Scénario pour Maître Dom

Répondre
Avatar du membre
sergelebo
Membre
Membre
Messages : 954
Enregistré le : dim. 27 nov. 2011 15:18
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : minicage metal
LOCALISATION : idf

Scénario pour Maître Dom

Message par sergelebo » sam. 14 mars 2015 19:05

Bonjour,

J'ai l'habitude de préparer des scenarii bien précis avant chaque rencontre. Voilà celui que j'ai prévu pour ma prochaine entrevue avec mon Maître du moment :

"J’arriverai chez vous, habillé normalement et je me déshabillerai doucement sous vos commentaires les plus salaces. Je commencerai par enlever mon pull puis ma chemise, je poursuivrai par les chaussures, rien ne laissera présager de mes vêtements de dessous. J’enlèverai alors mon maillot de corps et vous découvrirez ainsi ce soutien gorge qui n’a rien à retenir, sinon de petits tétons un peu pointus. Quand je baisserai mon pantalon, on verra à ce moment là qu’une petite chienne se dessine, les bas résille augureront une tenue de pute, de pute gratuite en ce qui me concerne, bien entendu. Les chaussettes ne seront rien et le slip restera le seul rempart de mon obscénité. Quand je le baisserai tout doucement, en prenant soin de ne pas emporter les autres tissus, vous me découvrirez pleinement en ma condition de salope offerte, avec ce petit string ouvert, une ficelle en vérité qui rentre dans la raie culière mais qui soumet à l’offrande ma petite bite de lope. Cette petite bite, parlons-en : elle sera encagée par une CB6000, le modèle S bien sûr puisque même avec cette version courte de la cage, ma nouille ne la remplit pas. Avec cette cage, transparente, cadenassée sans que je n’y puisse rien (j’aurai laissé la clé chez moi pour éviter toutes tentations de me libérer), je vous montrerai bien que mon plaisir n’est pas là avec ce clito ridicule mais bien pour votre queue et vos désirs inavouables. Vous aimerez m’exciter et faire grossir ma nouille pour la voir congestionnée dans sa coque de plastique, à la fois toute dure et complètement inerte, mes boules rougiront de désir et vous rirez de moi de ne pouvoir rien faire. Ce sera dur pour moi mais un soumis doit savoir se contenir pour le plaisir de son Maître et je n’y manquerai pas.
Présentée telle quelle en petite pute gratuite devant vous, vous voudrez me regarder sous tous les angles et vous me demanderez de me tourner. Docile comme une chatte, je montrerai alors mon coté pile. Vous ne l’aurez pas remarqué aux premiers regards mais un reflet retiendra sans doute votre attention. Vous me demanderez de me rapprocher et de me pencher. Je m’offrirai ainsi à vos regards salaces et méticuleux et vous verrez mon petit trou rempli par un brillant violet, mon Rosebud. Je serai venu comme ça, avec ce petit plug dans le cul qui m’aura ouvert l’anus pendant tout le voyage. Ce n’est pas un Rosebud de grande taille mais il suffit déjà pour s’habituer à avoir le cul ouvert et dispo pour son Maître ou toutes bites qui auraient envie d’aller y faire des allers-retours. C’est un Rosebud ordinaire de taille S. Je l’ai acheté pour pas cher sur e-bay pour voir ce que cela faisait et je ne le regrette pas. J’écris d’ailleurs en ce moment même avec ce joli brillant dans l’anus et j’en suis tout excité ! C’est très facile à mettre, moi je le lubrifie un peu avec ma salive et cela rentre facilement dans mon petit trou de cochonne. C’est agréable à porter et l’une des premières fois que je l’ai mis, je suis sorti en cage de chasteté en sus du plug pour aller faire les courses au supermarché du coin. J’avais la terrible sensation que tout le monde me regardait et que donc, tout le monde savait… mais ce n’était que mon imagination qui me faisait marcher. J’ai déambulé dans tous les rayons en sentant de temps en temps le Rosebud ou perçu le bruit du cadenas contre ma cage, c’était très excitant de me savoir ainsi. J’étais tellement content que je suis resté toute la journée plugué et encagé, quel plaisir !
