Surprise.... par Elle(s)

Répondre
sonpetits
Membre
Membre
Messages : 343
Enregistré le : ven. 12 sept. 2014 21:32
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : prison de morgane
LOCALISATION : Montargis

Surprise.... par Elle(s)

Message par sonpetits » mar. 11 nov. 2014 21:10

Ce qui suit est un récit inspiré de ce que ma femme m' a fait vivre ces derniers temps et d'un de ses dires... qu'elle à même répété ! Bref, rêve ou future réalité, je ne sais pas exactement, mais pour l'instant cela n'a pas eu lieu.

------------------------

Pour cette soirée tu as tout prévu : les enfants sont chez leurs copains pour le week-end et tu m’as demandé d’être pleinement disponible... Pourtant nous ne partons nulle part, ne sortons pas, je suis donc sur d’une chose, nous allons jouer !
Je lis tranquillement dans le canapé quand tu arrives dans une divine tenu. Une robe noire, brillante, qui couvre ton cou, tes bras, et s’arrête au ras de tes fesses. Latex ou vinyle, je ne saurais dire... Tes seins sont soulignés par une légère transparence à leur niveau et tes hanches sont moulées au plus près par cette seconde peau qui met en valeur tes formes si féminines. Tes jambes, gainées de bas qui commencent tout juste avant que la robe finisse, s'engouffrent sous tes genoux dans des bottes assorties à ta robe. Tu es superbe, sexy à souhait, très excitante, je savoure cette surprise, magnifique cadeau pour mes yeux et mon esprit. Avec ce sourire qui magnifie tes yeux et ta crinière blonde, tu me poses une de ces questions qui n’appellent pas de réponse : "Tu aimes ?". Je ne peux que confirmer par un hochement de tête, je suis aux anges. Tu t’assois alors face à moi en croisant les jambes et, visiblement heureuse de ton effet, tu me lances une phrase qui sonne comme le démarrage d’un programme mûrement réfléchi : "Tu comprendras que dans cette tenue je ne peux pas m’occuper de la table et du service. Donc tu te douches, tu te rases, tu te changes et après... Tu feras ce qu’il y a à faire! "

Dans la salle de bain, je trouve un boxer, une chemise blanche et un pantalon noir, le message est clair : tu veux un serveur pour ta soirée. Une fois propre, habillé et rasé de prêt je descends installer la table puis nous servir l’apéritif. Je m’active pendant que tu m’observes et me lance des injonctions depuis le canapé. Délicieux jeu de rôle dans lequel je me concentre pour bien faire et te faire plaisir.
Enfin, je me pose à tes côtés pour partager un verre. Alors que tu bois ton martini et que nous discutons tu passes (de mon point de vue) plus de temps à regarder ton téléphone et faire des échanges de sms, que à être réellement avec moi... Agacé, je te fais la remarque. "Crois-tu que tu sois en position de faire ce type de remarque ce soir ?" Me dis-tu. "Toi qui aimes les jeux de domination je pense que ça mérite une punition. Va dans le bureau, mets-toi nu et attends-moi! ".

Debout, nu dans le bureau, j’attends depuis de longues minutes. Je n’ose trop rien dire quand tu passes dans le bureau en feignant de m’ignorer. Tu t’actives à faire je ne sais quoi, que dois-je faire ? Je t’interpelle alors et là, sans mots dire, tu pars et reviens avec de l’adhésif :" bâillonne toi et surtout, pas un son, je ne veux pas t’entendre, c’est compris ? ". Tu me regardes et, devant toi, je m’exécute. Tu commences alors à me caresser le corps en tournant lentement autour de moi. Tes mains effleurent mon torse, mes oreilles. Tu te colles dans mon dos et caresses mon ventre, puis recules et parcours mes fesses. Tu tournes autour de moi en promenant tes mains de mon cou à mon entre jambe en empruntant autant de chemin que le corps offre de sensations. L’excitation monte en moi, mon sexe est raide comme un bambou, mais jamais tu ne le touches ni même l’effleure, je me tords d’envie. Tu me souffles alors à l’oreille "alors, comment va-t-ont apprendre à être un bon soumis, comment va-t-on te punir, il faut un truc dont tu te souviendras et qui t’incitera à ne pas recommencer...". Pourtant tu me câlines encore et... tes mains saisissent mes bourses et me masturbent, doucement, en tirant mes boules vers le bas. Je deviens fou et là tu t’agenouilles et entreprend de me lécher le bout du gland en m’intimant de ne pas te toucher, de ne pas bouger. Alors que ta langue parcourt mon sexe de bas en haut, tu serres mes couilles et tu m’amènes à la limite puis tu t’arrêtes. Maintenant mes bourses en main tu te lèves en frôlant mon corps de tes seins, tu recules pour que j’admire ta tenue et, doucement, avec ton magnifique sourire, tu quittes le bureau en me disant " ne bouge pas !"

