pour me tenir compagnie.
3 chansons plus tard, Elle revient et S'installe avec moi sur la banquette arrière.
Elle retire le bâillon mais me laisse la muselière. Je ne peux toujours pas ouvrir la bouche :twisted:
Pour me nourrir, Elle me glisse une paille dans la bouche et m'invite à boire le milkshake contenu dans le gobelet. Par chance, Elle a choisi un parfum que j'aime.
Bois tout car tu n'auras rien d'autre pour ce midi. Moi, j'ai dégusté le nouveau Royal Cheese Bacon et un sunday caramel. Si tu avais vu la tête des clients dans le fast-food lorsque je suis entré...Heureusement que je ne t'y ai pas emmené avec moi, ils y aurait eu une épidémie de syncopes ! Bon, c'est pas tout à mais on a encore de la route à faire
J'allais demander si nous rentrions directement à la maison mais je fut à nouveau bâillonné avant d'avoir eu le temps de dire le moindre mot.

Avant de retourner au volant, Madame me posa un casque sur les oreilles, atténuant le bruit de la radio que j'entendais encore un peu.
Mais pas longtemps car un bruit de feu de bois qui crépite sortit des écouteurs. J'étais dans un isolement quasi total :shock:
Grâce à la radio, avec les infos et les chansons, j'avais une notion du temps qui passait mais avec cette ambiance répétitive, plus aucun repère. Je sentais les secousses de la voiture, les virages, les accélérations ou les freinages mais rien d'autre.
Je ne savais plus si nous roulions depuis 30 minutes ou depuis des heures. J'étais déstabilisé au plus au point :roll:
Heureusement, ce n'était pas une ambiance d'eau qui coule car sinon mon envie d'uriner aurait été impossible à maîtriser. Mais j'aurais bien aimé que Madame prévoit une pause-pipi.

A-t-Elle lu dans mes pensées ? Avait-Elle le même besoin naturel ? Toujours est-il que le véhicule s'arrêta enfin. L'ambiance sonore aussi mais la radio semblait éteinte. Madame qui m'avait rejoint à l'arrière me retira le casque et le bandeau et me remis la capuche sur la tête, masquant totalement mon visage.
On va descendre faire une petite pause. Tu me donneras la main et tu ne regarderas que vers le sol. Si tu essaies de tricher, tu regoûteras au nouveau fouet plus vite que prévu, c'est bien clair ? me dit-Elle en finissant de me détacher
Un hmmph accompagna mon mouvement de tête pour acquiescer.

Nous avons traversé un parking où je ne voyais que les lignes blanches au sol et nous sommes entrés dans un bâtiment, probablement une station service.
Où étions nous ? Aucune idée. Peut-être à quelques kilomètres de la maison, comme lors de la pause matinale.
A nouveau, Madame m'emmena dans les toilettes pour handicapé où Elle m'invita à faire mes besoins après avoir relevé ma capuche.
Je me vidais la vessie sous Son regard, baissant les yeux car je n'ai jamais aimé qu'Elle m'observe durant ce moment si intime :evil:
J'espérais encore qu'Elle m'ôte la muselière, mais ce geste salutaire ne venait toujours pas :cry:

Tandis que j'allais refermer les agrafes de mon body, Madame me stoppa
Tu remets ça avant dit-Elle en me tendant ma prison de Morgane,
Image
je t'avais prévenu que tu y retournerais rapidement
Je n'eus aucune difficulté à remettre l'oiseau en cage en revanche, refermer le body s'avéra plus compliqué malgré l'élasticité du tissus. Et une fois fait, l'inconfort se fit sentir très très vite, la cage s'écrasant contre ma chair :evil:
Après m'avoir fait me tourner face au mur le temps de faire Ses besoins, Madame rabaissa ma capuche devant mon visage et nous quittâmes les lieux.

Retour à la voiture en retraversant le parking, en revoyant les mêmes lignes blanches.
Quelques minutes suffirent à Madame pour m'installer dans la même position que précédemment : harnaché à mon siège, menottes en cuir aux poignets, aveuglé, bâillonné et isolé par une ambiance de cheminée qui masquait tous les autres sons.
Le voyage reprit alors et je fus à nouveau incapable d'en évaluer la durée ou la distance parcourue. Et d'ailleurs, Madame pouvait très bien tourner en rond pour me désorienter d'avantage, Elle n'était plus à ça près.

La voiture s'immobilisa, le bruit de cheminée cessa.
Madame vint me rejoindre à l'arrière de l'habitacle et libéra mes poignets avant de détacher ma ceinture.
Je n'osais bouger, attendant une consigne de Sa part

Elle retira la muselière à l'exception du collier auquel la laisse était encore attachée. Je savourais enfin le plaisir de pouvoir remuer la mâchoire, bien que cela me fut douloureux au début. Les crampes peuvent parfois prendre du temps avant de s'estomper.

Hier, j'ai oublié de te dire une chose ou deux à propos de notre escapade. En fait, les enfants restent une semaine chez mes parents et nous ne rentrons pas ce soir
"Mais, ce n'est pas les vacances ?" dis-je, surpris par cette révélation
Non mais mon père a accepté de les conduire tous les jours à l'école. Tu sais qu'il s'ennuie énormément depuis qu'il est en retraite et il a sauté sur l'occasion d'avoir des occupations supplémentaires. En hiver, je n'aurais pas aimé qu'il fasse la route 2 fois par jour mais avec le retour des beaux jours, aucune objection. Du coup, je nous ai réservé une chambre d'hôte pour la semaine.