Je me suis dit simplement qu’on s’y habituait vite et qu’un plug de taille supérieure serait le bienvenu. Mais j’ai reporté cet achat à plus tard et aujourd’hui je n’ai toujours que ce Rosebud de taille modeste. Il est vrai que j’ai acquis depuis un Horsebud, donc un plug queue de cheval dont le calibre est nettement plus élevé (mais que j’arrive à insérer quand même). Simplement ce dernier ne peut pas se porter sous une tenue quotidienne, je le réserve donc à l’usage intimiste, il faudra que je vous montre ça un jour. Mais pour cette entrevue prochaine, je ne serai plugué que de ce modeste Rosebud de taille S mais Ô combien révélateur de mon caractère de lope. Vous marquerez un petit laps d’hésitation mais pour parfaire votre impression première vous adjoindrez le collier et la laisse qui me siéra encore mieux dans cette tenue de chienne en rut. Me découvrant « vêtue » comme une bonne petite chiennasse soumise vous n’aurez pas eu le temps encore de vous dévêtir ! Ce sera fait en tour de main pendant que vous m’ordonnerez de me mettre à 4 pattes sur le canapé, le cul tourné vers vous et la tête basse comme une chienne qui devra obéir à son Maître. Vous serez nu et je serai habillée, un paradoxe si plaisant pourtant…
Puisque je serais venu, déguisé en pute lubrique et que je n’aurai pas la clé pour ouvrir ma cage de chasteté donc par là même, boire mon propre sperme devant vous comme à l’accoutumé, vous devrez me punir. Je mériterai une bonne fessée, je crois. D’abord cela détendra le Maître et confortera nos statuts respectifs, moi le soumis et vous mon Maître disposant de moi comme il l’entend. Et puis, il faudra faire rougir ce petit cul de PD afin que les chairs soient disposées et clairement à l’usage de Monsieur Dom. Enfin, quand mes fesses seront bien chaudes, elles accueilleront avec délectation le bout tout dur et excité de mon mâle dominant. Je serai à 4 pattes, le cul tendu, la ficelle de mon string s’enfonçant dans ma raie et ce Rosebud bien ancré bouillonnant d’impatience. Vous me tiendrez par la laisse d’une main ferme et l’autre sera curieuse pour le moins !
Je serai aux abois et je sentirai cette main descendre mon string jusqu’à mi cuisses, de sorte que mon fessier soit bien disposé à recevoir, et qu’en même temps ma petite culotte ficelle me resserre les jambes pour me soumettre davantage.
« Cambre-toi ! »
J’abaisserai mon dos pour faire remonter mes fesses.
« Cambre mieux ton cul salope ! »
J’essaierai de creuser mes reins de façon plus appliquée mais…
Deux doigts se poseront en bas de mon dos pour me tenir et forcer cette position de supplicié car j’avoue que j’aurai le souffle coupé d’attendre de cette façon. J’attendrai justement, sans savoir ce qui se passe derrière moi, la tête baissée comme pour me faire pardonner. Je n’aurai pas de bandeaux sur les yeux mais je n’y verrai rien pour autant. Et à vrai dire, le bandeau c’est bien à plusieurs, mais tous les deux j’aime vivre pleinement et visuellement toutes nos lubricités.
Le silence, la montée d’adrénaline, des souffles, de petits bruits qui virevoltent dans la pièce et puis…
Et puis ces doigts lisseront ma peau et je ne sentirai plus que leur ombre, plus que leur passage, plus que le souvenir furtif d’une caresse légère et…
D’un seul coup une grande douleur sur mon cul ! Je ne pourrai me retenir à pousser un cri à la fois de surprise et d’angoisse pour l’après. Mon Rosebud aura sursauté mais d’une main vicieuse vous vous ferez un plaisir de bien le remettre en place dans mon anus tout chaud, tout chose. Vous me lancerez un « Ferme ta gueule salope ! » du plus bel effet et je ne pourrai qu’obéir. Je n’aurais d’ailleurs pas le temps d’y réfléchir qu’un deuxième coup qui me semblera encore plus fort s’abattra sur mon fessier déjà endolori. Je retiendrai mon cri cette fois, mais un râle m’échappera quand même alors. Alors… plutôt que de fermer ma gueule, vous m’ordonnerez d’en demander « encore ! » et à chaque coup, je devrais dire « encore ! ». Cela me rendra plus docile « encore », croyez moi ! La tête baissée, je ne