Tu vas dans l’arrière cuisine, je t’entends fouiller...Tu parles volontairement a voix hautes afin que je t’entende bien : "Celui-ci, non, trop court... Celui-là ? Hum,... On ne va plus assez au pressing... Hum, a tiens, ça c’est bien !". Tu reviens avec le sourire : "je pense que celui-là est assez grand pour t’emballer de la tête aux pieds ! ". Tu m’enfiles cette housse plastique doucement en prenant soin qu’elle glisse bien sur mon corps. Tu tournes alors autour de moi doucement, effleurant mon corps à travers ce sac. Tu te colles alors dans mon dos et passes tes bras autour de moi pour caresser mon torse. Tu tires doucement le sac afin de le coller contre mon torse, tu poursuis ton mouvement autour de mes bras, tendant le sac autour de ma poitrine, tenant le "surplus" dans mon dos. Tu relâches, tu fais quelque chose derrière moi, mais je ne peux pas voir. Je sens alors le sac se tendre à nouveau puis je sens que tu poses une large bande adhésive derrière. Le sac reste tendu contre mon torse. Je sens alors tes bras entourer mon ventre et, doucement, tes mains tire le sac autour de mon ventre vers mes bras, mon dos....puis je sens que tu tends le tout d’un adhésif supplémentaire dans mon dos. Tu poses alors tes mains sur mes cuisses, les parcours. Le haut de mes bras est maintenu contre mon corps par le sac tendu autour de mon torse et de mon ventre. Je m’interroge, que fais-tu? Où m’emmènes-tu? Tes mains poussent doucement mes cuisses l’une contre l’autre puis positionne mes mains à plat sur le coté de mes cuisses et, tout doucement, tu tends le sac vers l’arrière et le fixe d’un adhésif sous mes fesses. Mes mains sont bloquées. Le sac est comme un étau qui se resserre. Cette sensation m’excite au plus haut point. Tu finis ton œuvre en entourant le surplus de sac à hauteur de mes mollets et en fixant le tout. Me voilà immobiliser dans ce sac, comme momifier dans la housse. "Comme tu es bien raide, tu aimes ça hein ? Tu te dis que ce n’est pas vraiment une punition hein? Au contraire même, tu es a deux doigts de jouir, il suffirait que je te touche, non ?". Ton regard me fait baisser les yeux. Ta tenue, ma situation, tout cela est plus plaisant qu’une punition, en effet. "Mais qui sait" me dis-tu," il ne faut peut-être pas grand-chose pour que cela devienne une punition.... peut-être que si...."

Tu bascules alors le matelas au sol dans le bureau en me regardant avec le sourire. Tu vas dans notre chambre et reviens avec un drap-housse. Tu l’installes puis tu m’aides à m’allonger. Tranquillement, tu repars puis reviens avec une couverture que tu installes sur moi. Tu t’allonges alors à côté de moi et parcours mon torse, mon sexe, avec tes mains. Tu glisses tes doigts sur le sac en prenant soin de ne pas trop appuyer. Je ressens tes caresses plus que je ne les sens. Tu effleures mon sexe, tu caresses mon gland. Et la... tu me dis doucement : " tu vois, c’est ta surprise d’être là comme ça, avec moi en jolie maîtresse. Bon surprise, mon chéri. Quant à moi, j’ai décidé de m’offrir un cadeau.... Et ce sera ta punition ! ". Je te regarde, interpellé. Tu es radieuse, contente de ton effet. Moi je ne sais plus où on va, tu m’intrigues. Tu te baisses et lèches mon gland à travers le sac, puis tu remontes ta tête le long de mon torse en glissant sur le sac. Tu m’embrasses à travers le bâillon et poses ton nez contre le mien. Sans bouger, tu me dis " regarde-moi». Je suis là, immobilisé, excité et intrigué, tes yeux dans les miens, ta bouche effleure mon bâillon, tu dis alors, doucement, mais fermement "tu ne te libères pas, c’est moi qui le ferais quand je le voudrais. Tu vas rester dans ton sac aussi longtemps que je le voudrais. Si tu es bien sage, je partagerais mon cadeau avec toi, cela te fera une bien belle punition. D’accord ?" je fais signe que oui, mais je ne comprends pas bien, je me demande, m’inquiète.