Avant que je ne pus répondre quoique ce soit, Madame quitta la voiture et tira sur ma laisse pour m'obliger à La suivre. Nous étions garé sur un petit parking en gravillons, à l'ombre de grands arbres, au milieu de nulle part. Deux autres véhicules étaient présents. Un panneau indiquait le chemin de la réception. Au dessous une petite pancarte indiquait « NOS AMIS LES SOUMIS DOIVENT ETRE TENUS EN LAISSE DANS LE DOMAINE ». Je regardais Madame bouche bée, ne trouvant rien à dire. Quand me vinrent les mots, Elle me demanda de me taire car un homme venait à notre rencontre.

Arrivé à notre hauteur, il se présenta
Bienvenue Madame, je m'appelle Joseph, je suis là pour vous servir. Je m'occuperais de vos bagages pendant que Vous irez à la réception où Maîtresse Elke Vous attends. Les Reines de Yanodie et de Dyonisie sont déjà arrivées, mais il manque encore quelques Dames, notamment la Princesse de Champagne qui passait quelques jours en Suisse avant de nous rejoindre. Votre soumis est tenu en laisse comme l'exige le règlement, c'est parfait. Voulez-vous que je Vous en débarrasse en le menant à la grange avec les autres ?
Non merci Joseph, je préfère le garder avec moi en attendant que nous soyons au complet

Comme Vous voudrez Madame. Et encore une fois, je Vous souhaite un agréable séjour Au Domaine
Image
FIN


PS : pardon à Dyonisos d'avoir piqué un bout de son récit sans lui avoir demandé l'autorisation ( pour ne pas gâcher la surprise ;) )
J'espère qu'il ne m'en voudra pas.

Avatar du membre
ptiscarabée
Membre
Membre
Messages : 944
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014 07:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : prison de morgane
LOCALISATION : pays du champagne
Contact :

Re: Son jouet

Message par ptiscarabée » sam. 4 juil. 2015 07:09

vouaa quel recit une tres belle préquelle l on voudrai pour toi que ce soit vrai .. il y ala beaucoup de chose d interdits que beaucoup d entre nous aimerai pouvoir réaliser , mais surtout ce donner ce confier comme cela a sa Maitresse c est que du bonheur .
bravo a toi le rcit et si long et si dense que la je fais le tour du forum et que je reviendrai plus tard pour aprofondir certaines choses comme le geingembre qui a aprofondi certaine partie annatomique

Avatar du membre
jeepy
Administrateur
Administrateur
Messages : 4103
Enregistré le : jeu. 3 mai 2012 23:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Tarentule RedChili
LOCALISATION : champagne

Re: Son jouet

Message par jeepy » lun. 6 juil. 2015 20:56

Encore un très beau récit, chaste59 ! On s'y croirait, voire on t'envierait ...
P.S. Tu voudras bien excuser l'absence de la Princesse de Champagne à la réception de Maîtresse Elke, mais elle était retenue pour raisons familiales. Finalement, ça m'arrange bien de ne pas y être allé !

bacchus
Membre
Membre
Messages : 1984
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

Re: Son jouet

Message par bacchus » mar. 11 août 2015 09:02

:oops: J'aurais pas du partir en vacances parce que j'ai raté ce délicieux 6ème chapitre.
Alors d'abord bravo, même en ayant un indice, je n'ai pas deviné à un seul moment où tu nous emmenais... Tu m'as eu !
D'abord bravo d'être resté silencieux sur la localisation exacte du Domaine de Maîtresse Elke. Il y a des lieux qui doivent rester secrets. Ah j'oubliais, tu ne peux pas savoir vu que ta vue a été masquée. Au fait, une semaine ce n'est pas trop court pour dresser un garnement comme toi ?
Après tu m'as fait douter sur "NOS AMIS LES SOUMIS..." au point que j'ai du aller vérifier chez dyonisos si c'est ce qui avait été écrit... re- :oops:
En tout bravo à toi, pour cette fin de récit.

Avatar du membre
Chaste59
Supporteur
Supporteur
Messages : 4154
Enregistré le : mar. 24 janv. 2012 17:17
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Prison de Morgane
LOCALISATION : Lille

Re: Son jouet

Message par Chaste59 » mar. 11 août 2015 22:46

bacchus a écrit ::oops: J'aurais pas du partir en vacances parce que j'ai raté ce délicieux 6ème chapitre.
C'est vrai que j'étais déçu de ne pas avoir de commentaire de ta part bien que je te savais en vacances
( d'autant que ça faisait une baisse de 33% de commentaire par rapport à d'habitude :cry: )
Mais je suis sûr que tu méritais tes vacances autant que les miennes qui arrivent enfin ( de semaine :lol: )
bacchus a écrit : Alors d'abord bravo, même en ayant un indice, je n'ai pas deviné à un seul moment où tu nous emmenais... Tu m'as eu !
D'abord bravo d'être resté silencieux sur la localisation exacte du Domaine de Maîtresse Elke. Il y a des lieux qui doivent rester secrets. Ah j'oubliais, tu ne peux pas savoir vu que ta vue a été masquée.
C'est toujours un plaisir de recevoir tes compliments, toi qui est un Maître en conte BDSM. Merci beaucoup
bacchus a écrit :Au fait, une semaine ce n'est pas trop court pour dresser un garnement comme toi ?
Je pense que cela doit déjà être très éprouvant. Quand on voit le résultat d'un peu de martinet... :mrgreen:
Quoique si je pouvais passer 2 semaines dans un manoir du XVème 8-)

bacchus a écrit : Après tu m'as fait douter sur "NOS AMIS LES SOUMIS..." au point que j'ai du aller vérifier chez dyonisos si c'est ce qui avait été écrit... re- :oops:
En tout bravo à toi, pour cette fin de récit.
J'ai complètement relu le 1er chapitre afin de coller au texte d'origine. Dommage qu'il n'y avait pas de dessin de ladite pancarte ;)

Répondre