saurai même pas avec quoi je serai frappé, sans doute un paddle mais je n’aurai pas assez l’expérience de la fessée pour distinguer véritablement l’objet de ma punition. Je sais simplement qu’en tant que Maître magnanime vous prendrez un objet qui ne laisse pas trop de traces caractéristiques afin d’éviter toutes questions indélicates de mon épouse sur ces éventuelles marques de punition. Ce que je sais aussi c’est que j’aurai le cul en feu et je m’entendrai demander « encore » encore, encore… les coups pleuvront, cinglants, à la fois secs et précis, bientôt mes fesses ne seront plus que du piment et mon Rosebud tout violet se confondra avec le reste du sillon culier. Je souffrirai mais je tiendrai, une bonne lope doit être soumise en toutes circonstances mais là, c’est vrai, je serai éreinté ! Mon calvaire - votre plaisir - me laissera pantois, entre l’abnégation et la souffrance, j’aurai du mal à tenir mon engagement et à redemander « encore » pour que vous soyez pleinement satisfait. Ce sera fatiguant pour moi, mais ma condition de lope soumise ET docile dictera ce passage. Vous vous délecterez de me voir dans cet état grâce à votre maîtrise et votre sévérité. De temps en temps vous réajusterez le plug pour que je sois toujours disposé au maximum à recevoir cette fessée amplement méritée et combien salvatrice. Je ne sais pas combien de temps cela durera, sans doute une éternité pour moi et très peu pour vous, vous me ferez languir, je serai là, le cul offert et je n’aurai pas mon mot à dire autre que « encore ! ». Lorsque vous le jugerez bon, mes fesses étant bien rouges et brulantes à souhaits, vous vous rapprochez de ma bouche et je devrais vous sucer pour rendre votre vit bien dur et bien ferme. Je le décalotterai doucement avec toutes les précautions que vous aimez, je lécherai avec application ce gland qui m’est généreusement offert. Pendant ce temps vous alternerez les caresses sur mon cul douloureux et les claques pour me faire bien comprendre que je ne dois aucunement relâcher mes efforts et être entièrement disponible pour mon Maître. Ma succion vous fera de l’effet et ma langue s’amusera de ce braquemart qui se dessine, ma bouche se remplira, chaude et douce. Quand vous banderez tout à fait, vous reprendrez cette position derrière moi, juste derrière moi, au dessus de mon cul tendu et détendu, vous appuierez sur ma nuque pour me rabaisser la tête une fois de plus puis vous m’écarterez un peu les jambes pour me disposer à votre guise. Vous retirerez mon Rosebud de mon anus et vous me le mettrez d’office dans la bouche pour que je me taise… encore.
« Allez suce moi ça ma cochonne, c’est ton cul ! »
Et je lécherai le Rosebud tout chaud comme un bonbon au gout amer.
« Vas-y humidifie bien »
Cela me fera saliver davantage et malgré les quelques souillures de mon cul, je prendrai du plaisir et à vous obéir et à me préparer. Bien mouillé au sortir de ma bouche vous me le remettrez dans le petit trou pour m’ouvrir un peu mieux et humidifier l’endroit. Vous recommencerez plusieurs fois pour bien me préparer avec des paroles de plus en plus sauvages :
« Tiens, en direct de ton cul, tu as l’air d’aimer ça ma salope ! »
« Lèche le bien, je ne veux plus de trace »
« Mouille-le encore, fait comme si c’était ma bite »
Et à chaque fois j’obéirai pleinement en essayant de mouiller davantage le cône métallique tout droit sorti de mes entrailles. Vous vous amuserez qu’un instant ainsi car votre queue commencera à s’impatienter. Après tout, une pute comme moi n’a pas à être préparée, elle doit pouvoir s’offrir à n’importe quel moment et même à n’importe qui ! C’est ça être une pute gratuite comme je le suis, et je dois assumer mon statut. Je ne fais pas partie de votre cheptel pour rien ! Une lope de Maître Dom est une véritable salope de compétition !
Vous finirez donc par me laisser ce Rosebud en bouche et bizarrement vous relèverez aussi mon string ficelle à sa position initiale. Avec un soin tout particulier, mon string ouvert retrouvera sa place naturelle dans ma petite raie de sodomite. Sans doute pour avoir le plaisir de tirer sur la ficelle en même temps que la laisse ou de sentir le frottement du tissu sur votre queue durcie…