Tu pars alors du bureau en laissant la porte ouverte derrière toi. Je t’entends dans notre chambre. Les bruits laissent penser que tu te changes. Les échanges de sms reprennent. Tu t’installes devant la télé. J épie tes bruits, tente de deviner ce que tu fais, ce qui m’attend. Puis je pense au repas avec la table et les chandelles ? Tu vas me libérer tôt ou tard, car tu ne vas pas manger seule ! Je comprends ton jeu : ce soir je suis à toi ou alors je passe la nuit ainsi. Quand tu reviendras, je saisirais ma chance, je serais obéissant. Je transpire. Pourquoi m’avoir momifié ainsi pour me libérer pour manger ? À moins que tu ne me fasses manger ainsi ? Je ne sais plus... L’angoisse de l’attente m’excite, je sue, je bande, mais qu’attends-tu ? Que fais-tu ?

Après un temps interminable, alors que tu regardes la télé, on frappe à la porte d entrée, aille... Perturbation du jeu, comment vas-tu gérer ? Tu entres dans le bureau en criant "j’arrive !". Je vois que tu t’es changé. Tu as la belle robe ouverte dans le dos que j’aime tant. Tu es belle, la maîtresse a laissé place à la belle femme en tenue de soirée. Je vois que tu as gardé tes bas lorsque tu t’agenouilles pour embrasser mon bâillon. " Surtout pas un bruit - me dis-tu -, je n’ai pas prévu de te libérer si tôt ! Fais-moi confiance, je gère, ça va aller." Sur ce tu quittes le bureau en t assurant que la porte soit bien fermée.

Je t’entends ouvrir la porte d’entrée. J’entends une voix de femme et ta voix qui est à la fois heureuse et tendue. Tu l’as fait entrer, de toute évidence tu l’attendais ! J’ai peine à le croire. Je vous entends parler, visiblement tu l’invites à poser ces affaires et à prendre un verre. J’entends moins bien, car vous quittez l’entrée pour le salon. Sa voix ne me rappelle personne. Combien de temps va-t-elle rester? Et moi, je suis coincé, pris au piège. Tu ne vas pas m’oublier, je le sais. J’aime mariner, mais là j’ai peur qu’elle ne me découvre. Je crois comprendre qu’elle reste manger avec toi. Avec nos chandelles! J’ai mis le couvert pour elle ? Et préparer ce que tu m’as dit pour elle ? Je t’imagine en tête à tête, je te vois alors comme si... non, quand même, tu ne vas pas le faire ? Quoique tu en as toujours rêver et j’ai toujours dit que selon la situation... Je bande de plus fort, je passe de la crainte au phantasme pur.

Avant de passer à table, elle veut aller aux toilettes. Je t’entends lui indiquer le chemin. Et si elle ouvre le bureau ? Je ne sais plus ce que je veux. Je me raccroche à ce que tu m’as dit : je t’aime, je dois tenir... Ne pas faire de bruit, ne pas bouger, je sue à grosse goutte, le plastique me colle à la peau. Depuis le temps que je suis immobilisé dedans une pellicule de sueur fait glisser le plastique sur mon corps. Douce et plaisante sensation. Je flotte dans mon sac, quelque part entre excitation et peur, je m’abandonne totalement à cet état second : je te fais confiance, tout simplement... Je sors de ma torpeur lorsqu’ elle ressort des toilettes et que tu arrives dans le couloir. Vous échangez en allant à la salle de bain pour vous laver les mains. Tu lui parles de moi, je suis sûr que tu le fais exprès, car tu sais que j’entends. Tu parles de mon côté ouvert, aimant les expériences et n’ayant pas peur d’évoquer avec toi certains de mes phantasmes, voire de les réaliser. Elle ne semble pas surprise et te demande d’en dire plus... Tu éludes en évoquant toutefois certaines envies typiquement masculines. Tu évoques mes déplacements et cites le cas de ce soir où je suis encore absent...

Votre repas est une torture interminable. Depuis le salon je perçois vos rires, vos silences, le bruit de vos couverts, mais la discussion est étouffé, je participe sans vraiment tout avoir. Ma sueur dans mon sac, cette sensation trouble d’excitation, de peur, de jalousie mêlée au désir d’être à toi, de te faire plaisir, m’envoûte et me transporte à nouveau dans cet état second de flottement intemporel. Je reviens à moi, l’heure tourne, j’ai chaud, je vis soudainement un moment de flip, je voudrais que ma torture cesse ! Être libre avec toi... Puis la douce chaleur humide qui m’entoure me rassure, mon immobilisation devient un berceau, vos bruits une lointaine comptine, sa présence redevient source d’un phantasme, toi, elle, toi et elle, je m’envole dans un autre monde, je m’assoupi.

