Une journée d'enfer

Répondre
Avatar du membre
Chaste59
Supporteur
Supporteur
Messages : 4556
Enregistré le : mar. 24 janv. 2012 17:17
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Prison de Morgane
LOCALISATION : Lille

Une journée d'enfer

Message par Chaste59 » lun. 23 juil. 2018 23:08

Juste la recopie d'un ancien post, disparu avec le temps
( novembre 2012, ça ne nous rajeunit pas :mrgreen: )


Une journée d'enfer
de Chaste59 » Lun 12 Nov 2012 17:40
J'adore les vacances scolaires, lorsque nos filles sont chez leurs grands-parents et que nous nous retrouvons rien que tous les deux. Généralement, durant cette période, j'ai encore plus d'envies de soumission et de bondage et aussi des idées farfelues.

Ce samedi matin vers 7h00, tandis que ma tendre dormait encore, je suis descendu aux toilettes puis j'ai inscrit sur le tableau effaçable des filles, le message suivant : Toute la journée en camisole
Repas : 1 tartine de pain et verre d'eau
Prévoir : 1 alèse et 1 couche
Et aussi : martinet, cravache, fessée, raquette...
Puis je suis retourné au lit. Ce message était plutôt une invitation faite à mon épouse pour jouer avec elle, sans penser réellement à ce qui pourrait arriver...
Vers 8 heures, mon épouse descend à son tour, voit le message puis vient me rejoindre dans le lit. Après m'avoir dit bonjour, elle me demande si je veux prendre le petit déjeuner avec elle avant d'être attaché. Je décline l'invitation, elle me dit alors de sortir ma camisole.
Pendant que je retourne vider ma vessie ( prévoyant de ne plus pouvoir le faire de la matinée ), elle prépare le lit d'un vieux drap et de serviettes éponges, me précisant que nous avons pas d'alèse supplémentaire, et me fournit 2 serviettes périodiques en guise de couche. Première surprise
Ma cage bien en place ( j'étais chaste depuis 12 jours ), j'enfile un cuissard et place les serviettes à l'intérieur. Je mets ma cagoule en latex, gonfle le bâillon et passe mes bras dans les manches de la camisole. Mon épouse remonte la fermeture éclair, ferme les sangles et me voila à sa merci. Ma seconde surprise fut de l'entendre utiliser un cadenas pour verrouiller des sangles entre elles afin de m'ôter toute possibilité de me libérer ( en effet, j'arrive à me défaire de la camisole en passant les bras par dessus la tête ). Cette fois, c'est elle qui va diriger le jeu et je n'ai plus rien à dire ( surtout avec le bâillon bien gonflé dans la bouche ).
Elle m'allonge dans le lit, me met la couette puis quitte la chambre en me laissant dans le noir et la chaleur ( camisole en cuir et couette donnent chaud !!!)
Il est environ 8 heures 30.
Peu de temps après m'avoir laissé, mon épouse revient et me demande pourquoi j'ai sorti le tube de vaseline. Je lui explique difficilement m'en être servi le matin même pour m'introduire un plug anal acheté la veille et qui est partiellement sorti de son emplacement ( parler avec un bâillon gonflé dans la bouche est loin d'être évident ). Bien que mécontente de mon achat ( je l'ai entendu râler ), elle presse la base du plug entre mes fesses pour le renfoncer un peu, et avant de me laisser dans ma prison dorée, elle m'offre quelques coups de cravaches. Puis elle s'en va. Je l'ai entendu descendre l'escalier puis plus tard, démarrer la voiture pour aller faire les courses.
Après une succession de mini-siestes et de périodes de flottements dont j'étais incapable d'évaluer la durée, j'ai entendu le chien aboyer, m'avertissant du retour de mon épouse. A ce moment, je m'attendais à ce qu'elle vienne me libérer et qu'elle mette fin au jeu considérant que j'en avais déjà bien profité.
Lorsqu'elle est rentrée dans la chambre, elle a laissé tombé un paquet sur le lit puis m'a demandé si j'allais bien. Je lui ai fait signe de la tête pour acquiescer.
Elle me demanda si je voulais manger maintenant et j'ai tenté de lui dire ( ayant toujours ma bouche remplie du latex gonflé ) que c'est elle qui décidait. Elle s'en est allé, me replongeant dans l'obscurité totale.