Vous me lancerez péremptoire « je vais t’enculer comme un bon PD que tu es ! ». Le Rosebud en bouche je ne pourrai répondre mais s’il en était possible j’aurais certainement dis un grand oui de satisfaction bien que mon cul soit douloureux. J’aurai un peu peur, une petite appréhension de l’inconnu, de cette enculade qui s’annonce, brutale, bestiale, simplement animale, tout entière pour mon Maître.
Sans barguigner, vous écarterez la ficelle du string et vous vous présenterez devant mon anus ouvert et rosée. Vous y pénétrerez d’un coup sec sans vous occuper d’une quelconque jérémiade. Je serrerai les dents sur mon Rosebud au gout particulier, mais je serai venu pour ça ! Oui c’est le moment que je serai venu chercher. Un coup violent, dur et pénétrant, bien à fond dans ma chatte anale. Je sentirai le souffle court dans mon cou comme le va et vient puissant du pieu dans mon cul. J’étoufferai sous les coups de boutoir de plus en plus rapides, de plus en plus profonds, de plus en plus exagérés. Vous me claquerez les fesses encore pour me faire ressentir mes douleurs endormies, et vous me parlerez sans même vous en rendre compte.
« Ça te plait ça, ma chienne, hein ? »
« Je t’encule bien à fonds ma salope ! »
« C’est bon d’avoir une lope comme toi sous la queue, à ses ordres, ah salope ! »
« Putain !... un vrai garage à bite »
Les remarques comme les coups de bites s’accumuleront à l’instar des coups de la fessée de tout à l’heure et mon intérieur sera bientôt aussi brulant que ces fesses rougies au cuir. Je m’offrirai sans retenue, mon cul vous sera bien à disposition et je sentirai vos mains m’arrachant les hanches pour me ramoner plus profondément s’il en était possible. Ma cage de chasteté jouera avec vous en même temps que vos coups de queue et le cadenas tapera en cadence, comme un tempo donné à mon enculade. Cela contribuera d’autant à nous exciter mutuellement et je vivrai ma condition d’encagé comme un challenge supplémentaire à surmonter, une preuve en surplus de ma soumission pour votre plaisir. Le son de ce cadenas claquant sur ma cage à contrepoint me résonnera encore longtemps et j’associerai certainement ce cliquetis caractéristique et cette pénétration brutale pendant un sacré bout de temps !
Votre burinage sera sans répit, à fonds dans mon cul comme j’aime, avec vos mains qui me maintiennent fermement, avec cette coprolalie qui vous caractérise et que j’adore, avec cette laisse qui tirera aussi sur mon collier et qui vous permettra par moments de me prendre par les cheveux comme une actrice de film X, vous savez très bien que cette position est ma préférée et que je me donne entièrement dans cet état. Une putain d’actrice de films X, voilà ce que je suis !
Quelquefois je pousserai un râle quand vous serez au plus profond de mon trou et vous me pousserez la nuque vers le coussin pour que l’on ne m’entende plus. C’est qu’il ne faudra pas que je prenne trop de liberté non plus et puisque je dois fermer ma gueule, il faudra s’y tenir ! Et puis le bruit de vos mouvements, de la laisse métallique, de votre souffle et de ma cage suffiront bien à notre opéra du moment, ce ne sera pas « cassé la voix » mais bien « cassé le cul ! ». Raison de plus pour que je me taise et écoute mon chef d’orchestre !
Vous en profiterez bien sûr, pour m’insulter davantage et me claquer les fesses encore.
« Salope, t’aime te faire traiter en salope, je vais te gâter toi ! »
« Allez ma pute, bouge ton cul, empale toi bien sur ma queue »
Et vous vous arrêterez de faire des efforts pour me mettre, je suis votre soumis et bien que passif, il faudra que je me plante sur votre queue. Passif pas inactif, c’est le minimum pour un PD de mon acabit. Je ferai l’effort d’ouvrir mon cul sur votre bite et vous m’aiderez en tirant sur la laisse. Je m’empalerai comme je le peux.