J’entends subitement la douche couler, cela me ramène dans mon sac, je ne peux pas bouger, c’est vrai. Réveil en situation exquise. La douche ? Tu vas sans doute de coucher, elle doit être partie, mais je ne l’ai pas entendu partir. Je dormais si bien ? Ma porte s’ouvre. Je suis paniqué : qui est sous la douche? Qui ouvre ma porte ? Ouf, c’est toi. Tu t’allonges à mes côtés et me souffle « pas trop dur ? Tu ne m’en voudras pas si... Hein, tu es d’accord...» je te regarde. Ta main passe sur mon sexe, tu embrasses mon bâillon et me dis doucement «soit un bon soumis, fais-moi confiance, je t’aime ». Je fais signe oui de la tête. La douche, sa douche, s’arrête de couler. Tu te lèves avec ce regard qui me fait fondre et me dit « à demain mon cœur, merci pour mon cadeau».

Je l’entends te rejoindre dans notre chambre, tu lui demandes de laisser la porte entre-ouverte et tu sais que tu n’as pas complètement fermé le bureau. Tu veux que j’entende. Tu veux que ton cadeau soit ma punition, pour notre bonheur commun. J’entends vos effleurements qui devienent caresses. Je devine vos souffles, je ressens votre baiser. J’entends tes râles, je ressens ton corps se détendre, ta peau émet un feulement lorsqu’elle l’embrasse. Je suis toi, je ressens ton bonheur, il m’envahit. Je l’entends laper ton clitoris comme j’ai toujours rêvé de savoir le faire. Je rêve de son doigt qui câline ton point g tandis que sa langue lubrifie tes lèvres et joue avec ton clitoris. C’est excitant et frustrant à la fois. Je ne peux y être physiquement, alors tout mon être se tend vers vous pour partager votre corps à corps. Sait-elle faire au mieux ce que tu aimes? Connaît-elle tes petits plaisirs comme moi ? Oui, j’entends que vous êtes en phases, que vous partagez cet instant. Je sais que tu me sens, que tu es à elle, mais avec moi, au fond de toi nous sommes ensemble avec elle. À la fois plaisant et débordant, ma jalousie se dilue dans cet étrange mélange de sensations. Je me tortille dans mon sac, mon gland glisse contre le plastique tendu, lubrifié par ma sueur et le méat. Je me dis que non, c’est pour toi, je dois tenir, mais je suis fou de bonheur et d’excitation de t’entendre heureuse et lorsque ta jouissance emplie la maison je n’en peux plus, je te rejoins, prisonnier physiquement, mais tellement avec toi intellectuellement, j'exulte, passionnément, tout mon corps se tend, ma jouissance rempli le peu d'espace disponible dans ce sac, ton plaisir déclenche mon plaisir, ta jouissance est mienne.

À demi assoupi après cette jouissance partagée à distance, j’entends la porte d’entrer s’ouvrir et se fermer. Quelques minutes plus tard, je sens ton corps se glisser contre moi. Tu relèves la couverture pour regarder le bas de mon ventre et là en passant ta main à plat sur le sac pour étaler mon sperme avec ta paume tu me dis «mon petit cochon n’a pas su se retenir... Moi qui voulais te libérer pour être dans tes bras... Tant pis...». Tu poursuis alors le mouvement circulaire de ta main pour étaler encore et encore tandis que ta tête se pose sur mon torse. Les minutes passent, pendant lesquelles tes caresses parcourent mon corps à travers ce sac devenu prison dont je ne veux plus du tout. Tu ne dis pas un mot, je n'ose émettre un son... tu bouge, retire ta tête de mon torse et là, instant de bonheur suprême, je sens une lame de ciseau qui pénètre par mon cou pour me libérer, doucement, lentement, très lentement, tu me libères dans une lenteur mesurée. Après cela, une serviette me parcours, tu me retires le bâillon. Enfin, ton petit corps chaud rejoint le mien... Je l’ai tant rêvé, désiré,... Ce corps que je chéris plus que tout est là, blotti dans mes bras. Nous sommes seuls, tellement coller l’un à l’autre, on ne fait plus qu’un. Heureux l’un et l’autre du plaisir offert mutuellement, nous nous embrassons farouchement.
--------------