Peu de temps après, mon épouse revint. Elle m'ôte ma cagoule dans laquelle je suis déjà bien en sueur mais me laisse la camisole. J'ai eu le temps d'apercevoir le radio-réveil qui indiquait 11 heures 40. Elle venait me nourrir : une tartine de pain de mie ( sans rien avec ) et un verre d'eau. Puis elle me propose de me mettre une couche. Le paquet que j'avais senti atterrir sur le lit est en fait un paquet de couches pour adultes que mon épouse a acheté pendant qu'elle faisait les courses. Nouvelle surprise
Elle m'ôte le cuissard, et récupère les serviettes. Elle en profite pour remettre bien en place le plug qui voulait encore se sauver. Cette fois-ci, elle l'enfonça en le tournant entre mes fesses et mon sphincter fini par se refermer sur la base, l'empêchant désormais totalement de sortir. Elle ferma la couche comme elle l'aurait fait pour un bébé. Elle ajouta cette fois les menottes en cuir à mes chevilles puis elle me gratifia de quelques petits coups de cravaches avant de remettre la couette et de me laisser à mon ( triste ? ) sort.
Elle est revenue me voir 2 ou 3 fois, levant la cagoule pour libérer ma bouche ( mais pas mes yeux) afin de me faire boire un verre d'eau à l'aide d'une paille. Ceci fait, elle remettait la cagoule, regonflait le bâillon et s'en allait. Je n'avais plus aucune notion du temps : était-il 15 heures ou 18 heures ?
Après avoir senti l'envie d'uriner monter progressivement, ce qui devait arriver arriva . Impossible de retenir quoique ce soit. Etrange sensation de me sentir me vider sans pouvoir agir de quelque façon que se soit. Le plug bien en place m'empêchait de contracter mon sphincter mais aussi les muscles de ma vessie. J'ai senti l'urine me couler dessus, réchauffant mes fesses et remplir ma couche. Après encore 1 ou 2 verres d'eau, j'ai à nouveau uriné. Cette fois, la couche étant tellement remplie, j'ai senti l'urine couler jusque dans mon dos
Profitant d'une nouvelle visite de ma geôlière qui était venue me désaltérer ( a l'aide d'un biberon rempli de lait, nouvelle surprise ), je lui ai signifié que ma couche avait débordé. Elle décida alors de la changer. Après l'avoir retirée, elle m'informa qu'elle allait m'enlever mon plug que je portais depuis suffisamment longtemps selon elle. Elle s'exécuta. Mais alors que je pensais qu'elle allait refermer ma couche, j'ai de nouveau senti quelque chose s'insérer entre mes fesses et me pénétrer. Elle s'était emparé du god-anal et en le tenant fermement dans sa main, elle me sodomisait généreusement
Enième surprise de la journée et non la moindre. Ma cagoule en latex lui masquait les grimaces que je faisais à chaque coup porté à mon intimité. Tiraillé entre le plaisir et la gêne ( pour ne pas dire douleur ), jamais je n'aurais osé lui demander d'arrêter. Elle dirigeait le jeu bien au delà de toutes mes espérances.
Elle décidait, je subissais. Après de nombreux va-et-vient, elle retira définitivement le god. Elle décida cependant de me remettre le plug avant de refermer ma couche.
Je pensais en avoir fini, mais non. Elle s'installa sur moi à califourchon et continua à presser régulièrement la base du plug entre mes fesses.
C'est à ce moment que j'ai joui.
Une petite jouissance de qualité mais énorme en quantité ( je rappelle que j'étais à 12 jours de chasteté totale )
Elle s'est encore amusé quelques minutes sur moi puis et repartie me laissant dans mon état second et ma couche pleine de sperme. Je ne pense pas qu'elle ait remarqué que j'avais eu un orgasme. J'étais vidé mais tellement comblé
En revanche, je n'avais toujours pas la moindre idée de l'heure qu'il pouvait être.

A sa visite suivante ( un biberon d'eau à boire ), elle a rouvert ma couche et retiré définitivement le plug. Voyant ma couche souillée, elle m'a questionné. Je lui ai avoué ( difficilement en raison du bâillon ) que j'avais éjaculé. Sa réponse fut : "je ne t'ai pas autorisé à te vider ". Elle a refermé ma couche puis m'a asséné plusieurs coups de cravaches. Ces derniers étaient plus appuyés que les précédents : je crois que c'était pour me punir d'avoir éjaculé sans son autorisation ( il faudra que je lui demande si ce que j'ai ressenti correspond à la réalité de ses pensées ).
Elle est repartie, me laissant encore entravé.