« Allez, plus fort que ça, pouffiasse »
J’amplifierai mon mouvement de va et vient mais je n’aurai pas le rythme assez rapide pour vous satisfaire pleinement. Alors vous sortirez de mon cul en me claquant d’un geste de dépit et vous rentrerez à nouveau, m’enculant le plus profondément possible. Vous renouvellerez le mouvement plusieurs fois de suite :
« Tiens, c’est comme ça qu’on doit te prendre salope ! »
« De grands coups de bites jusqu’au fond ! »
« Allez hop… on sort… et allez hop… on rentre »
J’entendrai votre rire fermier quand en même temps je sentirai mon petit trou serré et fragile se faire défoncer comme une pute. Libéré, puis envahi, puis libéré, martyrisé, occupé, et libéré, libéré par une force indéniable, un trou libéré grâce et avec le concours de mon Maître, un petit cul repris sans modération ! C’est l’histoire qui se répète… Sans précaution, avec rage, un reflexe quasi animal, la queue de mon Maître s’amusera avec mon anus, et mon Rosebud m’aidera bien à passer cet instant difficile. C’est qu’il faudra serrer les dents parfois. J’aurai le cul ouvert, disposé, rosé à souhait et à votre merci. Votre bite appréciera.

« Dans ton cul ou dans ta bouche ? »
Pas de réponse, ma respiration simplement.
« Eh salope ! J’ai envie de juter dans ton cul ! »
Vous me crierez ça juste sous les oreilles en oubliant qu’avec le Rosebud en bouche et la tête écrasée sur le coussin en simili, je ne pourrais qu’ahaner un simple « homvouvoulémettreeeee » (« comme vous voulez Maître »). Mais sans doute cela sera-t-il indistinct et à vrai dire sans importance aucune puisque je me laisserai faire de toutes façons.
Vous déciderez de juter dans la capote et je sentirai ces soubresauts caractéristiques, le râle, le dernier coup de reins plus prononcé, le long souffle de la jouissance puis le silence, votre poids sur moi, qui m’écrase ou qui m’étreinte. Ce moment sera court, vous reprendrez rapidement vos esprits et je sentirai votre queue ramollie ressortir de mon cul, avec cette petite claque de bienveillance du Maître envers sa lopette.
« sergelebo ? serge la salope oui !!! Putain, quelle pute tu fais toi! »
La bouche pleine, je ne pourrai pas vous remercier de ce compliment mais j’apprécierai grandement Vous me reprendrez alors le Rosebud de la bouche et vous le remettrez dans mon cul, comme un bouchon sur un trou qu’il faut combler sans cesse, le mien surtout.
« Tiens ma chienne voilà ta récompense ! »
Je serai dans l’expectative.
« Retourne toi salope ! »
Vos désirs seront des ordres et je me retournerai, le trou endolori et… la tête encore d’l’cul comme on dit, cela sera de circonstance !
Vous me tendrez la capote pleine de sperme chaud, « ma récompense ».
« Ouvre ta bouche et tire ta langue »
Je m’exécuterai avec grand plaisir, j’adore boire votre sperme chaud.
Vous viderez le contenu sur ma langue de pute et vous me demanderez de le garder comme ça quelque secondes, en attendant votre bon vouloir pour que j’avale lentement en vous regardant droit dans les yeux. Vous vous appliquerez à bien pincer tout le capuchon pour qu’il ne reste goutte. Quand j’aurai vidé le contenu de la capote, j’ouvrirai bien la bouche pour vous montrer qu’il n’en reste pas un iota et que j’ai tout avalé. Vous me ferez lécher vos doigts souillés pour que je les nettoie aussi. Je verrai votre air satisfait mais ce ne sera pas fini.
Vous me prendrez alors par les cheveux tandis que vous tirerez sur la laisse et vous me ferez mettre à genoux face à vous en m’ordonnant de vous nettoyer complètement la bite, qu’aucune trace de votre forfait ne soit visible ! Le collier m’étranglera un peu mais je tiens à ce signe de soumission vous le savez.
Vous me maintiendrez fermement par le collier et vous me ferez un peu mal à me tirer les cheveux en même temps de cette manière, j’aime à être dominé et vous le ferez très bien, vous saurez profiter de mes faiblesses encore. Une chienne est faite pour être tenue en laisse, non pas pour vivre facilement.
Pendant que j’aurai la bouche pleine de vos humeurs, vous m’insulterez comme vous le faite si bien.
« Salope, tu aimes la bite toi hein ! »
Vous ferez les questions et les réponses.
« Tu es une bonne petite pute, y va falloir que j’ t’amène au bois pour te faire troncher par des blacks et des arabes, ça devrait te plaire ça, qu’en dis tu ? »
Je continuerai à lécher cette queue fatiguée après l’effort du brave, de petits coups de langue sur les couilles, un léger gobage de boules pour bien vous reposer les bourses, j’essaierai de m’immiscer vers votre anus mais je ne lécherai pas longtemps le petit trou de mon Maître, la main d’acier me recentrera vers le gland.
« Bien sûr que t’aimeras ça ma pute, te faire démonter par un black pendant tu suces un arabe, la queue c’est ton domaine, t’es faite pour ça toi ! »
« Et après t’inversera, c’est un arabe qui t’enculera pendant que tu te fera baiser la bouche par un gros chibre black… »
Vos insanités me révéleront dans ma nature profonde !
En quelques bruits de lèches caractéristiques entrecoupés de « humm » et des « Oh OUI » ma réponse sera évidente : vous savez très bien que je peux être mis à disposition, notamment à des blacks et des arabes mais aussi à toutes les bites et les chattes qui en ont envie… suffit d’un mail explicite…d’une possibilité…pour un moment de plaisir intense, un vidage de couilles sans vergogne.