Avatar du membre
jeepy
Administrateur
Administrateur
Messages : 4300
Enregistré le : jeu. 3 mai 2012 23:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Tarentule RedChili
LOCALISATION : champagne

Re: Surprise.... par Elle(s)

Message par jeepy » mar. 11 nov. 2014 21:32

Bravo et merci pour ce joli récit, très bien écrit.
Les fantasmes de camisole plastique et de plaisirs lesbiens me sont complètement étrangers (en bref, c'est pas mon truc) ; mais si ce sont les tiens et que Madame est prête à les réaliser bientôt, j'en suis ravi pour toi et je te souhaite bien des plaisirs et frustrations ...
Je pense que chaste59 appréciera particulièrement ...

sonpetits
Membre
Membre
Messages : 343
Enregistré le : ven. 12 sept. 2014 21:32
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : prison de morgane
LOCALISATION : Montargis

Re: Surprise.... par Elle(s)

Message par sonpetits » mar. 11 nov. 2014 21:43

Pour le fantasme lesbien, c'est le sien... Pour le coté bondage/camisole plastique, j'y suis très sensible et elle sait en jouer (voir mes récits reels). D'où ce récit imaginaire qui décrit un scénario évoqué par elle... Bref, je/elle me prépare je pense.

Avatar du membre
Chaste59
Supporteur
Supporteur
Messages : 4391
Enregistré le : mar. 24 janv. 2012 17:17
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Prison de Morgane
LOCALISATION : Lille

Re: Surprise.... par Elle(s)

Message par Chaste59 » mar. 11 nov. 2014 23:07

Belle histoire, bien racontée. On aimerait la vivre, ou pas ;)
jeepy a écrit :Je pense que chaste59 appréciera particulièrement ...
Mais qu'est-ce qui peux te faire penser cela ???
sonpetits a écrit :mon petit cochon n’a pas su se retenir...
Et pis d'abord, moi c'est petit lapin !!!

bacchus
Membre
Membre
Messages : 2087
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

Re: Surprise.... par Elle(s)

Message par bacchus » mar. 11 nov. 2014 23:40

La visiteuse du soir côte fille est étonnante. J'ai été un peu surpris de cette arrivée. Mais sinon le récit est impeccable, sauf que moi je t'y aurais pour la nuit. J'aime bien les histoires cruelles. :twisted:

Avatar du membre
Chaste59
Supporteur
Supporteur
Messages : 4391
Enregistré le : mar. 24 janv. 2012 17:17
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Prison de Morgane
LOCALISATION : Lille

Re: Surprise.... par Elle(s)

Message par Chaste59 » mer. 12 nov. 2014 07:24

bacchus a écrit : sauf que moi je t'y aurais pour la nuit. J'aime bien les histoires cruelles. :twisted:
Je ne sais pas pourquoi je ne suis pas étonnée :?:

Pour varier les plaisirs, tu peux remplacer tes housses par du cellophane. Un rouleau complet de la tête aux pieds, avec un trou au niveau de la bouche pour laisser respirer. Effet sauna garanti :P :P :P


Image
Oups, le trou n'est pas au niveau que j'avais dit :mrgreen:

Avatar du membre
ptiscarabée
Membre
Membre
Messages : 944
Enregistré le : lun. 14 juil. 2014 07:43
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : prison de morgane
LOCALISATION : pays du champagne
Contact :

Re: Surprise.... par Elle(s)

Message par ptiscarabée » mer. 12 nov. 2014 07:56

le film étirable peut avoir bien des utilisation
mais avant tout très beau récit mais il y a toujours un grand décalage entre le fantasme et la réalité , cela étant dit n hésitez ps si s est votre plaisir a tout deux.

Image

sonpetits
Membre
Membre
Messages : 343
Enregistré le : ven. 12 sept. 2014 21:32
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : prison de morgane
LOCALISATION : Montargis

Re: Surprise.... par Elle(s)

Message par sonpetits » mer. 12 nov. 2014 23:45

Merci pour vos commentaires.

En complement j ajouterais :
_ Elle n aime pas la cellophane.... Allez comprendre ! Mais je pense que cela doit etre agreable
_ La visiteuse du soir est, parait il, un phantasme courant chez les femmes
_ Ainsi ou autrement, c est elle qui en decidera.... pour ma part, je crains fort d etre jaloux. donc pour le moment, don t act ;-)

Répondre