Après un laps de temps indéfinissable vu mon état second, j'ai tenté de me relever du lit. C'est à ce moment qu'elle arrivait pour me libérer. Elle a ouvert la camisole et retiré la cagoule. Pour la 1ere fois depuis la tartine, je pouvais enfin revoir les choses. J'ai vu le réveil qui indiquait 16 heures. Cela faisait presque 8 heures que j'étais sous le contrôle de mon épouse. Un vrai délice
Quant je lui ai dit que j'avais perdu la notion du temps et que je n'avais aucune idée de l'heure, elle m'a avoué qu'elle s'était amusée à monter à intervalles de temps irréguliers afin de m'empêcher d'avoir un repère. Je dois reconnaitre que ce fut très très efficace.
Elle est ensuite redescendue me laissant finir de retirer mes menottes aux chevilles.

Lorsque je suis descendu, vêtu d'un peignoir et nanti d'une couche pleine, je suis allé l'embrasser dans le canapé.
Ses seules paroles furent :" je te laisse tout ranger et ce soir tu enlèveras ta cage et on testera la crème de numbling "
J'ai retiré ma couche, je suis allé aux toilettes puis je suis monté prendre une douche et tout ranger.

Je ne sais même pas si je lui ai dit mais en tout cas, je la remercie de tout mon coeur
Je vais de toutes façons lui faire lire ce message afin qu'elle comprenne bien ce que j'ai ressenti.

Re: Une journée d'enfer
de Chaste59 » Lun 12 Nov 2012 21:04
J'ai fait lire le message à mon épouse ( ou plutôt, elle a voulu le lire car elle m'a surpris en train de l'écrire )
Elle m'a dit que j'aurais du lui dire qu'elle me faisait mal. Mais si je l'avais dit, alors je ne subissais plus sa volonté ( et puis ce n'était pas une douleur trop forte, même moins que les coups de cravache )
D'autre part, elle m'a précisé que ce n'est pas le plug qu'elle m'a remis dans la couche mais le god-anal. Je comprends mieux le ressenti que j'avais quand elle appuyait sur la base. Pas de soucis de diamètre mais dur dur sur la longueur.
Malgré cela, je signerais des 2 mains pour recommencer rapidement

Avatar du membre
complycite68
Membre
Membre
Messages : 4981
Enregistré le : mar. 27 août 2013 11:21
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Un KeyHolder
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : un kdo de mme
LOCALISATION : MULHOUSE

Re: Une journée d'enfer

Message par complycite68 » mar. 24 juil. 2018 16:13

C'est sur que c'est pas hier :mrgreen: :mrgreen: ... un peu plus libre à cette époque ahahahahha, facile de se laisser aller ;)

bacchus
Membre
Membre
Messages : 2127
Enregistré le : sam. 24 mai 2014 23:59
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Steelworxx L02
LOCALISATION : Go west ! (mais bon j'ai pas mal bougé)

Re: Une journée d'enfer

Message par bacchus » mar. 24 juil. 2018 19:49

Tu es sur que ton message nous est destiné ? On dirait une supplique à Mme... :mrgreen:

Avatar du membre
Chaste59
Supporteur
Supporteur
Messages : 4556
Enregistré le : mar. 24 janv. 2012 17:17
Je suis : un Homme
Je suis : Un Encagé
Je cherche : Juste des informations
Qui porte la cage : Moi meme
Modele de cage : Prison de Morgane
LOCALISATION : Lille

Re: Une journée d'enfer

Message par Chaste59 » mer. 25 juil. 2018 22:57

bacchus a écrit :
mar. 24 juil. 2018 19:49
Tu es sur que ton message nous est destiné ? On dirait une supplique à Mme... :mrgreen:
Ce message est surtout pour Eureka qui n'aime pas être attaché trop longtemps ;)
Comme le post d'origine avait disparu ( trop ancien ), j'ai créé celui ci ( en recopiant le texte d'origine que j'avais sauvegardé à l'époque où le forum risquait de fermer )

Répondre