« Bon allez ça suffit, ma queue est comme neuve, c’est bon ».
Et vous me relèverez en un geste ample et sévère, je serai debout face à vous et à votre merci.
Vous me toiserez, mon visage plein de mouille, des traces rouges sur les hanches et les cuisses, ma queue encagée mais gonflée de désir.
« Et cette petite nouille, où est-ce qu’elle en est ? »
Vous me regarderez d’un petit air sardonique.
« Tourne toi salope »
.Je me tournerai sans discuter.
« Écarte ! »
J’écarterai mes jambes comme demandé.
Et je sentirai une main entre mes jambes, me caressant les couilles, et votre rire gras et sauvage, naturellement brutal. La main pressera mes boules un instant et je serai à votre merci sans échappatoire. Je sais qu’il suffira d’un geste de votre part pour me priver de ma masculinité mais je vous connais suffisamment bien maintenant pour savoir que vous aimez ces petites couilles violacées et que vous tenez à jouer avec encore pendant longtemps aussi. Mes couilles sont les vôtres. De cette caresse inattendue, Ma nouille gonflera immédiatement dans le plastique et toujours ce souffle qui s’approchera dans mon cou, les paroles de mon Maître.
« Ça te fait bander ma cochonne, dit donc ! »
J’aurai l’audace de répondre mais avec déférence.
« Oui Maître, je bande mais je ne peux rien faire d’autre »
Le Maître acquiescera avec satisfaction non feinte, du moins le percevrai-je ainsi dans le ton que vous emploierez.
« Oui, tu ne peux rien faire d’autre mais on s’en fout, tu es là uniquement pour mon plaisir, tu t’en souvient, c’est toi-même qui me l’a dit et ça me va aussi ! »
Je ne pourrai que… me taire.
Vous me remettrez face à vous, que vous puissiez voir mes réactions.
Vous jouerez avec mes couilles pendant quelques minutes, histoire de me faire bander plus fort encore à en faire exploser la cage, vous m’humilierez ainsi en vous gaussant sur cette nouille ridiculement petite et de plus inutile. Vous me regarderez dans les yeux, tout en tenant mes couilles en poigne et vous m’insulterez :
« Tu n’es qu’un trou à bites, tu sais ça hein ? »
« Oui Maître »
« Une petite taffiole de vide-couilles serge »
« Oui Maître »
« Une pédale qui est là pour mon plaisir »
« Oui Maître »
« Une pute, c’est ce que tu es serge, une grosse pute de tantouze gratuite ! »
« Oui Maître »
« Un bon petit PD obéissant et soumis »
« Oui Maître »
« Et c’est pour ça que je t’aime bien serge, tu m’obéis au doigt et à l’œil, je devrais dire au doigt et à la bite tellement t’es bonne. »
Vous m’aurez lancé tout ça tout en me caressant les couilles et je n’en pourrai plus !
Mon gland commencera à pleurer et je mouillerai comme une adolescente en chaleur à la lecture de 50 nuances de machin. Moi, je serai sans nuance ! J’aurai tellement envie d’enlever cette maudite cage ! Du liquide séminale poindra à mon méat à force de me tâter les boules, vous vous amuserez à me regarder, moi de votre cheptel, implorant mon Maître à me faire juter.
Mais, à la limite de l’orgasme ruiné vous stopperez toutes caresses inutiles pour une fiotte ! Je serai frustré comme jamais, ce sera le signe de votre emprise !
Merci Maître.

Vous marquerez la fin de cette entrevue par une dernière petite claque sur mon derrière.
« Bon allez, c’est pas tout ça, moi j’ai à faire ! »
Et vous me signifierez ainsi que la partie est terminée et que je dois m’en aller. Je resterai en l’état, avec mon Rosebud qui aura tendance à s’en aller vu mon cul ouvert et ma petite nouille toute pleureuse sans que je ne puisse la consoler. Je remettrai mon slip en ayant soin de bien couvrir mes fesses rougies de luxure, je réajusterai mon soutif un peu de travers, mon maillot de corps, ma chemise, mes chaussettes par-dessus mes résilles, puis mon jean… J’essaierai de paraitre naturel mais j’aurai les joues en feu autant que mes fesses.
Vous me proposerez de me rafraichir et de me passer un gant de toilette sur le visage, histoire d’être un peu plus présentable pour chez moi.

Vous me ramènerez à la gare en n’omettant pas de commenter nos ébats. Et vous finirez par « Et la prochaine fois, j’t’emmène en forêt pour faire la pute ! »

Oh oui, faire la pute, j’adore !
Merci Maître pour ce moment magnifique et à bientôt.


J’espère que ce scénario vous conviendra, vous pouvez corriger bien entendu les différentes phases de celui-ci, vous êtes le Maître et je me plierai à vos exigences. Cela pourra se dérouler chez vous comme à l’accoutumé mais dans la journée, matin ou après midi puisque je suis en vacances. Qu’en dites-vous ?


J’aimerai si c’est faisable, prendre des photos ou des films de notre séance.

A votre plaisir, à ma soumission !"

Chers amis de C&C, Qu'en dites vous ?

sergelebo

Avatar du membre
jeepy
Administrateur
Administrateur
Messages : 4488
Enregistré le : jeu. 3 mai 2012 23:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Tarentule RedChili
LOCALISATION : champagne

Re: Scénario pour Maître Dom

Message par jeepy » sam. 14 mars 2015 20:02

Très bien, c'est un vrai condensé de tes fantasmes, sergelebo ! Cela en restera-t-il au récit fantasmagorique ou comptes-tu rencontrer réellement un Dom lors de ton séjour en province, comme tu l'as annoncé par ailleurs ?

Avatar du membre
sergelebo
Membre
Membre
Messages : 954
Enregistré le : dim. 27 nov. 2011 15:18
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : minicage metal
LOCALISATION : idf

Re: Scénario pour Maître Dom

Message par sergelebo » sam. 14 mars 2015 20:40

Là c'est le scenario prévu avec mon Maître parisien. C'est prévu comme ça et cela se fera de cette façon sauf si le Maître change selon ses désirs.
J'ai l'habitude procéder de cette manière et j'ai la chance d'avoir un Maître qui suit en général ce qui est prévu.
Pour la province, je prévois d'autres choses...
J'imagine plus bucolique sans doute.

Serge

Avatar du membre
sergelebo
Membre
Membre
Messages : 954
Enregistré le : dim. 27 nov. 2011 15:18
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : minicage metal
LOCALISATION : idf

Re: Scénario pour Maître Dom

Message par sergelebo » dim. 15 mars 2015 00:56

A la reflexion, je pourrai très bien le proposer à un dominant de province...
Ce que je vais faire de ce pas !

Serge : la petite pute gratuite.

Répondre